Publié dans Juste moi, mon moral vu de ma fenêtre

Retour sur septembre 2020

Un mois de septembre qui débute avec des congés … de longs congés … profiter un peu de la vie … prendre son temps … ne plus mettre de réveil … enfin aller se balader au parc et en profiter pour lire … manger des glaces … les premières de l’année … du soleil, de la chaleur … plus de 30 degrés, c’est presque indécent … faire des tartes aux fruits … principalement aux pruneaux, que j’adore … passer un bon moment chez la coiffeuse … régler des problèmes administratifs vite et bien … s’acheter des éventails fait en papier cartonné 

 

Continuer à lire au parc … buller et prendre du temps pour moi … réfléchir aux repas du soir … avoir envie d’innover avec de nouvelles recettes … jeter mon dévolu sur les quiches … trouver une recette facile, car je n’en avais jamais fait … courgettes, jambon … courgettes, champignons … courgettes, saumon … bref, que tu bonheur …

voir arriver l’automne et perdre 20 degrés en une journée ! … sortir les chaussettes et une jaquette … laver en urgence les affaires d’hiver … devoir mettre un collant sous le pantalon …  apprécier les quiches … aller voter … devoir jouer au plombier avec le pommeau de douche …

côté cœur rien de nouveau … le Covid-19 ne facilite pas les rapprochements … parfois j’hésite même à aller boire un verre … certaines personnes sont totalement à l’ouest … beaucoup ne se lave même pas les mains et les incivilités ont repris leurs droits … il semblerait que la 2ème vague soit finalement à nos portes … et septembre est déjà terminé

 

mon bilan de septembre est meilleur que le précédent … 130 km … enfin arriver à caser mes séances de sport … sentir le corps travailler … être légèrement plus souple … avoir quelques courbatures … mais rien de grave … j’aime sentir le corps qui réagit aux exercices … avoir moins de douleurs dans le dos … se sentir plus tonique

 

Publié dans COVID-19, Juste moi

6 mois plus tard …

Voici 6 mois que le Covid-19 est entré dans nos vies.

Le début fut très agressif : file d’attente sans fin devant les magasins, la poste, la banque et tout ce qui avait une porte ! Etre obligé de porter un masque dans les espaces clos. Se désinfecter les mains 50 x par jour minimum. Devoir presque tout payer par carte. Faire 80 % de ses achats par internet.

Nous avons appris à tenir nos distances; d’abord 2 mètres puis 1 mètre 50. Tout cela est assorti des « gestes barrières » à savoir : ne plus se toucher, ni s’embrasser. Peu de contact physique avec ses proches et pas du tout avec les inconnus. Alors au début, on a joué le jeu, car pour presque tout le monde c’était impératif.

Puis l’été, le beau temps, la chaleur, les activités en plein air, sont enfin arrivés. On pensait pouvoir partir en vacances, et très vite c’est devenu compliqué, voir très compliqué. Etre masqué aussi en extérieur, quand il y a un attroupement de personnes, c’est pénible. Ensuite est venue la quarantaine pour ceux qui sont partis dans un pays ou une région à risque.

Très vite on était déjà en septembre ! Reprise du travail de façon massive, retour des enfants à l’école, avec des règles pas toujours claires, les étudiants sont retournés sur les bancs de l’uni, masqués, franchement ça devient compliqué. Presque toutes les professions à contact travaillent avec le masque collé sur la figure 8h par jour minimum, et ça commence à saouler.

Mais pas de répit pour les braves ! L’automne est là et on nous parle déjà de la 2ème vague ! Mais à ce stade là, plus de 80 % des gens qui entrent dans un magasin ne se lave plus les mains, plus de 20 % des gens ont un masque attaché autour du cou ou éventuellement sur le menton et 90 % de ces imbéciles ne savent toujours pas que le masque doit couvrir la bouche ET LE NEZ !!

Je suis étonnée qu’il n’y aie pas plus de morts !! Je commence à me demander jusqu’à quand cette mascarade va continuer, même si je commence à craindre que cela dure encore plus d’un an voir 2 … donc avant 2022, pas de spontanéité à l’horizon. Je ne sais pas si je tiendrai jusque là.

