Publié dans Photos, Projet 52-2015

Projet 52/2015 : sac

Cette semaine, pour le projet photo de Ma, elle nous demande d’illustrer le mot : sac et je dois avouer que pour moi ce fût facile.

Dans les définitions pas glamour, il y a : sac poubelle ou sac de courses ou encore sac à linge (sale dans la plupart des cas).

Mais cette fois j’ai laissé parler mon côté « fille » et je vais vous montrer des sacs que j’emporte en plus de mon sac à main. Ils sont tous les deux de la marque Longchamp, à laquelle je suis fidèle depuis au moins 10 ans, car ils ont de beaux modèles et surtout ils sont de bonnes qualités, donc presque increvables.

Le premier est un style cartable, et c’est juste la taille pour mettre mon ordi portable, ou quand j’ai suivi des cours, pour mettre des cahiers, calculatrice, trousse de crayons et un ou deux bouquins.

IMG_0004

Pour le deuxième, il s’agit d’un « pliable » et celui que j’ai choisi est en tissu écossais avec un logo sympa et les lanières en cuir chocolat. C’est le sac que j’utilise quand je pars en balade pour mettre l’appareil photo, une boisson et une bricole à manger. Mais la plupart du temps, je l’utilise pour mettre mon bouquin, une boisson, un fruit ainsi qu’un bloc et des stylos pour prendre des notes.

IMG_0002

IMG_0003

Au départ, j’achetais la collection de base, qui est en nylon imperméable et en couleur. Mais comme je les utilisais tous les jours pour aller au travail, au fil des ans, ils se sont salis, étaient tous râpés et au final je les ai jetés.

Je me suis donc, par la suite, concentrée sur le modèle phare de l’année, en édition limitée. Cette année, le modèle automne 2015, est le sac « miaou », mais j’hésite, car il est plus grand que ceux que j’utilise d’habitude, mais j’avoue qu’il a de la gueule.

Publié dans Livres, roman contemporain

Cité minière

LE CIEL N’ATTEND PAS  de  Tawni O`DELL
Editions Belfond   /   446 pages

 

Résumé de l’histoire (4ème de couverture)

Energique et grande gueule, She-Lynn, quarante ans a rangé au placard son uniforme de flic, pour devenir chauffeur de taxi à Jolly Mount, sa ville natale.

Pendant des années, elle s’est débattue pour échapper à la violence de son père, au cynisme de Cam Jack, le propriétaire de la mine, et pour élever seule son fils Clay. Elle a choisi d’oublier enfin E.J. celui qu’elle aime en secret, et de tourner le dos à son passé.

C’est alors que sa petite sœur, Shannon, qu’elle croyait morte depuis longtemps, fais sa réapparition. Terrifiée, sur le point d’accoucher, celle-ci est suivie de près par un avocat new-yorkais pressé, une femme au foyer désespérée et un mafieux russe plutôt prévenant.

Où est passée Shannon ? Que lui veulent ces gens ?

 

Mon avis

Première rencontre avec cette romancière et j’ai passé un très bon moment.

Une saga familiale comme je les aime, dense, noire, faite de violence (Shae-Lynn est battue régulièrement par son père, un mineur très rustre) et comme sa mère est morte en mettant au monde sa sœur, Shannon, elle a peine 6 ans qu’elle doit reprendre le rôle de sa mère et protéger sa sœur des fureurs de son père.

Shae-Lynn est un personnage très attachant, une femme de caractère, avec toujours un bon mot à la bouche, mais quand ça ne suffit pas, elle n’a aucun problème à frapper celui qui lui résiste. La psychologie de ce personnage est très complexe mais bien rendue. Par contre sa sœur, Shannon, m’a beaucoup agacée.

On découvre aussi la vie dans une cité minière, le stress de devoir travailler sous terre, d’avoir peur du « coup de grisou » qui pourrait tous les tuer.

Donc pour moi une jolie découverte, même si j’ai été déçue par la fin de l’histoire, mais j’en lirai sûrement d’autres.

 

Note :   4  / 5 

 

Mais qui est-elle ? Portrait

Tawni O’Dell est née en Pennsylvanie et a déjà écrit 2 autres romans. Elle vit entre les Etats-Unis et l’Espagne.

