9 1 1

Résultat de recherche d'images pour "série 9 1 1"

J’ai regardé dernièrement cette série américaine d’action : 9 1 1 qui est le numéro d’urgence aux Etats-Unis. En composant ce numéro, on entre en ligne avec une standardiste à qui on explique son problème et c’est elle qui décide d’envoyer la police ou les pompiers ou une ambulance selon la situation.

Dans cette configuration, on fait connaissance avec Abby Clark, jouée par Connie Britton, (à gauche sur l’affiche) qui est une des standardiste du 911, elle a la quarantaine, vient de se séparer de son conjoint et s’occupe à plein temps de sa mère atteinte d’Alzheimer.

Il y a une policière, Athéna Grandt, jouée par Angela Basset (au centre sur l’affiche). Elle est  mariée, a deux enfants adolescents et son mari lâche une bombe en annonçant qu’il est gay depuis toujours et qu’il vient de tomber amoureux et veut vivre avec cet homme.

Le chef des pompiers c’est Bobby Nash (à droite sur l’affiche), il est sévère, souvent soucieux et il tient un mystérieux petit carnet noir qui existe la curiosité de ses coéquipiers. Il est aussi un ancien alcoolique.

Toujours dans l’équipe des pompiers, il y a Buck, le beau gosse, qui change de fille tous les jours, comptabilisant un nombre d’aventures impressionnantes, jusqu’au jour où il parle avec Abby, tombe amoureux de sa voix, et décide de vivre une vraie relation avec une femme de 15 ans de plus que lui.

La saison 1 est composée de 10 épisodes de 50 minutes et une saison 2 est en préparation.

J’ai trouvé cette série très agréable, les protagonistes sont attachants, les interventions sont très originales et réalistes, (par exemple l’accident de la grande roue, la femme en train de se faire étouffer par son boa, ou le gars qui se fait attaquer par ses dobermans) entre autres situations étonnantes. Il y a de la réalité, dans le sens qu’on ne peut pas sauver tout le monde surtout dans les cas de suicide et qu’il faut l’accepter même si c’est difficile.

 

Publicités

Le fond du panier – épisode 1

Pour ceux qui me suivent, ils savent que je suis une fana de série, peut importe le thème : policière, aventure, dramatique, médicale, sf, historique, ma curiosité n’a pas de limite.

Mais bien sûr, elles ne sont pas toutes bonnes, bien au contraire. Donc de temps en temps, je vais faire un article fourre tout, si possible car catégorie, avec celles que je n’ai pas aimées et pourquoi en quelques mots.

On va commencer avec la catégorie série policière. Ce qui fait qu’une série policière est intéressante, c’est le duo d’enquêteur. Homme – femme / vieux – jeune / policier – médecin / policier – psy / policier – prêtre, etc.

 

Résultat de recherche d'images pour "série l'accident bruno solo"

On démarre avec : L’accident, une mini série de 6 épisodes de 52 minutes avec Bruno Solo et tiré d’un roman de Linwood Barclay. Au bout de 2 épisodes j’étais saoulée par la profusion de personnages et l’histoire qui part dans tous les sens. En voyant que cette série était tirée d’un roman de Linwood Barclay, dont je déteste les romans brouillons et les fins tirées par les cheveux, j’ai préféré abandonner.

 

Résultat de recherche d'images pour "série shade of blue"

Ensuite, il y a Shade of blue, une série américaine, avec Jennifer Lopez et Ray Liotta. Il y a eu deux saisons de 13 épisodes faisant 45 minutes chacun. Le pitch : Harlee Santos, jouée par JLO, est flic à New-York et elle est prise en flagrant délit de pot-de-vin, mais toute sa brigade est corrompue et elle devient informatrice pour le FBI qui veut pincer son chef Matt Wozniak, joué par Ray Liotta, que je n’aime pas plus que ça. J’ai rarement vue une série aussi incohérente, avec détournements d’argent, de drogue, et Harlee qui assassine des gens comme on éternue sans que beaucoup de questions soient posées !! Et pareil pour son chef qui tue plusieurs personnes sous prétexte qu’ils vont le balancer. L’excuse de Harlee, c’est qu’elle veut payer une bonne école à sa fille, raison pour laquelle elle est devenue ripoux ! Je crois qu’il y aura une saison 3 que je ne regarderais pas.

