La petite Italie

 

JE N’AI PAS PEUR  de  Niccolo AMMANITI
Editions Grasset   /   318 pages

 

 

Résumé de l’histoire

Le narrateur de l’histoire, c’est Michele Amitrano, il y a 10 ans et vit dans le hameau de Acqua Traverse en Italie et il y a seulement 4 maisons et 4 familles.

L’été est long et très chaud, et il ne se passe rien … du moins en apparence. Car un jour Michele est les autres enfants du village décident de partir à l’aventure et d’escalader une petite colline, proche du village. Les autres ne voient rien, mais Michele (suite à un gage) doit escalader une vieille maison en ruine … et là, il découvre un secret dont il ne parlera à personne.

Dans un trou, il découvre le cadavre d’un petit garçon … mais au fil du temps, il se rend compte qu’il est encore vivant … de là, il se pose des questions : que fait ce garçon dans ce trou ? pourquoi personne ne vient le chercher et le sauver ? est-il puni ? Doit il en parler à son père ?

Et à force de chercher et de fureter, Michele va découvrir une autre facette de son père, ainsi que de son meilleur ami, Salvatore, qui le trahira. Il découvrira que la vie est bien plus compliquée et différente, que ce qu’il croyait.

 

Mon avis

C’est mon 1er roman de Niccolo Ammaniti et je ne suis pas déçue. L’histoire est prenante, palpitante, et même si l’on comprend rapidement l’intrigue, on ne peut s’empêcher de le lire jusqu’à la fin, car on se demande comment une histoire pareille peut se terminer.

J’aime sa façon d’utiliser les mots, l’intensité qui grimpe au fur et à mesure de la lecture, la violence des mots et des mentalités, et je dois avouer avoir eu des frissons pendant les 30 dernières pages. Il décrit très bien la mentalité des Italiens qui habitent des petits villages perdus dans la nature.

Seul bémol, la traduction qui est une catastrophe et qui gâche une bonne partie de la lecture en utilisant l’imparfait au lieu du futur.

Au final, une bonne expérience et je tenterais de lire d’autres romans de cet auteur. Et surtout que c’est rafraîchissant et dépaysant de lire un auteur italien et de découvrir la mentalité de ce peuple.

 

 

Note : 4 / 5   première parution en février 2009

 

Publicités

Violence au quotidien

 

FRERE ET SŒUR  de Patrick JUIFF
Editions Plon   /   160 pages

 

 

Résumé de l’histoire

Robin est croque-mort et vit avec sa sœur Jeanne, jeune femme obèse et solitaire. Leur quotidien est très cadencé, ritualisé à l’extrême pour la semaine mais aussi pour le samedi et dimanche. L’histoire se passe entre un jeudi et un lundi avec des allers retours entre le passé et le présent.

On entre dans leur intimité incestueuse, on découvre leur vie de famille, lourde de contraintes que les parents imposent aux enfants avant qu’ils ne décèdent.

Et on découvre le nouveau mode de vie entre la sœur et le frère.

 

Mon avis

Une histoire familiale dense, intense, affreuse, morbide à la limite du « mobbing familial ». Jeanne un personnage totalement déshumanisé par rapport aux autres sauf pour son frère dont elle est totalement amoureuse ainsi que de son petit chien.

1er roman de Patrice Juiff, somme toute réussi, même s’il faut avoir le cœur bien accroché. Une histoire familiale terrifiante, dont on sait que ça existe mais on a de la peine à y croire.

 

Note : 4 / 5   première parution en février 2009

 

 

Mon coeur balance

 

FRANKIE BLUE  de  Tim LOTT
Editions Belfond   /   402 pages

 

Résumé de l’histoire

Frankie Blue est agent immobilier à Londres, la trentaine, joli garçon. En dehors de son travail, il passe la majorité de son temps avec ses 3 meilleurs copains : Tony : play-boy devenu coiffeur à la mode, Nodge : qui a renoncé à ses rêves de voyage pour devenir chauffeur de taxi, Colin : l’inadapté du lot, seulement à l’aise avec un ordinateur.

