La vengeance est un plat qui se mange froid

LES OREILLES DE BUSTER  de  Maria ERNESTAM
Editions Gaïa   /   410 pages

Résumé de l’histoire

Eva a 56 ans, vit à Frillesas dans la campagne suédoise avec Sven, et sa passion c’est de s’occuper de ses rosiers. Pour son anniversaire, sa petite-fille lui a offert un journal, et nuit après nuit, avec un verre de vin, elle raconte son passé.

D’abord son enfance de petite fille unique, qui vit entre un père aimant et une mère méchante et tyrannique qui la déteste. Au fil des pages, elle se souvient de la façon dont sa mère la méprise, la rabaisse, l’insulte. A la maison, il y a toujours des disputes, provoquées par sa mère, qui se plaint de son mari, pas assez ambitieux, et pour se venger elle aura de multiples amants. Eva a 8 ans et elle décide de tuer sa mère.

Eva a 17 ans, elle rencontre John un marin anglais et elle tombe amoureuse. Ils vont échanger beaucoup de correspondance et elle passera un été en Angleterre dans sa famille. Le retour chez sa mère est d’autant plus difficile.

Eva apprend que le père qui l’a élevé n’est pas son père biologique, comme promis, elle s’occupera de sa mère, découvrira qu’elle est enceinte, aura une vie professionnelle agréable et intéressante et elle vivra à Frillesas toute sa vie … avec son terrible secret.

 

Mon avis

Pour moi un bon roman, car j’ai eu beaucoup d’empathie avec Eva qui doit se battre jour après jour contre son horrible mère. Même si ce qu’elle fait est punissable par la loi, je peux aisément la comprendre, en plus, elle commet le meurtre parfait. C’est presque un page-turner, car j’ai eu de la peine à le mettre sur la table de nuit et à dormir.

Il y a aussi un petit suspens par rapport au personnage de Sven, qui sera dévoilé dans les toutes dernières pages.

 

Note :   4  / 5 

 

Mais qui est-elle ? Portrait

Maria Ernestam est suédoise, née en 1959 et vit à Stockholm, elle a été : chanteuse, danseuse, mannequin, journaliste et écrivain.

Elle a écrit 5 romans, mais il semble que seul 3 romans ont été traduit. Le premier : toujours avec toi, le second : les oreilles de Buster et le 3ème : le peigne de Cléopâtre.

Publicités

6 réflexions au sujet de « La vengeance est un plat qui se mange froid »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s