Publié dans Cinéma, vu au cinéma

Tonto et le justicier masqué

LONE RANGER

Réalisateur : Gore Verbinski
Comédiens : Johnny Depp / Armie Hammer / Tom Wilkinson

Durée        : 2 h 29
Genre        : Action, western

 

Note :  3 / 5    vu le 10/08/2013

 

Résumé de l’histoire (allo ciné)

Tonto, le guerrier indien, raconte comment John Reid, un ancien défenseur de la loi, est devenu un justicier légendaire.

Ces deux héros à part vont devoir apprendre à faire équipe pour affronter le pire de la cupidité et de la corruption. Le tandem fait des étincelles et entraîne le public dans un tourbillon de surprises et d’humour.

 

Mon avis

Comme je le dis souvent, il y a deux niveaux de lecture de ce film.

Dans un premier temps, on se laisse emporter par le film, on le regarde avec notre âme d’enfant, et l’on n’est pas déçu. Il y a de l’action tout le temps, des cascades de folies (les acteurs passent des heures à marcher sur le toit des trains, à passer d’un wagon à l’autre en essayant de les séparer, on fait sauter les ponts à grand renfort de dynamite, etc.). On en prend plein les yeux. Le cheval est très bon aussi.

Je trouve que Johnny Deep a toujours de bons dialogues, avec un humour un peu pince sans rire que j’adore. D’un côté il y a les traditions indiennes et de l’autre les blancs, ces nouveaux arrivants qui veulent tout prendre et surtout ce qui appartient aux autres.

Dans un deuxième temps, on regarde le film avec ses yeux d’adulte et là c’est nettement moins drôle.

Ça raconte l’histoire des blancs, qui veulent s’approprier le territoire des indiens, mais comme il y a une convention ils ne peuvent pas faire ce qu’ils veulent.

Donc le plus simple, c’est d’attaquer des fermes isolées, de tuer tout le monde, de faire croire que ce sont les indiens qui ont perpétrés ces tueries, du reste il y a des flèches partout ! Si c’est pas une preuve ça ! Et le gouvernement donne l’ordre de faire la guerre aux indiens et d’être sans pitié !

Comme ça on récupère les territoires, les mines d’or et d’argent cachés sous la montagne, et en prime on fait passer le chemin de fer. Et comme d’habitude, les politiques s’en mettent plein les poches (ça ne vous rappelle rien cette façon de faire ?)

Pour conclure, on se dit qu’en 400 ans les américains n’ont pas changé d’un pouce !

 

Publié dans Cinéma, vu au cinéma

Je te hais aussi fort que je te respecte

RUSH

Réalisateur : Ron Howard
Comédiens : Chris Hemsworth / Daniel Brühl / Olivia Wilde

Durée        : 2 h 03
Genre        : drame, tiré de faits réels

 

Note :   5 / 5  vu le 13/10/2013

 

Résumé de l’histoire (allo-ciné)

RUSH retrace le passionnant et haletant combat entre deux des plus grands rivaux que l’histoire de la Formule 1 ait jamais connus, celui de James Hunt et Niki Lauda concourant pour les illustres écuries McLaren et Ferrari.

Issu de la haute bourgeoisie, charismatique et beau garçon, tout oppose le play-boy anglais James Hunt à Niki Lauda, son adversaire autrichien, réservé et méthodique. RUSH suit la vie frénétique de ces deux pilotes, sur les circuits et en dehors, et retrace la rivalité depuis leurs tout débuts.

 

Mon avis

J’ai été épatée à tous les niveaux, car ceux qui me connaissent, savent mon aversion pour presque tous les sports et en particulier la formule 1, très chiant à regarder (pendant des années ma « punition » du dimanche après-midi).

Là je n’ai pas vu passer les deux heures du film, c’est trépidant, haletant, les acteurs choisis pour interpréter Lauda / Hunt mais aussi Regazzoni (pilote suisse venant du Tessin) sont très ressemblants.

On voit comment ces deux pilotes vont accéder à la formule 1, alors qu’ils sont déjà ennemis en formule 3. Ils ne peuvent pas se supporter. Hunt c’est l’anglais qui se fout de tout, arrive sur la piste au dernier moment, au bras de sa dernière conquête qu’il a honoré toute la nuit. Alors que Lauda est arrivé sur la piste plusieurs heures avant la course, il étudie tout : la météo, la piste, les trous, les bosses, il est un mécanicien hors pair, très technique, il sait comment améliorer sa voiture pour gagner de précieux centièmes.

Et entre ces deux hommes, il y a autant de haine que de respect et d’amitié, mais jamais aucun des deux ne voudra l’admettre. Mais ils se toisent, s’insultent et se galvanisent mutuellement.

Contre toute attente, j’ai passé un excellent moment, un film magnifique, tant au niveau technique qu’au niveau intensité des sentiments et cascades. Et puis ce film a réveillé des souvenirs de mon enfance.