L’histoire d’un tableau

LA JEUNE FILLE A LA PERLE  de  Tracy CHEVALIER
  Editions Quai Voltaire  /  271 pages

Résumé de l’histoire

L’histoire se passe en trois temps.

Elle débute en 1664, à Delft au 17ème siècle. La jeune Griet, 16 ans, va devoir travailler comme servante chez le peintre  Vermeer et notamment nettoyer son atelier sans jamais rien déranger.

Elle fera d’autres corvées (notamment la lessive et les courses au marché) pour une famille nombreuse : 5 enfants, un 6ème en route, plus Cornélia la femme de Vermeer, sa belle-mère Mme Thins, et la servante de Cornélia, Tanneke qui n’est pas souvent aimable. De plus, la fille aînée lui fera une multitude de coups bas.

Griet est protestante pratiquante, alors que la famille du peintre est catholique. Le dimanche est son seul jour de congé, et à cette occasion, elle a le droit de voir sa famille et elle en profite pour ramener son salaire à sa mère. Son père, peintre sur faïence est invalide suite à un accident du travail.

 

1665

Depuis un moment, Vermeer observe Griet à la dérobée. Il l’a surprise dans son atelier, contemplant l’un de ses tableaux, alors qu’elle avait fini le ménage.

Elle commence à lui poser des questions sur la façon de peindre un personnage et un décor, lui parle nuance de couleurs, etc et Vermeer détecte chez elle une très grande sensibilité.

Il décide de la faire habiter au grenier, au-dessus de son atelier et lui apprend à préparer les couleurs dont il a besoin, mais sa femme devient très jalouse de Griet et la surveille d’encore plus près. La fille aînée remarquant cela jette de l’huile sur le feu, en disant que c’est une voleuse.

Car Vermeer ne peint que des femmes nobles, à qui il prête les robes, le manteau et les bijoux de sa femme. A chaque fois c’est Griet qui sert d’intermédiaire.

 

1666

Cette année là, la femme de Vermeer est de nouveau enceinte, et lui pas très inspiré. Donc il peint très lentement et l’argent ne rentre plus aussi vite qu’avant.

Quand un jour, il se met en tête de peindre Griet, dans ses habits de tous les jours, mais avec les perles de sa femme. Sachant que sa femme ne sera pas d’accord il fait tout cela dans son dos. La tension est encore plus forte dans la maisonnée.

De plus, cette année Griet va avoir 18 ans et depuis presque 3 ans, elle fréquente Peter, le fils du boucher où elle fait les courses pour la famille Vermeer. Il a été présenté à ses parents, qui pense qu’il s’agit d’un bon parti pour leur fille.

Mais le jour ou Peter vient chez Vermeer pour la demander en mariage, devant toute la famille, il la surprend dans l’atelier du peintre, attifée d’une nouvelle coiffe et des boucles d’oreilles en perle.

Peter la somme de choisir, lui ou le peintre et la femme de Vermeer la traite de voleuse à cause des perles.

L’heure des choix a sonné.

 

1676

10 ans se sont écoulés. On découvre le choix de Griet et ses conséquences sur sa vie. C’est aussi l’année où le peintre Vermeer est décédé.

Mon avis

J’ai adoré. L’écriture de Tracy Chevalier est magnifique, elle nous fait découvrir le quotidien d’un peintre célèbre et de sa servante. Les intrigues qui se passent dans leur maison, à quoi pense un peintre au moment d’un tableau qui le rendra célèbre.

C’est une écriture toute en nuance et jamais je ne me suis ennuyée, même si le rythme de l’histoire s’écoule au gré des jours, années après années.

Le tableau est sur la couverture du livre. Un film de 2003 a été tiré du roman avec : Scarlett Johansson, Colin Firth et Tom Wilkinson. 

Note :   5  / 5 

 

Mais qui est-elle ? Portrait

Tracy Chevalier est américaine, elle vit à Londres depuis 1984 avec son mari et son fils.

 

Publicités

Projet 52-2015 : horizon

Une fois de plus, je participe au projet 52 de Ma, et cette semaine elle nous propose le mot : horizon.

Je n’ai pas, selon l’expression, d’horizons lointains à vous montrer, donc j’ai fais avec ce qui m’entoure. Mon horizon à moi, c’est une montagne, le Salève, et cette semaine j’ai fais une jolie série d’un lever de lune sur le Salève.

