Un mot barbare

 

Il m’arrive souvent de rencontrer des mots dont j’ignore totalement le sens, alors je sors mon brave Larousse de sa bibliothèque, et je cherche … … et parfois je découvre un mot magnifique, remplit d’espoir, qui m’illumine pendant plusieurs semaines mais qui est parfois très difficile à placer dans une conversation.

Celui-ci, je le note ici, car je souhaite ne jamais l’oublier, il s’agit de : ataraxie, non ce n’est pas une affreuse maladie, ça veut dire : quiétude absolue de l’âme, principe du bonheur.

Publicités

Quitter le nid

J’ai une tendresse particulière pour la langue française et ses formules vieillottes et alambiquées. Et même si le commun des mortels n’utilisent plus ces expressions, je trouve que certaines sont encore tous à fait « dans le coup » et ont encore leur utilité dans notre 21ème siècle !

Je vais donc commencer par celle-ci : faire son trousseau.

Une expression qui signifie qu’une jeune fille commence à acheter de la vaisselle, du linge du maison (draps, duvet norvégien, linge de cuisine), par petite quantité, qu’elle le conserve dans sa chambre ou dans la cave, pour le moment où elle prendra son envol (à savoir, prendre un appartement seule ou avec son petit ami du moment).

Et je trouvais que tout ça avait bien du charme. On cherche avec soin, des objets que l’on va utiliser pendant les 10 ou 20 prochaines années.

Si mes souvenirs sont bons, cette expression vient du Moyen-Age, et quand une jeune fille se mariait, elle quittait sa famille pour aller vivre dans celle de son mari, et elle apportait avec elle la dot (une somme d’argent convenue entre les deux parties, son père et son futur mari) ainsi que « son trousseau » les objets de base pour démarrer dans cette nouvelle vie.

Expression désuète

 

Je ne sait pas si c’est à force de lire toutes sortes de romans, de tout âge, mais je me souviens de certaines expressions désuètes (qui n’est plus en usage, démodé) mais qui pourtant étaient très claires pour qui avait un peu de culture.

Ma favorite est la suivante : en tout bien, tout honneur.

Cette expression s’utilisait encore il y a quelques années, par une femme ou jeune fille qui se faisait inviter à manger au restaurant par un homme, et qui n’avait pas envie d’être le dessert, ou autre expression n’avait pas envie de passer à la casserole !!

Enfin, bref, une façon élégante de dire, nous dînons ensemble mais cela n’ira pas forcément plus loin. L’avantage étant que la situation était déjà très claire au début du repas, et si la jeune fille changeait d’avis en cours de route … eh bien tant mieux pour le monsieur.

Je trouve dommage que nous ne puissions plus utiliser ce genre d’expression, sans passer pour une momie ou une personne d’un autre temps, alors que finalement ça faciliterait le dialogue entre les uns et les autres.