Semaine 13

Grosse semaine pour le cinéma, avec pas moins de 6 films différents. Mais je choisis de ne retenir que 3 films dont 1 biopic, 1 thriller et 1 documentaire.

Dans ceux que je vais évoquer en quelques mots, il y a un drame : voyage en Chine, qui raconte la façon dont une mère va vivre son deuil, en allant récupérer le corps de son fils en Chine. Il y a aussi une xième version de Cendrillon. Et pour terminer le navet français, pourtant de Agnès Jaoui que j’apprécie d’ordinaire: l’art de la fugue. Je me suis tellement ennuyée que je n’ai pas réussi à voir la bande-annonce complète, alors qu’elle fait 1 minutes 30 !!

En ce qui concerne le triller, il s’agit de : Diversion avec le retour de Will Smith et Margot Robbie, dans un film qui parle d’arnaque, une main vous frôle et vous voila délesté de votre sac, montre, téléphone, etc. Mais Will Smith prépare un gros coup. Pas le film de l’année, mais je pense passer un bon moment.

Pour le documentaire, il s’agit de : Citizen Four, qui raconte l’histoire de Edward Snowden, informaticien pour la NSA, qui nous explique comment Big Brother nous surveille tout le temps et partout. J’ai des frissons, car je sais que c’est vrai.

Pour le biopic, je parle du dernier Tim Burton : Big eyes avec Amy Adams et Christoph Waltz, qui joue un peintre, Walter Keane, qui dessinait des personnages aux yeux démesurément grands, qui fit fureur dans les années 60 et devint riche en inventant les produits dérivés. Mais le petit hic, c’est que le peintre .. c’était sa femme, qui un jour voulu que le monde entier le sache. Je trouve les tableaux magnifiques.

Publicités

Voyage au Canada

 

 

AUTRE-MONDE
TOME 4 ENTROPIA de Maxime CHATTAM
Editions Albin Michel    /  388   pages

 

Résumé de l’histoire

Ce nouveau cycle commence dans une paix relative entre les Pans et les Cynik qui sont maintenant nommés les Maturs. Ils ont un roi en la personne de Balthazar, vieux sage, qui n’a pas été transformé par la tempête.

Pour défendre les intérêts des Pans, il y a deux sœurs Maylis et Zélie qui sont ambassadrices dans la forteresse de la Passe des loups, où vivent plus au moins en harmonie, les adultes et les enfants. Mais l’ambassadeur pour les humains est le Buveur d’innocence.

L’alliance des Trois, soit Matt, Tobias et Ambre sont à Eden et ils s’ennuient, car ils n’ont pas l’habitude de cette tranquillité toute relative et récente. Mais un brouillard épais qui tue tout sur son passage ou plutôt transforme les gens et les animaux en mort vivant, s’approche lentement mais sûrement de Eden.

L’alliance des Trois, accompagnés de leurs chiens et d’une petite troupe décide de partir vers le nord dans le but de trouver de nouveaux enfants et de voir se qui se passe sur ce qui était le territoire du Canada. Ils vont devoir combattre de nouveaux monstres et ils vont découvrir un groupe d’enfants, vivant dans un château et qui ont une altération de groupe. Mais quand un membre du groupe meurt, l’altération disparaît. Ils sont sauvés par l’alliance des Trois qui va les envoyer à Eden.

De son côté l’alliance des Trois va combattre un nouvel ennemi, fort presque indestructible (Google, j’ai adoré le jeu de mot) dont le but est de s’entendre dans le monde entier.

Le Buveur d’innocence joue un double jeu et il continue à capturer des enfants pour faire des expériences avec eux, à savoir, leur prendre leur altération pour se l’approprier et relancer une nouvelle guerre et décimer une fois pour toutes les Pans. Mais Maylis et Zélie veillent au grain et font capoter son plan.

Du côté des Pans, Ambre réalise qu’elle n’a absorbé qu’une partie du pouvoir et que deux autres « cœur de la terre » sont encore caché sur la planète. Donc ils décident de partir en Europe pour trouver le 2ème « cœur de la terre » et faire le bilan, soit savoir si la situation est pareille en Europe et comment se sont organiser les enfants là-bas. Ils vont donc construire des bateaux avec l’aide des Kloropanphylles et commencer ce grand voyage vers l’inconnu.

