Encore un bon cru

 

 

NUIT NOIRE, ETOILES MORTES  de  Stephen KING
Editions Albin Michel    /  483   pages

 

Résumé de l’histoire

Ici il s’agit de 4 grandes nouvelles. Elles oscillent entre polar et terreur. Mais de toute façon elles sont addictives. On n’arrive pas à se coucher le soir, sans connaître la fin de l’histoire.

 

1922. Dans celle-ci, on lit la confession de Wilfred Leland James, qui avoue avoir tué sa femme, 8 ans plus tôt avec la complicité de son fils, alors âgé de 14 ans. Il est rongé par le remord et afin de soulager sa conscience nous raconte par le menu, pourquoi et comment il est en arrivé à cette extrémité. Une histoire qui fait froid dans le dos.

 

Grand chauffeur. Tess est romancière. Elle écrit des polars et fait des lectures dans les bibliothèques. La seule condition pour qu’elle se déplace, c’est qu’elle puisse faire le trajet en voiture et revenir dans la journée ou au plus tard le lendemain, afin de ne pas laisser son chat seul trop longtemps.

Lors d’un de ses déplacements, elle prend un raccourci pour rentrer (qui lui a été conseillé par la bibliothécaire qui l’a invitée), elle crève un pneu, un automobiliste la dépanne et en profite pour la violer et la laisser pour morte dans un coin perdu.

Mais Tess n’est pas morte et décide de se venger. Elle utilise donc les méthodes qu’elle préconise dans ses romans. Mais entre la fiction et la réalité … il y a un monde. Tess est-elle prête à franchir ce pas ? Peut elle tuer une personne de sang froid et surtout ne pas se faire prendre par la police ? Là est toute la question.

 

Extension claire. Streeter est au plus mal. Il a une vie plan-plan, avec une femme gentille mais pas celle qui lui était destinée et on vient de lui découvrir un cancer et il n’en a plus pour longtemps.

Mais en s’arrêtant pour vomir, il va faire une rencontre qui va changer sa vie. En échange de 15 % de son revenu annuel, il va retrouver sa bonne santé, la fortune pour lui et ses proches et tous ses ennuis vont tomber sur son meilleur ami, qu’il jalouse depuis des années.

 

Bon ménage. Un soir, en trébuchant sur un carton dans son garage, Darcy va comprendre qu’elle vit depuis 25 ans, avec un sérial killer. Que faut-il faire ? Comment se fait-il qu’elle n’ait rien vu ? Et si finalement elle s’en débarrassait ? Une histoire sous haute tension.

 

Mon avis

Un très très bon moment, le plaisir de retrouve King, d’avoir les poils de la nuque qui se dressent ! Se demander où va mener cette histoire. Un vrai moment de délice pur.

Ce livre de nouvelles je le recommande chaudement. Du très bon King.

 

Note :   5  / 5   première publication en 2013

Publicités

2 réflexions au sujet de « Encore un bon cru »

    • Cela faisait bien des années que je n’avais plus lu du King et là je dois dire que je n’ai pas boudé mon plaisir.

      Mais j’e n’aime pas forcément ces romans de la même façon.

      Quel est ce roman qui ne t’as pas passionnée ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s