Recueil de nouvelles

La princesse maïs et autres cauchemars de Joyce Carol OATES
Editions Philippe Rey – 380 pages

Résumé de l’histoire

La princesse maïs : Marissa, fillette de 11 ans, disparaît un jour en rentrant de l’école. La police enquête mais ne retrouve pas l’enfant. La mère garde l’espoir de revoir sa fille bientôt, même si on la soupçonne de boire, de ne pas s’occuper correctement de sa fille et d’avoir des aventures.

Le comportement des camarades de classe de Marissa est étrange, ont-elles vu ou fait quelque chose ? Et le professeur d’informatique, M. Zallman et son comportement étrange et excentrique est-il un délinquant sexuel ?

La police aura fort à faire pour démêler cette histoire, mais la réponse est encore pire que ce que l’on peut imaginer.

Bersabée : Brad, un coureur de jupons qui a été marié, divorcé, remarié et qui a eu de multiples conquêtes, reçoit un étrange coup de téléphone. Une jeune femme le drague, lui donne rendez-vous dans un bar, et petit à petit une histoire sordide de son passé revient le hanter.

Personne ne connaît son nom : La jalousie d’une petite fille de 9 ans à l’arrivée de Bébé, et le plan qu’elle élabore afin de s’en débarrasser.

Mon avis

Il s’agit ici d’un recueil de 7 nouvelles, dont la première qui porte le nom du titre de l’ouvrage, fait déjà 130 pages, et les autres nouvelles font près de 60 pages.

J’ai eu de la peine à entrer dans l’imaginaire de Joyce Carol Oates, et j’ai pris assez peu de plaisir à cette lecture. Donc au bout de 3 nouvelles j’ai abandonné ce roman qui ne m’apportait aucun plaisir.

Évidemment, cela ne m’empêchera pas de continuer à la lire, mais plutôt dans des romans.

Note : pas terminé

Autres recueils de nouvelles de l’auteur
Cher époux
Vous ne me connaissez pas

 

Dr House – saison 3

 

Résultat de recherche d'images pour "dr house saison 3"

Saison 1
Saison 2

ATTENTION !! Probable spoilers, mais cette saison date quand même de 2007.

La saison 3 est composée de 24 épisodes de 45 minutes.

House a survécu à la tentative de meurtre, et après avoir passé quelques jours dans un coma sous kétamine, il ne sent plus la douleur dans sa jambe. On voit apparaître un homme nouveau qui fait du sport, qui sourit et commence à profiter de la vie.

Mais les effets se dissipent et House est contraint de reprendre sa canne. Sa bonne humeur le quitte, il tente tous un tas de drogue et finit par revenir à la Vicodine, qu’il consomme sans modération. Il commence à tourner autour de Cuddy.

Lors d’une consultation, il doit traiter Michael Tritter (joué par David Morse) un policier, qui prend très mal le comportement de House et commence alors à le harceler mais aussi toute son équipe ainsi que Wilson. Il va forcer House à entrer en cure de désintoxication et le mettra en prison pour détention de drogue. Il faudra que Cuddy se parjure et obtienne le non-lieu pour que Tritter se résigne à laisser House. Tritter est un personnage récurrent pendant 5 ou 6 épisodes. Il oblige House à admettre qu’il est un drogué, qu’il est incapable de décrocher et la cure de désintox sera un échec car House a soudoyé un gardien pour continuer à recevoir de la Vicodin.

Foreman dans son désir d’être le meilleur, ressemble de plus en plus à House, et quand il tue une patiente, il décide d’arrêter de travailler avec House et choisit de démissionner.

Cameron et Chase, ont une liaison mais ne vivent pas ça de la même façon. Alors que pour Cameron c’est juste du sexe, Chase veut avoir une vraie relation avec elle, ce qu’elle refuse dans un premier temps. House renvoie Chase et Cameron démissionne.

House se retrouve donc seul dans son service de diagnostic.

Encore une bonne saison, on creuse les personnages en dehors de l’hôpital, de bons dialogues, des questions existentielles. Cette saison est charnière car si elle continue à parler uniquement des cas des malades on va finir par tourner en rond. Il sera intéressant de voir comment la saison 4 sera construite.

 

 

En vrac – les navets 4

Aujourd’hui, je vais faire un point sur les séries d’action, qui ne m’ont pas tenu en haleine plus que ça !

 

Résultat de recherche d'images pour "série whiskey cavalier saison 2"

Il y a la série « Wiskey Cavalier », oscillant entre série d’action et série dramatique, avec 13 épisodes de 45 minutes.

Le pitch, recopié sur wiki :Whiskey Cavalier suit les aventures de l’agent du FBI Will Chase (nom de code : Whiskey Cavalier) qui, à la suite d’une rupture difficile, doit collaborer avec l’agent de la CIA Francesca Trowbridge (nom de code : Fiery Tribune). Suite à leur rencontre explosive occasionnée par une mission devenue commune par la force des choses, ils sont placés tous les deux à la tête d’une organisation d’espions inter-agences, aussi héroïques et drôles qu’imparfaits. Ils doivent sauver le monde, une mission à la fois6.

