Retour sur mai

IMG_0002

Les mois se suivent et malheureusement se ressemblent. Les catastrophes et les déconvenues continuent de me tomber dessus.

A commencer par la météo. Les températures montent et descendent à toute allure. Un matin il fait à peine 7° et la semaine suivante, il fait déjà 15° au réveil et en milieu de journée il fait près de 25° ! Juste pour quelques jours, car ensuite il fait à peine 10° dans la journée ! Et cette bise glaçante qui a soufflé pendant plus de 15 jours m’a juste épuisée et laissée sans le souffle la plupart du temps.

Ensuite les premiers jours du mois il a plu plus que de raison, l’Arve fût en crue pendant 10 jours, les ponts fermés, m’empêchant de vaquer à mes occupations. Entre autre, la bibliothèque est de l’autre côté du pont !

Côté cœur, les choses ne vont pas mieux. Je n’ai pas revu chouchou depuis 2 mois. Pas de nouvelles, pas de coup de fil non plus. Il fait la tête pour une remarque, vraie en plus, qu’il a de la peine à digérer. Il va falloir que je passe à autre chose, mais en ce moment ce n’est pas simple. Pour une fois, j’aurai bien aimé pouvoir poser ma tête sur son épaule, me dire que rien ne peut m’arriver, car chaque week-end il me donne la force d’affronter la semaine suivante.

Ensuite ce fût au tour de Spoutnik de me causer bien des soucis. Une petite infection qui dégénère, une visite en urgence chez le véto pendant un week-end férié, le port de la collerette obligatoire depuis 2 semaines déjà, et il est encore trop tôt pour l’enlever. Donc pour l’instant, Spoutnik est obligé de rester à l’intérieur, alors que la météo s’améliore et qu’il n’a qu’une envie, faire le fou sur balcon et sentir le vent dans sa fourrure. Merci Eric pour ton soutien indéfectible.

IMG_0021

Et pour terminer, depuis une semaine, je suis obligée de me rendre dans une fausse entreprise, pour faire du faux travail, avec des personnes dans le même cas que moi. On est évalué dans plein de domaine, la motivation, le fait d’arriver à l’heure, d’obéir aux consignes, des trucs dans ce genre. Je m’ennuie beaucoup. Aller dans une entreprise faire du travail qui se sert à rien et à personne ça ne m’amuse pas. Comme je ne suis pas au mieux de ma forme côté santé, c’est vraiment pénible. Tout ça pour me faire croire que je vais retrouver un emploi dès que j’aurai fini ce stage ! Au vu de mon âge c’est juste utopique. De plus, je n’ai pas d’atomes crochus avec le gars pour qui je dois travailler, sa bonne humeur factice m’agace au plus haut point. A croire qu’il prend des substances avant de venir ! J’ai l’impression de ne pas vivre dans le même monde que lui … moi je suis dans la réalité et lui vit au pays des Bisounours !! Et il va falloir que je tienne encore 3 semaines !

Un dernier mot sur les photos de coquelicots, j’ai pris cette photo sur la route de mon stage, la seule chose agréable de ma journée. D’un côté il y a la route de la nature et de l’autre, le chemin construit par les hommes, symbolisé par ce chemin de pierre.

IMG_0003

Semaine 22

Pour cette semaine seulement 2 films, mais quels films !! Il y a un film catastrophe et un drame social. Les deux me tente.

Pour le film catastrophe, je parle de : San Andréa avec Dwayne Johnson. Bien sûr les effets spéciaux sont juste spectaculaires. Le film traite de la fameuse et connue faille de San Andréa, près de la ville de San Francisco, qui est un lieu sous haute surveillance, car si un tremblement de terre avait lieu à cet endroit précis, la catastrophe serait d’une telle intensité qu’elle couperait les USA en deux. Et comme c’est mon genre de prédilection, je risque fort de le voir. Il me semble que la bande annonce est chantée par Adèle, mais pas sûre.