 

Image associée

Je termine avec Monster, une série norvégienne, de 7 épisodes de 60 minutes. Le pitch : Hedda revient dan sa ville natale, au nord de la Norvège, pour s’occuper de son père malade. Policière, elle enquête sur des disparitions de jeunes filles, selon le même schéma que pour sa mère, disparue 30 ans auparavant. Elle peine à s’entendre avec son co-équipier, Dreyer qui vient du sud de la Norvège, et qui est très flippant dans ses réactions. Au fur et à mesure des épisodes, on se dirige vers une histoire de secte. Il y aura probablement une saison 2 que je ne regarderais pas. Le niveau de violence est assez élevé et le climat anxiogène.

 

Semaines 49 à 51

Parfois, la vie réelle reprend le dessus, mal organisée, pas d’idées, pas d’inspiration et très en retard pour tout un tas de rubrique … donc un package des films de ces dernières semaines et seulement ceux qui me semblent importants.

Je suis depuis très longtemps la carrière de Georges Clooney que ce soit en tant qu’acteur ou réalisateur. Je ne pouvais donc pas passer à côté de ce film : bienvenue à Suburbicon qu’il a réalisé, avec Matt Damon et Julianne Moore.

 

Le film suivant est réalisé par Kenneth Branagh et il s’agit du « dépoussiérage » d’un ancien film (que je n’ai pas vu), lui-même tiré d’un roman d’Agatha Christie, il s’agit de : le crime de l’Orient-Express, avec une très belle distribution, dont : Johnny Depp, Michelle Pfeiffer, Pénélope Cruz, Willem Defoe, Josh Gad ainsi que Kenneth Branagh qui incarne Hercule Poirot.

 

Et pour terminer l’année en beauté, un film d’aventure qui raconte l’histoire fusionnelle entre une mère et son fils, dans : la promesse de l’aube, avec Charlotte Gainsbourg et Pierre Niney, qui raconte la vie de Romain Gary et de son envahissante mère.

 

Et je termine avec le dernier film de Julia Roberts : Wonder, où elle incarne la maman d’un enfant différent.

 

Semaine 48

Cette semaine seulement trois films qui pourraient me tenter, et ils tirent tous vers l’émotionnel.

Le premier est un biopic, avec : M, de et avec Sara Forestier. Lila est une ado bègue et timide et elle rencontre Mo, beau, charismatique et qui a le goût de l’adrénaline. Leur rencontre est un coup de foudre, entre celle qui n’ose pas parler et celui qui est illettré et qui aimerait tellement écrire de chose.

Biopic, car le premier petit ami de Sara Forestier était illettré et c’est une part de son histoire personnelle qu’elle raconte, et c’est aussi le premier film qu’elle réalise.

 

Le second est aussi un film tout en émotion, avec Jean-Pierre Darroussin dans : la villa, une histoire de famille et de fraternité, à Marseille autour d’un restaurant ouvrier, qui avait été bâti par le père.

 

Le dernier est un film d’animation de Pixar : Coco, qui raconte l’histoire de Miguel et de sa famille, la musique bannie de cette famille et le passage vers le monde des morts. Un seul bémol pour moi « le côté chanté » ! Si c’est juste une ou deux chansons ça va, si c’est plus ça peut vite me taper sur le système 😉

 

Semaine 47

Pas forcément convaincue par les sorties de cette semaine, il y a quand même trois films qui me titille.

