Dr House, saison 1

Résultat de recherche d'images pour "dr house saison 1"

Je profite d’avoir une box tv, et de la place, pour regarder des séries en tout genre, parfois cultes, du moins pour moi, même si parfois elles sont très anciennes.

J’ai donc profité du fait que TMC propose Dr House depuis la première saison et tous les épisodes dans l’ordre ! pour faire une remise à niveau. Pour mémoire, cette série démarre en 2004, oui quand même, et le programmateur des séries avait fait le choix de démarrer cette série par quelques épisodes de la saison 2, car la saison 1 n’était pas super intéressante.

Et je confirme, la saison 1 est un vrai ratage. Les épisodes sont brouillons, on ne comprend pas qui est House et pourquoi il est comme ça, et à la fin de la saison 1 on aurait pu s’arrêter là. J’ai même l’impression que certains épisodes ont été repris dans d’autres saisons, mais parfois avec un dénouement différent … comme si la chaîne avait voulu « recycler » les épisodes ratés de la première saison !

Mais les épisodes se laissent regarder, même si la psychologie des personnages n’est pas très profondes et que parfois, la chronologie n’a ni queue ni tête ! Donc voici la présentation des personnages dans l’ordre des photos ci-dessus.

Le Dr House est le chef du département des diagnostics, il ne prend que les cas qui l’intéresse et que personne n’arrive à résoudre. Il a un humour grinçant, ne parle pas aux patients qui sont tous des menteurs, il n’aime pas les gens en général et est dépendant à la Vicodine, un puissant anti-douleur et il ne peut pas se séparer de sa canne pour marcher. Il a été en couple et c’est séparé au moment de son accident, car sa compagne, Stacy, n’était pas d’accord avec le diagnostic. A la fin de la première saison, elle est engagée à l’hôpital comme avocate.

Le Dr Foreman, neurologue, afro-américain, n’a pas peur d’enfreindre les règles, a commis quelques délits dans son adolescence, vient d’un milieu modeste.

Le Dr Cameron est une femme qui ne se laisse pas marcher sur les pieds, et tient souvent tête à House. Elle a été mariée à 20 ans à un homme atteint d’un cancer, qui depuis est mort. Elle a le syndrome du St-Bernard, comprendre qu’elle n’est intéressée que par les hommes malades ou mourants, et donc elle a un faible pour House.

Le Dr Wilson, cancérologue, son meilleur ami depuis des années, qui connait toute la vie privée de House, qui fait partie du conseil de l’hôpital et qui donc protège House quand il dépasse les limites.

Le Dr Lisa Cuddy, médecin mais qui a la charge de diriger l’hôpital Princeton Borows, qui a fait des pieds et des mains pour engager House, car il est le meilleur dans son domaine. Ils se disputent très fréquemment puisqu’il doit obtenir son aval pour faire certains traitements ou examens risqués.

Le Dr Chase, australien, blanc, dont le père est riche à millions mais avec qui il ne s’entend pas vraiment. Il a le rôle du lèche-cul, celui qui s’aligne toujours sur House en cas de conflits.

Le dernier personnage n’intervient que dans une dizaine d’épisodes, il s’agit de Vogler, afro-américain, milliardaire, qui décide d’investir tellement d’argent dans l’hôpital qu’il en devient le nouveau propriétaire. Il n’apprécie pas que House l’ignore et il en fera son principal souffre douleur, et n’arrivant pas à le faire plier, fera un chantage genre : c’est moi ou House, mais l’un des deux doit partir. Et c’est lui qui partira.

C’est donc sur cette victoire que se termine la première saison et elle aurait pu se suffire à elle-même ! Mais l’hôpital engage Stacy, l’ex de House comme avocate et elle accepte le poste pour emmerder House et pour que son mari, momentanément handicapé, puisse recevoir les meilleurs soins. Evidemment le nouveau mari et House ne se supporte pas et House y voit l’occasion de récupérer son ex-copine.

Peut être une des rares séries médicales qui offre un autre point de vue sur la façon dont sont traités les malades, le fait de faire des expériences ou d’utiliser des traitements expérimentaux sur des malades à qui on ne laisse aucun autre espoir.

Étonnant aussi, de voir à quel point il est difficile d’avouer avoir menti (sur un médicament, sur de la prise de drogue, etc) même quand sa vie en dépend. Ces femmes qui disent vouloir un autre enfant mais prennent la pilule en cachette, ces hommes soi-disant fidèles mais qui ont des MST gravissimes.

En bref, pas une première saison exceptionnelle, mais ça se laisse voir, avec des pathologies singulières expliquées de façon très simple, de façon à ce que le spectateur lamba puisse comprendre sans trop s’ennuyer.