Publié dans Cinéma, vu au cinéma

A couper le souffle

 

Réalisateur : James Cameron
Comédiens : Michelle Rodriguez /  Sigourney Weaver /  Zoe Saldana /  Sam Worthington
Durée        : 2h45
Genre        : Fantastique

 

Note : 5 / 5     première publication en janvier 2010

 

Résumé de l’histoire

Malgré sa paralysie, Jake Sully, un ancien marine immobilisé dans un fauteuil roulant, est resté un combattant au plus profond de son être. Il est recruté pour se rendre à des années-lumière de la Terre, sur Pandora, où de puissants groupes industriels exploitent un minerai rarissime destiné à résoudre la crise énergétique sur Terre.

Parce que l’atmosphère de Pandora est toxique pour les humains, ceux-ci ont créé le Programme Avatar, qui permet à des  » pilotes  » humains de lier leur esprit à un avatar, un corps biologique commandé à distance, capable de survivre dans cette atmosphère létale. Ces avatars sont des hybrides créés génétiquement en croisant l’ADN humain avec celui des Na’vi, les autochtones de Pandora.

Sous sa forme d’avatar, Jake peut de nouveau marcher. On lui confie une mission d’infiltration auprès des Na’vi, devenus un obstacle trop conséquent à l’exploitation du précieux minerai. Mais tout va changer lorsque Neytiri, une très belle Na’vi, sauve la vie de Jake…

 

Mon avis

Premier film de l’année et quel film !!! Voilà plusieurs jours que je l’ai vu et pour la première fois depuis longtemps, à peine sortie du cinéma, je n’avais qu’une envie le revoir encore une fois. Jamais aucun film auparavant ne m’avais captivée et fait rêver à ce point.

Le scénario est en béton, il y a une belle histoire d’amour, les effets spéciaux sont spectaculaires, magnifiques, grandioses, tant au niveau de la flore avec des champignons à rétractation spontanée, des montagnes flottantes et toute la nature est phosphorescente avec des couleurs vraiment sublimes et enchanteresses, mais aussi au niveau de la faune avec de petites méduses aériennes, des sortes de tricératops en couleur, de petits lézards à hélices, des félins extrêmement rapides et agressifs.

C’est vraiment un film à grand spectacle, le fait de pouvoir « guider » un avatar à distance avec son cerveau est aussi une grande innovation, tant au niveau du scénario que de la réalisation. Très belle idée aussi dans le fait que les Na’vi commandent tout par la force de leur cerveau et qu’ils peuvent « se connecter avec leur queue » aux animaux comme ces espèces de chevaux énormes ou encore ces oiseaux préhistoriques.

Mais malgré tout cela, le film est très réaliste, James Cameron représente les humains et plus particulièrement les américains, comme des arrivistes, ils vont sur une planète qui ne leur appartient pas, ils saccagent tout pour un minerai, et quand la source est tarie, on laisse tout en l’état (donc dévasté) et on s’en va. On ne répare rien, on ne replante rien.

Bien aimé aussi le choix des acteurs, j’ai été ravie de retrouvé Sigourney Weaver (avec des cheveux) ainsi que Michelle Rodriguez (vue et appréciée dans Lost).

Vraiment un film magnifique à tous les niveaux, j’ai encore de la peine à m’en remettre. L’affiche aussi est sublime.

 

Publié dans Livres, roman contemporain

Une vie pour une autre

 

La vie devant ses yeux  de  Laura KASISCHKE
Christian Bourgois Editeur   /   348 pages

 

Résumé de l’histoire

Diana McFee est une américaine type : 40 ans, blonde, une petite maison en banlieue, elle est mariée à Paul, professeur de philosophie et ils ont une petite fille, Emma. Diana travaille à mi-temps comme prof de dessin.

Et soudain dans cette vie si parfaite, elle commence à avoir des flashes qui concernent son passé. Plus précisément, l’année de ses 18 ans et son amie Maureen du lycée, ainsi que la tragédie qui s’est produite cette année là.

 

Mon avis

Pour une fois mon avis est mitigé. J’ai à la fois aimé et pas aimé et j’ai de la peine à expliquer pourquoi. Je ne suis pas vraiment sûre d’avoir compris le roman, donc le résumé ci-dessus est un reflet de mon interprétation.

La trame de départ de l’histoire est très intéressante et surtout psychologique. On prononce une phrase .. on prend la vie d’une amie .. et on doit vivre avec ce souvenir et sa culpabilité. Et au final, comment apprécier la vie sans devenir folle, en sachant qu’on a prit la vie de sa meilleure amie ? Ma vie a-t-elle plus de valeur que la tienne ? Ma destinée était elle plus grande et plus intéressante que la tienne ? En résumé, voici la question essentielle qui fera office de fil rouge tout au long du roman.

Pour ce qui est de l’écriture, elle est simple avec beaucoup de détails (sur le temps qu’il fait, les bruits environnants, les odeurs) et concernant les chapitres, ils passent de façon assez classique du présent au passé (un chapitre concernant le passé commençant avec une écriture italique). Quand au suspens, j’ai assez vite découvert où l’auteur voulait en venir.

Je pense qu’il me faudra faire une autre tentative pour voir si je peux apprécier cette romancière.

 

Note :  2.5  / 5    première publication en juillet 2009