Le premier est un polar plutôt violent, avec Joaquin Phoenix dans : a beautiful day, où Joaquin Phoenix joue un tueur à gage, qui aime bien jouer du marteau et qui est chargé de retrouver la fille d’un sénateur. La bande annonce donne bien le ton du film.

 

Le deuxième film est apparemment la suite ou le remake d’un très bon film de 1991 de Joel Schumacher, à savoir : l’expérience interdite, où des étudiants en médecine veulent savoir ce qui se passe après la mort et se provoque des arrêts cardiaques et tentent d’aller de plus en plus loin. Je garde un très bon souvenir du film de 1991,même si je ne l’ai pas revu depuis des décennies et je suis donc obligée de voir celui-ci pour comparer.

 

Pour le dernier film, il s’agit encore d’un film sur le sport en général et le tennis en particulier, avec : battle of the sexes avec Emma Stone et Steve Carell dans les rôles phares.

Ce film est tiré d’une histoire vraie, qui débute en 1972, où le macho Bobby Riggs lance un défi à Billie Jean King, joueuse classée numéro un depuis 5 ans, de la battre sans aucun problème. Elle est intelligente, visionnaire et féministe et pense que cette rencontre peux avoir un impact considérable sur l’égalité et la parité homme-femmes dans le milieu du tennis et bien au-delà.

 

Semaine 46

Pour les sorties de films de cette semaine, j’en retiendrai seulement trois, qui ne sont pas forcément au top niveau, mais qui peuvent être intéressants.

Il y a d’abord un mélodrame : Maryline qui raconte l’histoire de cette jeune femme qui vit dans un petit village, coupé des autres, et qui monte à Paris pour devenir comédienne. Elle est confrontée à tout ce que ce métier et le monde peuvent avoir d’humiliant mais aussi de bienveillant. Avec Vanessa Paradis et Adeline d’Hermy.

 

Le deuxième est un film qui n’a pas de très bonnes critiques, il s’agit de : Jalouse avec Karin Viard, actrice que j’adore et réalisé par les frères Foenkinos. Il parle de Nathalie, prof de lettres divorcée, qui du jour au lendemain devient d’une jalousie maladive, avec pour cible sa fille adolescente.

 

Pour le dernier, il s’agit d’un film de super héros avec : Justice league. Comme d’habitude la Terre va mal et l’apocalypse est proche, alors Batman et Wonder Woman monte une équipe, avec de nouveaux venus comme : Aquaman et Cyborg. Un film d’action avec de grosses cascades, mais en règle générale ça se laisse regarder. Pour moi à son prochain passage télé. J’avoue que je les aime bien ces supers-héros et j’en ai toujours un film en réserve dans ma box.

 

Semaine 45

Cette semaine est extrêmement chargée, avec pour moi, avec 5 films intéressants et différents les uns des autres.

Le premier est un film sportif, avec Shia LaBeouf dans : Borg / McEnroe, qui relate la mythique finale de Wimbledon en 1980, entrecoupé d’images d’archives sur les débuts des deux joueurs. Je ne suis pas tout à fait convaincue par la bande-annonce, mais je le verrai avec plaisir lors de son passage télé.

 

Le deuxième est un mélange entre polar et mélo, avec deux acteurs que j’affectionne soit Matthias Schoenaerts et Adèle Exarchopoulos dans : le fidèle. Une histoire d’amour entre Bénédicte pilote de course et Gino qui a un secret qui met en danger ceux qu’il aime. Celui ci me tente énormément.

 

Le troisième est un film d’action avec Kate Winslet et Idris Elba (mon chouchou depuis plusieurs années), dans la montagne entre nous. Un avion qui se crash en pleine montagne et deux inconnus livrés à eux-même. C’est intéressant de voir Idris Elba dans un autre rôle que flic ou méchant.

