Bilan sportif 2018

Côté sportif, ça roule plutôt bien, objectif de marche réussi, soit 120 km par mois … chaque mois … j’ai même fait 404 km en rab.

Ça m’a vidé la tête … j’ai bravé le froid, le chaud et parfois la pluie … pourtant parfois avoir la motivation pour sortir seule n’est pas évident … c’est vraiment là que j’aurai besoin d’avoir un partenaire.

Par contre côté poids j’ai ramé grave … je n’ai pas atteint l’objectif fixé … la seule chose dont je peux être fière c’est d’être restée dans la fourchette fixée.

J’aime cette phrase de Mike Horn : marcher seul c’est aller vite, mais à deux c’est aller plus loin … j’ai besoin d’un partenaire pour aller plus loin, et plus longtemps … sortir de ma zone de confort …

 

 

Un tueur hors du commun

AVENUE DES GEANTS de Marc DUGAIN
Editions Gallimard – 362 pages

 

Résumé de l’histoire (4ème de couverture)

Al Kenner serait un adolescent ordinaire s’il ne mesurait pas près de 2,20 mètres et si son QI n’était pas supérieur à celui d’Einstein. Sa vie bascule par hasard le jour de l’assassinat de Kennedy.

Plus jamais il ne sera le même. Désormais, il entre en lutte contre ses mauvaises pensées. Observateur intransigeant d’une époque qui lui échappe, il mène seul un combat désespéré contre le mal qui l’habite.

Inspiré d’un personnage réel, Avenue des géants, récit du cheminement intérieur d’un tueur hors du commun, est aussi un hymne à la route, aux grands espaces, aux mouvements hippies, dans cette société américaine des années 60 en plein bouleversement, où le pacifisme s’illusionne dans les décombres de la guerre du Vietman.

 

Mon avis

Un véritable coup de cœur pour l’écriture, pour l’histoire et le personnage. J’ai décidé de recopier le 4ème de couverture, pour ne pas trop en dire, car de toute façon les mots me manquent pour exprimer ce que j’ai ressenti à la lecture de ce roman.

Une relation mère – fils hors norme et malsaine, et au fil des mauvais traitements Al Kenner deviendra un personnage étrange et renfermé pour toutes sortes de raisons. Et comme c’est tiré d’une histoire vraie, ça fait froid dans le dos.

Note : 5 / 5 

 

Retour sur 2018

Ma vie privée à été pareil à cet arbre : penchée … les 5 premiers mois de l’année ont été compliqués … grisaille, pluie, froid, brouillard, sans arrêt … ont eut raison de ma bonne humeur et de mon sourire … c’est maintenant un fait avéré : j’ai besoin de lumière et de soleil pour ne pas tomber au fond du trou … Ensuite on a eu 5 mois de chaleur intense … à la limite du soutenable, puisque dans mon appartement il faisait près de 30 degrés, de jour comme de nuit …

J’ai peu dormi … avec des nuits n’excédant pas 5 h ! … sur la longueur la fatigue s’installe … et rapidement je suis grognon … mais finalement j’ai survécu … non sans mal …

Quelques soucis avec l’ordinateur … qui a finalement rendu l’âme au début de l’été …  donc sevrage pendant plusieurs semaines … devoir sortir un budget que je n’ai pas … et une fois le nouvel ordi arrivé, plus envie de m’y remettre … ne pas pouvoir installer mes programmes de base … je me suis tellement déconnectée, que je peux rester plusieurs jours sans toucher ce nouvel ordi … ça revient lentement.

 

Ma vie amoureuse a été aussi transparente que cet arbre … encore une année sans partenaire … ça commence à faire long … en manque de câlins, mais pas que … j’ai besoin d’un homme cultivé, avec qui avoir des conversations passionnées … avoir un gars qui aime les jeux de société … le cinéma, le sport, les balades … qui aime découvrir de nouveaux horizons pour sortir de la routine … j’ai apparemment placé la barre trop haut … on me conseille de revoir mes envies à la baisse … j’ai donc juste le droit d’avoir un gros débile, mais avec une grosse bite … bizarrement je ne suis pas plus inspirée que ça par la proposition … pour moi, le corps et l’esprit vont de pair … et on ne parle pas de feeling, de communication et de complicité !

 

Ma vie professionnelle a été semblable à ce ciel : dégagée … à mon grand étonnement, après 6 ans de galère, j’ai passé des entretiens … et obtenu un poste dans le social … domaine qui ne m’attirais pas plus que ça … travailler dans un lieu atypique … avec des personnes à l’ouest, mais attachantes … avec une gentillesse hors mesure … avec des histoires surprenantes … faire du secrétariat, un peu … avoir une nouvelle profession : écrivain public … être choisie par des marginaux ou des migrants … pour discuter des bobos de la vie ou un conseil … préparer une centaine de tartines, chaque jour … faire le gendarme parfois … ne plus être dans le rendement, mais prendre le temps de faire les choses … à mon rythme … avoir des remerciements sincères … voir que mes connaissances professionnelles peuvent servir à autrui … m’épanouir petit à petit.

 

Côté sportif, ça roule plutôt bien … objectif de marche réussi … soit 120 km par mois … chaque mois … j’ai même fait 404 km en rab … ça m’a vidé la tête … j’ai bravé le froid, le chaud et parfois la pluie … pourtant parfois avoir la motivation pour sortir seule n’est pas évident … c’est vraiment là que j’aurai besoin d’avoir un partenaire … par contre côté poids j’ai ramé grave … je n’ai pas atteint l’objectif fixé … la seule chose dont je peux être fière c’est d’être restée dans la fourchette fixée …

J’aime cette phrase de Mike Horn : marcher seul c’est aller vite, mais à deux c’est aller plus loin … j’ai besoin d’un partenaire pour aller plus loin, et plus longtemps … sortir de ma zone de confort …