Publié dans Cinéma, séries en vrac

Dark woods – saison 1

La détective Anne Bach et son collègue et à droite le frère de Barbara

Il s’agit ici d’une série policière allemande (pas mon style préféré) mais basée sur une histoire réelle, qui a eu lieu pendant l’été 1989 en Basse Saxe, avec la disparition de Barbara Neder, et de son frère, policier à Hambourg qui tente de la retrouver, et l’on suit le déroulement des événements pendant 30 ans. Il y a 6 épisodes de 60 minutes.

Barbara Neder, 40 ans, est en pleine procédure de divorce. Son mari, Robert, imprimeur et fortuné, veut la quitter car il a une maîtresse plus jeune avec qui il veut vivre. Barbara a de la peine à l’accepter et elle oscille entre colère et dépression. Afin d’apaiser les tensions, sa belle-soeur lui propose de partir en Espagne 15 jours, d’arrêter de boire et de commencer à se reconstruire. Elle rentre de vacances souriante, joyeuse et prête à prendre un nouveau départ. Du reste elle est invitée chez sa voisine pour une fête. On ne la reverra jamais plus.

Thomas Bethge, son frère aîné, vient d’être nommé chef de la Police Judiciaire de Hambourg et quand sa sœur disparaît, il prend contact avec la police de Basse Saxe qui lui fait bien comprendre qu’il ne peut pas participer à l’enquête, ni intervenir de quelque manière que ce soit. Et force est de constater que l’enquête a été bâclée, que certaines pistes n’ont pas été explorée et que le procureur veut boucler cette affaire au plus vite.

Thomas a maintenant 75 ans, sa sœur est disparue depuis 30 ans et il n’a toujours pas de réponse ! Il demande à avoir accès aux dossiers de la police et reprend tout depuis le début avec l’aide de Anne Bach. Il veut avoir des réponses avant de mourir et cette disparition lui pèse depuis 30 ans, gâchant considérablement sa vie et celle de ses proches.

C‘est la première enquête de Anne Bach, qui n’est pas prise au sérieux par sa hiérarchie, qui lui met sans cesse des bâtons dans les roues. Elle est pourtant méthodique, organisée et explore un maximum de piste, mais sans le soutien de son chef et du procureur, elle est vite bloquée dans ses recherches.

Jurgen Becker est jardinier, la quarantaine, il est le dernier à avoir vu Barbara, totalement bourrée, lors de la fête chez la voisine, et il l’aurait raccompagnée chez elle et serait ensuite rentré chez lui. Il est convoqué plusieurs fois par la police, qui l’interroge sans profondeur, alors qu’il change plusieurs fois sa version des faits. Pour Anne Bach il est le principal suspect.

Car finalement il n’y a que deux suspects. Soit c’est Robert le mari, qui tue sa femme car elle fait traîner la procédure de divorce, soit c’est Becker le jardinier, mais la police n’arrive pas à comprendre quel mobile il pourrait avoir pour tuer Barbara qu’il n’a vue qu’une ou deux fois.

De plus, pendant ce même été, il y a un tueur en série qui abat des couples au fusil de chasse dans la forêt proche du domicile de Barbara. La police se demande si il y a un lien entre ces meurtres très ritualisés (une balle dans la gorge et les corps recouvert de branches d’arbres) et la disparition de Barbara. Ils sont clairement submergés par le travail et les nombreuses pistes à explorer, de plus la priorité est donnée à l’enquête du tueur en série qui effraie tous les habitants de Basse Saxe qui n’osent plus entrer dans la forêt. Raison pour laquelle c’est une femme qui a hérité de l’enquête sur Barbara qui est considéré comme une simple disparition.

Mais à force de persévérance, Anne Bach obtient l’autorisation de perquisitionner dans la villa de Becker et découvre sa face cachée. A l’étage, il a un bureau remplit de photos de charme, il passe des annonces pour des rendez-vous sado-maso, prend des photos et regarde du porno (il possède des centaines de cassettes). Quand sa femme le prévient de la perquisition en cours il s’enfuit, mais il a un accident de la route, est emmené à l’hôpital où la police vient le cueillir et le met en cellule en attente de la venue de Anne Bach. Malheureusement à son arrivée il s’est pendu dans sa cellule, ce qui arrête l’enquête.

Il faudra encore à Anne Bach attendre une dizaine d’années, après la mort de la femme de Becker, pour qu’elle puisse avoir accès à la villa et découvrir les secrets de Becker ainsi que ses raisons et ses motivations apportant un peu de réconfort à son frère, mais surtout innocentant enfin Robert, le mari, qui était soupçonné depuis tout ce temps.

