Je sais à quoi tu penses ….

ILS SAVENT TOUT DE VOUS de Iain LEVISON
Editions Liana Levi – 232 pages

Résumé de l’histoire

Denny se trouve dans le couloir de la mort et il est télépathe. Alors qu’il attend la date de son exécution, il reçoit la visite de Terry Dyer qui travaille pour le FBI et elle a une mission à lui confier. Il accepte et profite de son séjour à New-York pour s’échapper.

Snowe est un flic ordinaire du Michigan. Mais un matin il se rend compte qu’il entend les pensées des autres. Du coup, il devient le meilleur flic de sa ville, mais il est tout de même soucieux. Pourquoi a-t-il ce don ? Combien de temps ça va durer ?

Après quelques recherches sur internet, il est contacté par une agence fédérale qui lui demande de retrouver Denny qui s’est échappé de prison, mais sans trop lui donner de détail.

Snowe va retrouver Denny très rapidement et à la surprise générale, ils vont partir en cavale pour essayer de comprendre ce qui leur est arrivé. Pourquoi sont ils télépathes ? Pourquoi ont ils le même tatouage ? Et les réponses seront surprenantes.

Mon avis

Un bon bouquin, avec un thème rarement exploité. Quel serait notre comportement si l’on était télépathe ? Ferait-on le bien ou le mal ? Et que ferait le gouvernement si il avait accès à ce don ? La fin m’a surprise mais finalement elle est logique.

Note : 4 / 5 

Autre roman :
Un petit boulot 

 

Publicités

Un tueur hors du commun

AVENUE DES GEANTS de Marc DUGAIN
Editions Gallimard – 362 pages

 

Résumé de l’histoire (4ème de couverture)

Al Kenner serait un adolescent ordinaire s’il ne mesurait pas près de 2,20 mètres et si son QI n’était pas supérieur à celui d’Einstein. Sa vie bascule par hasard le jour de l’assassinat de Kennedy.

Plus jamais il ne sera le même. Désormais, il entre en lutte contre ses mauvaises pensées. Observateur intransigeant d’une époque qui lui échappe, il mène seul un combat désespéré contre le mal qui l’habite.

Inspiré d’un personnage réel, Avenue des géants, récit du cheminement intérieur d’un tueur hors du commun, est aussi un hymne à la route, aux grands espaces, aux mouvements hippies, dans cette société américaine des années 60 en plein bouleversement, où le pacifisme s’illusionne dans les décombres de la guerre du Vietman.

 

Mon avis

Un véritable coup de cœur pour l’écriture, pour l’histoire et le personnage. J’ai décidé de recopier le 4ème de couverture, pour ne pas trop en dire, car de toute façon les mots me manquent pour exprimer ce que j’ai ressenti à la lecture de ce roman.

Une relation mère – fils hors norme et malsaine, et au fil des mauvais traitements Al Kenner deviendra un personnage étrange et renfermé pour toutes sortes de raisons. Et comme c’est tiré d’une histoire vraie, ça fait froid dans le dos.

Note : 5 / 5 

 

Bilan 2018 : livres et séries

Voici venu le temps des bilans et le mien est assez maigre.

Côté lecture, j’ai lu 15 romans et eu 5 abandons, notamment des recueils de nouvelles qui ne m’ont pas plus inspirés que ça.

Depuis quelques années, je me rends compte que j’ai beaucoup de peine à me concentrer plus de 30 minutes sur une lecture, donc au final pour un roman de 300 pages il me faut au moins 2 semaines de lecture ! Je lis essentiellement le soir, avant de dormir, et ces dernières années je suis si fatiguée qu’au bout de 4 ou 5 pages je m’endors comme une masse ! A ce rythme là, il me faut des semaines pour lire un bouquin. J’en arrive à penser que lire le soir n’est pas bénéfique pour moi, mais je ne vois pas trop quand lire autrement.

Mais comme on dit, l’essentiel c’est la qualité et non la quantité. Et niveau qualité j’ai été servie, avec 3 excellents romans.

J’ai enfin pu découvrir l’un des meilleurs romans de Ellory : Papillon de nuit. J’ai enfin pu lire le premier roman de Céleste Ng : Tout ce qu’on ne sait jamais dit, et j’ai été conquise par l’histoire et par l’écriture, un vrai moment de plaisir. J’ai aussi pu découvrir le fameux roman de Marc Dugain : Avenue des géants, flippant à souhait, avec une façon d’écrire qui m’a beaucoup plu.


