De la difficulté d’élever un enfant

LE DINER  de  Hermann KOCH
Editions Belfond   /   330 pages

 

Résumé de l’histoire (4ème de couverture)

Deux frères se donnent rendez-vous, avec leurs épouses, dans un restaurant branché d’Amsterdam.

Hors-d’œuvre : le maître d’hôtel s’affaire.

Plat principal : on parle de tout, des films à l’affiche, des vacances en Dordogne.

Dessert : on évite soigneusement le véritable enjeu du dîner, les enfants.

Car leurs fils respectifs ont commis un acte d’une violence inouïe.

Un café, un digestif, l’addition.

Reste la question : jusqu’où irion-nous pour préserver nos enfants ?

 

Mon avis

Pour faire bref et ne pas trop en dire : les cousins âgés de 17 ans, ont agressés (je ne dirai pas de quelle manière) une sdf, et pendant ce repas au restaurant les 2 couples débattent de la façon de résoudre ça.

Un couple veut prendre ses responsabilités et tout dire à la police, car à 17 ans il faut assumer ses actes.

Et l’autre couple, veut juste passer l’éponge et faire comme si rien de grave ne s’était passé ! En plus, la police n’a pas assez d’indice pour remonter jusqu’à eux.

J’ai longtemps hésité avant de lire ce roman, car il avait créé des remous sur la blogosphère. J’ai laissé passer quelques années et finalement, je me suis laissée tenter par la couverture bleue et son homard.

Même si j’ai été intriguée, choquée, scandalisée, j’ai adoré ce roman, la fluidité dans l’écriture, son humour noir, la manière dont les chapitres sont découpés (hors-d’œuvre, plat principal, dessert), le suspens dans la manière de distiller les indices.

La psychologie des personnages est excellente, on voit les tensions, voir la haine entre les deux frères (l’un est un homme politique en vue, alors que l’autre est un prof mis en arrêt maladie depuis des années).

On voit aussi les secrets dans le couple, une des mères est tout à fait au courant de ce que son fils a fait, mais n’a pas mis le père au courant (car trop fragile) et la mère et le fils règle « ça » dans le dos du mari.

Bref, un excellent moment et je me réjouis d’en lire d’autres.

 

Note :   4  / 5 

 

Publicités

Projet photo : 52/2015 : précieux

Cette semaine, je participe encore au projet photo 52/2015 de Ma, bien que le mot à illustrer n’était pas simple pour moi, avec : précieux, car ça englobe tout et rien.

De plus, mon appareil photo est en train de me lâcher, j’ai donc pioché dans mon album et trouvé une série qui pourrait correspondre. Je m’excuse d’avance, car la qualité des photos n’est pas très bonne, dû aux conditions de l’époque.

Pour illustrer le mot : précieux, je vais faire la part belle à une entreprise suisse, à savoir Caran d’Ache, qui fabrique des crayons de couleur, de la peinture, mais aussi de magnifiques stylos.

Et en 2012, année du dragon, Caran d’Ache a sorti une plume représentant un dragon chinois, numéroté à raison de 888 exemplaires pour le monde … et comme le chiffre 8 est mon porte-bonheur personnel, j’ai fais la folie de m’en acheter un et j’ai pu choisir le numéro qui me convenait. Il est en plaqué or et en laque de Chine authentique. Et bien sûr, j’ai une magnifique boîte de présentation noire avec les inscriptions en rouge.

2012 001

2012 004

2012 007

Semaine 48

Cette semaine, je fais le choix de ne parler que de deux films, dont un d’animation et un thriller, et j’écarte volontairement deux autres films, pourtant avec des acteurs et actrices que j’apprécie.

Donc dans les films que je vais oublier, il y a celui avec Karin Viard : 21 nuits avec Pattie, car rien qu’en regardant la bande-annonce j’ai été saoulée et le film avec François Damien : les cowboys qui se rapproche un peu trop de l’actualité.

Donc pour faire cette rubrique, il me reste le film d’animation : le voyage d’Arlo et même si l’histoire a déjà été racontée mille fois, le dessin est magnifique.

Et LE film de la semaine, avec Johny Deep totalement méconnaissable dans : Strictly criminal, qui raconte l’histoire d’un caïd irlandais (qui a réellement existé) qui fait la loi à Boston dans les années 1970, James « Whitey » Bulger.

De la ville à la campagne !

LE RETOUR A LA TERRE  de  Manu LARCENET et Jean-Yves FERRI
4 volumes  /  Editions Poisson pilote

TOME 1 : La vraie vie

On découvre Manu, dessinateur de bd et sa femme Mariette, qui décident de quitter la ville pour aller vivre en campagne, aux Ravenelles. Ils sont très content, surtout Mariette, mais aussi très angoissé par ce monde si différent du leur.

