Nouveau disque Ben l’Oncle Soul

J’ai découvert ce chanteur français en 2011 et j’ai tout de suite adoré. Son style, sa voix, son petit chapeau, son univers musical  m’a conquise. J’ai passé en boucle son premier succès : Soulman.

Il a pris 4 ans pour nous faire une nouvelle galette, qu’il a enregistré à San Francisco avec le groupe : Monophonics. Je n’ai pas encore écouté la totalité de l’album mais j’aime beaucoup : A coup de rêves et Hallelujah, j’ai tant besoin de toi.

J’espère que vous aimerez autant que moi. En tout cas ça me mets la patate pour plusieurs jours.

Publicités

Semaine 38

Petite semaine, avec un drame, une comédie française et une bluette pour ado.

Tout d’abord le drame, avec : trois coeurs et sa très belle palette d’artistes : Benoît Poelvoorde, Charlotte Gainsbourg (que j’apprécie de plus en plus), Chiara Mastroiani et Catherine Deneuve. Le pitch : Poelvoorde rate son train et rencontre Ch. Gainsbourg, coup de foudre, ils se donnent rv aux Tuileries, mais Poelvoorde, victime d’un malaise, arrivera trop tard. Plus tard, il rencontre une autre femme, et il se trouve qu’elle est la soeur de Gainsbourg …

Pour la comédie français, il s’agit de : Bon rétablissement avec Gérard Lanvin (que j’adore) en huis clos dans une chambre d’hôpital. Ce qui fait toute la différence, c’est qu’il n’aime pas les autres et qu’il n’arrête pas de râler au point qu’il en devient touchant. A voir uniquement pour les bons mots et Lanvin, sinon sûrement aucun intérêt.

Et je termine avec la bluette pour ado, avec : Si je reste avec un pitch simplissime : une ado tombe amoureuse, elle a un accident et meurs, mais son petit ami, la supplie de revenir. Voilà une histoire bof, pas d’acteurs extraordinaire, seulement si on veut perdre 20 balles au cinéma.

Saga chinoise – fin

 

LE DISQUE DE JADE  par José FRECHES
Les îles immortelles – tome 3

Editions XO   /   488 pages

 

Résumé de l’histoire

Ils ont grandi ensemble, Zheng, Poisson d’Or, Rosée Printanière et Zhaogao, dans un royaume en plein essor. Puis Zheng a saisi le pouvoir comme une arme démoniaque, fondant le Grand Empire sur la dictature de l’Etat, et n’ayant plus qu’une obsession : l’immortalité.

Pendant que Zheng cherche son paradis, Poisson d’Or réunit avec quelques amis une petite armée pour éliminer l’Empereur, et il va tout mettre en œuvre pour retrouver son amour Rosée Printanière qui a disparu avec le disque de jade.

 

Mon avis

Voilà le dernier tome de la trilogie. On se concentre sur les deux personnages principaux, à savoir, Poisson d’Or et l’Empereur Zheng, ainsi que sur les seconds rôles importants : la reine mère, la mère de Zheng, Rosée Printanière et son père. Certains secrets sont révélés et expliqués.

L’Empereur Zheng se fait de plus en plus invisible, il se concentre sur la construction de la Muraille ainsi que des édifices à sa gloire. Il recherche avec ardeur l’immortalité par tous les moyens. Il prépare donc une expédition avec de jeunes gens vierges, qui doivent trouver les îles immortelles et lui rapporter des fruits de jade, afin de vivre à son tour 10’000 ans de plus. Mais personne ne reviendra jamais de cette expédition.

De son côté, Poisson d’Or est toujours recherché suite à son évasion des chantiers de la Muraille. Il retrouve son ancien professeur qui décide de l’accompagner dans sa quête. De ce fabuleux voyage, il retrouvera son vrai père, le bi magique ainsi que Rosée Printanière. Il abandonnera son idée du tuer Zheng, restera dans l’ombre et réhabilitera l’écriture et les livres, qu’il fait recopier par des prêtres, et qu’ils distribuent en secret aux lettrés.

C’est un pâle résumé (je n’ai pas réussi à remettre la main sur mes notes) mais je conseille vivement cette trilogie à qui veut s’enrichir et comprendre la façon dont l’empire chinois s’est construit, leurs coutumes. L’histoire est pleine de rebondissements, on a jamais le temps de s’ennuyer, les personnages sont attachants et leurs psychologies très détaillées. Bien sûr au milieu de tous ses rebondissements, il y a de très belles scènes érotiques, détaillées avec poésie, jamais vulgaires, pas trop longues et s’insérant bien dans l’histoire.

