Rapt en Suisse

 

LA PEAU DES GRENOUILLES VERTES  de  Serge BIMPAGE
Editions de l’Aire   –   206 pages

 

Résumé de l’histoire (4ème de couverture)

Serge Bimpage a eu bien raison de transformer en roman un fait judiciaire réel et inouï, qui avait jadis défrayé la chronique : l’enlèvement contre rançon de la fille d’un artiste mondialement connu.

La forme romanesque permet de pénétrer dans la vérité des êtres, de présenter des portraits troublants du criminel et de la victime. Son intérêt « pour les hommes que le destin force à marcher contre nature » l’amène à examiner la question de la détermination et de la responsabilité des individus.

 

Mon avis

Je ressors de cette histoire avec un avis assez mitigé. Je n’ai pas aimé la plume de l’auteur, que par ailleurs je ne connais pas du tout. En regardant un peu la bibliographie de cet auteur, je ne suis attirée par aucun de ses livres, qui en règle générale ne sont pas des romans.

Par contre, je connais le fait divers dont est tiré l’histoire. Il s’agit du kidnapping de la fille de Frédéric Dard qui écrit les « San Antonio », et qui à l’époque vivait dans la campagne genevoise en Suisse. Cette histoire m’a marquée, car j’avais dans les 20 ans à l’époque et commençait à suivre les infos de manière assidue.

Ce que j’ai particulièrement aimé, ce sont toutes les parties qui concernent la vie du kidnappeur, car il raconte son enfance compliquée avec son père, son besoin d’argent toujours plus grand, le fait qu’il n’arrive pas à percer dans le monde du cinéma et que l’enlèvement va se faire par rapport à un scénario qu’il a imaginé.

J’ai moins aimé les parties concernant la fille de Frédéric Dard, plus complexe, moins clair.

Ce roman lu pendant l’été, il ne m’en reste presque rien. J’ai peut être été surprise par la manière dont l’histoire est racontée.

Note :   3  / 5 

 

Publicités

Le droit de la famille

L’INTERET DE L’ENFANT  de  Ian MC EWAN
Editions Gallimard   –   228 pages

 

Résumé de l’histoire (4ème de couverture)

A l’âge de 59 ans, Fiona Maye est une brillante magistrate spécialiste du droit de la famille. Passionnée, parfois même hantée par son travail, elle en délaisse sa vie personnelle et son mari Jack.

Surtout depuis cette nouvelle affaire : Adam Henry, un adolescent de 17 ans atteint de leucémie, risque la mort. Les croyances religieuses de ses parents interdisant la transfusion sanguine qui pourrait le sauver, les médecins s’en remettent à la cour.

Après avoir entendu les deux parties, Fiona décide soudainement de se rendre à l’hôpital, auprès du garçon. Mais cette brève rencontre s’avère troublante et, indécise, la magistrate doit pourtant rendre son jugement.

Dans ce court roman, Ian Mc Ewan allie avec justesse la froideur de la justice à la poésie et à la musicalité qui imprègnent la vie des personnages. Dans un style limpide, il crée une ambiance oppressante et fait preuve d’une complexité thématique impressionnante. Les certitudes se dérobent : où s’arrête et où commence l’intérêt de l’enfant ?

 

Mon avis

Ici aussi des thèmes difficiles et pourtant d’actualité, mais j’ai adoré ce roman et la plume de Ian McEwan, à la fois subtile et efficace.

Fiona est attachante, complexe, les affaires qui lui sont confiées sont très intéressantes, que ce soit le cas d’Adam ou celui des enfants siamois qui une fois séparé ne pourront pas survivre tous les deux.

Mais en allant rendre visite à Adam à l’hôpital, elle va changer la donne. Elle va pouvoir apprécier sa maturité malgré ses 16 ans, son intelligence, son amour des mots et de la poésie, et sans le vouloir, elle va troubler ce jeune homme et faire naître l’amour dans sa vie. Lui donner une nouvelle raison de vivre.

Elle doit à la fois réfléchir aux jugements qu’elle va donner, mais aussi faire face à la tromperie de son mari qui se trouve délaissé au profit de son travail. Pour se détendre, elle joue du piano et chante, mais parfois ça ne remplit pas le vide laissé par son mari, qui a finalement fait sa valise pour rejoindre sa jeune maîtresse.

