Ecriture d’une sitcom

SAGA de Tonino BENACQUISTA  
éditons Folio   / 440 pages

 

Résumé de l’histoire (4ème de couverture)

Comme les trois mousquetaires, ils sont quatre, embarqués dans une drôle d’aventure : écrire le scénario d’un feuilleton télévisé destiné à occuper l’antenne pendant les heures creuses de la nuit.

Peu importe l’histoire puisque personne ne la regardera, la saga n’obéit qu’à un seul critère : coûter le moins cher possible en décors, acteurs et tournage. Et les quatre scénaristes, que tout sépare, ont été recrutés pour leur seul point commun : ils n’ont pas les moyens d’être exigeants.

Marco, le narrateur, est quasiment prêt à travailler gratuitement, Jérôme, le plus jeune, s’est déjà brûlé les ailes dans son rêve de conquérir Hollywood, Mathilde est une pisse-copie du roman sentimental, et Louis a connu son heure de gloire à Cinecittà mais il y a longtemps déjà.

La rencontre des quatre auteurs va pourtant avoir des conséquences inattendues. Puisqu’ils ont toute liberté, à condition d’être économe, ils décident de se faire plaisir et se lancent dans une histoire qui non seulement aura un succès inattendu, mais transformera leur vie, et même, à certains égards, l’ordre du monde.

 

Mon avis

J’ai bien aimé ce roman. Il se lit facilement et il n’y a pas trop de longueurs. J’ai surtout aimé la façon dont le livre est écrit. D’abord présentation des personnages un à un avant la Saga, ensuite leurs aventures pendant la Saga. Et pour finir l’après Saga avec la vengeance de chacun des 4 personnages.

Pour moi le livre aurait dû se terminer à ce moment là. Le chapitre intitulé « Hubris » avec l’enlèvement de Marco et tout ce qui suit m’a parut peu crédible. De même, que Mathilde et Jérôme travaillant pour l’ONU pour écrire l’histoire du monde, ça m’a paru un peu gros et ça gâche la fin du livre. Dommage.

Dernier point de détail, j’ai trouvé judicieux pendant la Saga que le scénario soit écrit avec un autre caractère et en gras. Cela permet de bien différencier le feuilleton de la vie des auteurs. J’avais peur que cette partie soit embrouillée et que l’on ne fasse plus la différence entre les deux.

Note :  4/5   Edit du jour : j’ai pris un tel plaisir à peaufiner ce billet, que ça m’a donné envie de le relire.

Lu en 2004

Mais qui est-il ? Portrait

Tonino Benacquista est un écrivain et scénariste français né à Choisy-le-Roi le 1er septembre 1961Issu d’une famille d’émigrés italiens de Broccostella, le jeune Tonino Benacquista lit peu, et passe le plus clair de son temps libre devant des séries TV comme les Incorruptibles (il y fera largement référence dans Malavita).

Après avoir interrompu ses études de littérature et de cinéma, il enchaîne plusieurs petits boulots dont il se sert comme source d’inspiration pour ses premiers romans, résolument noirs : accompagnateur de nuit aux Wagon-lits (La Maldonne des sleepings, 1989), accrocheur de toiles dans une galerie d’art contemporain (Trois carrés rouges sur fond noir, 1990) ou parasite mondain (Les Morsures de l’aube, 1992).

Je parle, ici, d’un film que j’ai adoré et qui est adapté d’un de ses romans.

 

Publicités

Euro foot 2008

Pour ma rubrique photo, je vais remonter le temps … été 2008 … Euro foot partagé entre Genève et l’Autriche. Alors soyons clair, le foot ne m’intéresse pas des masses.

Ce qui me plaît ce sont les choses organisées autour et surtout ce ballon géant, qui pendant plusieurs semaines va rester sur le lac Léman.

Je ne me souviens plus des détails techniques, mais il a coûté très cher, évidemment, il doit faire dans les 15 m de diamètre, il est gonflé à l’hélium, retenu par des filins à un socle sur le lac, et il doit flotter tout le temps de l’Euro foot à côté du Jet d’eau, le symbole de notre ville.