Mais le Buveur d’innocence a vent de ce projet et il décide de les suivre en Europe sous les traits d’un enfant en utilisant une altération qui lui permet de se transformer.

 

Mon avis

Un bon volume, qui bouge bien, les personnages se dévoilent, s’étoffent, les ados mûrissent, ils éprouvent des sentiments amoureux de plus en plus fort entre eux.

L’histoire est logique, bien faites, le trio quittent les USA et part explorer le Canada, avec de nouveaux monstres, découvrent de nouveaux enfants avec de nouvelles altérations.

Prochain volume, départ pour l’Europe.

voir volume précédent ici

 

Note :   5  / 5  première publication en 2013

 

Tonto et le justicier masqué

LONE RANGER

Réalisateur : Gore Verbinski
Comédiens : Johnny Depp / Armie Hammer / Tom Wilkinson

Durée        : 2 h 29
Genre        : Action, western

 

Note :  3 / 5    vu le 10/08/2013

 

Résumé de l’histoire (allo ciné)

Tonto, le guerrier indien, raconte comment John Reid, un ancien défenseur de la loi, est devenu un justicier légendaire.

Ces deux héros à part vont devoir apprendre à faire équipe pour affronter le pire de la cupidité et de la corruption. Le tandem fait des étincelles et entraîne le public dans un tourbillon de surprises et d’humour.

 

Mon avis

Comme je le dis souvent, il y a deux niveaux de lecture de ce film.

Dans un premier temps, on se laisse emporter par le film, on le regarde avec notre âme d’enfant, et l’on n’est pas déçu. Il y a de l’action tout le temps, des cascades de folies (les acteurs passent des heures à marcher sur le toit des trains, à passer d’un wagon à l’autre en essayant de les séparer, on fait sauter les ponts à grand renfort de dynamite, etc.). On en prend plein les yeux. Le cheval est très bon aussi.

Je trouve que Johnny Deep a toujours de bons dialogues, avec un humour un peu pince sans rire que j’adore. D’un côté il y a les traditions indiennes et de l’autre les blancs, ces nouveaux arrivants qui veulent tout prendre et surtout ce qui appartient aux autres.

Dans un deuxième temps, on regarde le film avec ses yeux d’adulte et là c’est nettement moins drôle.

Ça raconte l’histoire des blancs, qui veulent s’approprier le territoire des indiens, mais comme il y a une convention ils ne peuvent pas faire ce qu’ils veulent.

Donc le plus simple, c’est d’attaquer des fermes isolées, de tuer tout le monde, de faire croire que ce sont les indiens qui ont perpétrés ces tueries, du reste il y a des flèches partout ! Si c’est pas une preuve ça ! Et le gouvernement donne l’ordre de faire la guerre aux indiens et d’être sans pitié !

Comme ça on récupère les territoires, les mines d’or et d’argent cachés sous la montagne, et en prime on fait passer le chemin de fer. Et comme d’habitude, les politiques s’en mettent plein les poches (ça ne vous rappelle rien cette façon de faire ?)

Pour conclure, on se dit qu’en 400 ans les américains n’ont pas changé d’un pouce !

 

Je te hais aussi fort que je te respecte

RUSH

Réalisateur : Ron Howard
Comédiens : Chris Hemsworth / Daniel Brühl / Olivia Wilde

Durée        : 2 h 03
Genre        : drame, tiré de faits réels

 

Note :   5 / 5  vu le 13/10/2013

 

Résumé de l’histoire (allo-ciné)

RUSH retrace le passionnant et haletant combat entre deux des plus grands rivaux que l’histoire de la Formule 1 ait jamais connus, celui de James Hunt et Niki Lauda concourant pour les illustres écuries McLaren et Ferrari.

Issu de la haute bourgeoisie, charismatique et beau garçon, tout oppose le play-boy anglais James Hunt à Niki Lauda, son adversaire autrichien, réservé et méthodique. RUSH suit la vie frénétique de ces deux pilotes, sur les circuits et en dehors, et retrace la rivalité depuis leurs tout débuts.