Pour moi cette lecture fut un vrai bonheur, je me suis instruite, j’ai voyagé et c’est avec regret que j’ai quitté tous ces personnages sympathiques et attachants. Donc au final une très belle expérience.

 

Note :  5 / 5      première publication en 2012

 

Remue les tripes

EXTREMEMENT FORT ET INCROYABLEMENT PRET

 

Réalisateur :  Stephen Daldry
Comédiens :  Tom Hanks / Thomas Horn / Sandra Bullock

Durée        :  2 h 10
Genre        :  Drame

 

Note :  5  / 5  vu le 10/03/2012

 

Résumé de l’histoire (allociné)

Oskar Schell, 11 ans, est un jeune New-Yorkais à l’imagination débordante. Un an après la mort de son père dans les attentats du World Trade Center, le « jour le plus noir », selon l’adolescent, il découvre une clé dans les affaires du défunt. Déterminé à maintenir un lien avec l’homme qui lui a appris à surmonter ses plus grandes angoisses, il se met en tête de trouver la serrure qui correspond à la mystérieuse clé.

Tandis qu’il sillonne la ville pour résoudre l’énigme, il croise toutes sortes d’individus qui, chacun à leur façon, sont des survivants. Chemin faisant, il découvre aussi des liens insoupçonnés avec son père qui lui manque terriblement et avec sa mère qui semble si loin de lui, mais aussi avec le monde déconcertant et périlleux qui l’entoure…

 

Mon avis

J’ai adoré ce film. Pour le sujet, difficile à traiter, pour Tom Hanks qui n’avait pas joué depuis longtemps. L’intrigue se met en place petit à petit et à la fin on découvre totalement autre chose que ce que l’on croyait.

Oskar est probablement autiste, même si ce n’est jamais clairement dit, et au début ses réactions sont très énervantes. Au fur et à mesure de l’histoire, on finit par s’attacher à lui, on est heureux de voir qu’il peut dépasser ses limites (aller vers les autres, leur parler voir même les toucher), j’ai été admirative devant son sens de la logique et de la déduction pour retrouver ce « fameux Black ». Ce garçon est étrange mais loin d’être bête, et au final cette clé n’a rien à voir avec son père, mais va apaiser une autre famille.

Pour moi ce film est magnifique, il a beaucoup parlé à mes tripes et j’ai bien pleuré (pour de multiples raisons) mais une chose m’a profondément agacée, le temps que perd Tom Hanks a essayé de parler à son fils pendant la dernière heure de sa vie, alors qu’il ne va jamais répondre au téléphone, quand bien même il est là pour répondre … alors que sa femme aurait eu tant besoin de lui parler une dernière fois, ça aurait sûrement changé le cours de sa vie.

A mon grand étonnement il est resté très peu de temps au cinéma, mais à voir en vidéo avec une grande boîte de mouchoirs.

1 sifflet, 1 don, 1 lettre

 

 

L’HERITAGE DES DARCER  de  Marie CAILLET
Editions Michel Lafon   /   409 pages

 

Résumé de l’histoire (4ème de couverture)

Lorsqu’on s’appelle Mydria, qu’on est la fille unique et chérie des puissants Siartt et qu’on a pour objectif principal d’accéder à un pouvoir plus grand encore en épousant le prince héritier du royaume, la vie ne peut pas être ennuyeuse.

Jusqu’au jour où Mydria découvre ses vraies origines. Elle n’est nullement Siartt, mais l’ultime héritière d’une dynastie renversée depuis des générations ! Et pour couronner le tout, à la suite de ses ancêtres, elle est tenue de se lancer à la recherche du trésor familial, recevant pour seules aides, un sifflet et le don d’aile, cet étrange pouvoir capable de vous métamorphoser à volonté.

Le pire danger ne l’attend pas derrière l’errance, la bataille et les cloques aux pieds. Le pire danger pour un cœur confiant ne tient qu’en un seul nom : Orest.

 

Mon avis

Un très bon roman, j’ai beaucoup aimé le début qui raconte la légende de la famille de Mydria ainsi que le début de ses péripéties. J’ai par contre trouvé que la fin traînait un peu en longueur. Les personnages n’ont pas une psychologie trop développée, on comprend rapidement que Mydria a le béguin pour Orest avec son style mauvais garçon.

Par contre concernant Mydria, elle lui a fait un caractère bien trempé, têtue, qui sait à peut prêt ce qu’elle veut mais fondante comme une guimauve dès qu’il s’agit de garçon. La fin de l’histoire est brouillonne, mais on se dit que fatalement il va y avoir une suite.