Une première série de photos avec le ballon « au repos », car quand il y a beaucoup de vent, il doit rester au sol, pour raison de sécurité. Et malheureusement, plus de la moitié du temps il a été au sol.

divers 007

divers 008

divers 010

divers 011

Ensuite une série où le ballon flotte harmonieusement pile poil au-dessus du Jet d’Eau ou à sa verticale parfaite. J’avoue que j’ai été le voir pendant presque 3 semaines pour arriver à faire ces 3 pauvres photos, car le temps était exécrable et venteux.

divers 044

divers 047

divers 048

Pour la dernière série, c’est ce que j’appellerai « presque bon » ! car avec le vent, le ballon bougeait énormément autour du Jet d’Eau, un coup à gauche, un coup au dessous. Mais au final de jolies photos, même si le ballon n’est pas exactement au-dessus. 

divers 041

divers 042

divers 043

En cliquant sur la photo, on la voit en grand, et l’on peut voir le détail, notamment du filin qui retient le ballon.

Semaine 26

Comme c’est le début de l’été, je vais parler de films qui viennent d’ailleurs. Il y a un film d’action américain, un drame social indien et un film brésilien.

Je commence avec le film américain, je parle de : Gunman avec Sean Penn, Javier Bardem et mon chouchou Idriss Elba. C’est juste un film d’action, mais il parait que c’est le premier du genre pour Sean Penn, et en regardant la bande-annonce, on voit tout de suite de quoi il s’agit.

Voici Idriss Elba, j’ai posté une des rares photos où on le voit sourire … Il a tourné dans une série anglaise, dont je parlerai bientôt.

Pour le drame social indien, je parle de : masaan, ça oscille entre comédie romantique (sans la danse et les chansons) et le drame social puisqu’un jeune homme tombe amoureux d’une fille qui n’est pas de sa caste et en principe le mariage n’est pas possible, mais la jeune fille a fait des bêtises et se trouve en mauvaise posture, donc au final ce mariage pourrait sauver son honneur.

Et je termine avec le film brésilien : une seconde mère, qui raconte l’histoire de Val qui travaille pour une famille aisée de São Paulo et qui surtout s’occupe du fils de la maison, devenant sa deuxième mère, alors que depuis 10 ans elle a délaissé sa propre fille, qui a été élevée par sa sœur. Sa fille Jessica, très révoltée, décide de venir voir sa mère et essayer de comprendre pourquoi elle n’est jamais revenue pour elle.

Légende finnoise

Le fils du dieu de l’Orage par Arto Paasilinna

Résumé

Rutja, le fils du dieu de l’Orage descend en Finlande avec pour mission de reconvertir les finnois à la vraie foi de leurs ancêtres. C’est à dire un culte multi-déiste. Un dieu pour l’orage, un autre pour la fertilité, un autre pour les récoltes, etc, comme au temps des romains.

 

Mon avis

Paasilinna nous raconte cette histoire avec un humour grinçant.

Le livre se lit facilement et rapidement. Comme il est très bien documenté, j’ai appris beaucoup de chose sur les dieux et la mythologie particulière aux Finnois. Paasilinna a un regard assez sombre sur ses compatriotes : il les trouvent fier, imbu de leur personne, avec un bon niveau de vie et avec beaucoup de fous. J’ai trouvé que l’histoire finissait un peu en queue de poisson.

Sinon c’est un très agréable divertissement. Il faut que je lise un autre titre afin de lui laisser au moins une deuxième chance. Mon avis est très court, car j’ai été tellement surprise par ce style d’écriture, que j’ai de la peine à me faire une opinion, bonne ou mauvaise.

Note : 3/5          Lu en 2004

Mais qui est-il ? Portrait 

Arto Paasilinna, né le 20 avril 1942 (73) à Kittilä en Laponie est un écrivain finlandais de langue finnoise. Il est l’auteur de trente-cinq romans traduits en plus de vingt-sept langues (dont seize en français à mi-2015).

Il écrit aussi pour le cinéma, la radio et la télévision. Paasilinna est, avec Mika Waltari, un des écrivains finlandais les plus connus dans le monde.