Et ce qui me fait encore plus peur, c’est le vaccin. Les scientifiques et les pharma font la course au vaccin, ils n’auront pas le temps de le tester, alors nous deviendront des cobayes sur pattes. Il y a ceux pour qui ça passera et puis il y aura tout les effets secondaires auxquels on avait pas pensé !

Pour faire dans un domaine plus léger, la période de la fondue vient de commencer, mais comme on n’est pas censé cracher tous dans le même caquelon … la convivialité va en prendre en coup, c’est sûr.

Et pour terminer en beauté, j’ai vu sur Instagram la vidéo de Karim Duval, humoriste que je ne connaissais pas, qui fait un sketch sur le covid qui est à mourir de rire. Je vous en fais profiter, et comme quoi on peut rire tout et même du Covid !

 

 

 

Publié dans Juste moi, L'univers de Spoutnik

6 ans … déjà

 

 

Avec beaucoup de retard, je souhaite un bon anniversaire à Spoutnik, qui fête ses 6 ans cette année.

C’est devenu une bonne pâte, tendre, câlin et moins turbulent que les années précédentes, mais il a toujours son petit caractère et ses moments de folie, surtout la nuit quand je tente de dormir !

Côté physique, il se porte bien, même si il a pris pas mal de poids, vue qu’il frôle les 9 kilos !! La faute au fait qu’il  mange bien, mais surtout il fait moins d’exercices qu’avant, car je n’ose plus le laisser sortir dans l’allée, les voisins ne sont pas très sympas et ils ne semblent pas aimer les animaux !! Et il y a beaucoup de passage, des gens qui rentrent et qui sortent à tout heure du jour et de la nuit. Alors il ne va plus dans les escaliers, ni dire bonjour à la voisine du 5ème ;-//

Il joue moins qu’avant, car pas simple de vivre dans 25 mètres carré ! mais il a finit pas s’habituer, même si c’est étroit. L’essentiel c’est qu’il puisse dormir sur la chaise de bureau en hiver et devant la fenêtre en été.

 

 

Publié dans Cinéma, séries en vrac

Tandem – saison 4

DEMD Productions | Tandem

 

Tandem / saison 4 / série policière française / 12 épisodes de 50 minutes

Dans cette nouvelle saison, on voit arriver de nouveaux personnages, notamment la capitaine Sabine Mauriac, qui est mal-entendante, mais qui va surtout faire des recherches au bureau. 

Le lieutenant breton Erwan Lebellec est toujours là, et il forme un nouveau duo avec la lieutenant Zaïdi, que je trouve assez insipide. Erwan aura deux épisodes qui lui seront consacrés, car à l’adolescence, une de ses camarades et colocataire a disparue et comme elle n’a jamais été retrouvée, l’enquête de l’époque en a déduit qu’elle avait été tuée par un tueur en série sévissant à ce moment là dans la région. On fait aussi la connaissance de sa mère, femme bavarde et envahissante qui croit que Erwan a toujours 12 ans !

Dans cette saison débarque aussi Pierre Soler, qui vient pour diriger la brigade de façon intérim en attendant qu’un nouveau commandant soit choisit. C’est aussi le père de Léa et il s’entend comme larrons en foire avec Paul son ex-gendre et ils adorent aller sur le terrain et échafauder des hypothèses, ce qui a le don d’énerver Léa.

Pour sa part, Léa est en couple avec Greg, son prof de yoga, depuis quelques mois et elle a caché cette relation à toute sa famille, mais surtout à Paul et aux enfants. Greg aimerait bien que la situation soit officialisée, mais Léa a des réticentes. Finalement elle en parlera aux enfants mais pas à Paul et suite à un malheureux quiproquo, certaines questions importantes sont posées, et le couple se sépare.

Paul de son côté a toujours une relation ambigüe avec son ex, Léa, vu qu’il ne sait pas qu’elle est en couple, enfin il n’en est pas sûr, et de son côté il n’a pas de nouvelles relations, malgré le fait que le lieutenant Zaïdi lui fait régulièrement du rentre dedans. Quand il finira par céder, Léa le découvrira et se sentira trahie. Côté professionnel, le père de Léa lui mets la pression pour qu’il prenne du grade et puisse diriger sa propre brigade, mais cela implique changer de ville et de commissariat et il n’est pas sûr d’avoir envie de ça … mais dire non à son ex-beau-père mais aussi son patron, ce n’est pas toujours simple.