Manu décide d’ouvrir seulement les cartons importants, à ces yeux ! donc l’ordi, sa planche à dessin et la télé. Et puis, il y a le chat, Speed, qui doit aller dans la nature pour chasser … mais il préfère les croquettes !

Il essaie de s’intégrer au village, en participant à diverses activités : la coupe du bois, les réunions avec le maire, les chasseurs, mais c’est compliqué. Alors pour ne pas perdre la face, il raconte à ses copains que la campagne c’est super … mais en fait, il regrette.

Mais Mariette n’est pas contente de vivre dans les cartons, donc soit Manu l’aide à ranger, soit il retourne voir son psy ! Il faut qu’il en trouve un sur place … au final l’ermite va faire l’affaire.

 

TOME 2 : Les projets

Manu a presque fini son dernier album : pic d’ozone et il décide d’avoir un projet commun avec Mariette afin qu’ils se rapprochent.

Mais comme chacun parle dans son coin, le projet de Mariette c’est d’avoir un bébé et le projet de Manu c’est de créer un potager !

Donc Manu se documente pour savoir ce qu’il peut faire pousser et il noue contacte avec ses voisins paysans. Mais il a des soucis avec : les insectes, les oiseaux, les lézards et les limaces !

Ce qui donne quelques très bons gags. Et à la fin de ce volume ils décident de s’établir définitivement à la campagne.

 

TOME 3 : Le vaste monde

Dans ce tome, on passe au projet de Mariette, à savoir faire un bébé.

Donc toute une série de gags sur le sexe du bébé, le prénom, l’accouchement, les signes et les dictons de paysan. Les parents de Mariette, viennent pour lui donner un coup de main, pendant que Manu est parti dans un festival faire dédicacer sa bd.

Il continue sa « thérapie » avec l’ermite, qui décide de le rassurer sur le fait d’être père et il tente de comprendre ses rêves étranges.

Au final ils ont une fille, Capucine, et tout le monde est content.

 

TOME 4 : Le déluge

Ce tome est centré sur Capucine et le fait de devoir vivre avec un bébé qui ne fait pas ses nuits, le partage des tâches entre Manu et Mariette.

Et puis il leur faut un nouveau projet. Manu va donc créer un blog et Mariette souhaite reprendre des études, pour autant que Manu s’occupe de Capucine … et puis Manu fait une petite dépression post-natale !

Et puis une ex de Manu refait surface pendant l’absence de Mariette, ce qui fait beaucoup jaser le voisinage.

 

Mon avis

Une bd très classique. Un gag en 6 cases en règle générale. Des sujets passe-partout mais bien traité. On rigole et c’est l’essentiel.

 

Note :   3  / 5 

 

Projet 52-2015 : dedans

Pour cette semaine 47, Ma nous demande d’illustrer le mot : dedans, et j’avoue qu’au départ je n’étais pas très inspirée. Et puis en faisant du rangement dans mes photos, j’ai trouvé l’inspiration.

J’ai décidé de traiter ce sujet de façon légère et rigolote, avec l’aide de mon chat Spoutnik. J’ai fais une petite sélection des dedans incongrus de Spoutnik, alors qu’il était âgé de 6 à 8 mois, et ça donne ça :

d’abord le classique : dans l’armoire à vêtements où je ne veux pas qu’il aie

20150323_092228

20150323_092439

et dans sa caisse de transport où il a la gentillesse de rentrer tout seul.

20150211_144328

Ensuite plus insolite quand il essaye de rentrer dans un carton ayant contenu une bouteille de whisky, c’était un emballage cadeau pour les fêtes.

20150320_114606

20150320_114619

Et puis le summum de l’excentricité avec un chat dans un aquarium ! Il s’agissait d’un aquarium encore dans le carton d’emballage, et Spoutnik avait l’habitude de sauter dessus depuis le haut de l’armoire, mais en grandissant il a prit quelques kilos et un jour le carton a cédé … et ça donne ça. Pendant quelques semaines il a continué à entrer dedans, jusqu’à ce que ça ne l’amuse plus.

20150304_105150

20150304_105356

20150304_105451

20150304_110126

Je tiens à rassurer ses amis, sa famille et la spa, il a fait toutes ces bêtises tout seul, comme un grand, je ne l’ai pas obligé pour faire une photo sympa !! Il faut dire que c’est un terrible de classe internationale !

Vikings

Je vais vous parler d’une de mes séries historiques préférées. Vikings est une série télévisée canadoirlandaise créée par Michael Hirst. Il y a pour l’instant 3 saisons. La première était composée de 9 épisodes et les saisons 2 et 3 sont constituées de 10 épisodes. Je suis en attente de voir la 3ème saison. La 4ème saison devrait être la dernière et clôturer la série.

