Sauvée par les études

 

LA PETITE FILLE DE MANCHESTER  de  Andrea ASHWORTH
Editions Ramsay    /    334 pages

 

Résumé de l’histoire

Andréa a 5 ans, quand son père meurt noyé dans une flaque d’eau. Sa mère n’a que 25 ans et elle est déjà veuve et sa petite sœur Laurie a seulement 3 ans. Moins d’un an après, sa mère est enceinte de son nouveau copain, Peter Hawkin, qui vient très vite s’installer chez elles et sa mère accouche d’une nouvelle petite fille Sarah.

Pendant les premiers temps, Peter est gentil et les couvrent de cadeaux, mais très rapidement les coups pleuvent, il trompe sa femme avec des adolescentes et quand Peter perd son travail de mécanicien c’est encore pire. Après plusieurs années de chômage, il décide de refaire sa vie et de les emmener au Canada, où ils vont tous devenir riche et manger de la viande à chaque repas !! Malheureusement, comme ils n’ont pas de papiers, ils ne peuvent pas travailler et sont aussi pauvre qu’en Angleterre voir pire … et les coups redoublent.

La mère n’en pouvant plus, elle vend des bijoux pour pouvoir rentrer en Angleterre et recommencer une nouvelle vies avec ses filles. Rapidement, Peter revient aussi, sa femme le reprend et les bagarres et les coups plus terribles les uns que les autres reprennent. Elle arrivera finalement à s’en débarrasser après qu’il aie manqué la tuer à plusieurs reprises. La mère fait une dépression et les filles mais surtout Andréa se réfugient dans les romans qui lui permettent de s’évader et de tenir le coup pour sa mère et ses sœurs.

Sa mère rencontre un nouvel homme Terry, qui la courtise pendant des mois dans sa belle Jaguar et finalement ils se mettent ensemble et pendant 2 ans la vie est belle. Tout le monde mange à sa faim, Terry est charmant, charmeur, travailleur et couvre sa nouvelle famille de cadeaux : nourriture, télé couleur, disques … mais lui aussi dérape et tape sur sa nouvelle famille à tours de bras, menaçant lui aussi de les tuer !!

Andréa se réfugie dans les études, réussit et va à l’université, mais en sortant la tête de l’eau, elle doit abandonner sa mère et sa demi-sœur sur le rivage.

 

Mon avis

Une biographie sinistre d’une fille qui a survécut à l’horreur familiale. Pendant plus de 300 pages elle détaille tout : le manque d’argent, le manque de nourriture (les privations pour que sa mère puisse fumer comme un pompier plusieurs paquets par jour !!) Les coups que sa mère reçoit de 2 hommes différends pendant plus de 17 ans !! sans avoir la présence d’esprit de demander de l’aide ou de faire constater par la police qu’elle est battue !! mais elle a tellement peur de se retrouver « sans homme » qu’elle préfère se faire battre plutôt que de changer de vie.

Cette lecture est triste à pleurer, mais j’ai souvent été en colère contre la mère d’Andréa qui accepte de se faire frapper ainsi que ses enfants sans broncher, ni chercher une autre solution !!

Le 4ème de couverture parle de : ces mémoires de violence, de maltraitance, de racisme et de pauvreté sont fascinantes et poétique !! Je n’ai rien vu de tout ça dans cette lecture. J’ai vraiment l’impression d’avoir perdu mon temps avec ce récit, et je ne comprends pas comment il a pu devenir un best-seller en Angleterre et aux Etats-Unis !!! Les gens ont vraiment des goûts morbides.

J’ai pris ce livre par erreur à la bibliothèque, n’ai vu que les mots « best-seller » et j’ai fais confiance au 4ème de couverture.

 

Note :    2 / 5     première publication en 2011

 

 

Publicités

2 réflexions au sujet de « Sauvée par les études »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s