Côté séries, j’ai du en voir environ 40, avec 20 nouvelles séries tout genres confondu et 20 séries en cours où j’ai simplement regardé la nouvelle saison.

Ce fut difficile de faire un choix, mais dans mes préférées et dans les séries inédites et récentes, voici une brève sélection (dont les billets ne sont pas encore en ligne, mais cela ne saurait tarder).

Dans les séries cultes dont tout le monde parle, j’ai enfin pu voir la servante écarlate et la vérité sur l’affaire Harry Québert et franchement je n’ai pas boudé mon plaisir.

Sinon dans mes préférées il y a :

  • Balthazar, série policière française
  • Disappearance, série policière anglaise avec Peter Coyote, très addictive
  • Cameron Black, série américaine où le FBI demande l’aide d’un magicien
  • Zoo, série américaine d’horreur où les animaux prennent les humains pour cible afin de leur faire payer les changements climatiques; des effets spéciaux spectaculaires et une série très bien documentée.

Voilà en bref de quoi mon année fut faites. Peu de lectures mais des lectures intéressantes et beaucoup de séries passionnantes avec parfois des thèmes inédits, mais surtout des effets spéciaux de grande qualité pour des séries qui passeront uniquement à la télévision.

 

 

Saga policière anglaise – tome 6

Résultat de recherche d'images pour "livres ténébreux samedi fleuve noir"

TENEBREUX SAMEDI de NICCI FRENCH
Editions Fleuve Noir – 475 pages

Résumé de l’histoire (4ème de couverture)

Lorsqu’une ancienne relation de travail lui demande d’établir le bilan psychiatrique de Hannah Docherty, Frieda Klein se retrouve dans une situation délicate.

Elle ne peut refuser de rendre service à ce collègue influent, or elle éprouve un véritable choc en rencontrant la jeune femme. Incarcérée depuis 13 ans dans une institution douteuse pour avoir assassiné sa famille, Hannah n’est plus que l’ombre d’elle-même.

En dépit des preuves écrasantes, pour Frieda, la jeune femme, traumatisée par des années de maltraitance et d’abus, se trouve plutôt du côté des victimes que des bourreaux. Frieda décide donc de rouvrir le dossier de ce crime sordide et met au jour des incohérences accablantes.

Mon avis

Encore une désillusion avec ce roman, heureusement c’est le dernier disponible dans cette série, même si je suppose qu’il y aura un dernier tome avec pour titre Dimanche … que je ne lirai pas.

Toujours le même schéma, la même façon de faire et sur la longueur ça devient très pesant. La fin est bâclée avec un personnage plus que secondaire, dont on ne parle quasiment pas et qui se trouve être l’assassin !!

Je ne vois pas l’utilité de ré-ouvrir une enquête 13 ans plus tard, de passer près de 300 pages à interroger des gens sur ce qu’il faisait il y a 13 ans ! comme si on pouvait s’en souvenir, et de ces entretiens découvrir qui est le coupable.

Je n’ai pas trouvé les personnages très intéressants, voir carrément antipathiques, surtout pour Frieda. Le personnage de base est flou et au fur et à mesure on lui rajoute des traumatismes très communs qui n’apporte rien à l’histoire.

Le seul personnage un peu attachant est Karlsson, quoi que très classique, le gars qui se fait larguer par sa femme, qui le quitte en prenant les enfants et lui tombe dans l’alcool !! c’est archi reprit dans tous les polars.

J’ai rarement lu une aussi mauvaise série, mais j’avais toujours l’espoir que cela s’améliore et ce ne fut pas le cas.

Je ne lirai plus jamais aucun livre de ces écrivains, bien sûr cette décision n’engage que moi, mais je n’aime définitivement pas la façon d’écrire, et je ne trouve pas très cohérente cette façon d’enquêter.

Note : 2 / 5 

Le récapitulatif des autres romans :

Lundi
Mardi
Mercredi
Jeudi
Vendredi

Saga policière anglaise – tome 5

Résultat de recherche d'images pour "cruel vendredi fleuve noir"

CRUEL VENDREDI de NICCI FRENCH
Editions Fleuve Noir – 413 pages

Résumé de l’histoire (4ème de couverture)

Un vendredi qui s’annonçait des plus ordinaires, un cadavre est repêché dans la Tamise. Seul indice sur l’identité du mort : autour de son poignet, un bracelet au nom du Dr Frieda Klein. Cette dernière est pourtant bien en vie.