Je vais vous faire un résumé succinct de l’histoire, d’abord pour préserver le mystère et aussi car ça commence à dater, vu que j’ai visionné la saison 1 en 2014 et la saison 2 en début de cette année. Mais je suis obligée de vous avertir, estomac sensible s’abstenir ! Car bien sûr l’essentiel de la série ce sont des batailles, sanglantes, mais très réalistes. Ce qui m’a plu aussi, c’est que le créateur est un historien, donc le héros Ragnar Lothbrock a vraiment existé, et les faits cités dans la série sont réels, même si à partir de la saison 3 et 4, le timing historique n’est pas respecté.

Saison 1 : On fait la connaissance de Ragnar, fermier, et guerrier à la belle saison, qui est marié à Lagertha qui lui a donné plusieurs enfants dont un fils, et qui est aussi une grande guerrière.  Il mène sa vie comme il l’entend, mais au début de la belle saison, il doit rejoindre le jarl Haraldson, le dirigeant de sa communauté, qui décide des raids.

Un différend les oppose. Ragnar voudrait aller vers l’ouest, direction Angleterre, car il trouve idiot de se battre entre Vikings et son jarl n’est pas d’accord. Donc en cachette avec l’aide de son ami Floki, il lui demande de lui construire un bateau afin d’aller en Angleterre. Son frère Rollo et ses plus proches amis le suivent. Ils arrivent sans encombre en Angleterre et livrent batailles contre le Roi Aelle. Ils pillent de nombreux villages, volent de l’or et des reliques religieuses et Ragnar fait prisonnier le moine copie Athelstan, car il parle sa langue. Il décide de le ramener dans son village.

Il devait en faire son prisonnier, mais finalement ils deviennent ami, car Ragnar a une grande soif d’apprendre la langue d’Athelstan mais aussi les us et coutumes d’Angleterre, il est intrigué par la religion catholique et son dieu unique.

Au moment du partage du butin, le jarl Haraldson n’ose pas punir Ragnar pour avoir désobéi à ses ordres, mais l’ambiance est tendue entre les deux personnages. Finalement ils se battront en duel, et Ragnar gagnera, devenant ainsi le nouveau jarl.

Ci-dessous, Ragnar au centre, accompagné de son frère Rollo et de sa femme Lagertha

Saison 2 : Ragnar a des problèmes avec Lagertha son épouse, qui n’arrive pas à lui donner de nouveaux enfants. La tension monte encore d’un cran, quand la princesse Aslaug, enceinte jusqu’aux yeux, vient lui dire qu’elle attend un fils de lui.

Ragnar propose aux deux femmes de vivre sous le même toit, car il est amoureux des deux femmes et ne veut pas choisir. Lagertha se sent offensée et elle décide de partir avec son fils Bjorn. Elle reviendra quelques années plus tard, alors Bjorn est adolescent, afin de participer aux raids en Angleterre. Quand à la princesse Aslaug, elle donnera naissance à un fils, chaque année.

Depuis que Ragnar est devenu jarl, il a commandé une flotte de bateaux à Floki car il veut retourner en Angleterre, mais pas pour faire la guerre, mais négocier avec le roi pour qu’il lui donne des terres, qui sont très fertiles et pour qu’il puisse vivre en paix avec sa famille et son peuple. Mais pour ce nouveau raid il est obligé de partir avec le roi Orik, son suzerain, car il souhaite aussi s’en mettre plein les poches. Mais rapidement il y a mésentente entre Orik et Ragnar, car le premier veut juste tuer et prendre de l’or, alors que l’autre veut toujours négocier et que les anglais lui donnent de la terre fertile. En fin de saison, il y a une bataille pour le pouvoir que Ragnar va gagner, devenant ainsi le nouveau roi des Vikings.

Ici Ragnar avec ses deux femmes, et au-dessous Bjorn le fils qu’il a eut avec Lagertha.

Et pour la bonne bouche, la bande-annonce de la série,
avec les principaux protagonistes.

Semaine 47

Cette semaine 3 films me semblent intéressants. Il y a la fin d’une saga, une comédie dramatique et un film engagé.

En ce qui concerne la saga, il s’agit  de Hunger Games : la révolte partie 2. Katniss fait sa dernière apparition à l’écran, pour livrer sa dernière bataille. J’avoue avoir bien aimé le premier film, et ensuite j’ai fais l’impasse sur les autres. Pour moi, à voir en vidéo et si possible les 3 à la suite.

Pour la comédie dramatique, il s’agit de : l’hermine avec Fabrice Luchini, où il incarne un magistrat très sévère. Donc une histoire de justice mais aussi de l’amour de jeunesse retrouvé, avec tout un lot de questions. Deux raisons pour moi de voir ce film, d’abord il y a Luchini que j’adore, et ensuite ce film lui a valu le prix d’interprétation à la Mostra de Venise.