Il ne devrait pas y avoir de saison 2, vu que toutes les réponses sont données au terme de la saison 1. Contre toute attente, j’ai passé un très bon moment, la série est intense et très bien documentée.

Publié dans Cinéma, séries en vrac

Meurtres au paradis – saison 11

Une série policière anglaise, tournée dans les Caraïbes, sur l’ìle de Sainte-Marie. Il y a 8 épisodes de 1 heure.

Saison 1 à 4
Saison 5
Saison 6
Saison 7
Saison 8
Saison 9
Saison 10

C’est avec plaisir que j’ai retrouvé l’équipe de policiers des Caraïbes. Il y a aussi un nouveau générique, car il y a beaucoup de changement au niveau des personnages, par rapport à la saison précédente.

On retrouve l’inspecteur Neville Parker, fidèle au poste, plus détendu, plus cool (on peut enfin le voir en bermuda) et on ne parle plus de ses innombrables problèmes d’allergies. Il a toujours le béguin pour Florence et il décide d’en parler avec elle, et elle lui dit qu’elle préfère le garder comme ami et que rien n’est envisageable entre eux. Il finira par se faire une raison et en fin de saison s’inscrira même sur un site de rencontre. Sa sœur venue d’Angleterre fera un bref passage dans sa maison, car elle doit réfléchir à la proposition de son petit copain qui l’a demandée en mariage, de plus, elle est enceinte.

Florence Cassel n’est visible que pendant les premiers épisodes, ensuite elle fera un travail sous couverture et décidera de quitter définitivement l’île (et la série, encore) pour travailler dans un endroit moins chargé en mauvais souvenirs.

Le sergent Naomi Thomas rejoint l’équipe en place. Elle est policière depuis plusieurs années, mais se trouvait sur une île tellement petite qu’elle n’a jamais travaillé sur un meurtre. Elle est donc un peu anxieuse, mais au final se révèle très organisée, méticuleuse, avec beaucoup de bon sens et l’on se confie facilement à elle. Après le départ de Florence, elle prendra son poste.

Neville Parker et Naomi Thomas

Marlon Price, l’ancien délinquant, travaille avec l’équipe depuis un an et se plaît bien à ce poste. Il continue sa formation pour devenir policier.

Darlène Curtis rejoint l’équipe en cours de saison. Elle est d’abord mise en cause dans un meurtre et demande l’aide du commandant Patterson, car on veut lui faire porter le chapeau. Elle est finalement innocentée mais elle n’a plus de travail, alors Patterson lui propose de faire de l’administratif et d’apporter ses lumières sur les enquêtes. Elle s’intègre avec facilité à l’équipe.

Darlène Curtis qui a eu une aventure avec Dwaine

Le commandant Patterson est toujours omniprésent dans les enquêtes et pendant un épisode on découvre qu’il a été marié à une journaliste anglaise et après une soirée arrosée, elle lui avoue que sa fille adulte est en fait de lui … ce qui lui cause un gros choc.

Les enquêtes sont plus complexes que d’habitude mais toujours très bien expliquées et réalistes. Je regarde cette série depuis 8 ans et j’avais peur de m’ennuyer, mais ce ne fut pas le cas et je me réjouis de les retrouver la saison prochaine.

Donc un réel plaisir de suivre cette série qui est déjà renouvelée pour une saison 12 l’an prochain.

Publié dans COVID-19, Juste moi

Le nez au vent

Les années se suivent, mais au final ne se ressemblent pas !

Depuis près de 2 ans, nous vivons et nous pensons Covid en permanence, avec toutes les contraintes que cela suppose. Mais à la mi-février, le Conseil Fédéral a levé ces mesures (le port du masque dans les magasins entre autre) et dès le début mars on a plus besoin de porter le masque dans les transports.

J’avais tellement attendu ce moment que quand il arrive ça fait un peu peur, mais pour moi prime le bonheur de ne plus transpirer et suffoquer sous le masque, et comme nous avons été bien dressés, les distances entre les personnes restent, ce qui n’est parfois pas plus mal. Quand à la population à Genève elle fait comme elle le ressent. Certains gardent le masque (dans les magasins, la rue, les transports) car ils ne se sentent pas à l’aise, d’autres l’enlèvent car ça leur convient mieux comme ça et tous le monde cohabite sans dispute et sans tension. Moi même, dans mon sac à main, dans une petite boîte, j’ai deux masques propres, au cas où je ressentirai le besoin de me protéger.

Avec plaisir je redécouvre le visage et le sourire des employés dans les magasins que je fréquente. Certaines enseignes ont décidés de laisser les protections en plastique, d’autres les ont enlevées au bout de quelques semaines, c’est toujours selon le ressenti de chacun.