 

Mon avis

J’ai été épatée à tous les niveaux, car ceux qui me connaissent, savent mon aversion pour presque tous les sports et en particulier la formule 1, très chiant à regarder (pendant des années ma « punition » du dimanche après-midi).

Là je n’ai pas vu passer les deux heures du film, c’est trépidant, haletant, les acteurs choisis pour interpréter Lauda / Hunt mais aussi Regazzoni (pilote suisse venant du Tessin) sont très ressemblants.

On voit comment ces deux pilotes vont accéder à la formule 1, alors qu’ils sont déjà ennemis en formule 3. Ils ne peuvent pas se supporter. Hunt c’est l’anglais qui se fout de tout, arrive sur la piste au dernier moment, au bras de sa dernière conquête qu’il a honoré toute la nuit. Alors que Lauda est arrivé sur la piste plusieurs heures avant la course, il étudie tout : la météo, la piste, les trous, les bosses, il est un mécanicien hors pair, très technique, il sait comment améliorer sa voiture pour gagner de précieux centièmes.

Et entre ces deux hommes, il y a autant de haine que de respect et d’amitié, mais jamais aucun des deux ne voudra l’admettre. Mais ils se toisent, s’insultent et se galvanisent mutuellement.

Contre toute attente, j’ai passé un excellent moment, un film magnifique, tant au niveau technique qu’au niveau intensité des sentiments et cascades. Et puis ce film a réveillé des souvenirs de mon enfance.

 

C’est le printemps

Voila c’est officiellement le printemps 😉

Plus de lumière, plus de vie, plus d’odeurs, des envies de se balader, enlever les collants et chaussettes, mettre des ballerines, faire tomber la veste, manger sur une terrasse.

Et ce qui me réjouis, regarder la nature se réveiller, voir les fleurs s’ouvrir, les arbres bourgeonner. Donc je vais piocher dans mes photos, et vous mettre pleins de fleurs des années précédentes.

2012 0102012 017

2012 014

2012 022

fleurs + divers 005

DIVERS 002

P.S. Il y a juste le rhume des foins qui me fait du mal … mais comme chaque année depuis 30 ans … je vais survivre. Et en cliquant sur chaque photo vous pouvez la voir dans une meilleure résolution. 

La corde au cou !

 

MARIE, MOI, JAMAIS !  de  Mike GAYLE
Editions  Albin Michel   /  359   pages

 

Résumé de l’histoire (4ème de couverture)

Vivre ensemble ou ne pas vivre ensemble, telle est la question. Duffy, jeune célibataire de 28 ans, va hésiter longtemps avant de trouver la bonne réponse. Il faut dire que l’on n’enterre pas sa vie de garçon du jour au lendemain et que la peine à perpétuité, ça demande réflexion.

Entre humour et romantisme, cette chronique caustique et perspicace a connu un immense succès en Angleterre. Mike Gayle serait-il un Bridget Jones au masculin ?

 

Mon avis

Je le dis sans prendre de gant, j’ai dé-tes-té !! Pas tant la façon d’écrire qui est assez quelconque dans ce genre de littérature « dite légère », mais par les clichés véhiculés.

J’ai quand même fait l’effort d’en lire la moitié, mais arrivé à ce stade, je n’en pouvais plus de tant de bêtises (je vais développer) et j’ai survolé les 100 dernières pages.

Rien que dans le 4ème de couverture, la phrase : la peine à perpétuité ça demande réflexion !! Ça me mets en rogne. On parle juste de se mettre en couple et de passer du bon temps ensemble !! On ne parle pas d’une exécution ! Mais Duffy n’a qu’une seule pensée : mince je vais plus pouvoir me pinter au pub avec mes potes et rentrer à 4h du matin à quatre pattes en me vomissant dessus !! C’est clair que ça c’est bien plus agréable que de passer du temps au lit avec son amoureuse !

Comme c’est souvent le cas dans la vraie vie, il y a un vrai problème de communication. Là où la fille pense vivre en couple car on se fréquente depuis 6 ans (quand même) l’homme pense : je vais l’avoir tout le temps sur le dos, je pourrai plus voir mes potes et faire des beuveries 3 jours par semaine, je pourrai plus jouer aux jeux vidéos et rester dans mes vêtements sales pendant 10 jours !!! (Ça sent le vécu !)