 

 

En son âme et conscience

FLIGHT

 

Réalisateur :  Robert Zemeckis
Comédiens :  Denzel Washington / John Goodan / Kelly Reilly
Durée        :  140 minutes / 2h20
Genre        :  catastrophe

 

Note :     5  / 5

 

Résumé de l’histoire

Whip Whitaker, pilote de ligne chevronné, réussit miraculeusement à faire atterir son avion en catastrophe après un accident en plein ciel.

L’enquête qui suit fait naître de nombreuses interrogations. Que s’est-il passé à bord du vol 227 ?

Salué comme un héros après le crash, Whip va soudain voir sa vie entière exposée en pleine lumière.

Mon avis

J’ai adoré ce film. D’abord parce que je ne rate jamais un film avec Denzel Washington, ensuite j’adore ce style de film, moitié catastrophe, moitié psychologie. Je trouve les effets spéciaux très bien fait (l’avion retourné). L’ego d’un pilote est au moins aussi gros que celui d’un chirurgien !

Dans un premier temps, on voit le quotidien d’un pilote de ligne, courtisé par les hôtesses, fêtes et sauteries à gogo, et le lendemain, parfois un peu difficile, on monte à bord de son avion, vol long courrier, moyenne de 200 passagers, et il faut assurer. Whip assure, ne comptabilise que 6 morts, et il est un héros pour l’Amérique.

Dans la deuxième partie, on voit la préparation du procès. Parce que Whip est un héros certes, mais il avait dans le sang, de l’alcool à forte dose, de la cocaïne et il avait fumé plusieurs joints !

Et bien sûr, selon la méthode américaine, il faut un coupable !

Donc Whip s’isole, il doit préparer sa défense, raconter ce qui s’est passé, avant, pendant et après le vol. Et là il y a deux solutions … soit il dit que les examens sont faux, ou alors il colle tout sur le dos de l’hôtesse décédée pendant le vol.

Et selon ce qu’il va choisir, car sa carrière de pilote est en jeu, ainsi que sa retraite, il sera soit un héros, soit un alcoolique. Mais encore faut-il s’en rendre compte et l’accepter.

Au final, va-t-il se conduire en homme, en acceptant ses torts (perdre son travail, sa retraite, faire une cure de désintoxication, payer des millions de dollars et peut être aller en prison) ?

Ou va-t-il choisir la solution de facilité, c’est pas moi c’est l’hôtesse (et comme elle est décédée elle ne va pas pouvoir se défendre) et continuer sa vie de héros avec ses excès ? Et peut être la prochaine fois aura-t-il moins de chance 

Semaine 25

Cette semaine 2 films français et un film d’espionnage .. ou presque. Donc au final rien de bien folichon, si ce n’est les acteurs. J’ai des acteurs et actrices fétiches que je suis, parfois ce sont de très bons films et parfois des navets.

Je commence avec : un moment d’égarement avec Vincent Cassel et François Cluzet. Les deux susnommés vont en vacances en Corse avec leurs filles, environ 16-17 ans, quand la fille de Cluzet drague sans vergogne le copain de son père (Cassel) et compte bien le mettre dans son lit. Quelques situations cocasses, de beaux décors, mais je ne sais pas si ça ira au-delà.

Ensuite : valley of love avec deux monstres sacrés du cinéma français, soit : Depardieu et Huppert. Ce film semble être à mi chemin entre paranormal et comédie romantique. Mais d’après le critique, le film est très mou. Donc Isabelle et Gérard se retrouvent après des années s’en s’être vu, en Californie dans la Vallée de la Mort, sur l’invitation de leur fils, qui s’est suicidé 6 mois plus tôt.

Et on termine avec le moins bon : Spy une parodie de film d’espionnage ! Voilà tout est dit, sauf qu’il y a quand même Jason Statam et le craquant Judd Law.

Donc pour moi rien ne presse, et je les verrai à la télé ou éventuellement en dvd.

