Retour sur novembre

Chaises pour tête à tête cherche amoureux ... Genève - commune de Carouge #geneve #geneva #carouge #bancspublics

Depuis quelques années, novembre est un mois difficile pour moi … celui ci n’a pas échappé à la règle … brouillard, pluie à gogo, froid intense depuis une semaine … ce fût fatal, moral en chute libre … les travaux pour ma salle de bain sont enfin finis … et au bout d’une semaine, je suis contente de voir partir l’ouvrier … ne plus avoir à me lever aux aurores et l’entendre entrer et sortir 50 fois par jour.

Côté santé : se faire enlever les points de suture et voir que tout va bien … que la cicatrice ne sera pas trop grande … au bout de 10 jours, voir la peau reprendre sa couleur normale … devoir arrêter un médicament et perdre 3 kilos en 10 jours !  mais en contrepartie voir tous mes problèmes de peau revenir … passer des examens chez le médecin et voir que rien n’a changé côté allergie … que ma capacité respiratoire s’est encore amenuisée … m’entendre dire qu’il y a une solution mais que ça va me coûter 2’400 fr par mois !! alors que le même traitement coûte 400 euros en France !! et donc ne pas pouvoir en bénéficier … au final se prendre le bec avec son médecin et partir fâchée … se casser la tête à trouver un financement, sans résultat.

Spoutnik a la gratouille … au point de s’arracher les poils de la joue et être en sang … foncer à la pharmacie lui acheter une collerette et un médicament … il fait un peu la tête car il n’aime pas ça … mais ses poils ont repoussés et il arrive presque au bout du traitement.

Quand spoutnik reste au lit toute la journée ! 🐾🐱😃 #spoutnik #chat #cats #jeresteaulit

Malgré toutes ses merdes, sortir et marcher pour s’aérer la tête … collectionner de nouveaux badges … améliorer mon précédent record … dépasser le cap des 100 km par mois que je me suis plus au moins fixé … essayer de faire encore un peu mieux le mois prochain.

106 kilomètres en novembre 👍👟
#fitbit #fitness #fitbitone #marche

 

Publicités

Céline Dion

Encore un Soir

J’ai une tendresse particulière pour Céline Dion, peut être parce qu’elle fait partie de ma vie depuis les années 80, qu’elle chante aussi bien en français qu’en anglais. Parce que j’aime sa voix particulière et puissante et que son histoire personnelle est atypique.

Alors j’avoue, je n’aime pas forcément tous ses albums, mais j’y prête attention, et il y a toujours quelques chansons qui me plaisent, surtout quand elle travaille en français avec Goldman, qui lui a fait des textes magnifique à de multiples reprises.

Voici que son dernier album vient de sortir, qui se nomme : Encore un soir et c’est aussi le clip que je partage avec vous, même si cette chanson ne fait pas encore partie de mes préférées, je n’ai pas encore eu l’occasion de l’écouter très souvent. Cette chanson a été écrite par Goldman.

La reconversion

L’AME DU CHASSEUR  de  Deon MEYER
Editions  Seuil policier   /  422   pages

 

Résumé de l’histoire (4ème de couverture)

Véritable force de la nature, « Pti » Mpayipheli s’est refait une vie honorable après sa mise au chômage par les services secrets sud-africains, lorsque la fille d’un vieux camarade de lutte lui demande son aide. Son père a été enlevé et ses ravisseurs menacent de le tuer si elle ne leur livre pas la rançon bien particulière qu’ils exigent.

Que faire ? Renouer avec un passé de meurtres et de corruption qu’il a eu du mal à mettre derrière lui pour sauver son ami ou le laisser tomber pour protéger sa nouvelle existence ? Il n’hésite pas et les ennuis commencent : derrière le kidnapping, c’est en effet tout autre chose qui se joue et l’oblige à jouer son va-tout.

Superbe course poursuite à travers une Afrique du Sud toujours en proie à ses vieux démons.