Et ensuite il pense : va falloir qu’on se marie, ça va me coûter de l’argent, je vais plus pouvoir voir mes potes, et il faudra faire des gosses et j’ai pas envie de m’enquiquiner avec ça … … Mais pas de soucis mon gars, faut juste que tu restes célibataire et que surtout tu ne grandisses pas !!! Par contre, ça ne le dérange pas trop que sa copine passe régulièrement chez lui pour faire la bouffe et se faire sauter au passage ! (pardon pour le côté cru) mais par contre pas les soirs de match de foot ! quand même !

Je n’ai toujours pas compris la relation entre : se marier et l’obligation de faire des gosses !!! On peut simplement se marier pour être ensemble, vivre au même endroit, faire baisser les impôts, se forger des souvenirs, faire la fête, être beaucoup avec la personne dont on est très amoureux … … et ne jamais faire de gamin, si ce n’est pas le choix du couple ! Il n’y a rien d’avilissant, à mon sens, de vouloir juste se consacrer à son partenaire et passer le plus de bon temps possible ensemble ! Je ne vois pas la nécessité de se reproduire, si l’un des deux partenaires ne veut pas jouer à ce jeu là, car immanquablement les enfants vont pâtir de cette situation et celui ou celle dans le couple qui aura voulu des enfants se retrouvera à s’en occuper seul (e).

Je n’ai pas trouvé ce roman caustique et je n’ai pas vu trace non plus de romantisme ! Certes je ne l’ai pas pris au 2ème degré non plus.

Edit de 2015 : il est fort possible qu’en rédigeant cette critique, certains souvenirs de ma vie privée, soit remontés d’un coup à ma mémoire. Je crois que juste avant de se marier, il faut être honnête sur le sujet des enfants.Si l’on est certain de ne pas en vouloir (que ce soit l’homme ou la femme) il faut en informer son futur partenaire, car immanquablement les deux vont souffrir, une haine tenace va s’installer dans le couple, qui va, à 98%, imploser. Et en sachant cela au départ, inutile de perdre ou de faire perdre son temps à son partenaire.

 

Note :   1/5   première publication en 2013

Semaine 12

Cette semaine des films très différents les uns des autres. Un film d’action, un mélo et un dessin animé.

Pour le film d’action, je parle de la suite de Divergente : l’insurrection avec de grosses scènes de poursuite, des bagarres, etc, mais je n’ai pas été très convaincue par la bande-annonce.

Pour le mélo, il s’agit d’un film primé à Tonronto : Phoenix qui parle de la chanteuse Nelly Lenz, survivante d’Auschwitz qui revient à Berlin et veut récupérer son mari.

Et pour terminer, le dessin animé : Shaun le mouton, qui est fait dans le même style que Wallace et Gromit. La aussi pas très convaincue par la bande-annonce.

7 ans d’attente

Le chanteur dont je vais parler (Francis Cabrel) fait partie de ma vie depuis de longues années. Simplement parce que j’aime ses textes, sa voix, son accent et qu’il est pour moi une référence.

Sept ans d’attente, c’est le temps que ses fans, dont je fais partie, ont attendu avant de voir un nouvel album, le 13ème, qui va s’appeler : In extrémis, qui sera dans les bacs le 27 avril 2015.

J’ai entendu un extrait de son interview et il disait qu’il avait eu beaucoup de peine à l’écrire.

Et je mets un extrait de sa première chanson : Partir pour rester, qui est une chanson d’amour, qui parle de sa vie avec sa femme. Et déjà là j’aime beaucoup.

L’Iditarod

 

 

 

LE GARCON DANS LA NEIGE  de  M.J. MCGRATH
Editions  Presses de la Cité   /  388   pages

 

Résumé de l’histoire (4ème de couverture)

Alors qu’elle séjourne en Alaska, Edie Kiglatuk, jeune femme d’origine inuite, découvre le cadavre d’un nouveau-né au milieu d’une forêt. Rapidement la police interpelle l’un des membres d’une communauté très fermée, les vieux-croyants, que l’on soupçonne de pratiques satanistes.

