Publié dans Juste moi, Petit bonheur du jour

Wally le lapin

Un petit bonheur du jour, c’est parfois juste voir une vidéo touchante, qui fait sourire et qui remonte le moral !

Je vous présente Wally le lapin, il est de race angora anglais, et il a des oreilles en forme d’ailes d’ange. Il a accédé à la célébrité, car sa maîtresse lui a ouvert un compte instagram.

En dehors de ça, il est adorable, plein de vie et vraiment craquant dans ses mimiques … Alors je lui consacre un billet, afin de ne pas l’oublier … Et si il peut faire sourire d’autres personnes, je n’aurai pas perdu ma journée 😉

Publié dans Livres, roman contemporain

L’amitié entre un chat et un oiseau

 

 

HISTOIRE D’UNE MOUETTE ET DU CHAT QUI LUI APPRIT A VOLER
de  Luis SEPULVEDA
Editions  Métailié   /   117  pages

 

Résumé de l’histoire

Zorbas le chat grand, noir et gros, a promis à la mouette qui est venue mourir sur son balcon, de couver son dernier œuf, de protéger le poussin et de lui apprendre à voler. Tous les chats du port de Hambourg vont se mobiliser pour l’aider à tenir ces promesses insolites.

A travers les aventures rocambolesques et drôles de Zorbas et Afortunada, on découvre la solidarité, la tendresse, la nature et la poésie.

 

Mon avis

Mon deuxième roman de Sepulveda et encore un coup de cœur. Un livre plein de tendresse, de bon sens, d’amour et de compréhension. Presque un conte.

La première fois, on voit deux races totalement étrangères, d’un côté les chats et de l’autre les oiseaux. Les chats sont censés manger les oiseaux et non discuter avec eux ou les aider. Pourtant on peut être touché par la peine et la peur d’un oiseau.

Le chat Zorbas a lui-même été sauvé de la mort par un humain, qui par là même l’a adopté et donc protégé et nourrit. Et Zorbas s’apprête à faire pareil avec un oiseau.

Maintenant à la place des animaux, on met des hommes, des blancs, des noirs ou ce qu’il vous plaira et on a la même histoire. On y apprend le respect des autres, même ceux qui ne nous ressemblent pas, l’amitié, le fait de tendre la main pour aider une personne dans la peine.

Là encore, je ne peux que recommander ce roman, il est magnifique et poétique et aussi accessible aux enfants.

 

Note :   5  / 5  première publication en 2013

un autre coup de cœur ici

 

 

Publié dans Cinéma, vu au cinéma

Arnaque du siècle ou chef d’oeuvre ?

 

 

GRAVITY

Réalisateur :  Alfonso Cuaron
Comédiens :  Sandra Bullock / George Clooney / Ed Harris

Durée        :  1 h 30
Genre        :  Science-fiction

 

Note :    4 / 5   vu le 03/11.2013

 

Résumé de l’histoire

Pour sa première expédition à bord d’une navette spatiale, le docteur Ryan Stone, brillante experte en ingénierie médicale, accompagne l’astronaute chevronné Matt Kowalsky. Mais alors qu’il s’agit apparemment d’une banale sortie dans l’espace, une catastrophe se produit.

Lorsque la navette est pulvérisée, Stone et Kowalsky se retrouvent totalement seuls, livrés à eux-mêmes dans l’univers. Le silence assourdissant autour d’eux leur indique qu’ils ont perdu tout contact avec la Terre – et la moindre chance d’être sauvés. Peu à peu, ils cèdent à la panique, d’autant plus qu’à chaque respiration, ils consomment un peu plus les quelques réserves d’oxygène qu’il leur reste.

Mais c’est peut-être en s’enfonçant plus loin encore dans l’immensité terrifiante de l’espace qu’ils trouveront le moyen de rentrer sur Terre…

 

Mon avis

Je dois avouer qu’à la sortie du film j’étais perplexe. J’hésitai entre chef d’œuvre et la plus grosse arnaque de l’année. Une chose est sûre, je ne souhaite pas plus que ça aller dans l’espace.

J’explique : pour le côté positif les images sont magnifiques, mais en ce qui concerne le scénario c’est un peu maigre. A tel point, que pendant plus de 40 minutes je me suis demandé où on allait et quel était le but du film.