Ces deux mondes se mélange subtilement, et je suis restée suspendue aux mots de Ian McEwan pendant quelques jours avec bonheur. Je ne peux que conseiller ce roman.

 

Note :   5  / 5  

Autre format

Comme toute lectrice totalement addict qui se respecte, j’ai acheté beaucoup de livres tout au long de ma vie. Les seules choses qui peuvent m’empêcher d’assouvir cette passion sont : l’argent et le manque de place ou de bibliothèque !

Donc dans un premier temps, je n’ai acheté que des brochés, je suis ensuite passé au poche (pour une question de place) mais ils n’étaient pas toujours de bonne qualité, les pages jaunissent, sèchent, se cassent, etc. Pas toujours le top.

Donc, quand j’ai découvert un nouveau format de livres, nommé ultra poche, car il mesure 8 cm de haut sur 12 cm de large, aux éditions point 2, j’ai vite été conquise par le style, la qualité du papier et la taille de l’écriture.

Par contre, pour le côté négatif, il y a peu de titre qui sortent, et le prix est presque exorbitant, enfin, surtout en Suisse. Un roman de ce type coûte 12 euros alors qu’il  me revient à 18 francs suisse ! Pour ce prix là j’ai un poche ! Un dernier point, il faut s’habituer à lire de haut en bas et je ne sais pas trop comment tenir le livre surtout dans les transports, c’est plus simple une fois posé sur une table.

Mais malgré tout, j’avais envie d’en parler, car quand j’en trouve en France, je me fais un petit plaisir. Et puis la grande qualité, c’est que ça tient dans la poche arrière d’un jeans !! et même dans un petit sac à main, il n’est pas plus grand que mon porte-monnaie.

Voici à quoi ça ressemble

decembre-2011-001

La tranche est compacte, sachant que le « Kellerman » fait 700 pages !

decembre-2011-002

Par rapport à un broché, sur la même hauteur, je peux mettre 3 ultra poche

decembre-2011-004

Une fois l’ultra poche ouvert, il est très lisible (c’est évident quand on ouvre la photo)

decembre-2011-005

En vrac – suite de séries

Pour une fois, l’été a vu la suite de nombreuses séries que je regarde. Je dois dire que j’ai souvent été déçue par des scénarios très plats.

 

Meurtres au paradis – saison 5 – 8 épisodes les autres saisons ici

Je dois dire que j’ai été déçue par la façon dont la nouvelle saison est amenée, car il y a très peu d’originalité dans les enquêtes, toujours menées de la même façon. Les seules choses intéressantes, c’est que lors de la 2ème enquête, JP Hooper, retrouve une camarade de classe pour qui il avait le béguin et qui est devenue mannequin. On les suivra tout au long des 8 épisodes, jusqu’au moment où ils se marieront.

L’autre fil rouge concerne Humphrey, toujours seul et il décide de trouver l’amour sur un site de rencontre, avec l’aide et les conseils par toujours éclairé de Dwaine. Mais on se contente d’en parler au premier et au dernier épisode, ce qui est un peu dommage.   

 

Candice Renoir – saison 4 – 10 épisodeles autres saisons ici

Pour cet été, c’est la série qui m’a le plus déçue. Candice démarre une nouvelle vie, dans une grande maison près de la mer, a tout pour être heureuse avec son amoureux le chef de la BAC qui vit dans un bateau en face de sa villa, il s’entend bien avec ses enfants.

Mais elle se retrouve toujours confrontée à Antoine et sa nouvelle unité et surtout sa cheffe qui arbore un look masculin, tout en noir et Candice décide de l’imiter, car  elle est jugée trop désinvolte dans sa façon de mener les enquêtes, subit des reproches à longueur de journée et en devient dépressive.

Lors d’une enquête dans une autre ville, on découvre sa mère et son passé, elle retrouve Antoine qui mène aussi une enquête dans cette ville, et fatalement ils vont coucher ensemble. De retour à Sète, l’indécision est de mise … on fait comme si de rien n’était ou on se met ensemble et on assume le regard des autres ? Pour Antoine c’est compliqué car sa copine vient de lui annoncer qu’elle est enceinte. Candice hésite à en parler à son copain et cela lui sera fatal (au copain pas à Candice). Et la saison se termine sur ce dilemme.

