Un avis mitigé

 

 

UN CHAT NOMME DARWIN par William JORDAN
Éditions France-Loisirs    /    225 pages

 

Résumé de l’histoire

William Jordan est un biologiste, il n’a ni femme ni enfant et vit seul car il est devenu écrivain.  Un jour, un gros chat rouquin entre dans sa vie, et peut à peut s’impose dans son cœur.

Le chat Darwin s’installe chez William, qui commence à étudier son comportement et se rend compte à quelle vitesse il s’attache à ce petit animal. Mais très rapidement, Darwin a des problèmes de santé. L’auteur nous décrit la lente déchéance de son chat, et la peine qu’il a à admettre que Darwin va mourir. Finalement, au bout d’un an, entre de multiples visites chez le vétérinaire et retour à la maison, il accepte de faire euthanasier Darwin, pour lui éviter d’autres souffrances.

 

Mon avis

Un livre difficile à lire pour deux raisons :

Premièrement, ce livre est écrit dans un style scientifique assez lourd avec de multiples métaphores philosophiques. Par exemple : si je suis le maître de Darwin, je possède le pouvoir d’un dieu et donc je peux décider de l’heure de sa mort. Mais à quel moment mon chat doit-il, ou a-t-il le droit de mourir ?  Et comme il est très attaché à son chat, il décide de le garder le plus longtemps possible, lui infligeant des séances chez le vétérinaire, ainsi que des prises de médicaments, alors qu’au fond de sa conscience, il sait très bien que la santé de son chat ne va pas s’améliorer. Mais par égoïsme il décide de le garder en vie.

Deuxièmement, le côté émotionnel quand il décrit par le menu les problèmes de santé de son chat qui lentement se meurt.

Parfois la lecture de ce livre m’a été insoutenable. Possédant moi-même un chat depuis de très longues années, je sais que je n’aurais pas maintenu mon chat en vie aussi longtemps, surtout quand sa souffrance est visible à ce point.

Finalement, personne sensible s’abstenir. Heureusement aussi que William Jordan n’a écrit qu’un seul et unique livre !!

 

Note : 2  / 5   première publication en 2013

 

édit  : j’ai lu ce roman et fait la critique en 2007 … et j’ai vu des critiques enthousiastes sur ce roman sur amazon qui parlait de Darwin comme d’un chat transformant son « humain scientifique » en être humain !! En tout cas à l’époque ce n’est pas ce que j’avais ressenti.

Après il s’agit juste, peut être, d’une vision différente d’un livre, ou peut être que ces personnes n’ont jamais possédé de chat et n’ont jamais vu un animal souffrir le martyre … Tout est possible.

Publicités

4 réflexions au sujet de « Un avis mitigé »

  1. Je possède non pas un mais des chats, et j’ai souvent dû faire le choix de prolonger ou non le traitement. Pour Annunziata, je sais que certains auraient renoncé très vite – elle est certes devenue aveugle progressivement, jusqu’à le devenir totalement à l’âge de six mois, mais elle a maintenant quatre ans et demi et vit très bien.

    • Je suis d’accord avec toi, on fait des choix pour nos animaux dans notre âme et conscience. Mais dans le livre, il est question d’un chat en fin de vie, qui dépérit, qui se traîne en attendant de mourir.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s