Appelée aussitôt sur les lieux du drame, Frieda n’as pas de doute, l’homme assassiné est bien son ex-petit ami, Sandy. Sa vie privée, sa séparation douloureuse avec Sandy, l’ultime altercation en pleine rue, tout est passé au crible par la police.

Lorsqu’un portefeuille appartenant au défunt fait irruption dans son appartement, l’implication de Frieda semble définitivement scellée.

Devenue malgré elle le suspect numéro un, Frieda ne voit qu’une seule issue, prendre la fuite et mener sa propre enquête sur le sort de son ancien amant.

Mon avis

Une fois de plus, je me suis drôlement ennuyée dans ce roman. Il y a tellement d’incohérence que ça fait peur !

La première et pas la moindre, si j’assassine mon ex, je ne vais pas écrire mon nom sur son poignet ! Ensuite, le fait de s’enfuir nous rend forcément suspect.

Et ce qui m’agace plus que tout, c’est que Frieda va mener sa propre enquête de façon pas subtile du tout !! Toujours la même façon de poser des questions à des inconnus, qui sont assez stupides pour lui répondre sans se poser plus de questions.

Quand cette histoire démarre, Frieda et Sandy sont séparé depuis 1 ans et demi, Sandy l’a mauvaise et a inondé Frieda de sms, mails et coups de fil, sans relâche. Frieda s’est contentée de l’ignorer. Dans son enquête elle interroge la sœur et le beau-frère de Sandy, ainsi que ses collègues de travail, mais sans leur dire qu’elle était son ex. On assiste donc à un grand déballage sexuel, vu que Sandy s’est tapé une grande partie de ses collègues, la nounou de sa sœur, quelques copines de Frieda etc.

Au final on en revient à un simple meurtre passionnel, d’un personnage plus que secondaire, dont on a dû lire 10 lignes et tout et pour tout.

Bien sûr Karlsson et son équipe sont écartés de l’enquête pour conflit d’intérêt, pourtant ils s’en mêleront et Karlsson sera mis à pied pour ça. L’enquête est menée par l’inspectrice Hussein qui prend toutes les évidences au pied de la lettre.

En fin de roman un nouveau personnage est introduit dans l’histoire, on sait juste qu’il se nomme Levin, qu’il a le bras long dans le gouvernement, et que si Frieda travaille pour lui il pourrait faire en sorte que Karlsson soit rétablit dans ses fonctions.

Note : 2 / 5 

 

Saga policière anglaise – tome 4

Résultat de recherche d'images pour "terrible jeudi fleuve noir"

TERRIBLE JEUDI de NICCI FRENCH
Editions Fleuve Noir – 425 pages

Résumé de l’histoire (4ème de couverture)

Il y a 23 ans, Frieda quittait Braxton sans un regard en arrière. Devenue psychothérapeute elle pensait avoir tiré un trait définitif sur le traumatisme de sa jeunesse. Les révélations de Becky, sa nouvelle patiente, vont pourtant rouvrir en grand les portes de son passé.

Des similitudes apparaissent immédiatement, Becky est une ado de Braxton fragile et incomprise, toutes deux ont perdu leur innocence trop tôt, trop vite dans des circonstances semblables. Et si elles étaient victimes du même agresseur ? Et si d’autres jeunes filles avaient subi le même sort ?

Frieda est prête à affronter la vérité que personne ne veut entendre. De retour sur les lieux du crime, elle va enfin faire la lumière sur cette terrible nuit du 11 février 1989.

Mon avis

A ce stade de la lecture, le plus mauvais et le plus incohérent de la série !

Frieda décide de retourner à Braxton, la ville de son enfance et de son passé, lieu qu’elle a déserté il y a 23 ans, abandonnant famille, amis, école sans aucune explication, suite à un viol qu’elle a subi, mais personne n’a voulu la croire, ni sa mère ni la police.

Becky, une ado de Braxton vient la voir en consultation pour lui avouer qu’elle a été violée dans sa chambre et que sa mère ne veut pas la croire. Frieda revit, à travers Becky, le traumatisme qu’elle a eu il y a 23 ans. Elle décide de retourner à Braxton pour trouver qui est le violeur.