IMG_0023

IMG_0024

IMG_0027

IMG_0029

IMG_0036

 

Les navets

Comme je l’ai déjà expliqué dans un autre article, j’enregistre à peu près 30 séries par année, certaines sont des suites de séries commencées, et les autres sont des séries enregistrées au hasard ou juste parce que j’ai vu une bande-annonce de 50 secondes, entre la météo et les pubs et que ça m’a plu.

De temps en temps, je ferai un article « navets » où je vous parlerai en quelques lignes, de séries découvertes et pas aimée et j’expliquerai brièvement pourquoi.

Je vais commencer avec une série policière française : Profilage. La première saison n’avait que 4 épisodes et la saison 2 en avait 12. L’action se passe à Paris, avec un duo qui devait un peu sortir de l’ordinaire, avec un flic, le commandant Rocher et sa collègue Chloé Saint-Laurent, est une psy qui est capable de « profiler » un suspect. 5 saisons sont déjà sorties, la 6ème devrait passer sur TF1 en fin d’année 2015.

La série est totalement insipide, et c’est dû en grande partie à l’actrice qui joue la profileuse, Chloé Saint-Laurent, elle n’est pas sympa, pétrie de tics, avec un accoutrement bizarre, j’entends par là : un chapeau bleu ciel, une veste verte, une jupe rouge, des collants violets et des chaussures  jaunes ! Elle joue un personnage effacé, qui se drogue, apparemment pour voir si elle peut mourir ! Enfin bref, aucune empathie avec le personnage, les enquêtes sont plan-plan. J’ai abandonné au milieu du 2ème épisode. Et je ne parle même pas des tentatives d’humour.

Ensuite, l’année passée, j’avais commencé à regarder : Arrow, série américaine dans le style super héros – justicier. J’ai vu toute la saison 1 qui avait 22 épisodes, et pendant l’été la RTS2 a passé la saison 2 et 3, avec à chaque fois 22 épisodes. Cette série passe aussi sur TF1 avec quelques semaines de retard par rapport à la Suisse.

Le pitch, recopié chez Wikipédia : Après un violent naufrage, le milliardaire et playboy Oliver Queen, porté disparu et présumé mort depuis cinq ans, est découvert vivant sur une île isolée dans la Mer de Chine. Quand il rentre chez lui, à Starling City, sa mère dévouée Moira, sa sœur bien-aimée Thea et son meilleur ami Tommy l’accueillent chez lui, mais ils sentent qu’Oliver a changé.

Alors qu’Oliver cache la vérité sur l’homme qu’il est devenu, il cherche désespérément à faire amende honorable pour les actions passées de son père grâce à une liste de noms d’individus ayant, selon les propres mots d’Oliver, « trahi leur ville », qu’il cherche à faire emprisonner. Il tente également de se réconcilier avec son ex-petite amie Laurel Lance qui a un nouveau prétendant.

Il devient alors un justicier qui va réparer les torts de sa famille, lutter contre les « maux de la société » et redonner à la ville de Starling son ancienne gloire. En tant qu’héritier de la multinationale Queen Consolidated, Oliver joue également le rôle d’un coureur de jupons riche, insouciant et négligeant afin de cacher son identité secrète. Cependant, le père de Laurel, l’inspecteur Quentin Lance, est déterminé à arrêter le justicier qui sévit dans sa ville …

J’ai regardé les 10 premiers épisodes avec plaisir, ensuite je me suis lassée. Le style de la série me faisais beaucoup penser à Batman, et quand la saison 2 a commencé, je me suis rendue compte que je ne me souvenais de rien, donc au final pas regardé la suite.

Semaine 35

Cette semaine, je ne suis pas très inspirée par les nouveautés. D’abord il y a plusieurs documentaires, style que je ne vais pas voir au cinéma, ensuite, il y a très peu d’extraits qui m’ont plus. Il reste donc, un film d’action, un drame et un film de cul, classé sous : romance pornographique !!

Commençons par le film d’action, il s’agit de : hitman, agent 47, histoire d’un tueur d’élite, plus fort, plus rapide, plus intelligent car il est à moitié robotisé ! ça tire dans tous les sens, de gros effets spéciaux, mais rien de plus j’en ai peur. Je vais attendre que ça passe à la télé et que ce soit le dernier film de l’univers !