Mais un jour, Frankie rencontre le grand amour en la personne de Véronica, séduisante jeune femme, médecin, qui travaille à la morgue de la ville. Très rapidement ils décident de vivre ensemble et de se marier.

Mais avant de franchir le pas, Frankie veut annoncer la nouvelle à sa bande. Et voilà qu’il commence à se poser des questions, car Véronica veut qu’il change de vie, qu’il passe plus de temps avec elle et qu’il soit moins avec ses copains, au pub, à regarder le foot et à se torcher la gueule.

De plus, Frankie et ses potes ont une date sacrée (faisant référence à un moment très fort de leur adolescence) : le 14 août de chaque année, depuis 14 ans, ils passent la journée ensemble à jouer au golf et à se biturer. Mais voilà, ce jour est aussi l’anniversaire de Véronica …

Frankie en essayant de satisfaire tout le monde, va passer ses sentiments à la moulinette, et toutes sortes de non-dits vont remonter à la surface…

 

Mon avis

Ce livre est le 1er roman de Tim Lott. Il démarre lentement, mais très rapidement on s’attache aux protagonistes et on attend avec impatience que le fameux secret soit révélé.

La psychologie des personnages est très détaillée, l’humour noir, piquant et décapant est aussi présent dans ce roman. Au final, une vision drôle et hilarante de l’amitié masculine.

J’ai passé un très bon moment avec Frankie Blue.

 

Note : 4 / 5   première parution en décembre 2008

Tu l’as .. .. où pas ?

 

Encore une danse  de  Katherine PANCOL
Editions Fayard   /   351 pages

 

Résumé de l’histoire

Clara est une jeune femme seule et compliquée. Elle change perpétuellement d’amoureux, afin de tenter d’oublier Rapha Matha le grand amour de sa jeunesse. Mais elle garde des liens étroits avec son frère Philippe ainsi que sa bande d’amies.

Agnès qui a eu une enfance modeste et sévère et qui est malheureuse en mariage, Joséphine qui s’est mariée avec un noble, qui s’ennuie ferme et qui pour passer le temps a une multitude d’amants. Et enfin, Lucille, la plus belle de toute, snob, qui s’est mariée à un millionnaire qui ne la regarde jamais et qui se défonce dans son travail et mène grand train de vie, qui est jalousée par toutes les autres.

 

Mon avis

Je découvre Katherine Pancol avec ce roman écrit en 1999 … et je dois avouer que je suis assez déçue. Pourtant, à priori, l’histoire était faites pour moi. L’héroïne, Clara, nous parle de ses amis les plus chers et les plus proches qu’elle a connu à l’école et qu’ensuite elle côtoie très régulièrement.

La psychologie des personnages principaux est très élaborée et détaillée mais pourtant je ne suis pas arrivée à m’attacher à eux, malgré parfois un passé lourd, noir et chargé de pessimisme.

Au final, je trouve l’histoire un peu « simplette » le garçon central de l’histoire, Rapha Matha, ayant couché avec tous les autres membres du groupe, et pour finir l’issue de ce roman étant de savoir qui a ou pas le sida !!

Mais je dois avouer qu’il y a de très beaux passages, avec des questions que l’on c’est posé une fois ou l’autre quand on vit une relation amoureuse difficile et que l’on doute. Les parties de l’histoire concernant Joséphine sont passablement savoureux, car elle a un franc parler surtout en ce qui concerne sa vie de couple et sa vie amoureuse avec ses différents amants.

Donc une découverte en demi-teinte, mais je serais indulgente dans mon avis car c’était le seul livre disponible à la bibliothèque alors que je souhaitais lire « les yeux jaunes des crocodiles ». Je ferais donc une autre tentative, en espérant que ce livre sera meilleur.

