Bilan du premier trimestre 2019

 

Premier pointage de l’année.

Pour la période de janvier à mars 2019, j’ai marché 532 km. J’ai donc marché 82 km de plus que prévu, puisque mon objectif est de marcher 150 km par mois, ce qui fait pour un trimestre : 450 km.

Il y a pourtant eu de longues périodes de mauvais temps, mais dans l’ensemble cela ne m’a pas empêché de marcher. Et le fait aussi de courir dans tous les sens pour le travail et de devoir monter au premier étage plusieurs fois par jour, a aussi augmenté mon nombre d’étages de façon assez significative.

Donc dans l’ensemble, je suis satisfaite d’avoir atteint mon objectif très facilement.

 

Publicités

Une vie rêvée

Résultat de recherche d'images pour "l'homme est un dieu en ruine"

L’HOMME EST UN DIEU EN RUINE de Kate ATKINSON
Editions JC Lattès – 511 pages

Résumé de l’histoire (4ème de couverture)

Teddy a 20 ans lorsqu’il s’enrôle en 1940 comme pilote de bombardier dans la Royal Air Force. Vite promu commandant, il va connaître, avec son équipage, quatre années d’horreur et d’héroïsme où chaque mission risque d’être la dernière.

Alors qu’il s’était résigné à mourir au combat, il va pourtant vivre, obsédé par l’idée de ne plus faire de mal à personne.

Mon avis

Pour bien comprendre ce roman, il faut d’abord lire le premier volet de ce diptyque : Une vie après l’autre, qui met en scène Ursula la sœur de Teddy, qui a la particularité de pouvoir revivre sa vie presque à l’infini.

Teddy a 20 ans, il est pilote de bombardier pour la RAF, et contre toute attente, il ressort vivant de la seconde guerre mondiale.

Il se réjouit de rejoindre Nancy qu’il veut épouser. Il se demande quel métier il va exercer, où il vivra avec sa femme. Il aura une fille unique Viola, avec qui il a peu d’affinité, qui vivra une vie dissolue, lui donnera deux petits-enfants, un garçon et une fille, élevé pendant les années peace and love.

Il vivra jusqu’à 100 ans et aura un regard émerveillé sur le monde.

Comme toujours avec Kate Atkinson, les personnages sont super étoffés, il leur arrive des aventures extraordinaires … et les dernières pages sont une véritable baffe, surtout quand on s’est attaché à tous ce petit monde.

Note : 4 / 5 

 

Quand les secrets sortent

Résultat de recherche d'images pour "céleste ng"

 

TOUT CE QU’ON NE S’EST JAMAIS DIT de Céleste NG
Editions Sonatine – 271 pages

 

Résumé de l’histoire

3 mai 1977,Lydia Lee, seize ans est morte. Mais sa famille l’ignore encore. Commence alors une introspection minutieuse de tous les membres de sa famille, car s’agit-il d’un meurtre, un accident ou d’un suicide ?

Il y a son père, James, d’origine chinoise, professeur d’université, qui veut tellement s’intégrer que parfois il est invisible aux yeux des autres.

Sa femme, Marylin, pur produit américain, blonde aux yeux bleus, mère au foyer par obligation, car son ambition était de devenir médecin, et qui rêve que sa fille accomplisse ce qu’elle n’a pas pu faire.

Son frère aîné, Nathan, 19 ans, qui se prépare à partir dans une université prestigieuse, sous le regard indifférent de ses parents.

Et la petite dernière, Hannah, 10 ans, arrivée là par accident, rejetée par ses parents, qui passe son temps à être invisible, cachée sous les tables ou dans les coins de pièce. Elle habite au grenier « l’endroit ou l’on dépose les objets dont on ne veut plus » … ça en dit long sur sa place dans la fratrie !

Car l’enfant préférée des parents, c’est Lydia, une adorable chinoise aux yeux bleus, obéissante, docile, faisant exactement tous ce que sa mère lui ordonne (suite à un pacte secret), bonne élève mais n’ayant aucun ami, car elle passe son temps à étudier.

