Publié dans Livres, roman contemporain

Insipide

CHERS VOISINS  de  John LANCHESTER
Editions Points   –   667 pages

 

Résumé de l’histoire (4ème de couverture)

Nous voulons ce que vous avez. Tel est le message que reçoivent les habitants de Pepys Road sur une carte postale.

Au no 42, Petunia, doyenne de la rue et mourante, préfère en rire. Au no 51, Roger, un poil inquiet, s’exaspère. Qui en veut à ce paisible quartier londonien dont les habitants s’ignorent gentiment ? Derrière chaque porte, dans chaque boîte aux lettres des destins se jouent.

 

Mon avis

Ce roman est à mi-chemin entre un roman policier et une comédie dramatique. Il y a énormément de personnages, qui sont tous très détaillés, au point de perdre le fil parfois.

Au final, je suis très déçue par l’issue de l’histoire, mais aussi par le fait que ce roman est un joyeux foutoir. John Lanchester se focalise sur certains personnages, au point qu’on les suit au quotidien et ensuite il n’en parle plus pendant des centaines de pages pour bâcler le portrait en quelques lignes à la fin du roman.

On parle aussi beaucoup de Roger, de ses problèmes de couple, de ses soucis professionnels, car il est dans la finance, avec des dizaines de pages sur la façon de faire de l’argent, du fait que ce sont des algorithmes qui gère les ventes, etc, et tout à coup un de ses subalternes vole l’entreprise, personnage dont on n’avait presque jamais entendu parler.

Autre exemple, il parle du petit-fils de Petunia, qui est un artiste méconnu et qui n’a jamais vendu aucune toile, qui veut faire un coup médiatique en taguant des bâtiments la nuit, mais on ne connaît pas l’issue de ce personnage.

Pareil pour la jeune réfugiée rwandaise, qui a un emploi de contractuelle, qui tombe amoureuse d’un habitant du quartier et qui soudain se fait arrêter et renvoyer dans son pays, car elle est en infraction avec la loi britannique. Son personnage qui arrive très tard dans le roman (presque au milieu du livre), on ne comprend pas bien ce qu’il vient faire là, si ce n’est inventer un maximum de personnages pour faire du remplissage.

Idem pour l’ouvrier roumain qui travaille dans cette rue, qui est un coureur de jupon, mais qui finalement semble être amoureux de la nounou d’une des familles de la rue et qui tout à coup disparaît du roman, sans que l’on sache très bien ce qui lui est arrivé ! 

 

Note :   2  / 5  

 

Mais au final pourquoi parler de ce roman, lu l’année passée ? Simplement parce qu’il vient de sortir en mini-série sur Arte et que je voulais savoir si la série était meilleure que le roman … réponse demain.

 

Qui est-il ? Portrait

 Résultat de recherche d'images pour "john lanchester"

John Lanchester, reporter sportif, rédacteur de notices nécrologiques, correcteur, critique gastronomique, rédacteur en chef de la London Review of Books, est l’auteur de quatre romans et d’un essai.

 

2 commentaires sur « Insipide »

  1. Quel dommage… Pour ma part, je garde un bon souvenir de ce roman. C’est vrai que l’intrigue est assez bordélique, mais certains personnages étaient très bien dépeints.

    1. Au départ j’ai adoré le roman et sa galerie de personnages, c’est la suite qui m’a semblé pesante.
      En fermant le livre, je me suis dit : Tout ça pour ça !! et j’étais un peu déçue.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s