Pour le drame social, je parle de : la loi du marché avec Vincent Lindon qui parle du monde du travail, de la façon dramatique dont sont traités et surveillés les gens qui travaillent dans les supermarchés. Vincent Lindon incarne un chômeur de longue durée qui accepte un poste de vigile dans un supermarché et quand on voit certaines choses, faut il dénoncer ou pas ? Voici le problème auquel il va être confronté.

Garde du corps

Me voici déjà de retour. Je suis en convalescence, donc je ne peut pas faire grand chose à part dormir 17h par jour.

Donc malgré l’avis de ma maîtresse, je me suis remis à la chasse. Ce qui me fascine le plus, c’est de capturer de la nourriture, rangée bien sagement dans des emballages en plastique transparent (elle appelle ça des pâtes, du riz ou des petits pains au lait pour le déjeuner !) Donc je les attrape et les étripent sauvagement dans un coin de l’appartement.

Mais ma maîtresse ne veut pas que je fasse ça, allez comprendre pourquoi ! (il n’y aura pas de photos, ça pourrait choquer).

Donc je me retrouve à faire de la surveillance dans l’allée. Et finalement c’est très intéressant et surtout très très grand. Je monte et je descends dans les étages, j’en profite pour faire mon sport et quand je commence à fatiguer, je monte la garde devant la porte de la maison … sauf qu’il paraît que c’est chez la voisine !

IMG_0005

IMG_0006

IMG_0012

IMG_0013

Et quand j’ai finis je m’amuser dans l’allée, je rentre à la maison et je me range sagement dans la bibliothèque. Bon, je suis épuisé, je vais continuer de dormir.

IMG_0003

IMG_0004

Intemporelle

Il y a parfois des chanteurs que l’on redécouvre, presque 30 ans plus tard, et je m’aperçois que j’aime toujours. Le son de la voix, la musique … même si peut être les clips vidéos ont éventuellement mal vieilli.

Le chanteur dont je parle, c’est Terence Trent d’Arby, je l’ai découvert dans les années 80, et j’aimais tellement l’entendre que j’ai même acheté le vinyle ! Sa voix a le don de me faire sourire et de me mettre de bonne humeur. Par contre les titres sont anciens, mais pour moi ils passent toujours bien.

Le premier date de 1987  

le deuxième de 2002

Par contre, je ne sais si il a fait d’autres titres, car le dernier cd en date, est un album avec ses meilleurs titres.

Je vous souhaite de passer un bon moment en sa compagnie.

Amour flippant

 

A TOI POUR L’ETERNITE  de  Daniel GLATTAUER
Editions   Grasset  /     pages  260

 

Résumé de l’histoire (4ème de couverture)

Par hasard, Judith rencontre Hannes dans un supermarché. Quelques jours plus tard, il entre dans sa boutique de luminaires. Hannes est architecte, il est craquant, le gendre dont rêve toute belle-mère. Les amies de Judith tombent sous le charme.

Alors pourquoi Judith n’arrive-t-elle pas à se laisser aller et à profiter de l’occasion ?

 

Mon avis

Mon tout premier Glattauer (celui qui a eu un tel succès avec Quand souffle le vent du nord et sa suite la septième vague) que je n’ai pas encore lu, mais qui sont dans ma bibliothèque.

Et pour son dernier roman, je dois avouer que je suis mitigée. C’était bien, mais bon, pas de quoi faire tout un pataquès.

Tout d’abord, j’ai éprouvé peu d’empathie pour les héros, tant Hannes, qui est peut être craquant mais aussi pénible, genre je te téléphone 10x par jour pour savoir si tu va bien, entre autre, alors que Judith peine à aligner plus de 2-3 mots à la suite (genre : oui, non, chez moi, ça va) pendant toute la première partie du roman.

Et on sent bien le décalage entre Hannes, qui est fou amoureux au point d’être totalement envahissant envers Judith, mais il a aussi une façon très désagréable de s’incruster auprès de ses amies et de sa famille, se mêlant souvent de choses qui ne le regardent pas.

