L’amour à la campagne

 

LA MARE AU DIABLE de George SAND
Editions Folio classique   /   200 pages

 

Résumé de l’histoire

Cette histoire se passe en 1851, et raconte la vie de Germain (28 ans), un paysan, veuf depuis 2 ans avec 3 enfants en bas âge. Son beau-père, le père Maurice, lui suggère de prendre une nouvelle femme afin de l’aider dans ses tâches quotidiennes.

Il lui conseille de prendre une femme ayant un âge en rapport avec le sien et si possible veuve et avec quelques économies. Il l’envoie donc dans un village voisin, vêtu de ses habits du dimanche et avec un présent pour sa future belle-famille, afin de conclure « cette affaire » car se sera un mariage de raison et non d’amour.

Il doit prendre avec lui, « la petite Marie » une paysanne de 17 ans, qui va louer ses services dans une ferme proche de l’endroit où doit se rendre Germain. Au fil de l’histoire, on se rend compte que Germain est très amoureux de Marie, mais comme elle est très pauvre cela ne ferait pas un « bon parti ». Au final, il doit demander la permission à son beau-père de faire sa demande en mariage à Marie.

 

Mon avis

Le style de George Sand est simple, direct, sans fioritures. Par contre, la psychologie des personnages est très détaillée. Elle explique leurs rêves, leurs motivations et leurs regrets.

Au début du livre, en préambule, l’auteur nous explique comment elle a eu l’idée d’écrire l’histoire de Germain, et elle nous raconte son schéma de pensée.

On s’aperçoit vite que cette femme est très cultivée, qu’elle s’intéresse autant aux paysans et à la nature, qu’aux nobles et à leurs façons de s’amuser et de remplir leurs journées.

Dans l’édition Folio, en fin de livre, la vie de George Sand est très détaillée et on s’aperçoit que cette femme a eu énormément d’amants, qu’elle en changeait très souvent et qu’elle était amie avec des peintres, des sculpteurs, des écrivains et qu’elle a beaucoup voyagé pour l’époque. Ce qui explique peut être que son esprit soit si ouvert et moderne.

En fin de compte, un ouvrage intéressant et enrichissant sur la façon de vivre au 19ème siècle. J’ai dû lire ce livre vers l’âge de 12 ou 14 ans, mais je n’en avais gardé aucun souvenir.

 

Note : 3 / 5    première publication en juillet 2009

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s