Et pour terminer, le drame social, avec : les suffragettes et une belle distribution qui comprend : Meryl Streep et Carey Mulligan. Un pan important de l’histoire de Londres, en 1912, avec des femmes qui se regroupent afin d’avoir le droit de vote et de participer à l’élaboration des lois. Avoir un salaire à peu près décent, le fait de ne plus « appartenir » à son mari, comme s’il avait acheté une vache ou une table. Une grande partie des droits que nous avons aujourd’hui viennent de là !

La vie en Australie

LE BLUES DU TROGLODYTE  de  Kenneth COOK
Editions Autrement   /   295 pages

 

Résumé de l’histoire (4ème de couverture)

Rien ne va plus dans la vie de Simon Crown. A trente-cinq ans, il est déjà divorcé, la station de radio dont il est propriétaire est au bord de la faillite. Pas la moindre trace d’opales dans la mine où il a englouti ses dernières économies.

Pire, il habite une petite ville écrasée de soleil où la seule question qui vaille est : bière ou whisky ? Simon se retrouve empêtré dans une succession de situations absurdes, dangereuses et parfaitement  réjouissantes.

 

Mon avis

Il y a une galerie impressionnante de personnages loufoques et parfois dangereux, il y a aussi l’alcool qui est tellement présent (tous les personnages sont bourrés 20h/24h) que c’en est presque un personnage, et au final c’est peut être ce qui m’a dérangé.

J’ai apprécié les décors australiens, à savoir : le désert, la chaleur étouffante et permanente, les mines d’opales, les mineurs mal dégrossi, les appartements troglodytes, cette façon tellement différente de vivre et d’appréhender la vie.

L’histoire est racontée par Simon. Il a 35 ans, divorcé, propriétaire d’une station de radio quasiment en faillite et il s’ennuie dans cette petite ville, où la seule attraction c’est le pub. Pour être exact, il y en a 4. Et dans une ville où il ne se passe jamais rien, à part des concours de beuveries, un grec est assassiné avec un tournevis et ses opales ont été volées.

Il y a Barbara, une jeune femme magnifique qui va habiter chez Simon et peindre ses tableaux dans les locaux de sa radio, mais qui a la fâcheuse habitude de se promener à poil, ce qui fait que Simon se demande si ce sont des avances à son égard.

Il y a Tony, le prêtre défroqué, qui passe la majeur partie de son temps, à se bourrer la gueule chez Simon et à angoisser sur le fait de redevenir « un civil » et qui ne sait pas très bien comment il va vivre.

Il y a aussi son copain Jimmy qui exploite la mine pour lui, qui un soir dépose une mystérieuse valise dans son salon et peut de temps après lui dit qu’il a trouvé des opales pour plus de 50’000 dollars.

Et pour terminer, Dalton, homme d’affaire toujours impeccable, qui lui propose de racheter ses dettes et d’être son partenaire dans sa radio. Mais après avoir décuvé, Simon se demande si c’est une bonne affaire et si il ne vient pas de vendre son âme au diable.

Donc au final, j’ai passé un bon moment, dépaysant mais pas totalement convaincue. Je retenterai avec un autre titre.

Note :   3  / 5

 

Mais qui est-il ? Portrait

 

Kenneth Cook (1929 – 1987) accède à l’âge de 32 ans au statut d’auteur culte, grâce à la publication de son chef d’œuvre : cinq matins de trop, qui sera adapté au cinéma en 1971.

  

Projet photo 52-2015 : ombre

Cette semaine, pour le projet photo de Ma, je devais illustrer le mot : ombre.

J’avoue que je n’étais pas très inspirée par le thème et comme Genève est régulièrement plongé dans le brouillard, il est difficile de faire ce type de photo. Pourtant, il y a eu deux jours de soleil et j’en ai profité pour faire une photo de moi .. pas très original, mais cette semaine je n’avais pas trop d’idées.

IMG_0063

Semaine 46

Cette semaine très peu de sorties intéressantes, à tel point que j’ai décidé de ne parler que d’un seul film : le dernier James Bond !

Film d’action et d’aventure par excellence, en règle général je me régale toujours avec James, surtout quand il est joué par Daniel Craig. Il s’agit du 24ème film de la saga 007 et le dernier pour l’acteur. Il se nomme : Spectre, avec dans le rôle du méchant Christoph Waltz, qui semble-t-il ne restera pas dans les annales et dans le rôle de la Bond girl, il s’agit de Léa Seydoux.

Pour conclure, il semble que cet opus est fidèle à la tradition (action, gadgets, effets spéciaux spectaculaires), mais qu’au final il tire un peu en longueur, avec une chanson assez « plate ». Mais ça reste sûrement un bon moment de détente et je le regarderai avec plaisir en vidéo 😉