Du tout bon

DOUZE DE TROP  de  Colleen MCCULLOUGH
Editions L’Archipel    /   366  pages

 

Résumé de l’histoire

Avril 1967 dans le Connecticut, la petite ville d’Holloman. 1 jour, 1 ville, 12 meurtres ! Le capitaine Delmonico n’a jamais vu tant de meurtres en un jour et c’est suspect, car les cadavres n’ont aucun lien commun entre eux, enfin de prime abord.

Donc, soit il a un sérial-killer sur les bras, soit il y a un seul meurtre important, et les autres sont là pour faire diversion. Dans quel but ? S’agit-il d’un seul tueur ou tout le monde s’est organisé pour se débarrasser de son cadavre à la même date ? Et pour lui compliquer la tâche des agents du FBI font leur apparition. Il va avoir du pain sur la planche pour démêler cette histoire.

Je n’en dis pas plus, car l’histoire est trop savoureuse pour être dévoilée.

 

Mon avis

Un excellent roman, avec un bon rythme, minutieux, car tous les crimes seront élucidés et expliqués de façon très concrète. Il y a peu de temps mort et c’est pour moi une excellente découverte, car l’auteure n’est en principe pas versée dans ce genre de roman.

Mais ce qui fait tout le charme du roman, c’est le capitaine Delmonico, un italien, bien dans sa peau, heureusement marié avec deux enfants. Franchement, ça change du policier dépressif, ivrogne et veuf ou séparé ou du traditionnel don juan, célibataire, beau comme un dieu qui tombe les filles à toutes les pages.

Donc Delmonico est attachant et sa femme, Desdemona, anglaise atypique de 1m90 et maîtrisant mal la cuisine italienne est adorable. Je me suis prise d’affection pour eux et c’est un plus pour le roman. Les personnages sont très étoffés, par contre les prénoms sont pas piqués des vers, comme : Myron, Desmond, Carmine et j’en passe.

Certaines répliques sont à mourir de rire, telle celle-ci, qui me parle de façon très personnelle : Quand on paye des cacahuètes, on n’a que des singes !!

Donc je le recommande chaudement, un très bon moment de lecture.

 

Mais qui est-elle ? Portrait

Situons Colleen McCullough. Elle est née en 1937 à Wellington en Australie et elle a bouleversé le monde en 1977 avec son titre mondialement connu : les oiseaux se cachent pour mourir (que j’ai lu et adoré quand j’avais 16 ans) mais depuis je n’avais lu aucun autre de ses romans.

Elle a à son actif une quinzaine de livres, surtout des romances, mais elle a aussi écrit une série sur Rome et 4 romans policiers avec le capitaine Delmonico, dont voici les titres (je ne sais pas si ils ont tous été traduits en français :

On, off en 2006
Douze de trop en 2009

Naked cruelty en 2010
The prodigal en 2012

 

Note :   5  / 5    première publication en 2013

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s