Une phrase savoureuse en pages 30 qui m’a beaucoup fait rire : Habillé, il sera moins vulnérable. On n’annonce pas à un homme tout nu qu’on ne l’aime plus.

 

Note :  2 / 5   première parution en décembre 2008

Un rêve américain

 

LE PRIVILEGE DES REVEURS  de  Stéphanie JANICOT
Editions Albin Michel   /   343 pages

 

Résumé de l’histoire

Une histoire à 3 voix. Caleb, joueur de base-ball reconvertit en entraîneur de l’équipe des Giants. Salomé sa femme, arrivée aux Etats-Unis à l’âge de 19 ans, écrivain qui s’est mariée avec Caleb pour obtenir sa carte verte.

Grande complicité entre eux, mais pas d’amour, et ils ont une fille Judith. Elle est en pleine adolescence, cherche sa voie, ses origines et se confronte à ses parents.

Mais un grand malheur, va bouleverser leurs vies. Caleb va avoir un accident de voiture et toutes leurs certitudes vont être chamboulées, leurs vies changées.

 

Mon avis

J’ai passé un très bon moment avec Stéphanie Janicot et son roman. J’aime la façon dont elle fait parler ses personnages, chacun son tour raconte sa vision et son ressenti de l’histoire. Leurs psychologies sont complexes et complètes.

Histoire familiale, des femmes sur 4 générations, couvrant une large part de l’histoire de l’Europe, de la 2ème guerre mondiale à nos jours. Pour ma part, seul bémol, la portion de l’histoire qui se passe en Israël avec ses conflits, car c’est un sujet qui m’intéresse moins.

Je me réjouis déjà de lire mon prochain Janicot. Heureuse découverte faite sur un blog qui conseillait cet auteur. Un petit plus, la couverture du livre avec ses couleurs vives et ses formes géométriques qui m’ont interpellés.

 

Note : 4 / 5   première parution en novembre 2008

La main remplacée

 

LA QUATRIEME MAIN  de John IRVING
Editions Seuil   /   378 pages

 

Résumé de l’histoire

Patrick Wallingford est un bel homme et un journaliste tv très en vue. Il le sait et use de son charme à tout va. Jusqu’au jour où, lors d’un reportage en Inde, il se fait manger sa main par un lion.

Ensuite on découvre le monde de M. Zajac, chirurgien, divorcé de son état, qui va greffer la nouvelle main de Patrick Wallingford.

Et pour terminer, on fait la connaissance d’Otto Clausen, qui va disparaître tragiquement et du vœu de son épouse, Doris, qui veut que la main de son défunt mari soit greffée à Patrick, mais sous certaines conditions …. assez extravagantes.

Et nous voici entraînés dans cette histoire, notre curiosité nous pousse à en savoir toujours plus, et on a de la peine à lâcher le livre avant la fin.

 

Mon avis

Encore un livre de Irving que je trouve très réussi. Tout d’abord le sujet : perdre sa main dans un accident, devoir vivre sans main dans un premier temps, ensuite avec une prothèse et finalement avec la greffe de la main d’un autre homme. Les médicaments anti-rejet que l’on doit prendre à vie, accepter la main d’une autre personne. Je trouve le côté psychologique de cette histoire très réussi.

Comme à son habitude, les personnages sont très fouillés, et on s’attache à eux. Au début du livre, chaque chapitre met en scène les personnages principaux et j’aime bien cette entrée en matière pour faire connaissance avec chacun.

Pour une fois, il n’y a pas trop de longueur (sauf le chapitre « interlude japonais ») que je n’ai pas trouvé très intéressant et qui à mon sens, n’apporte rien au roman.

Conclusion, j’ai passé un excellent moment avec M. Irving, et je recommencerai.