Roman jeunesse

ABARAT de Clive Barker

 Ed. Albin Michel / 470 pages
Traduit de l’américain par Hélène Collon

 

Résumé de l’histoire

Candy Quackenbush s’ennuie à Chickentown, petite ville triste de l’Amérique profonde. Jusqu’au jour où elle pénètre par hasard dans le royaume magique d’Abarat, un archipel composé de 25 îles mystérieuses aux étranges habitants.

Dès son arrivée dans ce nouvel univers, elle va aller d’aventures en aventures et rencontrer des créatures magiques et extraordinaires. Cet univers magique lui semble familier et elle se sent prête à affronter tous les dangers… Il est difficile d’en dire plus sans dévoiler l’intrigue.

 

Mon avis

Ce livre est le 1er d’une trilogie. J’ai été enchantée par ce roman. Tout d’abord le livre lui-même qui est rempli d’illustrations en couleurs, recréant les personnages et les lieux de l’histoire. Ensuite l’aventure se lit facilement et l’on a pas le temps de s’ennuyer car il arrive toujours quelque chose.

Seul léger reproche, il y a beaucoup de personnages dont on parle pendant quelques pages et ensuite on ne les voit plus dans ce volume. Certainement reviendront ils dans la suite. En conclusion, tout est fait pour que l’on lise le prochain volume. Ce livre est plutôt une mise en bouche, on met en place les décors et les personnages et je crois que l’histoire va vraiment démarrer dans le prochain volume.

Plutôt un roman jeunesse. Dans l’intervalle, il a terminé sa trilogie.

 

Note : 4  / 5        LU EN 2004

 

QUI EST-IL ? Portrait

Clive Barker est connu pour être un spécialiste des romans d’horreur, au même titre que Stephen King. On entendait beaucoup parler de lui entre 1980 et 2000, ensuite disparition du paysage médiatique. Je ne crois pas qu’il aie fait d’autres romans ou alors pas traduit en français.

Clive Barker, né en 1952 à Liverpool, est l’un des plus grands artistes du domaine de l’horreur. C’est une industrie à lui tout seul avec ses livres, films, comics, tableaux et jouets fondés sur ses créations. Auteur des recueils Les Livres de sang, des romans Le Royaume des devins, Cabal, Le Voleur d’éternité ou Coldheart Canyon, et du cycle Abarat (illustré par des centaines de ses propres peintures), il a également réalisé les films Cabal, Le Maître des illusions et Hellraiser, œuvre culte, ainsi que les 3 films Candyman.

 

Semaine 24

Oups .. .. .. je suis pas en avance pour cette rubrique cinéma !

Donc je vais faire bref, et parler seulement des deux films qui pourraient me passionner.

Celui que j’attends avec impatience, c’est un film d’action et d’aventure, je parle de : Jurassic World, avec Chris Pratt. J’adore ce type de film, car on ne s’ennuie pas une seconde, il y a un max d’effets spéciaux, et j’ai toujours été passionné par les dinosaures et les grands parcs d’attraction.

Il s’agit ici d’une suite. 22 ans après, de la trilogie Jurassic Parc (que j’avais adoré), sur les mêmes thèmes. On reconstruit un parc d’attraction sur les vestiges de l’ancien, on bidouille les molécules afin de faire des monstres plus grands, plus puissants, qui font plus peur, et bien sûr ça dérape pour notre plus grand bonheur !

L’autre film que j’ai choisi est une romance, de temps en temps j’aime bien ça, et dans celle ci on voit les débuts au cinéma de Scott Eastwood (fils de Clint), tout à fait charmant et joli garçon 😉 dans chemins croisés qui narre la rencontre entre une étudiante d’art qui s’éprend d’un champion de rodéo. Mais difficile de construire un avenir quand son chéri risque la mort à chaque sortie ! Et en parallèle il y a une histoire d’amour qui se passe pendant la seconde guerre mondiale. Pas le film du siècle, mais sûrement un bon moment.

Nouveau tournant

Aujourd’hui est une grande journée, pour moi, et pour le blog … car j’ai enfin réussi à importer tous mes articles de mon ancien blog .. et j’ai fermé l’autre.

Ce qui veut dire, qu’à partir de maintenant, tous les articles mis en ligne seront des inédits.