Avec le beau temps les gens se rapprochent, recommence à faire des activités ensemble, peu à peu on laisse tomber les gestes barrières.

Le Covid disparaît des conversations, on n’en parle plus trop à la télé et dans les journaux et parfois j’ai l’impression d’avoir vécu un mauvais rêve et je me dis « tout ça pour ça » ! Je vais donc essayer de reprendre le cours de ma vie.

Publié dans Juste moi, mon moral vu de ma fenêtre

Janvier à mai 2022

Un début d’année très difficile dans tous les domaines de ma vie … janvier et des problèmes qui me tombent dessus sans discontinuer … avoir de la peine à faire face … ne pas trouver de solutions satisfaisantes … avoir un taux d’angoisse très fort …

En février l’immeuble où j’habite prend feu … heureusement les pompiers sont très réactif … mais des coups de masse en pleine nuit dans les murs et défoncer la porte de mon voisin du dessous … entendre le chat hurler d’angoisse … ne pas pouvoir sortir de chez moi, car la fumée est trop épaisse … 45 minutes d’épouvante, mais finalement on s’en sort plutôt bien … ne pas pouvoir dormir pendant plusieurs semaines … avoir peur à chaque fois que ça sent le brûlé …

Dans la foulée j’apprends que ma coiffeuse depuis 28 ans prend sa retraite … elle a une opportunité et elle a bien raison … mais ça me rend très triste …

Mars / avril passent à toute vitesse … je me sens tout le temps décalée … les mauvaises nouvelles n’épargnent pas mes proches non plus … me sentir de plus en plus mal à l’aise dans l’immeuble où j’habite … des incivilités quotidiennes … une saleté sans nom, entre les gens qui renversent des boissons dans les étages … ceux qui pissent régulièrement dans les escaliers et ceux qui gerbent dans l’ascenseur au moins une fois par semaine … ils n’arrivent pas non plus à jeter leurs poubelles dans le container adéquat … sûrement trop compliqué pour tous ces crevards qui viennent de l’autre côté du monde et qui n’ont pas trop envie de s’adapter … ils ont enlevé le gazon des parties communes pour y planter des salades et des carottes et interdisent quasiment l’accès aux autres locataires !!

J’avoue que mon quotas de bienveillance est bien entamé …..

Bref … pour finir la découverte d’un ensemble vocal qui me fait de bien

Publié dans Bla-bla-bla, Juste moi

Un passage

Nous voici entrés dans une nouvelle année, et je n’ose rien souhaiter (bonheur, santé, amours, etc) tellement la situation est étrange depuis quelques années.

La seule chose dont je suis sûre, c’est de faire au mieux de mes capacités avec ce que j’ai, parfois très peu, parfois un peu plus, de prendre un jour après l’autre, essayer de vivre intensément chaque journée et faire au mieux pour rester dans l’instant présent et ne pas me projeter trop loin.

Pas de « bonnes résolutions » pour moi, je vais juste continuer ce que j’ai commencé, continuer à faire du sport, le plus régulièrement possible, continuer à méditer, marcher, lire beaucoup et diversifié. Prendre du plaisir à écouter de la musique et sortir des sentiers battus.

Merci à toutes celles et ceux qui me suivent, parfois depuis peu et pour d’autres depuis des années, j’espère vous retrouvez tout au long de cette nouvelle année et que les choses soient douces pour vous.

Publié dans à suivre, musique

Ambiance de Noël

Pour celles et ceux qui me suivent ou me connaisse personnellement, ces personnes savent que je déteste cette période des fêtes très compliquée pour moi. Mais j’ai trouvé sur le net, une chanson de Cœur de Pirate que j’adore et que je suis depuis plus de 10 ans, avec une chanson de Noël et une jolie vidéo d’animation.

Donc je partage ce moment avec vous et vous souhaite de passer un bon moment.

Publié dans Cinéma, séries en vrac

Et si c’était mon fils ?

Mini série anglaise / 4 épisodes de 55 minutes / série dramatique

En se rendant chez un client, Jodie Walsh est sous le choc en aperçevant un garçon qui monte dans un bus et qui est le portrait craché de son fils Daniel, disparut 8 ans plus tôt.

A partir de là tout déraille. Elle suit le garçon jusqu’à son école, se fait passer pour une prof de musique et se fait engager en un clin d’oeil. Elle délaisse son entreprise de jardinage, ment à sa partenaire, mettant en péril leur entreprise. Elle harcèle le père du garçon, étant persuadée que c’est son kidnappeur, elle alerte la police qui la prend pour une folle, tout comme sa famille.