 

Mon avis

J’ai découvert Déon Meyer avec sa série de roman policier et son héros récurent l’inspecteur Griessel et j’avais adoré, mais il n’apparaît pas dans ce roman.

Ici il est question de Mpayipheli, un guerrier qui a été récupéré par les services secrets pour défendre son pays et envoyé en Europe afin de suivre des stages commandos.

Mais, avec la fin de l’apartheid, il se retrouve sans travail et doit donner un nouveau sens à sa vie. Après avoir travaillé pour un trafiquant de drogues, il rentre dans le droit chemin et travaille comme mécano, il tombe amoureux de Miriam et prend soin de son fils Pakamile.

Pourtant son passé le rattrape, il doit aider un ancien camarade et reprendre ses habitudes de chasseur et de tueur. Mais durant ce long périple, il va réfléchir à sa vie et faire des choix capitaux.

Ce personnage est déjà le héros de 2 autres romans, qu’il faudrait lire avant celui-ci, soit : Jusqu’au dernier / les soldats de l’aube.

Donc dans ce roman, il y a le côté enquête policière et de l’autre, l’auteur nous explique les rouages du pouvoir, des services secrets africains, les petits mensonges et les grandes trahisons. Cette partie m’a été plus fastidieuse à lire, mais très intéressante à lire pour comprendre comment blanc – noir – zoulou – xhosa se font confiance et crée un nouveau gouvernement.

 

Note :   4  / 5  

Série avec l’inspecteur Griessel :
Le pic du diable
13 heures

Blog photos

Depuis le mois de juillet dernier, j’ai décidé d’ouvrir un blog photos pour les différents défis auxquels je participe, car au fil du temps, ce blog qui est consacré aux livres et au cinéma en priorité, recevait plus de vue pour les photos que pour les articles consacrés aux romans et aux films, ce qui au final m’embêtait un peu.

J’ai donc décidé d’ouvrir un autre blog, toujours sur WordPress, mais dédié uniquement aux photos. Il y aura celles pour les défis et aussi des séries que je décide de faire au fil des saisons. Elles seront séparées sous diverses rubriques comme : animaux, nature, architecture, couleur, art, etc.

Pour l’instant je n’ai pas encore un très bon rythme, mais je pense que tout ceci va s’affiner courant 2017. Mais vous pouvez déjà le visiter, voici le nom et le lien direct.

photos hors brouillard

 Je vous souhaite une bonne visite et surtout n’hésitez pas à laisser des commentaires.

Une vie meilleure

CADAVRE EXQUIS  de  Pénélope BAGIEU
Editions  Gallimard – Bayou   /  124   pages

 

Résumé de l’histoire

La rencontre improbable entre Zoé hôtesse d’accueil dans les salons et un peu cruche, Thomas Rocher l’écrivain célèbre et Agathe, éditrice et ex-femme de Thomas.

Zoé est très basique, elle ne s’intéresse à rien (et encore moins aux livres), fait l’hôtesse dans différents salons, et vit avec un gars, rustre et qui n’a pas travaillé depuis 2 ans.

Thomas Rocher est un écrivain célèbre, qui après quelques romans, a connu le syndrome de la page blanche, et qui n’en pouvant plus d’être harcelé par les médias, fais croire à sa mort (ce qui relance la vente de ses bouquins) mais il vit en reclus dans son appartement, toutes les fenêtres fermées en permanence et se faisant tout livrer.

Agathe était son éditrice, puis est devenue sa femme, ensuite ils se sont séparés mais elle continue d’être son agent, au cas où il sortirait un nouveau livre. Mais elle pense que ça n’arrivera plus.

Et un jour, Zoé fait la connaissance de Thomas, elle devient sa nouvelle muse, il en tombe amoureux, elle vient vivre avec lui et elle l’inspire tellement qu’il écrit un roman fabuleux. Mais Zoé voudrait pouvoir voyager, vivre son amour au grand jour, mais Thomas n’est pas très chaud.

Au fil du temps, Agathe et Zoé deviennent amies et elles vont monter un plan machiavélique pour vivre une meilleure vie.

