Publié dans Photos, Projet 52-2015

Projet photos 52-2015 : musique

Cette semaine, pour Ma, on devait illustrer le mot : musique.

Après m’être trituré les méninges, j’ai fini par trouver quelque chose. Je ne joue d’aucun instrument de musique, malheureusement, mais j’aurai adoré faire du piano.

J’ai donc réfléchis à la musique à travers les âges, et pour moi ça donne ça. J’ai eu accès à la musique vers 14 ans, dans les années 1980, et c’était l’air du vinyle, en format 33 ou 45 tours. J’avais hérité d’un vieux tourne-disque, et je repassais les mêmes disques presque jusqu’à l’usure !

IMG_0075IMG_0076

Ensuite très rapidement, vers mes 20 ans, sont sortis les premiers cd et une qualité de son vraiment différentes. J’en ai acheté des centaines, c’était plus facile à ranger car plus petit et bien plus facile à enregistrer pour mettre dans mon walkman.

IMG_0079

Au début des années 2000, nouvelle innovation, le mp3 !! J’ai mis du temps à comprendre comment faire entrer la musique, dans ce machin aussi grand qu’un paquet de clopes et qui peut contenir plus de 10’000 chansons ! C’est aussi à cette occasion que je suis devenue fan d’Apple. J’utilise des i-pod depuis 15 ans, et c’est tellement résistant que je n’en ai acheté que 2, qui ont chacun une durée de vie de 6 à 8 ans, avec un changement de batterie à mi-parcours.

IMG_0082

Publié dans Juste moi, mon moral vu de ma fenêtre

Retour sur octobre

IMG_0045

Un mois d’octobre très chargé et qui au final est passé très vite … la plupart du temps une belle météo … au programme, balades et lectures au soleil sur les bancs publiques dans les parcs de Genève … 77 km de  marche à pied au gré de mes envies …

IMG_0059

Un rv encourageant chez le médecin … un bon feeling avec cette doctoresse et son équipe d’infirmières … on cherche encore le bon traitement afin de me stabiliser … les ouvriers ont finis de poser l’échafaudage … l’entreprise du bâtiment arrive … et là je déchante … coups de masses et marteau-piqueur à gogo … de 8h à 17h !! … 8h par jour dans le bruit et la poussière ! … pas intérêt de laisser la fenêtre ouverte … même quand il fait chaud … prévision du chantier : 6 mois ou 1 an ou peut être même 2 ans !! … en fait personne ne sait répondre à la question … mais comme il y a 5 ouvriers qui se courent après ! … ça me fout le moral en bas … avoir l’ascenseur en panne pendant 15 jours … être obligée de monter au 4ème à pied … avec les courses … entendre la régie dire : c’est pas grave vous avez des escaliers !!! …

IMG_0034

Balade chez Ikéa pour faire le plein de bougies qui sentent bon … achat d’une nouvelle imprimante … elle scanne, elle photocopie et elle imprime et tout ça pour 55.– ! … je ne pensais pas trouver une marque à un aussi bon prix … régler de l’administratif les doigts dans le nez … et me sentir plus légère … batailler avec la régie pour avoir une prise téléphone à leur frais … passer un bon moment avec l’électricien … recevoir mon matériel pour passer à la TV 2.0 … faire l’installation toute seule comme une grande … être excitée comme une puce devant un nouveau jouet … avoir enfin le replay ! … pouvoir acheter des films à la demande depuis mon canapé ! … avoir une chance insolente … acheter une doudoune avec 20 % de rabais … passer à l’heure d’hiver avec facilité et me sentir plus reposée …

IMG_0038

Spoutnik va bien … malgré les travaux et le bruit … il a des peurs intenses … je culpabilise quand je le laisse dans le bruit … et que moi je sors … il a surtout peur le matin … est très agité, voir agressif … et au fur et à mesure de la journée, son stress baisse, et il roupille comme un bien heureux. 

IMG_0017

Publié dans Cinéma, mercredi c'est .. sorties ciné

Semaine 45

Pour cette première semaine de novembre, j’ai décidé de ne parler que de deux films, des drames, pour des raisons différentes que j’expliquerai tout à l’heure.

Il y a au moins deux films, voir plus, sur la seconde guerre mondiale, les camps, les migrations, etc, et je n’en parlerai pas, car je vais essentiellement au cinéma pour passer un bon moment, rire, apprendre et j’ai envie de ressortir un minimum détendue ! Ce qui ne sera pas le cas avec ces films. Je ne dis pas qu’ils sont mauvais, je dis juste que j’ai envie de passer à autre chose, et dans la mesure du possible être émerveillée par une belle histoire.

Je vais d’abord parler du dernier film de Marthe Villalonga qui est accompagnée par Antoine Duléry et Sandrine Bonnaire dans : la dernière leçon. L’histoire de Madeleine, 92 ans, qui a toujours milité pour le droit de mourir dans la dignité, mais quand elle l’annonce à ses enfants et petits-enfants, c’est le choc, et deux camps se forment, ceux qui sont pour et ceux qui sont contre.

Une chose m’a semblé étrange, c’est le choix de Sandrine Bonnaire, actrice que j’aime bien, ce n’est pas là le problème, mais elle incarne la fille de Madeleine qui a 92 ans et sa fille semble avoir à peine 40 ans !!