Dans la foulée, les parents de Léa décident de divorcer, après plus de 40 ans de mariage, car Pierre a de la peine à prendre sa retraite et enfin passer du temps avec sa femme, voyager, etc.

Du côté des enfants, Thomas vit toujours en alternance chez ses parents et décide de devenir policier et ses parents font tout leur possible pour lui mettre des bâtons dans les roues. Ils lui proposent donc d’autres métiers, entre autre médecin légiste, espérant le dégoutter avec une autopsie, mais il adore. Ils vont donc le pousser à devenir pompier, et après des débuts difficiles il semble apprécier et trouver sa place.

Alice de son côté étudie dans une autre ville et vit toujours avec son copain tatoueur, mais quand elle découvre qu’elle est enceinte et pas sûre de garder cet enfant (elle est en plein milieu de ses études, se trouve trop jeune et ne veut pas infliger ça à son copain qui lui aussi étudie) elle vient trouver du réconfort auprès de sa mère et finira par avorter.

Au final, une très bonne saison, avec des enquêtes très intéressantes et palpitantes, notamment celle dans le domaine de la danse et de la maladie d’Alzheimer, celle qui touche personnellement Paul et qui met en cause un couple d’ami et un suicide étrange et bien sûr les deux épisodes concernant Erwan.

Une saison 5 est prévue en 2021.

Les autres saisons ici

 

 

Publié dans Cinéma, séries en vrac

En vrac – les navets 5

Mallorca - Série TV 2019 - AlloCiné

Mallorca / série policière / série anglaise et espagnole / 10 épisodes de 40 minutes / saison 1

Encore une nouvelle série policière, qui se passe à Majorque, avec un duo de policier, évidemment très différent. Je me suis dis que pour l’été ça pourrait être sympa de partir un peu à la mer !

Malheureusement grosse déception pour moi. Dans un premier temps je n’ai pas accroché aux personnages, qui sont sympathiques mais sans plus, les intrigues sont vraiment plan-plan et j’ai donc abandonné sans regrets au bout du 6ème épisode.

Le pitch : Miranda Blake, policière anglaise, pas d’humour, à cheval sur le règlement, se retrouve bloquée sur l’île de Majorque après avoir fait une grosse bourde dans sa dernière enquête. Elle décide de travailler avec Max, officier allemand, qui travaille à Majorque depuis plus de 3 ans, lui aussi affecté dans cette unité, car pas très bon dans son travail ! Du reste, la commissaire ne leur donne que des enquêtes mineures qu’ils arrivent quand même à foirer !! J’ai trouvé le personnage de Max vraiment balourd, qui ne cesse de draguer Miranda de façon lourdingue, alors qu’elle n’est clairement pas intéressée, et ça n’a pas relevé le niveau de la série.

Une saison 2 est déjà prévue, mais ça sera sans moi !

 

 

Pas de saison 2 pour Reef Break, Poppy Montgomery ne résout plus les problèmes pour ABC - Critictoo Séries TV

Reef break / série d’action / série américaine / 13 épisodes de 50 minutes / avec Poppy Montgomery / saison 1

J’ai aussi choisi de regarder cette série, car elle se passe dans un endroit idyllique, à savoir un petit archipel du Pacifique, surnommé le Reef et qui est le dernier territoire américain. Très prisé pour ses plages et ses spots pour faire du surf et la fête. J’ai aussi une faiblesse pour l’actrice principale : Poppy Montgomery.

Elle joue donc le rôle de Cat Chambers, ancienne voleuse, qui faisait partie d’un gang, mais aussi surfeuse prometteuse et qui revient après 5 ans d’absence pour assister au procès du chef de la bande et l’empêcher de sortir de prison.

Elle est censée rester 24 h et ensuite repartir, mais elle couche avec Whyatt Cool, asiatique et policier au physique attrayant, et elle décide de rester un peu. Elle est aussi mariée à Jake, agent du FBI qu’elle a épousé pendant qu’il était sous couverture.