Ensuite il y a un film dramatique, qui a remporté la palme d’or à Cannes, il s’agit de : Dheepan, une histoire qui débute au Sri Lanka, dans un camp de réfugiés. Une jeune femme veut en sortir pour aller en France, elle s’associe avec un homme qui fera son mari et une orpheline de 9 ans qui fera sa fille. Ils arrivent en France, ont un statut de réfugiés et sont installés dans une banlieue où la violence est pareil que celle qu’ils ont quittés. Le seul qui m’intéresse.

Et pour terminer, le film classé X, je parle de : love, un film avec des scènes de sexes non simulé !? Mais il est tout de même interdit au moins de 18 ans. La bande-annonce ne m’a pas plus inspirée que ça.

Le premier de la série

DANSE AVEC L’ANGE  de  Ake EDWARDSON
Editions 10/18  collection grands détectives   /  429 pages

 

Résumé de l’histoire

Erik Winter est commissaire de police à Göteborg, deuxième ville de Suède, quand il est sollicité pour un crime étrange, un jeune homme anglais est retrouvé assassiné dans sa ville et un jeune homme suédois, qu’en plus il connaît a été assassiné en Angleterre. Et d’autre suivent, en alternance, une fois Göteborg, une fois Londres.

Il est donc contacté par Interpol et va à Londres pour travailler avec l’inspecteur Macdonald, pendant que son équipe continue la poursuite du tueur.

La question qu’il se pose avec Macdonald, un seul tueur qui fait la navette entre les deux villes, ou deux tueurs indépendants, ou deux tueurs complice ?

 

Mon avis

Premier roman policier avec dans le rôle principal et récurrent le commissaire Erik Winter.

Il a 37 ans, il est beau garçon et il est le plus jeune commissaire de l’histoire. Il est célibataire, vit dans un bel appartement, écoute du jazz et des petites amies viennent lui rendre visite de temps à autre.

Il a aussi une sœur, qu’il ne voit pas souvent à son grand désespoir à elle, ses parents sont retraités et passent leur temps à voyager, avec une résidence en Espagne.

Il a une équipe d’une dizaine de personnes sous ses ordres, il a même engagé une femme prêtre, afin que ses hommes et femmes puisent avoir une personne neutre avec qui parler.

J’ai passé un bon moment avec ce nouveau commissaire, j’aime bien sa façon de réfléchir et de collaborer avec tous ses enquêteurs. Ces séances collectives où chacun donne son ressenti, ce qui parfois lui fait voir l’enquête ou les meurtres sous un autre angle.

Je vais lire la suite, voir si je continue à accrocher.

Note :   4 / 5  

 

Mais qui est-il ? Portrait

Ake Edwardson est né en 1953. Diplômé de littérature, il travaille pour de nombreux journaux et enseigne à l’université.

Il vit à Göteborg en Suède.

Projet 52/2015 : par la fenêtre

Voici ma participation au projet photo de Ma, avec cette semaine le thème : par la fenêtre. J’ai fais au plus simple, en photographiant ce que je vois depuis chez moi.

Grâce à cette photo, on peut voir que j’habite en ville, et le sommet pointu au centre de la photo, c’est une école. 

IMG_0030

Ici c’est au  niveau de la rue. J’avoue que j’ai de la chance d’avoir un grand balcon et d’être en hauteur, ce qui me donne un peu moins de bruit et un joli point de vue sur la rivière qui passe devant chez moi.

IMG_0033

Cette photo a été prise cette semaine, c’est l’été et les arbres sont tellement volumineux et feuillus que je ne peux pas voir les immeubles en face.

IMG_0038

Ici une petite trouée dans les arbres, me permets de voir les bâtiments d’en face, qui se trouvent quand même à 200 m.

IMG_0031

Voici une photo, du même endroit, prise à l’automne, et là on peut enfin apercevoir les bâtiment qui se trouvent en face de chez moi.

20141130_110215

Et pour terminer, sur le côté, je peux voir le Salève, la montagne franco-suisse.

IMG_0034

Grantchester

Voici une série policière anglaise que j’ai adoré, avec un duo improbable flic et prêtre. La première saison est composée de 6 épisodes de 45 minutes. La série est tirée de la suite littéraire anglaise : Les mystères de Grantchester écrite par James Runcie. La première saison est fondée sur les histoires du premier livre. Une saison 2 est en cours.

Grantchester est une série policière se déroulant au cours des années 1950, dans le village de Grantchester, voisin de Cambridge, où le Révérend Sidney Chambers (pasteur anglican interprété par James Norton) développe une activité secondaire d’investigation avec l’aide initialement réticente de l’inspecteur Geordie Keating (interprété par Robson Green).