 

Publié dans art, Photos, Photos perso

Le Japon

J’aime bien l’art, sans rien connaître, surtout quand on peut tomber sur des sculptures géantes au coin de la rue. J’ai beaucoup aimé ce concept.

Par contre, les premières pièces se trouvent dans une galerie d’art, à Genève, et les objets sont protégés par du verre blindé, il y a 3 ou 4 couches superposées, ce qui rend les photos très difficiles à faire. Si l’on se met de face, on photographie notre propre reflet et quand on se met de côté, on voit les magasins de l’autre côté de la rue ! Mais pour celles-ci je me suis pas mal débrouillée.

Tout commence en 2011, avec une sculpture géante que j’ai baptisé : chat ninja.

octobre 2011 009

octobre 2011 012

Ensuite en 2012, fait dans le même style de matériau, un sumo, juste avant le combat.

2012 010

Et pour terminer en 2013, dans la rue, le même sumo, dans les positions de combat. J’en profite pour  mettre le nom de l’artiste qui a réalisé les sumos. Mais ce qui est surtout impressionnant, ce sont les dimensions de la statue, qui sont faites en résine.

IMG_0004

IMG_0006IMG_0005IMG_0001IMG_0003

Pour terminer, quelques mots sur l’artiste française Alexandra Gestin, née en 1967 et qui maintenant vit et travaille à Bruxelles.

Publié dans Cinéma, séries en vrac

Meurtres au paradis

Comme on est encore en été, et presque en vacances, je vais vous parler d’une série policière franco-britannique qui est assez réussie. Elle se passe aux Caraïbes, sur l’île de Sainte-Marie et cette série est passée sur France 2. Ci-dessous, l’équipe des deux premières saisons, avec en avant plan au centre, l’inspecteur Poole et Camille Bordey et sur le côté gauche, Dwaine, qui apparaît dans toutes les saisons.

Il y a eu au total 4 saisons, chacune composée de 8 épisodes de une heure. Je n’ai pas vu les deux premières saisons, mais pour la compréhension, je vais en faire un pitch rapide.

Dans le premier épisode de la première saison, le meurtre d’un policier anglais est commis sur l’île de Sainte-Marie. Londres envoie donc un de ses policiers, Richard Poole, qui est guindé et cassant, pour faire équipe avec Camille Bordey, qui est zen et désinvolte. Ensuite l’inspecteur Poole va se retrouver « coincé » sur cette île, alors qu’il n’a qu’une envie, repartir chez lui, car il a horreur de la chaleur et des fruits de mer.

Au début de la saison 3, dans le premier épisode, l’inspecteur Poole va à une réunion d’anciens élèves et il est assassiné. Raison pour laquelle, Londres envoie un autre policier, Humphrey Goodman, un grand roux dégingandé, super maladroit, qui note ses idées sur des bouts de papier ! Mais au final, il réussit à trouver le meurtrier. Ci-dessous, l’équipe pour la saison 3.

Mais au contraire de l’inspecteur Poole, lui est très content de se trouver dans les Caraïbes, car il veut donner un nouveau départ à sa vie privé et professionnelle et il attend que sa femme le rejoigne.

Malheureusement, au début du 2ème épisode, sa femme lui annonce sur son répondeur qu’elle ne viendra pas et qu’elle a demandé le divorce ! Il s’installe donc dans le logement de son prédécesseur (une jolie maison au bord de la plage), et après une déprime, il décide de s’intégrer dans l’île, en partageant le quotidien de ses agents, en goûtant la nourriture locale (souvent trop forte pour lui) et il tombe amoureux de son adjointe Camille. Il essayera de lui avouer ses sentiments en vain.

Au final, l’équipe l’acceptera, malgré sa grande maladresse. A la fin de la saison 3, sa femme apparaît pour lui demander de lui donner une 2ème chance qu’il lui refusera.