Quand au sujet de l’euthanasie volontaire qui peut sembler choquant pour les français, ce ne l’est pas pour les suisses, qui peuvent la pratiquer, dans des cas bien précis et bien réglementé (des maladies graves, des fins de vie douloureuses, etc).

Pour le deuxième drame, il s’agit d’un film de cuisine : A vif, avec une jolie brochettes d’acteurs, dont : Omar Sy, Bradley Cooper et Sienna Miller, pourtant il a été descendu en flèche par la plupart des critiques que j’ai pu lire. C’est vrai que le sujet est archi-connu, un grand cuisinier qui a sombré dans la drogue et l’alcool, qui revient et essaie de redorer son blason. Il paraît même que Omar Sy ne fait que de la figuration ! A vous de vous faire votre opinion.

Publié dans Livres, roman contemporain

L’Amérique profonde et un chien

UN MEMBRE PERMANENT DE LA FAMILLE  de  Russell BANKS
Editions Actes Sud   /   238 pages

 

Résumé de l’histoire

Un recueil avec 12 nouvelles, et je vais simplement vous parler de celles qui m’ont beaucoup plus.

Ancien marine : Connie est un ex-marine et aussi un ex-mari. Il a élevé seul ses 3 garçons, ils ont fait des études, et ils ont tous un bon métier dans la police. Lui il a de la peine à joindre les deux bouts, alors il est devenu braqueur de banques et se fera prendre bêtement.

Un membre permanent de la famille : une séparation difficile entre le narrateur et sa femme Louise, et au début des années 70 ils pratiquent la garde alternée de leurs 3 filles, du chien et du chat. Et finalement, c’est le chien qui fait qu’il y a un bonne ambiance dans cette famille disloquée. Et le jour où il disparaîtra tout va changer.

Oiseau des neiges : un couple à la retraite décide de passer l’hiver à Miami, malgré le fait que monsieur râle, il ne veut pas y aller, alors que sa femme tient beaucoup à ce projet. Un mois après leur arrivée le mari meurt. Dans un premier temps la femme est désemparée, mais elle finit par se sentir plus légère, par s’accommoder de la situation à tel point qu’elle envisage de ne peut être plus retourner chez elle … au grand étonnement de son entourage.

Blue : l’histoire de Ventana m’a particulièrement émue car elle semble surréaliste. Cette femme a économisé pendant 3 ans sur son salaire, afin de s’acheter une voiture d’occasion. Elle est black, et de ce fait elle doit payer en liquide.

Elle entre dans un garage après sa journée de travail pour choisir un modèle, mais les employés l’oublient et l’enferme dans le parc d’exposition, où elle se retrouve nez à nez avec un molosse qui n’a pas l’air commode. Par réflexe, elle monte sur le toit d’une voiture. Mais après elle fait quoi ? Demander de l’aide à la police et qu’on la prenne pour une voleuse ? Elle va même passer à la télé, mais ça ne changera rien à sa situation ! Qui va être dramatique.

Les Outers Banks : des retraités sillonnent les Etats-Unis à bord d’un camping car avec leur chien. Mais en cours de route il meurt et il faut trouver un endroit pour l’enterrer. Mais au-delà de ça, que se passera-t-il quand l’un des deux conjoint mourra ?

 

Mon avis

C’est avec un plaisir évident que j’ai retrouvé Russel Banks. Je n’avais rien lu de lui depuis 2010 et j’avoue qu’il m’avait manqué. C’est un peu comme retrouvé un pote, qui vous raconte ses dernières péripéties.

Il s’agit de son dernier recueil de nouvelles, et la plupart des histoires tournent autour d’un chien. Ses personnages sont des vieux, des chômeurs, des veufs qui se sentent seuls. Des personnes qui ont de la peine à joindre les deux bouts et qui souvent vivent dans des caravanes, faute de mieux. Ils sont profondément attachants.

Les histoires se passent dans la région de l’Idirondak, où dès le mois d’octobre le froid et la neige sont là. Pourtant, les sujets sont traités sans pathos, avec une certaine ironie.

Je ne peux que le recommander, car j’ai passé un très bon moment. J’ai déjà aimé celui-ci et celui-là.

 

Note :   4  / 5 

 

Mais qui est-il ? Portrait

Description de cette image, également commentée ci-après

Russell Banks, né le 28 mars 1940 à Newton, dans le Massachusetts, est un écrivain progressiste américain. Son œuvre a été traduite en vingt langues. 

Il a passé son enfance dans le New Hampshire dans un milieu extrêmement modeste. Après des études à l’Université de Caroline du Nord à Chapel Hill, il voyage, passe même quelque temps en Jamaïque. Il a écrit des romans, des nouvelles et de la poésie. Il enseigne actuellement la littérature contemporaine à Princeton.

 Ses écrits sont parcourus par deux grands thèmes : la recherche de la figure paternelle et la description du monde des petites gens croulant sous le poids d’une vie quotidienne dure et pauvre ou de la tragédie.

Trois de ses romans ont été adaptés au cinéma, notamment De beaux lendemains (réalisé par le Canadien Atom Egoyan – Grand prix au festival de Cannes 1997) et Affliction (réalisé en 1997 par Paul Schrader)