Les deux personnages principaux sont très attachants. D’un côté, le pasteur Chambers, la trentaine, qui fume comme un pompier et boit comme un trou, qui a fait la 2ème guerre mondiale dans le service actif (il a donc été au combat et a dû tuer des gens), mais en temps que pasteur, il est à l’écoute des gens. Il est pasteur mais a le droit de fréquenter des filles, d’avoir des relations sexuelles et même de se marier, sans aucun problème avec l’église. Du reste, il a une relation compliquée avec Amanda, une jeune femme avec qui il est ami de longue date, ils se voient fréquemment, vont au musée, etc, et sa relation avec elle est très trouble, il s’en rendra compte quand elle va lui annoncer ses fiançailles avec un autre.

De l’ature, l’inspecteur Geordie Keating est un bon flic, souvent bourru, qui bouscule ses suspects qui au final se confie au prêtre. Il a la quanrantaine, est marié avec 4 enfants, 3 filles en bas âge et un garçon nouveau-né. Pour résoudre ses affaires il va souvent au pub avec Chambers, boire du whisky et jouer au backgammon. Les enquêtes traitent de meurtres, d’homosexualité (peu courant à l’époque), de racisme.

Donc au final j’ai passé un très bon moment avec Chambers et Keating et j’attends la saison 2 avec impatience.  J’ai mis un extrait mais qui est seulement en anglais sans sous-titre.

  

Housse de couette .. vite fait, bien fait !

Voici un article un peu décalé (je ne parle ni bouquins, ni séries, ni cinéma) mais qui concerne ma vie de ménagère .. parce que c’est pas tout de lire à tout va, mais parfois, faut s’occuper de la maison et faire quelques tâches ingrates.

Donc comme chaque mois, il faut changer la literie et la housse de couette ! En principe c’est là que ça se gâte ! Mon principal handicap est d’être seule pour le faire, et d’être aussi grande que mon duvet ! Soit 1 m 60 !! Au final, j’ai toujours réussi à changer la housse de couette, mais c’est quand même du sport.

Et pour une fois, Facebook a servi à quelque chose, puisque j’ai trouvé, et expérimenté, une nouvelle technique pour changer la housse de couette en une minute chrono. Et en plus, ça marche !!

Mais le plus simple c’est de vous mettre les vidéos. La première est en français mais on ne voit pas très bien .. la deuxième est en anglais, non sous-titré, mais on voit beaucoup mieux le résultat.

Et vous ? angoissé par ce problème ?

Semaine 34

Cette semaine beaucoup plus de films, car les vacances sont terminées. Il y a donc une comédie et trois comédies dramatiques. Je suis tentée mais pas au point d’aller voir ces films au cinéma. J’attendrai donc sagement que ça sorte en dvd ou à la télé.

Pour la comédie, il s’agit de : une famille à louer, avec Benoît Poelvoorde et Virginie Elfira. Le pitch : un riche solitaire (Benoît P.) envisage de faire partie de la famille d’une célibataire (Virginia E.) couverte de dettes, et qui peine à élever ses enfants.

Le premier drame, c’est : Amnesia avec Marthe Keller, comédienne suisse qui se fait rare sur les écrans. Le pitch : un jeune berlinois vient s’installer à Ibiza, dans une maison au bord de la mer. Sa voisine, Martha, qui pourrait être sa mère, veut seulement parler anglais avec lui. Mais elle a des secrets qui sont vites découverts. A savoir, qu’elle est allemande mais refuse de parler sa langue suite à ce que les nazis ont fait subir aux juifs. Elle est musicienne et son professeur et amant était juif.

Le film suivant, est un drame sportif. Il s’agit de : la rage au ventre avec Jake Gyllenhaal, Forest Whitaker et Rachel McAdams. Le pitch : champion du monde de boxe, Billy Hope est prêt à raccrocher lorsque sa femme est tuée. Son monde s’écroule, il perd tout et surtout la garde de sa fille. Il reprend alors l’entraînement. Peut être le seul film que j’ai envie de voir rapidement.

Pour le dernier drame, il s’agit de : Floride, avec Sandrine Kiberlain et Jean Rochefort. Le pitch : Claude joué par J. Rochefort, 80 ans, est atteint de la maladie d’alzheimer, a de la peine à l’admettre et sur un coup de tête veut partir en Floride, voir sa fille cadette. Sa fille aînée, jouée par S. Kiberlain, doit l’accompagner.