 

Grantchester – saison 2 – 6 épisodes – saison un ici  

Le premier épisode commence très fort, car on accuse le révérend Chambers d’avoir violé une ado, qui se serait suicidée par la suite. Il va enquêter pour prouver sa bonne foi et découvre le coupable, il s’avère que le jeune homme a voulu aider la jeune fille à avorter et cela c’est mal passé entraînant la mort de l’adolescente. Chambers lui demande de se rendre, car il est sûr qu’il y aura des circonstances atténuantes, malheureusement l’homme est reconnu coupable et écope de la peine de mort.

Chambers se sent très mal et tout au long des 6 épisodes, il ira rendre visite au malheureux et fera son possible pour faire changer le verdict.

Pendant les autres enquêtes, on en découvre plus sur Chambers, ses études, ses frasques à l’université, son histoire trouble avec Amanda, qui même mariée vient le voir trop souvent, provoquant des disputes avec son époux. Elle reproche à Chambers de ne pas avoir demandé sa main … et maintenant elle est coincée car enceinte.

Vraiment une très bonne saison, et il devrait y avoir une saison 3.

 

Vikings – saison 3 – 10 épisodes –  les autres saisons ici 

J’ai eu beaucoup de plaisir à retrouver Ragnard, sa femme Lagherta et son fils Bjorn ainsi que son frère Rollo. A la fin de la saison 2, il y a une grande bataille entre lui et son roi, il le tue et le remplace à la tête du peuple viking.

A la belle saison, il retourne en Angleterre, afin d’installer une communauté viking sur une portion de terre anglaise, ce que le roi accepte, mais sans savoir que dès qu’il sera repartit, les familles installées là-bas se feront massacrer. Son fidèle Athelstan l’accompagne partout, et pendant qu’il est en Angleterre il séduit une femme et lui fait un enfant (ce qu’il ne sait pas) et décide de continuer à suivre Ragnard.

Au printemps suivant, Ragnard décide d’envahir Paris, même si elle a la réputation d’être imprenable, il veut absolument relever ce nouveau défi, car Athelstan en parle souvent. Il lui fait du reste un plan pour s’y rendre. Quelques jours avant ce départ Athelstan est tué par Floki qui le jalouse toujours. Ragnard promet de se venger et bien qu’attristé par la mort de son ami, il part à la conquête de Paris.

Les batailles sont grandioses et épiques, et malgré les milliers d’hommes et les bateaux, Ragnard n’arrive pas à entrer dans la ville. Il est gravement blessé, tout comme son fils et son frère. Il est en piteux état et demande au roi de France de venir en terrain neutre en dehors de la ville pour être baptisé avant de mourir, car il veut rejoindre Athelstan au ciel. Quelques jours plus tard il meurt, et son fils Bjorn fait savoir au roi de France qu’il veut être enterré dans la ville de Paris. Le roi accepte, croyant son ennemi vaincu, mais il est dupé, Paris est pillé et une partie des vikings repartent avec Ragnar, alors que Rollo reste sur place avec une partie de l’armée pour conserver son pouvoir sur Paris et attendre le retour de son frère l’année suivante. Mais le roi de France convoque Rollo et lui propose de faire une alliance avec lui contre Ragnard. Ainsi s’achève l’avant dernière saison.  

Les flops de l’été

CE N’EST PAS TOI QUE J’ATTENDAIS  –  Fabien TOULME
Editions Delcourt  –  240 pages

 

Résumé de l’histoire (4ème de couverture)

C’est l’histoire de la rencontre d’un père et de sa fille trisomique. Pour Fabien, c’est le monde qui s’écroule. Comment faire face au handicap de sa fille, comment l’aimer.

Entre colère, doute, moments de tristesse et bonheurs inattendus, l’auteur raconte le difficile chemin d’acceptation qui le mènera vers sa fille.

 

Mon avis

Je n’ai pas aimé et je n’ai pas été touchée par le destin de Julia. Pourtant c’est bien dessiné, l’auteur explique bien les embûches rencontrées.