Au début de la saison 4, Camille l’informe qu’elle a été choisie pour faire un stage à Paris et il la laissera partir à regret. A sa place vient l’inspectrice Florence Cassel qui devient son bras droit. Il y a toujours Dwaine Myers, le dragueur invétéré, qui connaît tout le monde, mais un peu tire au flanc tout de même. Et il y a JP Hooper, le bleu fraîchement sorti de l’école de police.

Au final une série sympa, dans des décors somptueux (ce qui nous change des villes grises et glauques), un anglais dans une équipe de « locaux » peu de courses poursuites, jamais aucun coup de feu tiré et toutes les enquêtes résolues. De plus, ils sont tous très sympa.

La seule chose que je trouve dommage, c’est que les enquêtes sont traitées de façon « vieillotes » à la Hercule Poirot, dans le sens que tous les protagonistes sont rassemblés par Goodman et il explique point par point comment il a trouvé le tueur. Et puis les intrigues se ressemblent, toujours un meurtre, commis dans une pièce fermée de l’intérieur et il faut trouver comment le tueur est sorti sans casser la porte ! Ou alors meurtre commis sur une île déserte ou un lieu inaccessible

Mais bon, j’ai passé un bon moment, pas prise de tête et j’ai eu l’impression d’être un peu en vacances quand même ! Une saison 5 est annoncée pour 2016.

Publié dans Cinéma, mercredi c'est .. sorties ciné

Semaine 36

Beaucoup de films cette semaine, mais j’ai décidé de n’en retenir que 3. Il y a une comédie, un drame et un film d’action.

D’abord la comédie, avec Benoît Poelvoorde, Yolande Moreau, Catherine Deneuve et François Damien, soit : le tout nouveau testament. Le pitch : Dieu existe, il habite en Belgique dans un appartement minable avec sa femme et sa fille, qu’il maltraite. Suite à une dispute avec celle-ci, elle balance sur les portables des humains, le temps qu’il leur reste à vivre. Que vont-ils en faire ?

Au départ je n’étais pas convaincue, et après avoir regardé plusieurs fois la bande-annonce, j’ai finis par y prendre plaisir.

Ensuite le drame, avec Meryl Streep, je parle de : Ricki and the Flash. Le pitch : l’histoire d’une rockeuse plus toute jeune qui a préféré sa passion à sa famille, mais elle doit retourner chez son mari, car leur fille vient de faire une tentative de suicide.

Alors lucidement, pas le film de l’année, mais il y a des passages savoureux, de la musique et surtout Meryl ! Comme je suis fan, c’est sûr que je vais le voir.

Et je termine avec le film d’action : américan ultra, l’histoire de Mike qui fume des pétards comme il respire, amoureux de Phoebe et qui découvre un jour qu’il est un super agent secret !

Alors pas la peine de se ruer au cinéma, mais sûrement un bon divertissement après une semaine affreuse. Perso la bande-annonce, avec le passage de la poêle à frire, m’a fais mourir de rire.

Publié dans Juste moi, mon moral vu de ma fenêtre

Retour sur août

IMG_0031

Dans l’ensemble un bon mois d’août … du soleil et de la chaleur … j’ai pu sortir un peu plus et plus longtemps … finalement les médicaments font leur effet … pas tous les jours, mais presque … quelques couacs administratifs … quelques téléphones pénibles, ensuite tout rendre dans l’ordre.

IMG_0034

Bien profité du balcon … tenu le rythme d’un roman par semaine … un défi photo qui m’enchante … Ma tête est enfin en vacances … l’amour est de retour … des mots importants sont dit … je les attendais depuis si longtemps … à nouveau la joie de vivre à deux … une jolie harmonie se profile … le retour de la complicité.

IMG_0019

Je vis avec Spoutnik depuis un an … nous avons enfin nos petites habitudes … même pas peur quand il se prend pour une ballerine sur le rebord du balcon …  il  aime faire la grasse mat’ avec moi … il est devenu un peu plus sage et reste volontiers sur « notre balcon » et pas chez les voisins ! … dernier jour du mois, il me fait une grosse frayeur … il me montre à quel point il est un bon chasseur … et je dois ramasser le cadavre du petit moineau … et les plumes aussi … je pleure de n’avoir pas pu le sauver.

IMG_0002

IMG_0004