Uni pour la vie

OU LE REGARD NE PORTE PAS  de Olivier Pont – Georges Abolin
Editions Dargaud   –   2 volumes

 

Premier volume : 1906 : William a dix ans lorsque sa famille quitte Londres pour Barellito, un petit village italien qui vit tranquillement de la pêche. Des tensions apparaissent pourtant, aiguisées par l’arrivée de ces étrangers.

Pour William, le changement est radical et sa vie complètement chamboulée. De nouveaux paysages, la lumière du Sud, une liberté toute neuve et, surtout, de nouveaux amis : Paolo, Nino et la charmante Lisa, qu’une date et un étrange objet semblent unir inexorablement.

 

 

Deuxième volume : 20 ans ont passé depuis que Lisa a fui Barellito.

20 ans et voici qu’ils se retrouvent, William, Nino et Paolo, pour voler au secours de celle qu’ils n’ont jamais oubliée. D’Istanbul au Costa Rica, ils vont renforcer leur amitié et trouver la réponse au secret qui les unit depuis l’enfance.

 

Mon avis

Une bd intéressante qui aborde le sujet de la réincarnation, année après année, siècle après siècle, quand on retrouve toujours les mêmes amis et que l’on est amoureuse du même homme, indéfiniment.

Un dessin agréable et une histoire sympa, sans plus.

Note :   3  / 5 

 

Publicités

Une vie meilleure

CADAVRE EXQUIS  de  Pénélope BAGIEU
Editions  Gallimard – Bayou   /  124   pages

 

Résumé de l’histoire

La rencontre improbable entre Zoé hôtesse d’accueil dans les salons et un peu cruche, Thomas Rocher l’écrivain célèbre et Agathe, éditrice et ex-femme de Thomas.

Zoé est très basique, elle ne s’intéresse à rien (et encore moins aux livres), fait l’hôtesse dans différents salons, et vit avec un gars, rustre et qui n’a pas travaillé depuis 2 ans.

Thomas Rocher est un écrivain célèbre, qui après quelques romans, a connu le syndrome de la page blanche, et qui n’en pouvant plus d’être harcelé par les médias, fais croire à sa mort (ce qui relance la vente de ses bouquins) mais il vit en reclus dans son appartement, toutes les fenêtres fermées en permanence et se faisant tout livrer.

Agathe était son éditrice, puis est devenue sa femme, ensuite ils se sont séparés mais elle continue d’être son agent, au cas où il sortirait un nouveau livre. Mais elle pense que ça n’arrivera plus.

Et un jour, Zoé fait la connaissance de Thomas, elle devient sa nouvelle muse, il en tombe amoureux, elle vient vivre avec lui et elle l’inspire tellement qu’il écrit un roman fabuleux. Mais Zoé voudrait pouvoir voyager, vivre son amour au grand jour, mais Thomas n’est pas très chaud.

Au fil du temps, Agathe et Zoé deviennent amies et elles vont monter un plan machiavélique pour vivre une meilleure vie.

 

Mon avis

J’ai ad-or-é ! Je n’avais jamais lu de bd avec un scénario aussi élaboré. Je me suis laissée entraînée dans la vie de Zoé et Thomas avec délice.

Le dessin est agréable, le chat est rigolo et l’intrigue finale m’a laissée sur le cul. La première fois pour moi, qu’une bd de ce genre ressemble à un policier, presque un page-turner. Un vrai bonheur, je ne peux que conseillez cette bd très sympa.

Note :   4  / 5  

Son autre bd : la page blanche

 

Mais qui est-elle ? Portrait

Pénélope Bagieu

Pénélope Bagieu naît en 1982 à Paris, de parents corses et basques. Après le bac, elle étudie le cinéma d’animation, puis fait un passage à la Centrale St-Martins de Londres.

De retour à Paris, elle crée en 2007 « ma vie est tout à fait fascinante », un blog dessiné où elle expose sa vie quotidienne avec un humour et une grâce qui font mouche. La publication du livre prolonge bientôt en librairie le succès du blog.

Elle multiplie les couvertures de romans et autres illustrations pour l’édition, œuvre pour de grandes campagnes publicitaires, dessine les aventures de Joséphine et signe même une ligne de lingerie.

 

 

Les filles et la mode

LA THEORIE DE LA CONTORSION  de  Margaux MOTIN
Editions Marabulles   /   168 pages

 

Résumé de l’histoire (4ème de couverture)

Margaux Motin revient nous raconter ses aventures quotidiennes et ‘modesques’ à découvrir sans tarder!

 

Mon avis

Toujours des gags courts, c’est hilarant et j’adore son sens de la répartie. Seul bémol, beaucoup de sujets ont déjà été traités dans le premier volume et dans son blog.