Elle entraîne avec elle Sandy son petit ami et l’inspecteur Karlsson en lui demandant de faire jouer ses contacts avec la police locale et surtout de pouvoir avoir accès à son dossier de l’époque. Elle va harceler de questions ses anciens camarades de classe, exigeant de savoir où ils se trouvaient le soir de son viol !!! Comme si on pouvait se souvenir de ce que l’on faisait 23 ans plus tôt !!

Ce que j’ai trouvé assez incohérent, c’est que Frieda cache ce viol à tous le monde entre autre à son petit ami Sandy avec qui elle est depuis 3 ans, et un matin, de but en blanc elle lui avoue avoir été violée … ainsi qu’à son ancien psy, à qui elle n’a pas parlé de cet événement majeur dans sa vie d’ado, ni pendant les 10 ans de sa thérapie, ni après alors qu’ils sont devenus les meilleures amis du monde et qu’ils travaillent ensemble !!

Et comme par hasard, le violeur est retrouvé et alors qu’il est sur le point de se faire arrêter par la police, il est sauvagement assassiné par « l’ange gardien » de Frieda.

En ce qui concerne sa relation avec Sandi, il est revenu vivre à Londres pour être auprès d’elle, il cherche un appartement où ils pourraient éventuellement vivre en couple, et en plein milieu de l’enquête, elle le largue en lui disant simplement qu’il n’est pas l’homme qu’elle recherche !!

Quand au pauvre Karlsson, sa carrière est mise à mal, il se fait taper sur les doigts pour avoir enquêter dans une ville qui n’est pas dans sa juridiction et pour avoir enfreint tout un tas de lois.

Note : 2 / 5 

 

Saga policière anglaise – tome 3

Résultat de recherche d'images pour "maudit mercredi  fleuve noir"

MAUDIT MERCREDI de NICCI FRENCH
Editions Fleuve Noir – thriller – 555 pages

Résumé de l’histoire (4ème de couverture)

Ce mercredi là, Ruth Lennox, épouse et mère aimée, est sauvagement assassinée. Aide-soignante charitable et voisine exemplaire, voilà une femme sans histoires, pensait l’inspecteur Karlsson. Jusqu’à ce que les langues se délient.

Face aux mensonges d’une famille meurtrie, Karlsson a besoin de la psychothérapeute Frieda Klein, qui n’a pas son pareil pour percer les noirs secrets de l’âme. Mais sera-t-elle en mesure de l’aider ?

Traumatisée par une récente agression, elle est mêlée de manière personnelle à l’affaire. Et ses méthodes de travail suscitent plus que jamais la critique, quand d’étranges intuitions la mènent sur la piste de jeunes filles disparues auxquelles personne ne s’intéresse. A corps perdu, Frieda se lance à la poursuite d’un tueur en série ignoré de tous. A moins qu’il ne soit que la projection de ses propres angoisses ?

Mon avis

Encore un roman pas terrible ! Autant la première enquête, celle qui concerne l’assassinat de Ruth Lennox, quoi que très classique est agréable à lire, autant la deuxième enquête sur des filles disparues, n’a ni queue ni tête !

Al Bradshaw, le psy choisit par la police et le préfet, décide de tendre un piège à Frieda Klein, en lui envoyant un jeune homme qui prétend vouloir faire du mal à des inconnus de façon très violente. Le but de la manœuvre c’est qu’elle aie à la police dénoncer ce jeune, susceptible de commettre des meurtres. Bien entendu Frieda ne le fait pas et elle est mise en examen par un groupe de psy qui va décider si Frieda a le droit de continuer à exercer.

Loin de l’arrêter, elle va voir le jeune homme qui l’a piégé et lui demande des explications sur un point de détail de son histoire. Il lui répond que ce détail est une confidence d’une de ses ex petite amie. Elle va donc lui demander l’adresse de cette fille afin de l’interroger et ainsi de suite elle remonte la piste de filles disparues depuis plus de dix ans !! Franchement ça n’a aucun sens, qui irait répondre à des questions posées par une psy qu’ils ne connaissent même pas sur des détails de leur vie privée !

Du côté de sa vie privée, Frieda renoue avec son ex Sandy qui revient vivre à Londres afin d’être prêt d’elle. De plus, elle est accusée d’avoir mis le feu à la maison de Al Bradshaw, pour se venger de leurs différents.