Bien sûr les images sont fantastiques puisqu’on les regardent du point de vue de l’astronaute, on survol la Terre, on assiste à des couchers ou levers de soleil mémorables, c’est impressionnant. Et puis il y a les sensations, souvent le champ de vision n’est pas plus large que celui de l’astronaute dans son casque, on est secoués, retournés, chamboulés et parfois l’estomac fait de drôle de torsion. Les scènes où l’on rencontre des débris d’astéroïdes sont impressionnantes.

Pour le côté négatif, c’est que tout le film se joue avec 2 acteurs ! Que très rapidement Clooney est égaré dans l’univers et il ne reste plus que Bullock, qui suite à un drame personnel, ne tient pas plus à la vie que ça et qui se pose quelques questions existentielles !

Ensuite je pense que les femmes vont ressentir le film de façon différente des hommes (justement à cause du drame de Bullock). Mais bon, au final, ça ne casse pas 3 pattes à un canard.

Pour se remettre dans l’histoire, j’ai été voir ce film plusieurs mois après sa sortie, car toutes les séances étaient complètes, tout le temps. J’ai été le voir en semaine, en fin d’après-midi, et il y avait 499 personnes devant moi, alors que j’avais 45 minutes d’avance sur la séance ! Du jamais vu. Et ensuite, les gens scotchés devant l’écran, pas un bruit, pas un mot.

Pour terminer, je trouve l’affiche très belle.

Publié dans Livres, roman policier, thriller

Premier roman

 

 

RECHERCHEE  de  Karin ALVTEGEN
Editions Points   /  275   pages

 

Résumé de l’histoire (4ème de couverture)

Ce n’était qu’un malheureux concours de circonstances ! Pourtant Sibylla se retrouve impliquée malgré elle dans un sauvage assassinat, et tout la désigne comme la parfaite coupable (elle était en compagnie de la victime durant ses dernières heures).

Bientôt d’autres meurtres sont perpétrés, signés de son propre nom. Recherchée dans toute la Suède, Sibylla peut heureusement compter sur l’aide de son ami Patrick pour démasquer le véritable assassin.

 

Mon avis

Je suis déçue de ma lecture. L’histoire est brouillon, part dans tous les sens, je n’ai pas été convaincue par les preuves amenées par l’auteur pour impliquer Sibylla comme tueuse.

J’ai mis des semaines pour le terminer, je n’en voyais pas le bout, je n’ai eu aucune empathie avec les protagonistes, que ce soit Sibylla, ses parents ou les malheurs qui lui arrivent pendant 15 ans.

Ce roman date de 2003, c’est le premier de l’auteur et les suivants sont meilleurs, heureusement. La plupart ont été des coups de cœur, donc n’hésitez pas à découvrir cette romancière qui a un vrai potentiel.

 

Note :   3  / 5   première publication en 2013
​ 

voir ces autres romans ici et  et

 

 

 

Publié dans Cinéma, mercredi c'est .. sorties ciné

Semaine 23

Cette semaine 4 sorties, dont 3 que l’on peut qualifier de comédies romantiques et un film de science-fiction. Je n’avais entendu parler d’aucun de ces films, et je me suis donc fait une idée juste en regardant la bande-annonce. Les deux premiers dont je vais parler pourrait me tenter, les autres ne m’attirent pas plus que ça.

Je commence par le film de sf : ex-machina, avec un thème qui revient souvent, créer une intelligence artificielle, mais avec un corps humain, et se demander si la machine a une âme. J’avoue que la bande-annonce est troublante.

Ensuite, un film français : on voulait tout casser, qui raconte l’histoire de 5 potes, qui se connaissent depuis 30 ans, et soudain l’un deux plaque tout pour vivre son rêve de jeunesse, à savoir, faire le tour du monde en bateau. Les autres se posent des questions et découvre son secret et décident aussi de vivre plus fort. J’avoue que je suis souvent agacée par ces gens qui un beau matin se décident à vivre plus fort, seulement parce qu’on vient de leur annoncer qu’ils vont bientôt mourir !

Pour le film suivant : l’ombre des femmes, raconte l’histoire d’un triangle amoureux. Pierre trouve normal de se partager entre Manon sa femme et Elisabeth sa maîtresse. Un sujet très classique mais qui est tourné en noir et blanc, avec Clotilde Courau qui incarne la femme de Pierre.

Et pour terminer, trois souvenirs de ma jeunesse avec Mathieu Amalric (que je n’aime pas plus que ça) qui incarne Paul Dédalus, fonctionnaire, qui se souvient de son enfance à Roubaix, de ses 19 ans, et d’Esther le cœur de sa vie.