 

Mon avis

J’ai ad-or-é ! Je n’avais jamais lu de bd avec un scénario aussi élaboré. Je me suis laissée entraînée dans la vie de Zoé et Thomas avec délice.

Le dessin est agréable, le chat est rigolo et l’intrigue finale m’a laissée sur le cul. La première fois pour moi, qu’une bd de ce genre ressemble à un policier, presque un page-turner. Un vrai bonheur, je ne peux que conseillez cette bd très sympa.

Note :   4  / 5  

Son autre bd : la page blanche

 

Mais qui est-elle ? Portrait

Pénélope Bagieu

Pénélope Bagieu naît en 1982 à Paris, de parents corses et basques. Après le bac, elle étudie le cinéma d’animation, puis fait un passage à la Centrale St-Martins de Londres.

De retour à Paris, elle crée en 2007 « ma vie est tout à fait fascinante », un blog dessiné où elle expose sa vie quotidienne avec un humour et une grâce qui font mouche. La publication du livre prolonge bientôt en librairie le succès du blog.

Elle multiplie les couvertures de romans et autres illustrations pour l’édition, œuvre pour de grandes campagnes publicitaires, dessine les aventures de Joséphine et signe même une ligne de lingerie.

 

 

Alicia Keys

Here

Pour une fois, je vais sortir de ma zone de confort, côté musique, en vous parlant du dernier album de Alicia Keys : Here, qui est sorti début novembre de cette année.

Cet album était très attendu par les fans, car il a fallut 4 ans, pour qu’il soit réalisé. La plupart des clips sont en noir et blanc, et les spécialistes le trouvent très épuré. J’ai choisi 2 chansons au hasard sur ce nouvel album avec une préférence pour la première, qui pour moi a des sonorités soul et funk qui me plaisent habituellement.

Mais la deuxième chanson semble être celle qui sera diffusé partout.

Une vie de culpabilité

QUITTER LE MONDE  de  Douglas KENNEDY
Editions Pocket    /  694   pages

 

Résumé de l’histoire

Le jour de ses 13 ans, Jane, accompagnée de ses parents, va manger au restaurant. Ils se disputent sans cesse et l’atmosphère est lourde. Alors elle prononce une phrase qui va changer le cours de sa vie : Je ne me marierai jamais et je n’aurai jamais d’enfants. Le lendemain, son père a fait sa valise et est parti pour toujours. Alors sa mère n’aura de cesse de lui reprocher cette phrase, car en disant cela elle a provoqué le départ de son mari.

Et pendant toute son adolescence et ensuite sa vie de femme, elle devra porter ce fardeau, sa mère le lui rappelant sans cesse. Pourtant elle fera de grandes études universitaires, elle sera la maîtresse de son prof de thèse pendant 4 ans. Mais alors qu’elle s’attache à cet homme, qui va quitter sa femme pour vivre avec elle, il disparaît dans un accident de la route, ou un suicide, les circonstances ne sont pas très claires.

Elle va essayer de se remettre de ce cataclysme en se plongeant encore et encore dans le travail à outrance. Elle rencontre un autre homme avec qui elle vit une aventure de longue durée, elle n’est pas sûre de ses sentiments à son égard et voilà qu’un matin elle se rend compte qu’elle est enceinte … que faire ? le garder ? avorter ? se marier ?

Sa décision sera lourde de conséquence et déclenchera de nouvelles habitudes et d’autres angoisses.

 

Mon avis

Un roman magnifique. La psychologie des personnages féminins est superbe, comme souvent chez Kennedy. Jane va passer sa vie à vivre dans la culpabilité. Sa mère est un personnage haïssable à souhait, le type même de femme qui se laisse ballotter par la vie et ensuite en reproche les conséquences à sa fille. Quoi qu’il lui arrive, c’est la faute des autres.

L’écriture est addictive, on ne peut cesser de tourner les pages afin de savoir ce qui va encore tomber sur la tête de cette pauvre Jane. Il ne l’a pas épargnée, mais elle est forte et n’a de cesse de se relever, même si parfois elle dérive dans l’alcool.