Quand à Judith qui approche de la quarantaine, elle se sent seule et voudrait rencontrer un partenaire, mais elle est souvent ambivalente, ne sait pas ce qu’elle se veut et se laisse bouffer par Hannes. A tel point qu’elle finit pas développer des troubles psychiatriques et que le passé de Hannes n’est pas si limpide que ça.

Je suis ressortie de cette lecture épuisée, car j’ai trouvé Judith trop molle et Hannes super envahissant, au point que ses réactions m’ont fait peur et aussi avec un gros sentiment de malaise par rapport à ses actes.

J’ai aussi été gênée par la narration (je ne sais pas comment s’appelle cette forme de style dont je mets un exemple) : Judith : « S’il vous plaît pas si fort » Bianca : « Un monsieur vous demande. » et ça continue comme ça pendant des pages, et au départ ça m’a gêné, j’avais l’impression qu’il n’y avait pas de vrais dialogues.

J’espère pour moi que ses deux premiers romans seront plus agréables à lire.

 

Note :   3  / 5   première parution en 2013

 

Semaine 21

Cette semaine pas de compromis. Deux films, dont l’un très bon, celui de science-fiction et l’autre très bof, une comédie française improbable.

Je vais commencer par le meilleur, le film de sf : à la poursuite de demain. Je trouve la bande-annonce très belle, je suis inspirée par les acteurs, entre autre, George Clooney et Hugh Laurie (Dr House pour la moitié de la planète). Le pitch : Casey Newton, adolescente brillante, optimiste, douée d’une vraie curiosité scientifique et Frank Walter (Clooney) ancien inventeur de génie ayant perdu toutes ses illusions, vivant désormais reclus, se lancent ensemble dans une aventure spatiotemporelle  à la recherche d’un lieu mystérieux, Tomorrowland, qui pourrait n’exister que dans leur mémoire. 

Perso, je trouve la bande-annonce magnifique et j’adhère et je suis sûre de le voir. J’ai besoin de croire qu’il existe un monde meilleur ailleurs. J’ai besoin de rêver et d’être transportée. Par contre au niveau des critiques lues ces derniers jours, soit on aime soit on déteste. Vous voilà prévenus. Dans quel camp serez-vous ?

Pour le deuxième film, il s’agit d’une comédie française : à trois on y va, qui raconte un trio amoureux autour de Mélodie, qui partage son temps à coucher avec Micha ou avec Charlotte, sachant que ses deux là sont en couple ! et qu’ils croient que leur partenaire n’est pas au courant de leur tromperie. Par charité, je vous mets la bande-annonce qui ne m’a pas plus inspiré que ça.

En convalescence

IMG_0024

Me voici de retour en petite forme. Rien de grave, je tiens à rassurer tout le monde, mais j’avais préparé un chouette article sur mes derniers exploits (et ils sont nombreux) et au final je vais écrire tout à fait autre chose.

IMG_0032

J’ai eu ce que le vétérinaire appelle un « rush » c’est à dire une petite inflammation sur la joue, qui démange de plus en plus, donc je me suis gratté, faisant saigner la plaie. Mais je ne me suis pas arrêté là, j’ai gratté tellement fort et longtemps, que je me suis arraché tous les poils de la joue et c’était un peu sanguignolant et surtout impressionnant.

IMG_0033

Donc une visite chez le véto s’imposait. Elle a désinfecté la plaie, m’a fait une piqûre d’antibiotique et depuis je me sens mieux. Par contre, j’ai hérité d’une collerette dernier cri (il paraît qu’avant elle était moins « style » en plastique blanc et pas transparent et surtout il n’y avait pas de tissu à sa base pour que ça soit plus confortable).

IMG_0034

Alors comme on peut le voir sur certaines photos, je « tire un peu la tronche » parce que cette collerette me handicape dans mes mouvements, et surtout maîtresse ne va pas me laisser aller sur le balcon !! Il paraît que c’est trop dangereux !

