La folle cavale

MAUVAISE ETOILE  de  R. J. ELLORY
Editions Sonatine    /  537   pages

 

Résumé de l’histoire (4ème de couverture)

Texas 1964. Après l’assassinat de leur mère, Elliot et Clarence ont passé le plus clair de leur adolescence dans des maisons de correction et autres établissements pénitentiaires pour mineurs.

Le jour où Earl Sheridan, un psychopathe de la pire espèce, les prend en otage pour échapper à la prison et à la condamnation à mort, les deux adolescents se retrouvent embarqués dans un périple douloureux et meurtrier. Alors que Sheridan sème la terreur dans les petites villes américaines bien tranquilles qui jalonnent leur route, une sanglante et terrible partie se met en place entre les trois protagonistes.

Loin de se douter de la complexité de celle-ci, les policiers, lancés à leurs trousses, et en particulier l’inspecteur Cassidy, ne sont pas au bout de leurs surprises.

 

Mon avis

Un excellent polar, une écriture vive, acérée, haletante. On entre dans le bouquin et on évite de respirer. J’avais pris ce titre par dépit car je ne trouvai pas : Seul le silence, je me suis donc rabattue sur celui-ci et je ne regrette pas.

La psychologie des personnages est tirée à l’extrême autant pour les méchants que les policiers. Toutefois, il est d’une violence extrême dans la description des meurtres, et ils sont nombreux. Il faut donc avoir l’estomac bien accroché.

Elliott et Clarence ont eu la même mère, mais un père différent. Du reste, c’est le père de Clarence qui tue sa femme, sous les yeux des enfants et qui prend la fuite, les laissant seul plusieurs jours avec un cadavre. Les enfants croient que la mère dort. Ils sont ensuite placés dans des orphelinats, souvent maltraité, autant par les autres enfants, que par les adultes chargés de les surveiller et les éduquer.

Ensuite ils vont en maison de correction, et les coups continuent de pleuvoir et on rajoute à ça des sévices sexuels. Mais Elliott est toujours là pour protéger son frère Clarence.

Alors qu’ils sont âgés de 16 et 17 ans, ils sont pris en otage par Earl Sheridan, un assassin multirécidiviste, qui doit être exécuté, et il les emmène dans une folle cavale, faite de tueries, de viols et de braquages. Et surtout Earl essaye de séparer les deux frères. Car Elliott boit ses paroles et aspire à devenir comme lui, alors que Clarence souhaite profiter de sa liberté pour se trouver un endroit tranquille et commencer à mener une vie honnête.

Plusieurs meurtres sont commis chaque jour et donc le FBI est sur le coup pour arrêter ce fou et ces otages (dont on ne sait pas très bien si ils sont consentants ou obligés de tuer pour survivre).

L’inspecteur Cassidy est policier dans une petite ville ou il y a eu un meurtre que l’on impute au trio, et il commence sa propre enquête et va essayer de négocier avec les flics du FBI, car il n’est pas d’accord avec l’évolution des faits. Il pense qu’il y a un tueur et un innocent et le FBI ne partage pas son avis et pense qu’il faut descendre ces dégénérés sans sommation, à la première occasion.

Note :   5  / 5 

 

Mais qui est-il ? Portrait

Roger Jon Ellory est né en 1965 à Birmingham (Angleterre). Il n’a pas connu son père, parti avant sa naissance. Il habite dans une maison avec sa mère, son frère d’un an son aîné et sa grand-mère. Son grand père est mort noyé en 1957.

La mère de Roger Jon Ellory était actrice, danseuse de ballet et chanteuse. À la suite d’une épidémie, elle meurt d’une pneumonie foudroyante à 28 ans alors qu’il a à peine 7 ans. C’est sa grand-mère qui va l’élever seule. Mais elle a une santé fragile, et finalement décide de le placer en orphelinat avec son frère. Il y reste jusqu’à l’âge de 16 ans.

C’est là que se développe son amour de la lecture. Il découvre dans la bibliothèque de l’orphelinat les livres de Charles Dickens, Agatha Christie, Arthur Conan Doyle, Truman Capote, Harper Lee, Ernest Hemingway, William Faulkner, qui vont déclencher chez lui une envie de créativité dans le domaine artistique.

Une rumeur indique que sous différents pseudos, il fait des critiques élogieuses de ses propres romans sur Amazon ! et qu’il serait un membre actif de l’église de scientologie.

Publicités

6 réflexions au sujet de « La folle cavale »

  1. Il faudrait que je relise un livre de cet auteur. J’avais commencé Seul Le Silence que je n’ai pas pu finir. J’ai trouvé que c’était long et l’histoire m’a ennuyé !!!

    • Effectivement, il faut tenter un autre roman 😉 Moi je cherchais celui que tu as tenté de lire et comme il n’existait pas dans ma biblio, je me suis rabattue sur un autre titre.

  2. Pourtant fervente lectrice de polars, je n’ai encore jamais rien lu de cet auteur… il faudrait que je m’y mette car je n’en ai entendu quasiment que du bien ! 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s