Mais pour Edie il est évident que les autorités cherchent à enterrer l’affaire au plus vite, afin de ne pas perturber la campagne pour l’élection du gouverneur, qui bat son plein. Hantée par la vision du petit corps sans vie, elle décide de suivre son intuition, et se lance sur une toute autre piste. Sans le savoir, elle s’apprête à pénétrer en territoire hostile.

A travers l’enquête d’Edie Kiglatuk, personnage profondément imprégné des croyances ancestrales inuites, Mcgrath brosse un tableau fascinant de l’Alaska, et nous plonge dans le quotidien de cette terre sauvage et glacée.

 

Mon avis

Un très bon roman qui m’a emmenée dans un autre univers, l’Alaska avec ses coutumes et sa vision de la vie et de la mort très différente de la nôtre.

Il y a tout un côté historique sur la façon dont les Inuits vivent et travaille dans cette immensité polaire, loin de tout et de tous, au confins du Canada, avec leur vision différente de la mort, la façon de les traiter, les honorer et les enterrer et en face, la Russie et ses prêtres orthodoxes.

Edie a un fort caractère, elle possède un loup (au lieu d’un chien) et quand elle veut nourrir son animal, elle sort son fusil et va tuer un caribou, qu’elle débite en morceaux et le mets dans son frigo, alors que nous on va au supermarché faire nos courses ! C’est donc une façon totalement différente de vivre !

Ce roman fait aussi la part belle à une course en traîneau mythique, à savoir l’Iditarod, qui part de Anchorage et qui va rejoindre la petite ville de Nome à l’extrême pointe du détroit de Bering. 1’500 km dans le froid polaire, qui prend environ 15 jours et qui à l’origine avait été créée pour livrer des sérums antidiphtériques à Nome.

Mais derrière cette course historique, on parle aussi politique, traite des blanches, vente illégale de bébés. Et tous ces ingrédients sont savamment mélangés avec une intrigue policière et des faits historiques sur l’Alaska et la façon dont les Inuits vivent entre eux et avec les « étrangers » comprendre ceux qui ne sont pas de pure souche inuite.

A découvrir absolument car c’est un roman policier, certes, mais très particulier, avec une très belle écriture.

 

Mais qui est-elle ? Portrait

La britannique M.J. McGrath vit et travaille à Londres.

Elle est l’auteur de plusieurs documents consacrés au peuple inuit. Après « Chaleur blanche » ce roman est le 2ème qui met en scène Edie Kiglatuk.

 

Note :   4  / 5   première publication en 2013

 

Epoustouflant

 

INSAISISSABLES

Réalisateur : Louis Leterrier
Comédiens : Jesse Eisenberg / Mark Ruffalo / Morgan Freeman

Durée        : 1 h 56
Genre        : Policier

 

Note :  5  / 5   vu le 02/08/2013

 

Résumé de l’histoire (allo-ciné)

« Les Quatre Cavaliers », un groupe de brillants magiciens et illusionnistes, viennent de donner deux spectacles de magie époustouflants : le premier en braquant une banque sur un autre continent, le deuxième en transférant la fortune d’un banquier véreux sur les comptes en banque du public.

Deux agents spéciaux du FBI et d’Interpol sont déterminés à les arrêter avant qu’ils ne mettent à exécution leur promesse de réaliser des braquages encore plus audacieux. Ils font appel à Thaddeus, spécialiste reconnu pour expliquer les tours de magie les plus sophistiqués.

Alors que la pression s’intensifie, et que le monde entier attend le spectaculaire tour final des Cavaliers, la course contre la montre commence.

 

Mon avis

Un film magnifique à tous point de vue. Les tours le magie sont époustouflants, le rythme de l’histoire est très bon, il n’y a pas de temps mort.

Dans un premier temps on voit les tours de magie comme les spectateurs et au fil de l’histoire, ils nous sont expliqués, je vous rassure, on ne casse pas les codes des magiciens. Les tours révélés sont les plus simple : les jeux de miroir, la caisse à double fond, etc. Toutes les subtilités sont expliquées, tout est logique.

Les magiciens ont chacun leur caractère et leur charisme qui évoluent au fil de l’histoire, les dialogues sont piquants et impertinent.

J’ai passé un excellent moment et je ne peux que le recommander, à voir sur grand écran car les tours de magie sont bien plus saisissant.