Donc, je vais continuer à mettre des articles régulièrement, mais à un rythme un peu moins soutenus. Du style, 3 articles par semaines.

Par contre, en faisant de l’ordre dans mon ordi et dans mon cahier où je note mes lectures et résumés, je me suis aperçue que j’avais omis des tas de billets, du temps où je commençais cette activité, soit vers 2003 ! Je vais donc faire un petit recensement interne, et mettre définitivement toutes mes chroniques à jour.

Car au départ, je les écrivait dans Word et j’en faisais une copie papier que je classais dans un joli classeur … et j’ai bien fait, car un jour mon ordi  m’a lâché et j’ai perdu la moitié de mes chroniques … mais en faisant du classement, j’ai retrouvé mon classeur et toutes ses fiches papiers. Donc, après triage, je pense qu’il me reste une cinquantaine de billets jamais parus.

Il me reste encore quelques idées pour le blog, entre autres de nouvelles catégories, une sur les séries, une autre sur le suivi des auteurs comme je le faisais avant, et étoffer ma catégorie photos, entre autre.

Et pour terminer, en ce qui concerne le cinéma, je vais continuer à mettre en avant, chaque mercredi les sorties de films en Suisse, même si je n’ai plus les moyens de les voir en salle, je les louerais en dvd ou les verrais en streaming, et j’en ferai une chronique comme avant. Sauf qu’il y aura un décalage de plusieurs mois entre la sortie au ciné et celle en dvd. Mais bon, comme j’avais toujours du retard … on ne verra pas trop la différence.

Le mot malheureux

 

LA PREMIERE CHOSE QU’ON REGARDE  de  Grégoire DELACOURT
Editions  JC Lattès   /  264   pages

 

Résumé de l’histoire (4ème de couverture)

Le 15 septembre 2010, Arthur Dreyfuss, vêtu de son caleçon fétiche, regarde un épisode des Sopranos quand on frappe à la porte. Il ouvre.

Scarlett Johansson.

Il a vingt ans, il est garagiste. Elle a vingt-six ans, et quelque chose de cassé.

 

Mon avis

J’ai aimé … mais.

Je dois avouer que pendant les 50 premières pages j’ai cherché mes marques et j’ai bien failli abandonner. Mais en persévérant, j’ai retrouvé ce qui m’avait tant plus dans son précédent roman. Des phrases courtes, percutantes et une autre façon de regarder les gens.

Ce qui m’a semblé pénible, c’est que tous les personnages ressemblent à un acteur ou actrice de cinéma, et en cours de lecture ça m’a semblé lourd. Arthur le garagiste ressemble à Ryan Gosling, son patron, PP, ressemble à Gene Ackmann jeune, etc. Et l’autre chose qui m’a agacé au plus haut point, c’est qu’à chaque fois qu’il nomme une ville, il rajoute ceci « Flesselles (12.3 km d’Amiens à vol d’oiseau) et comme il le fait avec toutes les villes, j’ai trouvé ça pesant.

Mais c’est surtout une histoire sur le paraître. Car en faîtes, Janine est le sosie de l’actrice Scarlett Johansson et toute sa vie est conditionnée par ça. On ne lui parle que parce qu’elle ressemble à Scarlett. Les hommes  ne la mettent dans son lit que pour cette raison et une fois fait, ils la jettent. Elle est donc une femme magnifique mais malheureuse, car on la confond toujours avec une autre.

Et Janine est tombée sous le charme d’Arthur, pas parce qu’il ressemble à Ryan Gosling, mais parce qu’il est habile de ses mains, souriant, gentil et prévenant et elle aspire simplement à vivre avec lui et être heureuse. Et Arthur se comporte avec beaucoup de galanterie vis-à-vis d’elle. Il ne lui saute pas dessus à peine passé le seuil de sa maison. Il a des égards pour elle et il la courtise toute en douceur.

Pourtant, que ce passera-t-il quand il apprendra la vérité ? Va-t-il la jeter ? La garder ? L’épouser ?

 

son autre roman ici

 

Note :   4  / 5  première publication en 2013