Publié dans Livres, roman jeunesse

Objectif : Europe

 

 

AUTRE-MONDE : TOME 5   OZ  de  Maxime CHATTAM
Editions  Albin Michel   /  412   pages

 

Résumé de l’histoire (4ème de couverture)

La guerre avec les Cyniks terminée, les Pans se croyaient enfin en sécurité. Mais Entropia se rapproche inexorablement et rien ne semble pouvoir arrêter sa course dévastatrice.

Rien, sauf peut être la réunion des Cœurs de la Terre. Pour l’alliance des trois, c’est la mission de la dernière chance.

Objectif l’Europe, dont on est sans nouvelles. Mais que reste-t-il là-bas de l’Ancien Monde ?

 

Mon avis

Un très bon volume, que je vais résumer de façon très succincte, car je l’ai lu d’une traite il y a 5 mois, et je n’ai pas écrit mon résumé de suite ;-( donc mes souvenirs sont un peu flous.

L’alliance accompagnée de volontaire va traverser les mers pour rejoindre l’Europe, et le bateau va accoster au large de la France. La traversée va être mouvementé, car il y a des traîtres à bord qui ont essayé d’éliminer Tobias, Ambre et Matt. Ils ont échoués, mais n’ont pas été démasqués et ils ont grièvement blessé Ambre qui se retrouve paralysée des jambes.

Le trio doit donc parfois se séparer. Ils découvrent que la France a subi le même sort que le reste du monde, avec pourtant une différence. Les adultes français sont très forts, car ils extraient le pouvoir des enfants et le boivent sous forme de potion, qui pendant plusieurs heures les rendent quasiment invincibles.

Le trio traverse la France, pour aller à Paris où se trouve le cœur de la Terre. Il faut entrer dans une forteresse. Vont-ils réussir ? Ambre va-t-elle pouvoir absorber ce nouveau pouvoir sans dommage pour elle ? La fin est mouvementée et Matt est séparé des autres, il va rester en France et se cacher avec les autres enfants qui font de la résistance.

 

Note :   5/5   première publication en 2013

Voir ici le tome précédent

 

 

Publié dans Livres, roman contemporain

Un peu de tendresse

 

 

LE VIEUX QUI LISAIT DES ROMANS D’AMOUR  de  Luis SEPULVEDA
Editions  Métailié   /   130  pages

 

Résumé de l’histoire

Je me suis attachée très rapidement à José Bolivar, notre héros, qui raconte les 50 dernières années de sa vie.

Comment il a rencontré sa femme, leur voyage épique qui dura plusieurs semaines et finalement leur installation à El Idilio, dans une petite cabane construire de leurs mains. Mais sa femme tombe malade et meurt, et il se retrouve seul.

La solitude lui pesant de plus en plus, il décide de se mettre à lire et fini par remarquer qu’il aime les romans d’amour, ceux qui font mal.

Il fréquente une peuplade, les Shuars, qui lui apprend à chasser, à pêcher, à cueillir des fruits comestibles, et à combattre. Et il sera engagé par le maire de El Idilio pour tuer une femelle jaguar qui tue les hommes, pour se venger de la mort de ses petits.

 

Mon avis

Un pur moment de bonheur ! C’est la première fois que je lisais cet auteur et je ne fus pas déçue. L’écriture est simple mais poétique. Certains dialogues et répliques sont savoureux. Un homme qui n’utilise que ce dont il a besoin, et tue juste ce qu’il lui faut pour manger.

En prenant aussi un peu de recul, on lit en fait, la colonisation de la forêt amazonienne par les étrangers, le non respect de la nature et des animaux, l’abattage à tout va pour se faire de l’argent, la pollution à grande échelle.

Je vais terminer sur un dialogue qui m’a fait mourir de rire. Antonio possède un dentier, et quand le dentiste lui demande pourquoi il ne le porte pas ? Sa réponse est la suivante : Je ne mangeais pas, je ne parlais pas, alors à quoi bon l’user ?

C’est à la fois un moment tendre et poétique et les personnages sont très attachants. Une chose est sûre, j’en lirai d’autres.

 

Mais qui est-il ? Portrait

Luis Sepulveda est né en 1949 au Chili. Grand voyageur, il vit actuellement à Gijon. Il a reçu le Prix France culture étranger en 1992 et le Prix Relais H du roman d’évasion 1992 pour ce roman, devenu un best-seller mondial.

 

Note :   5  / 5   première publication en 2013