Recherche d’identité

 

NON, MA MERE N’EST PAS UN PROBLEME  de  Stéphanie JANICOT
Editions Albin Michel   /   306 pages

 

Résumé de l’histoire

Roman à deux voix. Les chapitres impairs c’est Aaron-Pierre (célibataire, la trentaine, journaliste, juif non pratiquant) qui parle à son psy. C’est une exigence de Lucile, la femme qu’il désire épouser. Il doit faire une analyse et parler de sa mère, avec qui il ne s’est jamais bien entendu. Mais au final, il parle de tout (ses études, ses petites amies, ses multiples maladies, souvent imaginaires), sauf de sa mère.

Les chapitres pairs, c’est sa mère, Anna Lévi, qui tient un journal. Il débute en 1964, elle a 20 ans et va se marier avec Olivier, futur avocat, catholique et bourgeois.

Elle raconte l’abandon de ses études, la naissance de son 1er enfant, sa peine à se faire des amies, sa solitude dans son grand appartement (qui doit être tenu à la perfection) la rigidité de son mari, son garçon toujours malade.

Le souci de faire quelque chose de mal qui nuirait à son fils. Alors pour se tranquilliser elle trouve un pédiatre compétent Elie Cohen, qui se trouve à deux rues de chez elle et elle y cours au moindre signe de maladie chez Aaron et le pédiatre lui sert surtout de confident.

Sa vie de couple se détériore pendant les manifestations de mai 68, car elle informe son mari qu’elle veut reprendre des études, passer son permis de conduire, avoir plus de liberté. Lui veut juste faire de nouveaux enfants avec elle et voit tout ça d’un mauvais œil. De plus, il devient violent avec sa femme (il la bat, l’oblige à des rapports non consentit) et sa vie se complique.

Arrivera-t-elle à trouver le bonheur ? Avec qui ? Sa relation avec son enfant va-t-elle enfin s’améliorer ? Quel est donc le but inavoué de David Holstein le psy de Aaron ?

 

Mon avis

Un très beau roman, une écriture réaliste qui m’a prise aux tripes. Le ton est parfois triste mais jamais plombant, et il y a pleins de passages savoureux et de l’humour.

Au final, une même vie, mais deux points de vue totalement différents.

 

Note : 4 / 5    première publication en 2011

 

1er roman lu en 2010 : le privilège des rêveurs