Au final, la sœur de Whyatt va lui proposer de travailler pour le Gouverneur, afin de régler des affaires dans le dos de la police parfois, mais aussi de résoudre des crimes avec la police, donc Whyatt. Elle est très bien payée, a une villa de luxe dont elle devient la propriétaire, afin qu’elle ferme les yeux sur certaines choses qu’elle a apprise.

J’ai trouvé cette série sympa, divertissante, mais sans plus, car la plupart des épisodes sont incohérents, les enquêtes sont résolues à la va-vite, sans aucuns indices qui amènent à cette conclusion. Côté amoureux, elle est incapable de divorcer de Jake, mais n’est pas plus capable de s’impliquer dans une vraie relation avec Whyatt.

Au final elle ne trompe personne, puisque les audiences sont mauvaises et qu’il n’y aura pas de saison 2.

Publié dans Juste moi, mon moral vu de ma fenêtre

Retour sur août 2020

Comme souvent à Genève, après un mois de juillet caniculaire, il pleut et l’on passe de 40 degrés à 20 degrés en quelques jours … il y a quelques orages très violent … au point d’abîmer des arbres … et ensuite la chaleur revient, grâce au Foehn, vent très chaud venant du Valais … et on déguste … et comme souvent, la dernière semaine d’août est chaotique, avec le retour du froid et de la pluie.

Côté travail c’est calme et plutôt sympa … et en août je ne travaille que 3 jours par semaine, pour me faire de grands week-end … et essayer de profiter un peu, vu que je ne peux pas partir en vacances … entre le manque de budget et le COVID-19 … j’avoue que allez à la plage par 35 degrés avec un masque sur la tronche … ça ne me tente pas plus que ça … à la base je n’aime pas trop la foule, mais avec tous ces gens différents qui n’arrive même pas à porter un masque correctement … c’est à dire sur la bouche ET LE NEZ !! … et je ne parle pas des crasseux et crasseuses qui entrent dans les magasins d’alimentation sans se désinfecter les mains, alors que c’est OBLIGATOIRE !! …

Bref, je fais au mieux pour me protéger … je suis même sidérée de ne pas encore être tombée malade avec tous les cons qui gravitent dans mon quartier, et les incivilités quotidiennes … je recommence doucement à essayer d’aller au parc … profiter de rester dehors quand les autres sont au travail … je lis mais lentement, car j’ai toutes les peines du monde pour me concentrer … l’envie d’aller musarder à la bibliothèque m’ayant quitté depuis le début de la pandémie, je lis mes romans et parfois je découvre des pépites …

 

Je recommence à marcher … et à y prendre du plaisir … même si c’est l’un de mes plus mauvais score des deux dernières années … mieux vaut avoir marché 119 km que rien du tout 😉 … depuis un an que j’ai ma nouvelle montre, je n’ai que des problèmes … j’ai déjà dû la faire changer 4 fois !! … et à chaque fois ça me fait une coupure dans mon rythme … et 2 voir 3 semaines sans relevé … à la longue ça me fatigue … pour 39 fr je me suis offert le programme fit star, avec des exercices variés et plusieurs intensités … ça donnerait presque envie de faire du footing avec des séances expliquées, mais malheureusement seulement en anglais … il me faut encore trouver mon rythme pour caser ma séance de sport quotidienne … mais je ne désespère pas d’y arriver … un jour … mais ça me fait un bien fou, surtout pour moi qui suis une grande nerveuse depuis toujours.

 

Publié dans Cinéma, séries en vrac

FBI – saisons 1 et 2

FBI - Série (2018) - SensCritique

 

FBI, série policière américaine, où l’on suit le travail des agents fédéraux du bureau de New-York dans diverses affaires, tel que : attentats, meurtres, enlèvements, braquage, travail sous couverture, trafic de drogues, protection de témoins, etc.

Le duo de cette nouvelle série est formé de Maggie Bell et son partenaire Omar Zidan.

Maggie Bell doit avoir la trentaine, blanche, elle est veuve depuis un an, son mari était journaliste et il est décédé dans un accident de la route. Comme elle peine à faire son deuil, elle travaille quasi non-stop.

