Publié dans Livres, roman contemporain

Vengeance par procuration

Résultat de recherche d'images pour "paul couturiau ce feu qui me devore"

CE FEU QUI ME DEVORE de Paul COUTURIAU
Editions Presses de la Cité – 380 pages

Résumé de l’histoire (4ème de couverture)

A tout juste 18 ans, Bernard Bertin est désigné coupable de l’incendie criminel qui a tué sa mère et laissé pour mort son père. Depuis toujours, un feu brûle en lui : une sensibilité à fleur de peau, une posture solitaire et secrète ont fait de lui un enfant incompris.

Après sa peine de prison, il revient vivre sur les lieux du drame, à Metz. Il est devenu écrivain et n’a jamais levé le voile sur son histoire. La vraie et insoupçonnée. Celle qui se tramait derrière la façade bourgeoise de la maison familiale.

A la faveur de ses retrouvailles avec Alexandra, son amour de jeunesse, Bernard est poussé dans ses derniers retranchements. Parviendra-t-il, enfin à panser les plaies du passé, à révéler les souvenirs douloureux d’une enfance qui n’en fut jamais une ?

Mon avis

Découverte de l’auteur avec ce roman et un avis mitigé. La trame de l’histoire est intéressante, mais au bout de 50 pages je savais qui était le criminel, et j’ai trouvé qu’il y avait beaucoup de longueurs et de répétitions qui auraient pu être évitées.

Pourtant j’ai eu de la peine pour Bertrand, cet enfant qui ne semble pas désiré, que sa mère harcèle psychologiquement et que son père maltraite physiquement.

Pour ne pas devenir fou, il se plonge dans les livres, écrit des poèmes et des histoires. C’est un enfant secret, solitaire et qui a très peu d’amis. Ce qui le sauve, c’est l’amour de son grand-père, chez qui il est placé pendant les vacances, un moment de répit dans sa maltraitance quotidienne. J’ai tout de même trouvé étrange qu’au vu de ce que ses parents lui font subir, que son grand-père n’aie pas fait les démarches pour en avoir la garde, alors qu’il était au courant.

On l’accuse donc d’avoir mis le feu à la maison parentale, il dit que ce n’est pas lui, mais il fera 15 ans de prison, même si la justice se doute qu’il protège quelqu’un.

Mais qui et pourquoi ?

 

2 commentaires sur « Vengeance par procuration »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s