En conclusion, j’ai bien aimé, je me suis laissée emporter par la magie de l’auteur (qui n’a que 18 ans) et qui s’est très bien débrouillée pour un premier roman. Je me suis laissée portée par l’histoire et j’ai passé un excellent moment. Un très bon point aussi pour la couverture du livre qui est magnifique et qui pour une fois a vraiment un lien avec l’histoire.

Marie Caillet a remporté le concours du nouvel auteur jeunesse à 18 ans. Un jury prestigieux l’a élue à l’unanimité.

 

Note :  4 / 5     première publication en 2012 

 

Le 2ème volume est sorti en novembre 2011, et c’est : Allégeance

 

 

et le 3ème volume sorti cette année c’est : la relève

 

Fais pas ci, fais pas ça !

IMG_0108

Ces deux dernières semaines ont été très chargées au niveau de mon emploi du temps ! J’ai fais des bêtises, débattu avec maîtresse de ce que j’ai le droit de faire .. ou pas .. autant vous le dire, on n’est pas d’accord sur tout. A négocier.

IMG_0109

J’ai fais du sport, au soleil levant.

Etirement

Etirement

IMG_0173

IMG_0174

Sport, mais au soleil

Joué à cache-chat (il parait que je suis pas très bon !) Evidemment je suis pas d’accord.

IMG_0133

IMG_0147

J’ai aussi tenté le sommeil de l’extrême en dormant dans des endroits improbables et difficiles d’accès.

IMG_0093

IMG_0122

IMG_0124

IMG_0131

IMG_0148

Comme ma maîtresse m’a trouvé stressé, j’ai fais un peu de sauna, mais je suis déçu … il n’y avait pas d’eau, pas de massage, pas de remous, pas de bulles … bref très moyen comme endroit relaxant !

IMG_0177

IMG_0179

IMG_0182

J’ai enfin réussi à monter sur une chaise de bar, la vue est bien plus sympa que depuis en bas.

IMG_0106

IMG_0107

J’ai fais de la magie, le fameux tour, où le chat est coupé en deux et j’ai même pas eu peur !

IMG_0127

IMG_0128

Et pour terminer une spéciale dédicace pour Eric, mon photographe officiel, car maîtresse a réussi à me faire flou sur la photo, mais on voit très bien le filet de protection et la vue qui sont nets ! Et les autres fois, je suis net et tout le reste est flou ! Elle a encore des progrès à faire.

IMG_0138

IMG_0137

IMG_0142

Piégée

LA CARA OCULTA / INSIDE

 

Réalisateur : Andrés Baiz
Comédiens : Quim Gutiérrez / Martina Garcia / Clara Lago

Durée        : 1 H 36
Genre        : Thriller

 

Note :  5  / 5  vu le 08/07/2012

 

Résumé de l’histoire

Adrian et sa petite amie Belen sont jeunes et très amoureux. Mais lorsque Bélen commence à douter de la fidélité d’Adrian, elle décide d’éprouver ses sentiments en lui faisant croire qu’elle a disparu.

Elle s’enferme alors dans une pièce secrète de la maison dont elle seule connaît l’existence. Dans sa précipitation, elle oublie la clé à l’extérieur. Piégée derrière un miroir sans tain, elle va assister impuissante à la nouvelle vie d’Adrian sans elle… ou presque.

 

 

Mon avis

Un film vraiment excellent, intense, on avance dans l’intrigue toute en douceur, et l’on est très attentif tout au long du film aux détails. Je me suis attachée rapidement aux trois protagonistes et particulièrement à Belen.

Au fur et à mesure que la nouvelle copine comprend ce qui se passe (que l’ex est prisonnière quelque part dans la maison) vient un cas de conscience : si je la délivre, je me fais éjecter de ma nouvelle histoire d’amour avec Adrian, mais si je ne fais rien, elle va mourir en nous regardant nous amuser. Puis-je supporter son regard au quotidien ? Puis-je vivre avec sa mort sur la conscience ?

A voir absolument (car il a eu très peu de publicité et il vaut vraiment la peine), un excellent moment avec ce film espagnol, et puis ça change une histoire qui se passe à Bogota (les quelques vues depuis le bar panoramique sont très belles).