Note : 2 / 5 

 

Saga policière anglaise – tome 2

Résultat de recherche d'images pour "sombre mardi nicci french"

SOMBRE MARDI de NICCI FRENCH
Editions Fleuve Noir – Thriller – 522 pages

Résumé de l’histoire (4ème de couverture)

Ün homme nu, assis dans un fauteuil, une pâtisserie à la main, et pourtant bien mort. Voilà la découverte que fait l’assistante sociale chez une de ses patientes, Michelle Doyce. Celle-ci, pourtant, ne peut dire aux policiers d’où vient cet homme, ni qui il est.

Face à ce mystère, l’inspecteur Karlsson fait appel à la psychothérapeute Frieda Klein et à son incomparable capacité à sonder l’âme humaine. Car pour découvrir le meurtrier, il faut d’abord connaître la victime.

Mon avis

L’enquête : L’histoire se passe un an après le premier roman, et en ce qui concerne l’enquête elle n’est pas très intéressante. On découvre un homme mort et nu chez une femme très âgée, Michelle Doyce et on l’accuse du meurtre d’un homme qui pèse deux fois son poids !

On passe ensuite une partie du roman à découvrir l’identité de cet homme et on découvrira qu’il était un charmeur et un escroc, qu’il couchait avec des femmes seules ou mariées avant de les délester de leur argent.

D’un autre côté, Frieda Klein aidée d’un confrère, fait une expertise complète de l’état mental de Michelle Doyce, ce qui n’apporte pas grand-chose à l’histoire. Pourtant j’adore les romans psychologiques ! Mais là les explications sont longues et peu claires.

Dans un troisième temps, dans les 100 dernières pages, intervient une femme, enfermée dans une péniche, qui aurait été enlevé par l’homme mort, il y a de ça des années et qui elle aussi a de gros problèmes psy. Elle arrive à sortir du bateau, tombe comme par hasard sur Frieda et l’agresse on ne sait pas trop pourquoi ! Et Frieda, en légitime défense lui tranche la gorge !!

J’ai trouvé le scénario farfelu, voir incohérent, et plus je tournai les pages moins je voyais ou les auteurs voulaient en venir. J’ai rarement lu un roman aussi mauvais et aussi long, mais j’ai persévéré car je voulais savoir ce qui arrive aux personnages.

De plus, au début du roman, on fait référence à la première enquête, et des indices laisse suggérer que cette enquête n’est pas finie.

Les personnages :

Frieda Klein continue son travail de thérapeuthe, mais elle est sollicitée par Karlsson pour l’aider, alors que la police a déjà un consultant, en la personne de Al Bradshaw qui déteste cordialement Frieda.

Dans sa vie privée elle est toujours seule et Sandy son ancien copain lui envoie régulièrement des mails depuis New-York, car il aimerait qu’elle vienne aux USA pour vivre avec lui. En apprenant son agression il revient à Londres afin d’être prêt de Frieda.

De son côté, Karlsson doit accuser le coup, sa femme veut divorcer, elle a rencontré un nouveau compagnon que ses enfants adorent, et elle va partir vivre en Espagne avec eux.

Note : 2 / 5 

Saga policière anglaise – tome 1

Résultat de recherche d'images pour "nicci french lundi mélancolie"

NICCI FRENCH – LUNDI MELANCOLIE
Editions Fleuve Noir – thriller – 427 pages

Résumé de l’histoire (4ème de couverture)

En ce lundi brumeux à Londres, la photo de Matthew, 5 ans, fait la une de toutes les télévisions : l’enfant a disparu à la sortie de l’école quelques jours auparavant sans laisser de traces.

Dans son cabinet, la psychanalyste Frieda Klein est témoin d’autres drames, ceux qui se jouent dans l’esprit de ses patients. Comme Alan, cet homme très perturbé qui lui confie son rêve : il ne cesse de songer à un enfant roux comme lui, qui serait son fils. Curieusement cette description correspond trait pour trait au petit Matthew. Frieda aurait-elle reçu sur son divan les confidences d’un kidnappeur d’enfant ?

Elle avertit le commissaire Karlsson en charge de l’affaire, mais il refuse de la prendre au sérieux. Persuadée qu’elle doit découvrir la vérité et retrouver Matthew, Frieda va essayer de percer les pensées les plus intimes d’un psychopathe.

Mon avis

Ce roman est le premier d’une série de sept, comme les jours de la semaine, et presque tous les personnages sont récurrent tout au long de la saga.

Je dois avouer que la mise en place des personnages est très longue, près de la moitié du livre et surtout concentré sur Frieda Klein la thérapeute et que le commissaire Karlsson intervient seulement dans les 100 dernières pages, ce qui m’a semblé assez aberrant.