 

Note : 5 / 5   première parution en novembre 2008

 

Lecture fleur bleue

 

UN AMOUR ASSASSIN  de  Julie GARWOOD
Editions Belfond   /   454 pages

 

Résumé de l’histoire

Regan, belle et riche héritière d’un empire familial, dirige avec ses frères une chaîne d’hôtels de luxe. Entraînée par Sophie, son amie d’enfance, elle assiste à un séminaire où elle doit se prêter à un petit jeu apparemment inoffensif : dresser la liste des personnes qu’elle souhaiterait voir disparaître.

Peu après, elle reçoit la photo d’un homme pendu. Horrifiée, elle reconnaît le premier individu inscrit sur sa liste. Et ce n’est que le début d’une longue série. Regan est placée sous la garde rapprochée d’Alec, l’inspecteur de police terriblement séduisant qui mène l’enquête. Ensemble, ils vont tenter de démasquer celui qui est à l’origine de ce jeu macabre.

 

Mon avis

Un bon roman détente sans plus, à la frontière entre roman policier et histoire sentimentale. Mais agréable quand on est fatigué ou après une panne de lecture, ou une lecture sur la plage.

Au départ, les chapitres sont alternés : dans l’un c’est Regan qui parle, dans l’autre on découvre le tueur et une partie de ses motivations. A ce moment, les chapitres sont courts, rythmés et enlevés et les pages défilent à tout allure.

Ensuite, il y a 100 pages que l’on aurait très bien pu enlever, qui parlent surtout de la romance naissante entre Regan et Alec, ainsi qu’une explication détaillée du travail de Regan (qui consiste à dépenser la fortune familiale dans des œuvres de charité ainsi que d’assister à toutes sortes de fêtes huppées).

La fin est un peu bâclée, car sur les 80 dernières pages, on trouve un coupable qui n’est pas le bon, et ensuite on arrête enfin le vrai tueur et en une ou deux pages on a l’explication de l’intrigue.

A mon avis, l’auteur mêle plusieurs genre, sans aller jusqu’au bout : d’abord une intrigue policière (elle assiste à un séminaire d’un docteur charlatan qui dépouille ses victimes) et là aussi elle en parle bcp au début du livre et ensuite cette intrigue est bouclée en une demi page. Ensuite, il y a l’histoire du tueur qui la poursuit, il y a aussi des problèmes familiaux non résolus avec ses frères. J’ai l’impression qu’elle part un peu dans tous les sens et elle n’étoffe pas assez la psychologie de ces personnages.

 

Note : 3 / 5   première parution en novembre 2008

Apprendre à se faire plaisir

 

LA MARIEE MISE A NU   DE  Nikki GEMMELL
Editions Au Diable Vauvert  /  357 pages

 

Résumé de l’histoire

Une anglaise est en lune de miel retardée (car ils sont mariés depuis 7 ans) à Marrakech avec son mari Cole. Une après-midi, elle rentre dans la chambre à coucher plus tôt que prévu et surprend son mari au téléphone, dans une discussion équivoque avec sa meilleure amie Théo, sexologue de son état.

Elle se fâche avec son mari qui ne veut pas lui donner d’explication, ils rentrent à Londres et leur vie a changé. Elle se sent trahie et leur quotidien est plus triste, plus maussade. Quelques mois plus tard elle rencontre Gabriel, c’est le coup de foudre et elle décide de vivre une aventure intense et débridée avec lui. De lui montrer et lui apprendre toutes les facettes de l’amour et comment satisfaire une femme.

 

Mon avis

Un roman fort, troublant, qui dissèque les relations intimes du couple (que ce soit les habitudes sexuelles ou toutes les petites choses, tendresses, gentillesses du couple.) Le langage est parfois cru mais jamais vulgaire et elle explique avec force détails la façon de penser et de réagir d’une femme et la façon dont un couple peu évolué au fil des ans.

Ce roman m’a touchée, car je me suis reconnue dans des tas de situation, je trouve le ton très juste et j’ai apprécié les petites pointes d’humour féroces de l’auteur. Je lui tire un grand coup de chapeau pour avoir écrit ce livre et m’avoir fait sourire même dans les situations difficiles.

Je me réjouis de lire d’autres titres de cet auteur.