Son partenaire est Omar Zidan, qui tient le rôle du « gentil arabe » qui aime l’Amérique et qui déplore qu’on le voie toujours comme un terroriste ou un poseur de bombe. Il mesure 2 m, ce qui fait que l’on réfléchit à deux fois avant d’aller lui chercher des noises. C’est aussi un ancien agent infiltré et un soldat qui est parti en Irak.

 

Saison 1

Dans cette première saison, on découvre les 2 agents, leur façon de travailler. On voit aussi l’équipe derrière eux qui localise des téléphones, craque des ordinateurs, contrôle les finances des différents suspects, qui émet des hypothèses afin de simplifier le travail sur le terrain. Dans ce domaine, une personne sort du lot, c’est Kristen, mais elle espère un jour pouvoir passer de l’autre côté, c’est-à-dire aller sur le terrain.

Au cours des 10 derniers épisodes, on découvre que le mari de Maggie a en fait été assassiné et l’on découvre par qui, pourquoi et comment. Ces épisodes sont très intéressants, et fort en émotion. On voit aussi le lien étroit d’amitié qui lie Omar et Maggie.

 

Saison 2

La saison 2 est beaucoup plus classique. On voit qu’ils ont tout donné dans la première saison et ils peinent à se renouveler, et j’avoue avoir moins aimé cette saison.

Dans les changements pour faire décoller la saison, on voit Kristen devenir agent de terrain, avec quelques couacs qui auraient pu coûter la vie de son partenaire, Stuart Scola, qui lui aussi est nouveau. En milieu de saison elle sera gravement blessée et ré-intégrera le bureau, mais pas sur le terrain. Scola aura donc une nouvelle partenaire, une asiatique qui vient de la police de Chicago et qui a des méthodes musclées qui ne conviennent pas toujours.

Omar et Maggie continue leur chemin ensemble, la seule nouveauté c’est que Maggie essaie de rencontrer quelqu’un et que Omar de son côté vit une relation avec une femme qui est procureur. Maggie sera absente des derniers épisodes, car la direction l’a choisie pour mener une enquête de plusieurs mois sous couverture. Du coup, Omar devra travailler avec un autre agent, toujours une femme.

Une saison 3 est déjà prévue.

 

Publié dans Livres, roman jeunesse

Déception

Myra Eljundir : tous les produits | fnac

KALEB – saison 1 de Myra ELJUNDIR
Editions Robert Laffont – 442 pages

Résumé de l’histoire (4ème de couverture)

A 19 ans, Kaleb Helgusson se découvre empathe : il se connecte à vos émotions pour vous manipuler. Il vous connaît mieux que vous même. Et cela le rend irrésistible. Terriblement dangereux. Parce qu’on ne peut s’empêcher de l’aimer.

Sachez que ce qu’il vous fera, il n’en sera pas désolé. Ce don qu’il tient d’une lignée islandaise millénaire le grise. Même traqué comme une bête, il en veut toujours plus. Jusqu’au jour où sa propre puissance le dépasse et où tout bascule.

Mon avis

J’ai été déçue par cette lecture et je ne lirai pas les deux autres volumes, vu qu’il s’agit d’une trilogie.

Pourtant ce roman est sur ma liste depuis plus de 10 ans !! Mais pour le coup, je n’ai ressenti aucune empathie avec Kaleb et son don, ni avec son père, ni avec l’organisation secrète qui tente de les recenser. De plus, beaucoup de violence qui ne mène à rien.

Les personnages féminins, sont inconsistants, ont des réactions cul-cul la praline et ils ne sont vraiment pas intéressants.

Bref, j’ai été au bout, mais pas assez intéressé pour m’infliger la lecture de la suite.

Publié dans COVID-19

Le jour d’après

 

L’après Covid fut bien différent de ce que j’imaginais.

Naïvement, je pensais que le fait de se couper de toutes relations sociales, permettrait au virus de « disparaître » et que notre vie reprendrait son cours normal. Très rapidement, je me suis aperçue que ça ne serait pas possible, et qu’il y aurait un « avant » et un « après » covid.