J’avoue que j’ai plutôt été mal à l’aise pendant cette lecture. Des souvenirs désagréables sont revenus à ma mémoire … Pour la petite histoire, j’ai été agressée pendant plus d’un an par un « triso » qui prenait le même bus que moi, tôt le matin, et qui selon son rituel, se branlait devant moi … et poser plainte auprès de la police et demander de l’aide au chauffeur du bus n’a rien changé, puisque c’était de ma faute … Bref, pas un franc succès pour moi.

Note :  2  / 5 

 

******************************

 

ILS VECURENT HEUREUX, EURENT BEAUCOUP D’ENFANTS, ET PUIS …
Michaël CUNNINGHAM

Editions Belfond   –   190 pages

 

Résumé de l’histoire

Des contes pour enfants, plus au moins connus, dont la fin a été revisitée par Michaël Cunningham, avec plus au moins de bonheur.

Mon avis

J’avoue avoir été très déçue par ce recueil de nouvelles, car d’abord les contes choisis ne sont vraiment pas les plus connus, et souvent la fin n’est pas très différente de l’original.

Au final, une lecture vraiment pas indispensable, dont il ne me reste rien un mois plus tard.

 

Note :    2 / 5  

 

*********************

LES CORPS INUTILES  de  Delphine BERTHOLON
Editions JC Lattès   –   353 pages

 

Résumé de l’histoire

Clémence, la narratrice, a 15 ans, et elle se prépare pour fêter la fin du collège avec ses amis. Au détour d’une rue, elle fait une mauvaise rencontre qui changera le cours de sa vie. Un homme l’agresse avec un couteau, dans le but de la violer. Elle s’échappera sans dommage physique, mais ne racontera cela à personne.

A 30 ans, elle est une jeune femme solitaire et sauvage qui travaille dans une usine qui fabrique des poupées pour adultes. Elle vit seule, n’arrive pas à être en couple et ne ressent rien … ni le froid, ni le chaud, ni les émois amoureux.

Mais un coup de fil va changer le reste de sa vie … même si dans les premiers temps elle culpabilisera beaucoup, car le fait de ne pas avoir signaler cette agression a eu des conséquences sur d’autres femmes, qui à leur tour ont été violées voir tuées.

 

Mon avis

La mise en place de l’histoire est très longue, j’ai eu de la peine à avoir de l’empathie pour Clémence. Par contre les cent dernières pages du roman sont vraiment intéressantes, mais pas assez pour sauver le livre.

J’en ressors déçue, et j’ai un peu l’impression d’avoir perdu mon temps.

 

Note :   2  / 5  

 

******************************

 

LA COULEUR DE LA NEIGE  de  Jodi PICOULT
Editions Presses de la Cité   –   428 pages

 

Résumé de l’histoire (4ème de couverture)

En apparence, la famille Stone est l’image même du bonheur : Daniel, auteur de bd mène une vie harmonieuse avec sa femme Laura, brillante universitaire et Trixie sa fille de 14 ans qu’il adore.

Mais le monde des Stone s’effondre lorsque Trixie accuse son petit ami Jason de l’avoir droguée et violée. La police semble mettre en doute les allégations de l’adolescente, la soupçonnant de chercher à se venger. Et quand on retrouve Jason assassiné, elle est la première suspecte sur la liste.

 

Mon avis

Pas un mauvais bouquin, mais vite lu et vite oublié. Il est rempli de thèmes déjà traités des centaines de fois.

La famille américaine type, bien sous tous rapport, mais quand on gratte un peu le vernis … on découvre que le mari et la femme s’éloignent.. elle prend un amant, son mari le découvre … la fille de 14 ans n’est plus vierge depuis longtemps et ment à ses parents pour aller dans des fêtes et prendre de la drogue …

Bref … la seule chose intéressante, c’est que Daniel est d’origine Inuit et au cours du récit, on en apprend un peu plus sur leurs coutumes, et avec la femme le côté intello, puisqu’il est fait plusieurs fois allusion aux 9 cercles de l’enfer de Dante.

Typiquement une lecture de vacances, vite oubliée.