La seule chose que je n’ai pas aimé, c’est la dernière partie qui se passe au Canada, quand elle se prend pour une enquêtrice et qu’elle retrouve cette petite fille disparue. Elle ne sait quasiment rien, mais elle est plus futée et perspicace que la police. J’ai trouvé ça un peu gros.

Une citation que je trouve très belle : Les mots comptent. Les mots construisent et détruisent. Les mots restent. Et les miens avaient poussé mon père à s’en aller. Tout était ma faute.

 

Note :   4  / 5

Ses autres romans :

Murmurer à l’oreille des femmes
Les charmes discrets de la vie conjugale
Cul de sac

 

Quand on râle, il se passe quoi ??

Où que j’aille, je suis polie et le plus souvent souriante, je suis aussi respectueuse des vendeuses que je côtoie, car je sais que leur métier est difficile. Pour autant je n’oublie pas que le client est roi et j’aime bien que l’on me traite avec égard.

En ce début d’année, je me rends chez Marionnaud, parfumerie que j’apprécie depuis près de 10 ans, et où j’achète tous mes produits de soins ainsi que le parfum, les mascaras, les vernis, les produits solaires etc. Ce qui veut dire laisser à cette enseigne entre 1’000 et 2’5000 fr par année ! et surtout, je connais bien les différentes vendeuses des 3 boutiques que je fréquente.

C’est juste après mon accident, le printemps arrive, je vais chercher ma base de mascara et j’en profite pour demander un échantillon sur un nouveau produit de la marque Lancôme. A ce moment, je sens que la vendeuse est agacée, elle soupire et elle me dit ne plus avoir d’échantillon et elle rajoute : pour demander des échantillons il y a du monde, mais par contre après pour acheter le produit il n’y a plus personne !! Je suis tellement surprise par cette phrase que ça me coupe le sifflet. Elle est cassante et à la limite de la politesse.

Sur le chemin du retour, je rumine cette réflexion et plus j’y pense moins ça me plaît … arrivée à la maison je téléphone à la maison mère en Suisse et demande à parler à la responsable des vendeuses sur Genève. On me demande de raconter ce qui s’est passé, ce que je fais, en ajoutant que cette vendeuse est souvent désagréable avec moi depuis près d’un an et que ce n’est pas la première fois qu’elle me fait des remarques. J’ai laissé passer les autres fois, mais là c’est la goutte d’eau qui fait déborder le vase !

On me répond qu’effectivement la vendeuse n’a pas à me parler de cette façon et que la responsable va voir ça avec la vendeuse en question. Quelques semaines plus tard, je reçois un paquet avec des tas de petits échantillons, une trousse de toilette en cuir de chez Dior, une lettre d’excuse, et un bon de 10 francs. Les cadeaux sont bien ciblés car ce sont des marques que j’utilisent régulièrement.

Ce qui m’a beaucoup fait rire, ce sont les échantillons de rouge à lèvre, car il y a 4 ans j’en avais demandé, car je n’étais pas sûre d’aimer la texture ainsi que la couleur et on m’a répondu que ça n’existait pas !! Et dernièrement en magasin, au moment où la vendeuse a ouvert le tiroir il devait y en avoir des centaines, certes d’une seule couleur, mais ça existe … je me demande donc qui les utilisent vu que les clientes n’y ont pas droit !!!

img_0267

img_0271

img_0272

img_0273

Âme sensible s’abstenir

DADDY LOVE  de  Joyce Carol OATES
Editions Philippe Rey   –   267 pages

 

Résumé de l’histoire (4ème de couverture)

Avec Daddy love, Joyce Carol Oates plonge son lecteur dans l’horreur. Une horreur qui commence au centre commercial où Robbie Whitcomb, 5 ans, est enlevé sous les yeux de sa mère.

