Publié dans Livres, roman contemporain

Se rétamer

 

 

 

SLAM  de  Nick HORNBY
Editions Plon – collection feux croisés  /  289 pages

 

Résumé de l’histoire

Vous savez ce que c’est, un slam ? En langage de skateboarder ça veut dire qu’on se casse la gueule. Et moi, le skate et les filles c’est tout ce qui m’intéresse.

Je m’appelle Sam, j’ai 15 ans, je vis avec ma mère qui en a 31. Vous avez pigé : elle m’a eu quand elle avait 16 ans, du coup elle me dit toujours de faire attention avec ma copine. Parce que c’est comme le skate : un accident est vite arrivé.

Voici donc recopié le 4ème de couverture où l’éditeur a rajouté : Une incursion touchante et drôle à la frontière délicate qui sépare les jeunes des adultes.

 

Mon avis

Autant vous dire tout de suite que je n’ai pas été convaincue !! Autant le résumé semblait sympa, autant la lecture du roman fut chiante. L’auteur essaie d’imiter le langage d’un ado et parle des ses préoccupations : l’école, les filles, le skate, coucher ou pas coucher ?

Donc dans les grandes lignes : Sam a 15 ans et sa seule préoccupation à part l’école c’est le skate. Un jour il rencontre Alicia, qui devient sa petite amie, ils couchent ensemble, elle est enceinte. Elle décide de garder le bébé et tente d’impliquer Sam dans ce plan. Ce passage m’a énervée, oui on est deux pour faire un gamin, donc on devrait être deux à décider de son avenir, et si Sam ne veut pas le garder, on devrait au moins le respecter pour son choix.

Dans sa chambre, Sam a un poster d’un skateur célèbre et il lui parle. Un jour il se retrouve dans le futur, voit qu’il vit avec Alicia, dans sa chambre et que le bébé est là. Ensuite il retourne dans son présent … mais ne change rien !! A quoi ça sert d’aller dans le futur si c’est pour ne rien changer !

Au final, Sam est père à 16 ans, il ne vit plus avec Alicia, et il se tape une sorte de garde partagée pour participer à la vie de son enfant, tout en essayant de poursuivre ses études.

Je ne le conseille vraiment pas, sauf si on a du temps à perdre et plus rien d’autre à lire.

 

Note : 2 / 5    première publication en 2011