Je dois avouer que je n’ai pas été du tout convaincue, j’ai trouvé que ça frisait le ridicule, et les blagues potaches ou les jeux de mots vraiment très plats ne m’ont pas fait sourire souvent. Je n’ai pas tenu plus de 2 épisodes !! De plus, la saison 2 a été annulée faute d’audience.

 

Résultat de recherche d'images pour "série blacklist redemption"

Pour l’autre série, il s’agit de « Blacklist rédemption », qui est centrée sur le personnage de Tom Queen, le mari d’Elisabeth, l’héroine de « Blacklist ». Série en 8 épisodes de 45 minutes. La série passait entre minuit et 3 heures du matin, raison pour laquelle l’audience a été super faible ! et qui n’aura pas de saison 2.

Cette série dérivée explique que Tom est un enfant adopté et que son vrai père vient de mourir dans un accident d’avion. Mais finalement son père n’est pas mort et recrute Tom pour se faire engager dans son entreprise de renseignements qui a été reprise par sa mère ! Mais il doit travailler sous couverture. S’ensuivent des scènes d’action et de mitraille à tous va. Les missions s’enchaînent sans vraiment de logique et au final on ne creuse pas beaucoup sur les personnages

 

Vengeance par procuration

Résultat de recherche d'images pour "paul couturiau ce feu qui me devore"

CE FEU QUI ME DEVORE de Paul COUTURIAU
Editions Presses de la Cité – 380 pages

Résumé de l’histoire (4ème de couverture)

A tout juste 18 ans, Bernard Bertin est désigné coupable de l’incendie criminel qui a tué sa mère et laissé pour mort son père. Depuis toujours, un feu brûle en lui : une sensibilité à fleur de peau, une posture solitaire et secrète ont fait de lui un enfant incompris.

Après sa peine de prison, il revient vivre sur les lieux du drame, à Metz. Il est devenu écrivain et n’a jamais levé le voile sur son histoire. La vraie et insoupçonnée. Celle qui se tramait derrière la façade bourgeoise de la maison familiale.

A la faveur de ses retrouvailles avec Alexandra, son amour de jeunesse, Bernard est poussé dans ses derniers retranchements. Parviendra-t-il, enfin à panser les plaies du passé, à révéler les souvenirs douloureux d’une enfance qui n’en fut jamais une ?

Mon avis

Découverte de l’auteur avec ce roman et un avis mitigé. La trame de l’histoire est intéressante, mais au bout de 50 pages je savais qui était le criminel, et j’ai trouvé qu’il y avait beaucoup de longueurs et de répétitions qui auraient pu être évitées.

Pourtant j’ai eu de la peine pour Bertrand, cet enfant qui ne semble pas désiré, que sa mère harcèle psychologiquement et que son père maltraite physiquement.

Pour ne pas devenir fou, il se plonge dans les livres, écrit des poèmes et des histoires. C’est un enfant secret, solitaire et qui a très peu d’amis. Ce qui le sauve, c’est l’amour de son grand-père, chez qui il est placé pendant les vacances, un moment de répit dans sa maltraitance quotidienne. J’ai tout de même trouvé étrange qu’au vu de ce que ses parents lui font subir, que son grand-père n’aie pas fait les démarches pour en avoir la garde, alors qu’il était au courant.

On l’accuse donc d’avoir mis le feu à la maison parentale, il dit que ce n’est pas lui, mais il fera 15 ans de prison, même si la justice se doute qu’il protège quelqu’un.

Mais qui et pourquoi ?

 

Retour sur octobre 2019

Nous voici en automne … le temps se refroidit … encore quelques journées très chaudes, digne de l’été … profiter de faire quelques balades … les dernières … la pluie qui fait son retour … des journées grises, avec une lumière blafarde … pas étonnant que je n’aie pas le moral …

Penser à ranger le ventilateur à la cave … mettre des chaussettes … sortir les affaires d’automne … laver les pantalons en velours côtelés … sortir la doudoune en prévision des mauvais jours … ne plus profiter du balcon … changer de tête … trouver mon nouveau fond de teint … changer de parfum … un peu plus sucré, mais avec un fini boisé … fêter le bachelor des étudiants juristes … attraper encore un refroidissement …

 

Changer d’heure … être en décalage pendant une bonne semaine … avoir besoin de plus de temps pour m’acclimater … devoir travailler par 15 degrés ! … recevoir du public grognon et désagréable … l’humeur des autres en relation avec le mauvais temps … Spoutnik qui fait des siestes plus longues … il a quand même essayé de tuer un oiseau … que j’ai finalement sauvé … après une bagarre intense … 

Côté cœur encore des désillusions … le rv avec le beau gosse qui n’a aucune conversation et dont l’unique but est de me passer dessus … le gars qui a gardé mon no pendant plus de 2 ans, mais qui finalement n’a pas trop le temps … qui dit avoir 40 ans et demi !! … comme si ça faisait mature … qui m’insulte par sms, et qui n’est dispo qu’à 50 % … le gars qui a 40 balais, mais n’a pas encore fini ses études … ça me désespère …

Côté sport pas de bilan … ma fitbit charge 3, toute neuve, m’a lâchée … faire marcher la garantie … au bout de 2 semaines recevoir une montre neuve … reprendre goût à la marche, et aux résultats …