L’intrigue policière est pas mal, quoi que parfois certains indices semblent sortis de nulle part, mais la fin est assez percutante et bien trouvée, car même moi je n’ai pas eu l’esprit assez tordu pour penser à ça.

L’enquête policière en quelques mots : On suit le quotidien de Frieda Klein, une psychanalyste, et de son patient Alan Dekker qui rêve d’un enfant roux, identique à celui qui vient de se faire kidnapper.

Au fil des séances on comprend que Alan a un frère jumeau « maléfique » et qu’ils partagent parfois leurs rêves. Frieda en analysant ces rêves parvient à savoir où se trouve ce jumeau et espère que la police va l’appréhender, mais au final il mettra fin à ses jours, ce qui arrange tout le monde.

Les personnages :

Frieda Klein : une femme entre 30 et 40 ans, peu décrite physiquement, on sait juste qu’elle a les yeux et cheveux noirs. Elle est insomniaque et passe son temps à marcher la nuit à travers Londres. Elle est torturée par un secret dont on ne sait rien.

Elle est depuis peu en couple avec Sandy, elle peine à lui faire confiance, on ne sait rien de lui sauf qu’il a de l’argent et est son propre patron. A la fin du roman, ils se sépareront car Sandy part travailler aux USA.

Commissaire Karlsson : on sait très peu de chose sur lui, mais on devine qu’il a des problèmes de couple et ne voit pas souvent ses enfants.

Josef : c’est un ouvrier ukrainien qui travaille dans le bâtiment. Il a une femme et des enfants au pays à qui il envoie de l’argent. Il est coureur de jupons. En quelques jours il devient le meilleur ami de Frieda, après avoir fait un trou dans le plafond de son cabinet et être tombé à quelques centimètres de son bureau !

Reuben : un psy qui supervise Frieda quand elle a un problème avec ses patients, et qui au départ était sa patiente. Il dirige l’Entrepôt, un institut qui regroupe plusieurs thérapeutes. Il est lui-même en pleine dépression et boit plus que de raison, colérique et bagarreur.

Jack Dargan : un psy en formation qui travaille avec Frieda qui le supervise. Il doute et n’est pas sûr de vouloir faire ce travail. Est excentrique au niveau de l’habillement.

Chloë : sa nièce adolescente, à qui elle donne des cours. Ado rebelle et en colère qui se dispute toujours avec sa mère.

Note : 3 / 5

Déception à Milan

Meurtres à la pause-déjeuner par Veloce

MEURTRES A LA PAUSE DEJEUNER de Viola VELOCE
Editions Liana Levi – 248 pages

 

Résumé de l’histoire

Cette histoire se passe en Italie, à Milan, et raconte la vie pathétique de Francesca, comptable dans une entreprise. Ce jour là, juste après sa pause déjeuner, dans les toilettes, elle découvre sa collègue morte une corde autour du cou.

La police fait son enquête et révèle qu’il s’agit d’un meurtre. Reste à savoir si le coupable est un employé de l’entreprise où si il s’agit d’une personne venue de l’extérieur. Les employés n’en mènent pas large … et d’autres meurtres surviennent, tous des collègues de Francesca.

 

Mon avis

Autant le dire tout de suite, j’ai détesté ce roman et j’ai bien cru ne jamais en venir à bout ! Les personnages, et en particulier Francesca, ne sont pas sympathiques pour deux sous, et le roman est bourré de clichés, et le style est vraiment passable.

Francesca a 32 ans, elle vit dans un petit studio à 500 mètres de chez ses parents, suite à la rupture avec son fiancé deux ans plus tôt, et elle n’a toujours pas digéré la situation.

Elle se lève, va au travail, va souper chez ses parents tous les jours et passe son temps à pleurnicher sur le salaud qui l’a largué. Une fois chez elle, elle se bourre de cochonneries devant la télé. J’ai rarement vu vie plus pathétique ! On peut être célibataire et pas dépressive pour autant !

Je ne parlerai même pas des parents, toujours sur le dos de leur fille, complètement hystérique si elle ne téléphone pas tous les matins à 9h, pour dire qu’elle est bien arrivée au travail !!

Pour terminer, la 4ème de couverture parle d’un roman « drôle, enlevé et mordant, devenu un best-seller sur internet » !!! Je n’ai vraiment pas ressenti ça et pas une seule fois je n’ai ri.

A lire à vos risques et périls.

 

Note : 2 / 5