Car son fils a disparu lors d’un pique-nique en famille au bord d’un lac. La police pense qu’il s’est noyé, mais le corps n’a jamais été retrouvé. A ce stade, on sent que sa famille (ses parents et son frère) lui cachent des choses mais on ne sait pas quoi, et la vérité sera bien plus horrible que tout ce qu’elle aurait pu imaginer.

Une série sous tension, dont j’ai aimé le pitch et les grandes lignes. Ce qui m’a le plus dérangé, ce sont les incohérences suivantes : se faire engager comme prof, alors qu’elle n’a aucun diplôme allant dans ce sens, se faire faire des faux papiers les doigts dans le nez, etc. Cela m’a gâché la série, car ses actes sont peu cohérents avec la véritable vie, mais ça se laisse regarder.

Publié dans à suivre, musique

Les enfoirés 2021

Comme chaque année, les Enfoirés sortent un nouveau cd et j’aime particulièrement cette chanson.

C’est de saison, malheureusement. Toujours plus de pauvres, de paumés, de sdf, de personnes qui voudraient vraiment s’en sortir. Une pensée pour eux.

Un merci aux Enfoirés, toujours là plus de 30 ans après le lancement de cette action par Coluche. Que ce soit les chanteurs et chanteuses engagés, ou les bénévoles qui sont là chaque jour, faisant de leur mieux pour adoucir cette période difficile.

Publié dans Cinéma, séries en vrac

Série : le voyageur

Je voulais vous parler de cette série que je suis depuis quelques années, avec Eric Cantona dans le rôle phare du policier, qui enquête sur d’anciennes affaires non résolues.

Le format est très différent des autres séries policières, car une enquête dure 1h30 et il sort un épisode par année à peu prêt. Au départ je pensais qu’il s’agissait d’un film, mais j’ai eu beaucoup de plaisir à retrouver Cantona qui joue le rôle de Thomas Bareski, ancien policier de la Crim, itinérant sans attache, amoureux de la nature et épris de justice. Accompagné de son fidèle cabot, l’agent Bareski s’est, depuis deux ans, mis en disponibilité de la Police, et s’est affranchi des codes de la société de consommation, pour traquer les meurtriers dans les lieux isolés où ils se cachent. Cet ex flic, qui s’est retiré du bruit et de la fureur des villes, vit dans son van avec son chien, chasse pour manger et vit en osmose avec la nature, avant de repartir aussi discrètement qu’il est arrivé, laissant un souvenir inoubliables aux familles qu’il a aidées à faire leur deuil.

Cantona a joué dans les 4 premiers épisodes. Il a expliqué à Télé-Loisirs qu’il a quitté la série, car suite au Covid-19, la série avait pris du retard dans l’enregistrement et il avait d’autres contrats à honorer.

Le 5ème épisode est sorti il y a quelques semaines, et il a été remplacé par Bruno Debrandt (l’acteur qui incarnait Caïn, dans une autre série policière) qui joue ici le rôle de Yann Kandinsky, et le rôle lui va bien.

J’ai passé un très bon moment avec ces deux acteurs et je ne peux que vous conseiller de les regarder si la série repasse.

Il devrait y avoir un autre épisode, car Kandinsky découvre un cahier dans le van, qui suit un meurtrier en série qui sévit aussi bien en France, qu’en Suisse, en Belgique et en Italie.

Publié dans Bla-bla-bla, Juste moi

Passage à l’heure d’hiver – changement d’heure

Voilà … tout est dit dans l’image ci-dessus. Mais il semble que ce soit la dernière fois que nous ferons ce changement.

L’instauration de l’heure d’été en 1977 en Europe et en 1981 en Suisse (l’heure d’été avait été rejetée nettement lors de la votation populaire du 28 mai 1978) était censée nous faire tirer un meilleur profit de la lumière du jour et donc nous faire économiser de l’énergie suite à la crise pétrolière.

Mais si l’adoption de ce décret avait du sens il y a 45 ans, selon une étude d’évaluation des impacts énergétiques du régime d’heure d’été, mis à jour en 2009, par l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie « le changement d’heure permet des économies d’énergies et de CO2 réelles mais modestes, pour un coût quasi-nul de mise en œuvre ». Des résultats qui s’expliquent notamment par l’évolution des éclairages publics, de moins en moins énergivores.

Les chefs d’Etat des membres de l’Union se sont prononcés pour l’arrêt du changement d’heure, mais les élus des différents pays peinent à s’entendre sur l’heure définitive à adopter. Plutôt heure d’hiver ou heure d’été ? 

En attendant de savoir quelle heure sera choisie (heure d’été ou d’hiver) profitez bien de votre dimanche, que ce soit pour faire une grasse matinée, du sport, des câlins sous la couette, lire ou regarder la dernière série en vogue.