 

 

Un profond ennui

UNE PROFONDE AFFECTION  de  Frances FYFIELD
Editions Presses de la Cité   –   373 pages

 

Résumé de l’histoire (4ème de couverture)

Etudiants tous les deux, l’américain Henry Evans et l’anglaise Francesca Chisholm s’étaient rencontrés alors qu’ils parcouraient l’Inde sac au dos, dans les années soixante. Leur idylle avait tourné court, car la mort de son père avait contraint Francesca à rentrer précipitamment en Angleterre. Plutôt que de l’accompagner, Henry avait préféré poursuivre ses vacances.

20 ans plus tard, il est toujours hanté par le souvenir de cette femme et tenaillé par le regret de n’être pas resté à ses côtés. Il fait donc le voyage pour tenter de la retrouver, et il découvre que son amour de jeunesse purge une peine de prison pour le meurtre de son fils de 5 ans.

 

Mon avis

Ce roman avait tout pour me plaire, mais la sauce n’a pas pris. J’ai lutté pendant les 100 premières pages, sentant bien que l’histoire allait démarrer, mais j’ai finalement été vaincue par le rythme très lent du récit et des descriptifs interminables. C’est mou et je me suis ennuyée ferme.

Je n’ai pas réussi à m’attacher à Henry qui n’est pas débrouille pour 2 sous et qui m’a passablement énervée, avec 10 questions avant chaque action !! Tout ce que je déteste chez un homme se retrouve dans ce personnage et il m’est devenu totalement antipathique. Donc au final j’ai jeté l’éponge.

 

Note : pas fini    première publication en 2012

 

 

 

Semaine 36

Pour cette semaine de reprise en septembre, il y a 4 films plus au moins intéressant. Un western danois, une comédie, un film policier indien et un film d’animation.

Concernant le western danois, on parle de : the salvation, l’histoire d’un homme qui venge la mort de son fils et de sa femme, avec Cantona qui joue un petit rôle. L’extrait est plaisant, mais quand on a vu un western on les a tous vu. Pour ceux qui ont envie d’exotisme.

Pour la comédie, on parle de : les combattants, l’histoire de Madeleine, une ado qui est persuadée que la fin du monde ne va pas tarder et elle décide d’entrer dans l’armée, afin de faire un stage pour être prête. Arnaud est troublé par cette fille et il décide d’y aller aussi.

Ensuite un film dramatique indien, avec : Siddharth qui raconte l’histoire de Mahendra, qui envoie son fils de 12 ans travailler dans une autre province. Le gamin disparaît et son père essaye en vain de le retrouver. Un film sur la pauvreté et le quotidien des Indiens.

Pour terminer, il reste le film d’animation avec : Opération casse-noisettes. Un écureuil qui veut braquer un magasin de noix ! Le seul charme réside dans les voix de doublages, et quelques bons jeux de mots, car le scénario est maigre.

Déprimant

 

 

 

Retour aux informations sur le produit

NE M’OUBLIEZ PAS  de  Trezza AZZOPARDI
Editions Plon   /   310 pages

 

Résumé de l’histoire (4ème de couverture)

Winnie, vagabonde de 72 ans, est agressée dans son squat par une jeune fille qui lui vole sa précieuse valise avec ses maigres biens. Ce sont les seuls souvenirs matériels d’une vie que Winnie, en recherchant la voleuse, tente de se rappeler : le suicide de sa mère, la vie difficile pendant la guerre à la ferme de sa tante, son 1er amour à 15 ans qui la laisse enceinte, chassée du domicile familial.

Sans compter son internement dans un asile pendant 24 ans pour le vol d’un bébé, elle fait ainsi défiler une existence d’abandons, d’oublis, de secrets, de terribles mensonges et de cruelles vérités.

 

Mon avis

Trezza Azzopardi est née à Cardiff. Elle est diplômée de la Creative Writing School à l’université d’East Anglia. Elle est l’auteur de « la cachette », best-seller international et finaliste du Booker Prize.

La magie de cette auteure, que je ne connaissais pas n’a pas fonctionné sur moi. Je me suis ennuyée de bout en bout dans ce roman. Je n’ai pas adhéré à l’histoire (une enfant retardée, qui voit sa mère se suicider pendant la 2èmeguerre mondiale, elle est ensuite envoyée à la campagne, se fait chasser, car elle est enceinte d’un gamin du voisinage).

C’est noir, déprimant, l’écriture n’est pas lumineuse, je n’ai pas aimé le style de l’auteure et j’ai ramé pendant les 100 premières pages pour savoir de quoi il retournait et entrer vraiment dans l’histoire … et ensuite j’ai été contente d’en sortir.

Au final pour moi, pas une grande découverte, mais je n’affectionne pas vraiment ce genre d’histoire.

 

Note :  2 / 5      première publication en 2012