Et au fil de l’histoire, on va découvrir les secrets, les chagrins, les rancœurs et les interrogations de chacun des membres de la famille et l’on va comprendre ce qui est arrivé à Lydia et qui elle était réellement.

 

Mon avis

Un coup de coeur et une claque phénoménale. Je crois que je ne suis pas prête d’oublier cette histoire et cette famille si attachante et atypique.

Avec finesse, l’auteure évoque une multitude de thèmes : le mariage multi-culturel, l’accession à l’université pour les femmes, le droit à un travail valorisant pour les femmes, l’intégration des enfants métissés dans les écoles. Mais aussi la fratrie, quand une enfant est préférée à ses frères et sœurs, comment chacun trouve sa place dans cet environnement.

Note : 5 / 5

 

 

Un retour difficile

Résultat de recherche d'images pour "roman nulle part sur la terre"

NULLE PART SUR LA TERRE de Michael Farris SMITH
Editions Sonatine – 362 pages

Résumé de l’histoire (4ème de couverture)

Une femme marche seule avec une petite fille sur une route de Louisiane. Elle n’a nulle part où aller. Partie quelques années plus tôt sans rien de la ville où elle a grandi, elle revient tout aussi démunie. Elle pense avoir connu le pire. Elle se trompe.

Russel aussi a quitté sa ville natale, onze ans plus tôt. Pour une peine de prison qui vient tout juste d’arriver à son terme. Il revient chez lui en pensant avoir réglé sa dette. C’est sans compter le désir de vengeance de ceux qui l’attendent.

Dans les paysages désolés de la campagne américaine, un meurtre va réunir ces âmes perdues, dont les vies vont bientôt ne plus tenir qu’à un fil.

Mon avis

Un roman intéressant où les deux paumés de la vie vont se rencontrer, se faire confiance, se raconter des bouts de leur histoire, pour comprendre qu’ils sont bien plus liés qu’ils ne le pensaient.

Une lecture agréable, mais j’ai été déçue car je crois que j’en attendais plus, au vu des critiques lues partout sur le net et dans les blogs. Par contre, j’aime beaucoup la couverture.

Le début est dynamique, mais j’ai trouvé qu’à un moment ça tirait en longueur et je me suis un peu déconnectée de l’histoire. Et j’ai trouvé assez peu crédible le fait que la femme tue un flic et que rapidement on en parle pas plus que ça, que la tueuse ne soit pas recherchée plus activement.

Note : 3 / 5 

 

Erreur judiciaire

Résultat de recherche d'images pour "arretez moi la iain levison"

ARRETEZ-MOI LA de Iain LEVISON
Editions Liana Levi / 246 pages

Résumé de l’histoire

Jeff Sutton est chauffeur de taxi à Dallas. Toutes ses journées se ressemblent. Il charge et décharge des gens et de temps en temps lave son taxi. Il n’a pas d’ambition. Il travaille 5 jours par semaine et pendant ces 2 jours de congé, il fait les courses, le ménage et sa lessive dans un lavomatic de son quartier et descend des bières avec ses potes.

Mais un jour il charge une femme à l’aéroport, comme elle n’a pas d’argent, il doit entrer chez elle et attendre qu’elle le paie. En rentrant au dépôt, tard le soir, il prend gratuitement 2 étudiantes éméchées, dont l’une a la délicatesse de vomir dans son taxi et l’autre appelle un copain en mentionnant son nom, au cas où il lui arriverait quelque chose.

En rentrant au dépôt il est bon pour nettoyer son taxi à fond, ça lui apprendra de vouloir faire une bonne action.

Le lendemain, des flics débarquent chez lui, l’emmène au poste, et peu à peu il comprend que la dame de l’aéroport, pense qu’il a enlevé sa fille. Et les policiers veulent lui faire cracher le morceau à tout prix.

Direction la prison, avec un avocat commis d’office qui n’a pas envie de traiter cette affaire. Jeff est placé dans le couloir de la mort en attendant que l’on statue sur son cas … et un an plus tard il y est toujours !