Je ne connaissais par la maison d’éditions : Au Diable Vauvert, et je dois avouer que j’aime beaucoup leur mise en page, l’écriture qui est d’une taille agréable, le texte qui respire (pas collé en haut et en bas de la page) et très original les no de pages au milieu de la page, sur le côté (au lieu d’en haut à droite). Tous ces petits détails ont rendu ma lecture encore plus agréable.

 

Note : 5 / 5   première parution en  octobre 2008

 

 

Mon nouveau chouchou

 

Je vais donc ouvrir cette nouvelle rubrique musique, avec un chanteur qui m’a été conseillé par Ben l’oncle Soul (que j’ai découvert et adoré en 2011, mais j’y reviendrai) et il souhaite donner un coup de pouce à un ami chanteur.

Il s’agit de Shad Murray. Il est plutôt joli garçon, une tête à chapeau, avec un physique très carré mais une voix douce et mélodieuse. Ce qui m’a fais craquer sur ce titre, c’est qu’il courtise une jeune femme tout en la vouvoyant (ce qui à mon sens est très classe), les paroles sont très belles, il s’accompagne simplement de sa guitare et je trouve que c’est très réussi. Il y a aussi ce petit côté soul qui me plaît beaucoup.

Donc profitez pleinement de ce joli morceau : Mrs Goodnews

Une bonne surprise

Souvent en regardant le programme télé, je me dis qu’il n’y a pas grand chose d’intéressant au niveau film. Et lundi passé, je vois que la RTS Un diffuse un film de 2010, avec Robert Pattinson et Pierce Brosnan, film que j’avais hésité à aller voir au cinéma, et finalement je m’étais abstenue.

Donc, comme il n’y a rien d’autre, je décide de regarder : Souviens-toi de moi, en étant presque sûre de lâcher l’affaire au bout d’une demi-heure. Et là, j’ai été plus que surprise en bien.

En fait, j’ai pris une vraie claque, car je ne savais rien du film, je ne savais pas vraiment de quoi il allait traiter. Je pensais qu’il s’agissait juste d’une histoire d’amour, doublée d’une histoire de vengeance. Et je me trompais complètement.

Je raconte …

Tyler (Pattinson) est un New-Yorkais de 22 ans en rébellion contre la société et sa famille. Son père (Brosnan) est avocat, il passe 95 % de son temps à son travail, négligeant ses enfants et sa femme et ils ont finis par se séparer.

Le père et le fils ne s’entendent pas, car le fils aîné c’est suicidé le jour de ses 22 ans. Donc le père a ignoré son fils Tyler, ainsi que sa fille qui est surdouée et âgée de 12 ans et qui essaie de capter, désespérément, l’attention de son père, sans succès.

Mais cette année là, Tyler tombe amoureux de Ally, une jeune fille qui va dans la même école que lui. Elle a aussi un passé très douloureux (des jeunes ont tués sa mère par balle dans le métro, alors qu’elle était là, âgée de 12 ans) et depuis, son père, policier, et devenu super protecteur à son égard.

Une belle histoire commence entre eux, le père et le fils arrivent enfin à crever l’abcès et à se parler. Le père s’occupe enfin de sa fille, mais lors de la rentrée des classes en septembre, la petite fille est prise pour cible des méchancetés de ses camarades, alors le père décide d’accompagner sa fille à l’école et de remettre de l’ordre dans cette situation.

Il doit voir son fils, ce matin là, mais il va être en retard, il lui demande donc de l’attendre dans son bureau, situé dans le Word Trade Center … un 11 septembre … Et il perdra son 2ème fils … Qui mourra à sa place, en quelque sorte …

Et la claque réside dans le fait que je ne savais pas que le film traitait de cette actualité. J’ai été touchée, car j’ai trouvé le film très bon. Alors quand il repassera … je le regarderai encore, et pour ceux qui l’ont loupé, au cinéma et à la télé, il reste le dvd.