La folle cavale

MAUVAISE ETOILE  de  R. J. ELLORY
Editions Sonatine    /  537   pages

 

Résumé de l’histoire (4ème de couverture)

Texas 1964. Après l’assassinat de leur mère, Elliot et Clarence ont passé le plus clair de leur adolescence dans des maisons de correction et autres établissements pénitentiaires pour mineurs.

Le jour où Earl Sheridan, un psychopathe de la pire espèce, les prend en otage pour échapper à la prison et à la condamnation à mort, les deux adolescents se retrouvent embarqués dans un périple douloureux et meurtrier. Alors que Sheridan sème la terreur dans les petites villes américaines bien tranquilles qui jalonnent leur route, une sanglante et terrible partie se met en place entre les trois protagonistes.

Loin de se douter de la complexité de celle-ci, les policiers, lancés à leurs trousses, et en particulier l’inspecteur Cassidy, ne sont pas au bout de leurs surprises.

 

Mon avis

Un excellent polar, une écriture vive, acérée, haletante. On entre dans le bouquin et on évite de respirer. J’avais pris ce titre par dépit car je ne trouvai pas : Seul le silence, je me suis donc rabattue sur celui-ci et je ne regrette pas.

La psychologie des personnages est tirée à l’extrême autant pour les méchants que les policiers. Toutefois, il est d’une violence extrême dans la description des meurtres, et ils sont nombreux. Il faut donc avoir l’estomac bien accroché.

Elliott et Clarence ont eu la même mère, mais un père différent. Du reste, c’est le père de Clarence qui tue sa femme, sous les yeux des enfants et qui prend la fuite, les laissant seul plusieurs jours avec un cadavre. Les enfants croient que la mère dort. Ils sont ensuite placés dans des orphelinats, souvent maltraité, autant par les autres enfants, que par les adultes chargés de les surveiller et les éduquer.

Ensuite ils vont en maison de correction, et les coups continuent de pleuvoir et on rajoute à ça des sévices sexuels. Mais Elliott est toujours là pour protéger son frère Clarence.

Alors qu’ils sont âgés de 16 et 17 ans, ils sont pris en otage par Earl Sheridan, un assassin multirécidiviste, qui doit être exécuté, et il les emmène dans une folle cavale, faite de tueries, de viols et de braquages. Et surtout Earl essaye de séparer les deux frères. Car Elliott boit ses paroles et aspire à devenir comme lui, alors que Clarence souhaite profiter de sa liberté pour se trouver un endroit tranquille et commencer à mener une vie honnête.

Plusieurs meurtres sont commis chaque jour et donc le FBI est sur le coup pour arrêter ce fou et ces otages (dont on ne sait pas très bien si ils sont consentants ou obligés de tuer pour survivre).

L’inspecteur Cassidy est policier dans une petite ville ou il y a eu un meurtre que l’on impute au trio, et il commence sa propre enquête et va essayer de négocier avec les flics du FBI, car il n’est pas d’accord avec l’évolution des faits. Il pense qu’il y a un tueur et un innocent et le FBI ne partage pas son avis et pense qu’il faut descendre ces dégénérés sans sommation, à la première occasion.

Note :   5  / 5 

 

Mais qui est-il ? Portrait

Roger Jon Ellory est né en 1965 à Birmingham (Angleterre). Il n’a pas connu son père, parti avant sa naissance. Il habite dans une maison avec sa mère, son frère d’un an son aîné et sa grand-mère. Son grand père est mort noyé en 1957.

La mère de Roger Jon Ellory était actrice, danseuse de ballet et chanteuse. À la suite d’une épidémie, elle meurt d’une pneumonie foudroyante à 28 ans alors qu’il a à peine 7 ans. C’est sa grand-mère qui va l’élever seule. Mais elle a une santé fragile, et finalement décide de le placer en orphelinat avec son frère. Il y reste jusqu’à l’âge de 16 ans.

C’est là que se développe son amour de la lecture. Il découvre dans la bibliothèque de l’orphelinat les livres de Charles Dickens, Agatha Christie, Arthur Conan Doyle, Truman Capote, Harper Lee, Ernest Hemingway, William Faulkner, qui vont déclencher chez lui une envie de créativité dans le domaine artistique.

Une rumeur indique que sous différents pseudos, il fait des critiques élogieuses de ses propres romans sur Amazon ! et qu’il serait un membre actif de l’église de scientologie.