 

Note :   3  / 5  

Retour sur août

Déjà la fin du mois d’août … il est passé super vite … une chaleur intense … un ciel bleu sans nuage pendant des semaines … toujours la canicule la plupart du temps … continuer avec les bonnes habitudes … Starbucks me revoilà … continuer à se balader dans les parcs et bouquiner.

Le parc des Bastions et ses arbres 
#geneve #parcdesbastions

Pour la première fois de ma vie avoir mal au dos à en pleurer … rester bloqué du dos et chez moi pendant une semaine … marcher pendant 4 jours pliée en deux … et le reste du temps me tenir au mur … avoir mal tout le temps et dans n’importe quelle position … la deuxième semaine, arriver à sortir enfin … marcher tout doucement, la seule position où j’ai le moins mal … au bout de 15 jours le calvaire s’arrête … enfin.

Retrouver les plaisirs de la vie … pouvoir enfin s’offrir le coiffeur … les raccourcir franchement et se refaire une couleur … aller au marché deux fois par semaine … faire le plein de fruits à petit prix … recommencer à faire des tartes avec les fruits de saison, et voir que je n’ai pas perdu la main … à fin août, retrouver le cirque Knie … rituel qui dure depuis plus de 40 ans.

Varions les plaisirs .. tarte aux pruneaux 👍😋
#tarteauxfruits #patisserie #tarteauxpruneaux

Une histoire qui finit avant d’avoir commencé … 4 rendez-vous pour voir que ça ne « collera » pas … retour sur les sites de rencontres … une grande fatigue d’être toujours seule … devoir en permanence faire le premier pas … en règle général les mecs sont mous, ne décident jamais rien … même prendre un verre c’est compliqué !!

Voilà déjà 2 ans que j’ai adopté Spoutnik … son humeur est devenue paisible … il vient chercher les câlins avec gentillesse … il fait un peu moins de bêtises … on est proche de l’harmonie … je ne regrette pas d’avoir tenu bon, même s’il m’en a fait baver, souvent … comme chasseur de mouches et insectes en tout genre, il est top.

Spoutnik sur le balcon .. prisonnier consentant ☺

Côté sport, je suis toujours aussi contente et motivée par mon fitbit … gagner des badges ça m’éclate … il y a une nouveauté, des aventures virtuelles dans les parcs américains, avec photos à l’appui … je trouve ça très ludique … donc ce mois ci, je n’ai marché que 3 semaines (à cause de mon mal de dos) … j’ai aussi recommencé le vélo, un peu … donc pour les chiffres : 73 km à pied et 24 km de vélo.

img_0378

img_0379

Jackson Brodie le retour

PARTI TOT, PRIS  MON CHIEN  de  Kate ATKINSON
Editions de Fallois  /  390 pages

 

Résumé de l’histoire (4ème de couverture)

La journée s’annonce comme les autres pour Tracy Waterhouse, chef de la sécurité dans un centre commercial, jusqu’à ce qu’elle fasse un achat inattendu. Une minute de folie suffit pour que son univers bascule, pour que le train-train quotidien soit remplacé par la peur et le danger à chaque tournant.

Rebondissements et fausses pistes abondent dans ce roman. L’action se passe dans le Yorkshire et oscille entre 1975 et aujourd’hui. C’est un univers d’un réalisme cru : tueurs en série, prostituées assassinées, enfants enlevés, policiers véreux.

 

Mon avis

Ce roman de Kate Atkinson ne fait pas partie de mes préférés.

Pourtant on retrouve le détective Jackson Brodie empêtré dans une affaire de recherche de parents pour sa cliente, et à force de remuer le passé et la boue, il va finir par déterrer un tueur en série.

J’ai trouvé les 100 premières pages très longues, avec l’intégrale de la vie de Jackson Brodie, et j’ai eu de la peine à voir ce que ça venait faire là. Il y a aussi beaucoup de personnages secondaires, très détaillé, alors que finalement ils font une brève apparition.

Ajouté à ça que j’étais très fatiguée à ce moment là, la lecture m’a parue pénible et j’ai mis plus d’un mois à en venir à bout !

 

Note :   3  / 5 

Ses autres romans : Une vie après l’autre / A quand les bonnes nouvelles / Sous l’aile du bizzare