IMG_0035

Mais bon, je ne me plains pas trop, car j’arrive à manger facilement et j’ai un rab de câlins en plus 😉 Et puis, n’ai-je pas l’air royal dans cette position ? Je vais peut être auditionner pour faire le méchant dans une série de sf ? Peut être même Game of thrones ….

Le mystère de la naissance

 

 

LA FIN DU MONDE  de  TIRABOSCO et WAZEM
Editions  Futoropolis   /   116  pages

 

Résumé de l’histoire

L’histoire d’une jeune fille mal dans sa peau, qui a perdu sa mère au moment de sa naissance, dans des circonstances troubles. Son père ne veut rien lui raconter, donc elle s’interroge et tombe dans la dépression.

Son père est mourant à l’hôpital et elle décide de retourner dans la maison de son enfance, afin de s’occuper du chat de son père. En plus, c’est le déluge et certains crient déjà à la fin du monde.

Elle fera un voyage initiatique et reviendra réconciliée avec elle-même et avec les réponses à ses questions.

 

Mon avis

Une bd magnifique, tant par le dessin que l’histoire. J’en avais entendu parler sur de nombreux blogs et c’est ce qui m’a décidé à l’emprunter.

Il y a peu de textes, le dessin est uniquement en noir et blanc, ce qui fait une ambiance pesante qui va bien avec l’histoire. Les animaux (chat et carpe entre autre) sont très bien faits.

Quelques images pour vous donner envie

 

Note :   5  / 5  première publication en 2013

 

Semaine 20

Cette semaine, 3 films qui ont du potentiel. Il y a un mélodrame, un film historique et LE film d’action qui déchire grave !

Pour le mélodrame, je parle de : la tête haute avec Catherine Deneuve et Benoît Maginel. Le pitch : le jeune Malony est en colère, en pleine révolte et il enchaîne les conneries. Sa mère est instable et incapable de s’en occuper. Une juge (Catherine Deneuve) et un éducateur (Benoît Maginel) essaie de le remettre dans le droit chemin et lui offre de l’aide, mais il n’a pas l’habitude d’être aimé, aidé et encadré et il aura de la peine à saisir cette chance.

Pour le film historique, je parle de : a little chaos avec Kate Winslet et Matthias Schoenaerts (vu dans deux films d’action que j’ai adoré). En fait, 60 % de l’histoire est historique et 40 % inventé, car le personnage de Sabine de Barra joué par Kate Winslet est inventé pour le film. Le pitch : Le Nôtre, le jardinier de Louis XIV, travaille sur les futurs jardins de Versailles et il sollicite l’aide de Sabine de Barra pour en concevoir une partie. Bien sûr à cette époque se faire supplanter par une femme ça ne passe pas trop bien. La surprise du film, à mon sens, c’est de voir Matthias Schoenaerts, qui est d’habitude tout en muscle, un peu fluet, avec des cheveux longs dans le rôle du jardinier Le Nôtre.

Pour terminer avec le film qui déchire, il s’agit de Mad Max : fury road avec Charlize Theron et Tom Hardy. Le film est bourré de bagarres et d’effets spéciaux, qui rappellent bien Mad Max de Mel Gibson. Je n’arrive pas à savoir si il sera mieux ou si c’est juste une copie d’une série démarrée il y a 35 ans ! J’ai revu récemment celui avec Mel Gibson et j’avais moyennement aimé, peut être que finalement il a mal vieilli. Je suis donc ambivalente sur ce film, mais si j’en ai l’occasion je risque bien de le regarder.

Prévention routière

Je fais rarement ce genre de démarche, mais comme 98 % du temps je suis une piétonne, fatalement je me sens un peu concernée.

Et puis , pour une fois que la sécurité routière suisse et là, la ville de Lausanne en particulier fait un sport magnifique, mais assez trash tout de même, j’ai envie de le diffuser. Il s’agit de rappeler aux gens, mais les jeunes en particulier, que de temps en temps, il faut lever le nez de son smartphone !

Je vous le laisse découvrir et ensuite on en parle bien volontiers.