Mon avis

Dans ce roman, Levison dissèque de manière impitoyable, les dérives de la société américaine et de son système judiciaire. Et ça fait peur !

On peut voir à quel point les policiers sont incompétents, ils tiennent un suspect qui colle « à peu près » à leur affaire, et ils font en sorte que les preuves viennent corroborer leur version des faits. Ils ne prennent même pas la peine de rechercher les divers témoins et de confronter les différentes versions ! Et après ça on s’étonne qu’il y aie tant d’erreurs judiciaires aux Etats-Unis !

Un bon Levison, avec un humour noir et grinçant à souhait. La fin m’a laissée perplexe, je n’ai pas réussi à comprendre si il sort vraiment de prison et essaie de se réinsérer ou si c’est juste une affabulation de son esprit. Un film a été tiré de ce livre, mais je ne l’ai pas vu.

Note : 4 / 5 

Mais qui est-il ? Portrait

Résultat de recherche d'images pour "iain levison"

Iain Levison est né en Ecosse en 1963. Il arrive aux Etats-Unis en 1971. A la fin de ses études universitaires, il exerce pendant 10 ans toutes sortes de petits boulots, allant de conducteur de camion à peintre en bâtiment, de déménageur à pêcheur en Alaska. Tous ces jobs inspireront ses romans.

Ses autres romans :
Trois hommes, deux chiens et une langouste
Ils savent tout de vous
Un petit boulot

 

Les loosers

Résultat de recherche d'images pour "trois hommes deux chiens et une langouste"

TROIS HOMME, DEUX CHIENS ET UNE LANGOUSTE de Iain LEVISON
Editions Liana Levi / 267 pages

Résumé de l’histoire (4ème de couverture)

Comment passer d’un petit boulot … à un gros magot ? L’équation semble insoluble pour les trois jeunes héros de cette histoire qui végète entre gagne-pain abrutissants et petits deals de cannabis. Promener des chiens, griller des steaks ou vendre des essuie-glace rapporte peu et ne motive pas du tout.

Le chômage, qui frappe cette ville minière des environs de Pittsburgh n’arrange rien. A force d’humiliation, la graine du crime germe dans l’esprit des trois lascars inexpérimentés. Qu’il s’agisse de voler une télé ou une Ferrari, ils montent leurs coups en amateurs. Mais nous sommes en Amérique, le pays de tous les possibles, et l’ambition finira par les rattraper. D’autant qu’on bon plan se présente.

Mon avis

Je dois avouer que ce roman me laisse un goût étrange en bouche. Je ne me suis pas trop embêtée mais pas vraiment éclatée non plus. Pour tout dire, il ne m’a pas plus marquée que ça, car je suis presque incapable de faire un résumé, il ne me reste rien de l’histoire !!

Sinon que l’on assiste à la vie de 3 loosers, pas un pour rattraper l’autre. L’essentiel de leur journée se passe à fumer des pets et à rêver à une meilleure vie. Et au lieu de chercher un vrai travail, ils s’engagent dans des coups foireux. Voler une Ferrari, comme ça, sans plan précis, en ne sachant même pas qu’il y a un système pour retrouver la voiture dans le quart d’heure !! Attaquer un fourgon de banque en n’ayant fait aucun repérage avant !! Et ils s’étonnent de se faire choper par les flics !!

A lire seulement si vous avez lu tous les emballages de vos boîtes de conserves !

Note : 2 / 5 

Autres romans :
Un petit boulot
Ils savent tout de vous

 

 

Je sais à quoi tu penses ….

ILS SAVENT TOUT DE VOUS de Iain LEVISON
Editions Liana Levi – 232 pages

Résumé de l’histoire

Denny se trouve dans le couloir de la mort et il est télépathe. Alors qu’il attend la date de son exécution, il reçoit la visite de Terry Dyer qui travaille pour le FBI et elle a une mission à lui confier. Il accepte et profite de son séjour à New-York pour s’échapper.

