Famille et insomnie

SEUL DANS LE NOIR  de  Paul AUSTER
Editions Actes Sud   –   182 pages

 

Résumé de l’histoire (4ème de couverture)

Auguste Brill, critique littéraire à la retraite, qui, contraint à l’immobilité par un accident de voiture, s’est installé dans le Vermont, chez sa fille Miriam, laquelle ne parvient pas à guérir de la blessure que lui a infligé un divorce pourtant déjà vieux de cinq ans, et qui vient de recueillir sa propre fille, Katya, anéantie par la mort en Irak, dans des conditions atroces, d’un jeune homme avec lequel elle avait rompu, précipitant ainsi, croit-elle, le départ de ce dernier pour Bagdad.

 

Mon avis

Encore un Paul Auster, et je découvre dans celui-ci ce qu’il aime tant faire, soit une histoire dans l’histoire.

Dans un premier temps, on découvre un homme nommé Owen Brick, la trentaine, américain, soldat, qui se retrouve au fond d’un trou. Il est délivré, nourri et un groupe de soldats vient le trouver avec une mission à accomplir : tuer le dénommé Auguste Brill, car le fait de le tuer fera cesser la guerre et tous ces braves soldats pourront enfin rentrer chez eux. Au fur et à mesure de l’histoire, on découvre que c’est un personnage de fiction.

Dans un deuxième temps, on découvre Auguste Brill, critique littéraire à la retraite, qui lui est bien vivant, et qui vit chez sa fille depuis son accident de voiture.

Au fil des pages, on en apprend plus sur Auguste, sa vie avec sa femme et son décès. On découvre aussi la vie de sa fille, ses peurs ; sa petite-fille avec ses projets, ses doutes, son chagrin d’amour qui la conduit lentement mais sûrement à la dépression, car elle croit que son amoureux est mort à cause d’elle.

Et Owen Brick dans tout cela ? Il est le « passe-temps » si l’on peut dire de l’imagination d’Auguste. Car certains comptent les moutons pour s’endormir et Auguste lui, se raconte des histoires.

Un roman qui vaut le détour, car je trouve attachante la façon dont Auguste parle des femmes de sa vie, les poussant à réaliser leurs rêves.

 

Note :   4  / 5  

D’autres romans : ici, , encore un,

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s