Le ravisseur collectionne les petits garçons dont il se débarrasse dès qu’ils atteignent la puberté. Devenu « Gideon », Robbie va ainsi passer sept ans à obéir à Daddy Love. Mais qui est-il ? Un homme charmant du nom de Chet Cash. Pasteur itinérant de l’Eglise de l’Espoir éternel, dont les prêches subjuguent l’assistance, c’est aussi un citoyen actif du village de Kittatinny Falls, un artiste admiré faisant commerce d’objets en macramé, un homme que les femmes trouvent irrésistible. Tandis qu’il continue allègrement « d’éduquer » ses proies.

Approchant de l’âge limite, alors que Daddy Love est déjà reparti en chasse, que va-t-il advenir de Gideon ? Sera-t-il éliminé comme ses prédécesseurs ? Parviendra-t-il à retrouver sa liberté ? Mais surtout le souhaite-t-il ?

 

Mon avis

Malgré le sujet délicat, j’ai adoré ce roman.

La plume de J.C. Oates est subtile, terrifiante quand elle nous raconte la vie de Robbie avec son ravisseur et son tourmenteur. Il arrive si bien à rééduquer cet enfant, qu’il n’a plus aucune personnalité, il vit dans la peur de la punition au quotidien. Il sera battu, enfermé, violé, privé de nourriture.

Mais le plus fort, c’est qu’une fois bien « éduqué » il va se promener avec son nouveau fils, à la vue de tous, il ira au magasin faire des courses, sera invité par des voisins pour des barbecues, sans que personne ne se doute de rien.

Bien sûr tout au long du roman il y a une tension psychologique très forte, et même quand son corps sera sauvé des griffes de Daddy Love, son esprit lui appartiendra à jamais.

 

Note :   5  / 5  

Autre roman : Gang de filles

 

En vrac – les navets 2

Voici quelques séries que je n’ai pas aimé ou qui ne m’ont pas convaincue, pourtant elles ont des styles très différents.

Résultat de recherche d'images pour "série vinyl"

D’abord Vinyl – saison 1 – 10 épisodes, il n’y aura pas de saison 2. Une série musicale, qui tourne autour de Richie Finestra et qui explique comment on monte un label en 1970, comment on approche les artistes et les ruses pour les faire signer. En résumé : sexe, drogue et rock’n roll.

Je l’ai regardé en entier, mais je me suis bien souvent embêtée vu que l’on parle très très souvent de drogue et qu’ils sont tous à l’ouest !!

Résultat de recherche d'images pour "série scorpion"

Ensuite, il y a la série Scorpion, qui part d’un fait réel qui s’est passé dans les années 80, où un gosse de 10 ans a réussi à pirater le gouvernement américain et entrer dans les programmes secrets de la NSA, FBI, etc.

On le retrouve 20 ans plus tard, il vient de monter sa boîte de dépannage informatique ! et un gars de la CIA vient le recruter pour sauver le monde !! Il y a actuellement 3 saisons de 22 épisodes, mais j’avoue que j’ai craqué au milieu de la saison 1, tellement le « héros » est antipathique avec un égo de la taille du Nevada !! Et puis, j’ai trouvé les différentes missions totalement aberrantes, et l’argo informatique m’a vite lassée.

Résultat de recherche d'images pour "série sam"

Ensuite, il y a Sam, mini-série de 6 épisodes, avec Mathilde Seigner dans le rôle principale, qui joue une prof dans la quarantaine et l’on suit son quotidien à l’école et à la maison avec ses 3 gosses de 3 pères différents.

Là non plus, je n’ai pas été convaincue, pourtant j’adore Mathilde Seigner et je ne sais pas si cette série valorise vraiment le métier de prof.

Résultat de recherche d'images pour "série les chroniques de shannara"

Pour terminer, une série sf avec les chroniques de Shannara. Je crois qu’il n’y a qu’une saison de 10 épisodes. Je voulais la regarder, car j’ai acheté les bouquins mais jamais lus et il me manque plusieurs volumes.

Au final, j’ai trouvé le rythme très lent et l’histoire pas passionnante du tout, les tours de magie poussifs. A bout de 4 épisodes, j’ai arrêté.