Snowe est un flic ordinaire du Michigan. Mais un matin il se rend compte qu’il entend les pensées des autres. Du coup, il devient le meilleur flic de sa ville, mais il est tout de même soucieux. Pourquoi a-t-il ce don ? Combien de temps ça va durer ?

Après quelques recherches sur internet, il est contacté par une agence fédérale qui lui demande de retrouver Denny qui s’est échappé de prison, mais sans trop lui donner de détail.

Snowe va retrouver Denny très rapidement et à la surprise générale, ils vont partir en cavale pour essayer de comprendre ce qui leur est arrivé. Pourquoi sont ils télépathes ? Pourquoi ont ils le même tatouage ? Et les réponses seront surprenantes.

Mon avis

Un bon bouquin, avec un thème rarement exploité. Quel serait notre comportement si l’on était télépathe ? Ferait-on le bien ou le mal ? Et que ferait le gouvernement si il avait accès à ce don ? La fin m’a surprise mais finalement elle est logique.

Note : 4 / 5 

Autre roman :
Un petit boulot 

 

Un tueur hors du commun

AVENUE DES GEANTS de Marc DUGAIN
Editions Gallimard – 362 pages

 

Résumé de l’histoire (4ème de couverture)

Al Kenner serait un adolescent ordinaire s’il ne mesurait pas près de 2,20 mètres et si son QI n’était pas supérieur à celui d’Einstein. Sa vie bascule par hasard le jour de l’assassinat de Kennedy.

Plus jamais il ne sera le même. Désormais, il entre en lutte contre ses mauvaises pensées. Observateur intransigeant d’une époque qui lui échappe, il mène seul un combat désespéré contre le mal qui l’habite.

Inspiré d’un personnage réel, Avenue des géants, récit du cheminement intérieur d’un tueur hors du commun, est aussi un hymne à la route, aux grands espaces, aux mouvements hippies, dans cette société américaine des années 60 en plein bouleversement, où le pacifisme s’illusionne dans les décombres de la guerre du Vietman.

 

Mon avis

Un véritable coup de cœur pour l’écriture, pour l’histoire et le personnage. J’ai décidé de recopier le 4ème de couverture, pour ne pas trop en dire, car de toute façon les mots me manquent pour exprimer ce que j’ai ressenti à la lecture de ce roman.

Une relation mère – fils hors norme et malsaine, et au fil des mauvais traitements Al Kenner deviendra un personnage étrange et renfermé pour toutes sortes de raisons. Et comme c’est tiré d’une histoire vraie, ça fait froid dans le dos.

Note : 5 / 5 

 

Bilan 2018 : livres et séries

Voici venu le temps des bilans et le mien est assez maigre.

Côté lecture, j’ai lu 15 romans et eu 5 abandons, notamment des recueils de nouvelles qui ne m’ont pas plus inspirés que ça.

Depuis quelques années, je me rends compte que j’ai beaucoup de peine à me concentrer plus de 30 minutes sur une lecture, donc au final pour un roman de 300 pages il me faut au moins 2 semaines de lecture ! Je lis essentiellement le soir, avant de dormir, et ces dernières années je suis si fatiguée qu’au bout de 4 ou 5 pages je m’endors comme une masse ! A ce rythme là, il me faut des semaines pour lire un bouquin. J’en arrive à penser que lire le soir n’est pas bénéfique pour moi, mais je ne vois pas trop quand lire autrement.

Mais comme on dit, l’essentiel c’est la qualité et non la quantité. Et niveau qualité j’ai été servie, avec 3 excellents romans.

J’ai enfin pu découvrir l’un des meilleurs romans de Ellory : Papillon de nuit. J’ai enfin pu lire le premier roman de Céleste Ng : Tout ce qu’on ne sait jamais dit, et j’ai été conquise par l’histoire et par l’écriture, un vrai moment de plaisir. J’ai aussi pu découvrir le fameux roman de Marc Dugain : Avenue des géants, flippant à souhait, avec une façon d’écrire qui m’a beaucoup plu.