Ma façon de voir le monde et la vie a changé. Fini cette insouciance de se balader le nez au vent, de faire du shopping, de prendre des vacances, de boire un verre ou de manger sur une terrasse, d’avoir des contacts corporels rapproché, d’être tactile avec sa famille ou son nouvel amoureux ! Fini aussi de passer des heures à la bibliothèque à lire les 4ème de couv … Les règles sont tellement strictes, que je n’ai plus aucun plaisir à emprunter des livres. De plus, je n’ai aucune idée de la façon dont les livres sont décontaminés.

Le monde du travail a aussi beaucoup changé. Je suis plus tendue à chaque fois que je dois rencontrer un client (car je ne sais pas de quel pays il vient), je passe la moitié de mon temps à nettoyer et désinfecter tout ce qui a été touché par les clients. Je me désinfecte les mains au moins 30 à 40 fois par jour ! Je passe aussi une grande partie de mon temps à faire la police, à faire respecter la distanciation sociale et dans certains cas le port du masque, parfois c’est une bataille rien que pour faire accepter aux gens qu’il faut se désinfecter les mains avant d’entrer dans nos locaux !! Et certains ont les mains tellement noires de crasse que je me demande même si ça vaut la peine de les désinfecter … Mais la plupart des personnes sont correctes et ça se passe plutôt bien, mais j’avoue que le soir j’ai une grand fatigue émotionnelle de devoir toujours répéter les mêmes choses.

Bref … cela fait un mois que j’ai repris le travail, et heureusement l’ambiance avec mes collègues est plutôt bonne et l’ont se serre les coudes contre l’adversité. En prime, ma collection de masques en tissu 😉

 

Publié dans Cinéma, séries en vrac

Les navets – 5

 

Voici un petit récapitulatif des séries que j’ai regardées ces derniers mois et qui ne cassent pas trois pattes à un canard. Certaines se laissent voir, mais la plupart sont vites oubliées.

 

REPLAY - H24 (TF1) : la nouvelle série médicale en tête des audiences

Dans un premier temps une série médicale française : H24 avec Anne Parrillaud dans le rôle principal. Il s’agit de 7 épisodes de 60 minutes et la série se termine de façon à laisser la place pour une saison 2, que je ne regarderais pas.

Dans cette série, on suit le quotidien de 4 femmes dans le monde de la médecine.

Il y a Thiphaine, jeune infirmière qui vient de terminer ses études, elle a un fils de 5 ans et pour arrondir ses fins de mois, elle se prostitue, mais un de ses clients décide de la faire chanter car elle a rencontré un ambulancier et a envie d’avoir une relation sérieuse avec lui.

Il y a aussi Florence, infirmière célibataire, rousse, toxico et qui change d’homme comme de pansements !

On suit Sofia qui reprend le travail après plusieurs années à s’occuper de son fils. Son mari n’a pas très envie qu’elle recommence à travailler, surtout que des médecins lui tournent autour et que l’un d’eux la pousse à continuer les études pour devenir médecin.

Et il y a Anne Parillaud qui joue Gabrielle, l’infirmière en cheffe, elle a une fille de 17 ans et son mari est dans le coma depuis plusieurs années dans son service. Elle réfléchit pour savoir si elle va le faire débrancher, alors que sa fille est contre. Ce qui n’arrange pas les choses, c’est qu’elle tombe amoureuse de l’infirmier qui s’occupe de son mari et qui accessoirement a 15 ans de moins qu’elle.

Ça se laisse regarder mais sans plus et le rôle le plus intéressant est celui d’Anne Parillaud, mais ça ne suffit pas à sauver la série. 

 

The White Queen - Série (2013) - SensCritique

 

J’ai aussi regardé une série historique anglaise : The white queen, qui se passe en 1464 et qui raconte la guerre qui oppose les maisons royales de Lancastre et d’York. Mais au final, c’est Elisabeth Woodville qui envoûte le roi Edouard IV et qui sera la reine d’Angleterre. Elle lui donnera beaucoup d’enfants, 4 filles et 2 garçons, au moins.

Une série intéressante mais qui ne m’a pas tenu en haleine comme d’autres. J’ai trouvé les images globalement trop sombre, trop de personnages qui portent le même nom (Richard, Edouard, Henry) et sur la fin je me suis ennuyée. Je ne regarderais pas la suite qui parle de sa fille aînée, qui va à son tour, devenir reine.