 

Le quatrième est un film d’anticipation avec Noomi Rapace et Willem Dafoe dans : seven sisters. Quand la terre est surpeuplée, le gouvernement instaure la politique de l’enfant unique. Terrence Settman décide de garder secrète l’existence de ses 7 filles, leur donnant à chacune un jour de la semaine pour sortir, mais elles devront simuler l’existence d’une seule personne !

 

Le dernier film est avec Catherine Deneuve et Nekfeu dans : tout nous sépare, un thriller noir et romanesque. Une histoire d’amour qui tourne mal, une mère qui essaye de protéger sa fille.

 

Semaine 44

Cette semaine il y a trois films qui me parle, avec des acteurs et actrices que j’apprécie particulièrement.

Le premier est un polar réalisée par Olivier Marchal, qui se trouve être un ancien flic de la brigade criminelle, devenu ensuite acteur et surtout réalisateur. Son dernier film : Carbone, avec Benoît Magimel et Gérard Depardieu, parle de petits malins qui montent une arnaque à la TVA … mais quand l’argent coule à flot, il faut savoir garder le profil bas afin de ne pas se faire repérer.

 

Le deuxième : mise à mort du cerf sacré est un thriller psychologique du cinéaste grec Yorgos Lanthimos, primé au festival de Cannes, avec Nicole Kidman et Colin Farrell. La bande annonce est flippante à souhait et me donne très envie de le voir.

 

Et je termine avec un film catastrophe, que je me contenterai de voir lors de son passage télé : geostorm avec Gerard Butler que je n’aime pas plus que ça. Le pitch : un réseau de satellites contrôle le climat, mais le dispositif se dérègle créant des catastrophes en série : tsunamis, tornades et autres.

 

Semaine 43

Semaine très riche en sortie de films, une dizaine, mais j’en ai sélectionné trois qui me tente, et je ferai l’impasse sur « au revoir là-haut » tiré du roman de Pierre Lemaitre et prix Goncourt 2013 dont la bande-annonce me rebute particulièrement.

Pour le premier film, il s’agit de : l’atelier avec Marina Foïs, où elle incarne une auteure de romans noirs en panne d’inspiration et qui décide d’animer un atelier d’écriture avec des jeunes de 18 à 25, dits en réinsertion.

 

Le deuxième film : logan lucky est dans le style déjanté mais pas stupide et est produit par Steven Soderbergh, avec Channing Tatum méconnaissable et Daniel Craig. Le pitch : Deux frères en apparence par très futé, décident de monter le casse du siècle pour empocher la recette de la plus grosse course automobile de l’année. Pour réussir leur coup, ils ont besoin d’un spécialiste de coffre fort … qui est en prison.

 

Pour le dernier film choisi, il s’agit de : Thor – ragnarök, le troisième volet de la saga, et il se trouve que j’ai une faiblesse particulière pour cette franchise. Donc en résumé, un film de super héros, de l’humour, fantastique et bourré d’action. De quoi passer un bon moment, avec Chris Hemsworth et Mark Ruffalo.

 

Semaine 42

Cette semaine qui se trouve juste avant les vacances de patates en Suisse, et les vacances d’automne pour les autres, est synonyme de peu de sortie et de quelques dessins animés pas plus intéressants que ça … je fais référence à Zombillénium qui est moyen et au catastrophique Le monde secret des émojis !!!

Bref … le seul film qui me tente, c’est le dernier Omar Sy : Knock. Le pitch : Ex-délinquant repenti, devenu médecin, Knock débarque dans un petit village et applique sa méthode pour faire fortune. Il s’efforce de convaincre la population que tout bien portant est un malade qui s’ignore.

Mon journal de référence trouve que ce film n’est pas une réussite, mais il se trouve que c’est la 4ème adaptation de la pièce de Jules Romains, qui a été écrite en 1923 ! Et comme je n’ai vu aucune version de ce film, et que j’adore Omar Sy ainsi que Alex Lutz et un tas d’autres acteurs français, je le verrai avec grand plaisir.