Côté séries, j’ai du en voir environ 40, avec 20 nouvelles séries tout genres confondu et 20 séries en cours où j’ai simplement regardé la nouvelle saison.

Ce fut difficile de faire un choix, mais dans mes préférées et dans les séries inédites et récentes, voici une brève sélection (dont les billets ne sont pas encore en ligne, mais cela ne saurait tarder).

Dans les séries cultes dont tout le monde parle, j’ai enfin pu voir la servante écarlate et la vérité sur l’affaire Harry Québert et franchement je n’ai pas boudé mon plaisir.

Sinon dans mes préférées il y a :

  • Balthazar, série policière française
  • Disappearance, série policière anglaise avec Peter Coyote, très addictive
  • Cameron Black, série américaine où le FBI demande l’aide d’un magicien
  • Zoo, série américaine d’horreur où les animaux prennent les humains pour cible afin de leur faire payer les changements climatiques; des effets spéciaux spectaculaires et une série très bien documentée.

Voilà en bref de quoi mon année fut faites. Peu de lectures mais des lectures intéressantes et beaucoup de séries passionnantes avec parfois des thèmes inédits, mais surtout des effets spéciaux de grande qualité pour des séries qui passeront uniquement à la télévision.

 

 

Saga policière anglaise – tome 6

Résultat de recherche d'images pour "livres ténébreux samedi fleuve noir"

TENEBREUX SAMEDI de NICCI FRENCH
Editions Fleuve Noir – 475 pages

Résumé de l’histoire (4ème de couverture)

Lorsqu’une ancienne relation de travail lui demande d’établir le bilan psychiatrique de Hannah Docherty, Frieda Klein se retrouve dans une situation délicate.

Elle ne peut refuser de rendre service à ce collègue influent, or elle éprouve un véritable choc en rencontrant la jeune femme. Incarcérée depuis 13 ans dans une institution douteuse pour avoir assassiné sa famille, Hannah n’est plus que l’ombre d’elle-même.

En dépit des preuves écrasantes, pour Frieda, la jeune femme, traumatisée par des années de maltraitance et d’abus, se trouve plutôt du côté des victimes que des bourreaux. Frieda décide donc de rouvrir le dossier de ce crime sordide et met au jour des incohérences accablantes.

Mon avis

Encore une désillusion avec ce roman, heureusement c’est le dernier disponible dans cette série, même si je suppose qu’il y aura un dernier tome avec pour titre Dimanche … que je ne lirai pas.

Toujours le même schéma, la même façon de faire et sur la longueur ça devient très pesant. La fin est bâclée avec un personnage plus que secondaire, dont on ne parle quasiment pas et qui se trouve être l’assassin !!

Je ne vois pas l’utilité de ré-ouvrir une enquête 13 ans plus tard, de passer près de 300 pages à interroger des gens sur ce qu’il faisait il y a 13 ans ! comme si on pouvait s’en souvenir, et de ces entretiens découvrir qui est le coupable.

Je n’ai pas trouvé les personnages très intéressants, voir carrément antipathiques, surtout pour Frieda. Le personnage de base est flou et au fur et à mesure on lui rajoute des traumatismes très communs qui n’apporte rien à l’histoire.

Le seul personnage un peu attachant est Karlsson, quoi que très classique, le gars qui se fait larguer par sa femme, qui le quitte en prenant les enfants et lui tombe dans l’alcool !! c’est archi reprit dans tous les polars.

J’ai rarement lu une aussi mauvaise série, mais j’avais toujours l’espoir que cela s’améliore et ce ne fut pas le cas.

Je ne lirai plus jamais aucun livre de ces écrivains, bien sûr cette décision n’engage que moi, mais je n’aime définitivement pas la façon d’écrire, et je ne trouve pas très cohérente cette façon d’enquêter.

Note : 2 / 5 

Le récapitulatif des autres romans :

Lundi
Mardi
Mercredi
Jeudi
Vendredi