A découvrir pour se changer les idées.

Son premier volume

Note :   3 / 5   

Histoires d’amour

UN PETIT GOUT DE NOISETTE  de  VANYDA
Editions Dargaud   /   206 pages

 

Résumé de l’histoire (4ème de couverture)

Un petit goût de noisette à savourer. Dans ce recueil d’histoires courtes, Vanyda explore l’amour, évoque le moment parfait qui nous échappe parfois, les occasions manquées aussi…

Usant des dialogues avec justesse et parcimonie, offrant à chaque tranche de vie sa couleur propre, Vanyda fait se croiser ses personnages. En quelques pages, en quelques jours, Benoît, Corentin, Manon, Aymeric et les autres se rencontrent, s’enthousiasment, pleurent.

Un véritable condensé d’émotions pour ce nouveau one-shot !

Mon avis

J’ai eu grand plaisir à retrouver les couleurs et le coup de crayon de Vanyda.

Cette fois ci, il est question d’amour. D’abord le trouver, ensuite le faire évoluer (coup d’un soir ou histoire qui va durer ?). On pleure, on rit, on se déchire et on se retrouve.

Chaque personnage, le temps d’un chapitre, raconte son histoire, ensuite on passe au suivant, mais au bout d’un moment les différents protagonistes se rencontrent, ce qui peut changer certaines histoires d’amour.

Au final, j’ai passé un excellent moment, certaines histoires sont très tendres, d’autres ont une chute plus brutale.

 

Note :   4  / 5  Une bd sur l’adolescence ici

De la ville à la campagne !

LE RETOUR A LA TERRE  de  Manu LARCENET et Jean-Yves FERRI
4 volumes  /  Editions Poisson pilote

TOME 1 : La vraie vie

On découvre Manu, dessinateur de bd et sa femme Mariette, qui décident de quitter la ville pour aller vivre en campagne, aux Ravenelles. Ils sont très content, surtout Mariette, mais aussi très angoissé par ce monde si différent du leur.

Manu décide d’ouvrir seulement les cartons importants, à ces yeux ! donc l’ordi, sa planche à dessin et la télé. Et puis, il y a le chat, Speed, qui doit aller dans la nature pour chasser … mais il préfère les croquettes !

Il essaie de s’intégrer au village, en participant à diverses activités : la coupe du bois, les réunions avec le maire, les chasseurs, mais c’est compliqué. Alors pour ne pas perdre la face, il raconte à ses copains que la campagne c’est super … mais en fait, il regrette.

Mais Mariette n’est pas contente de vivre dans les cartons, donc soit Manu l’aide à ranger, soit il retourne voir son psy ! Il faut qu’il en trouve un sur place … au final l’ermite va faire l’affaire.

 

TOME 2 : Les projets

Manu a presque fini son dernier album : pic d’ozone et il décide d’avoir un projet commun avec Mariette afin qu’ils se rapprochent.

Mais comme chacun parle dans son coin, le projet de Mariette c’est d’avoir un bébé et le projet de Manu c’est de créer un potager !

Donc Manu se documente pour savoir ce qu’il peut faire pousser et il noue contacte avec ses voisins paysans. Mais il a des soucis avec : les insectes, les oiseaux, les lézards et les limaces !

Ce qui donne quelques très bons gags. Et à la fin de ce volume ils décident de s’établir définitivement à la campagne.

 

TOME 3 : Le vaste monde

Dans ce tome, on passe au projet de Mariette, à savoir faire un bébé.

Donc toute une série de gags sur le sexe du bébé, le prénom, l’accouchement, les signes et les dictons de paysan. Les parents de Mariette, viennent pour lui donner un coup de main, pendant que Manu est parti dans un festival faire dédicacer sa bd.

Il continue sa « thérapie » avec l’ermite, qui décide de le rassurer sur le fait d’être père et il tente de comprendre ses rêves étranges.

Au final ils ont une fille, Capucine, et tout le monde est content.

 

TOME 4 : Le déluge

Ce tome est centré sur Capucine et le fait de devoir vivre avec un bébé qui ne fait pas ses nuits, le partage des tâches entre Manu et Mariette.

Et puis il leur faut un nouveau projet. Manu va donc créer un blog et Mariette souhaite reprendre des études, pour autant que Manu s’occupe de Capucine … et puis Manu fait une petite dépression post-natale !

Et puis une ex de Manu refait surface pendant l’absence de Mariette, ce qui fait beaucoup jaser le voisinage.

 

Mon avis

Une bd très classique. Un gag en 6 cases en règle générale. Des sujets passe-partout mais bien traité. On rigole et c’est l’essentiel.

 

Note :   3  / 5 

 

Changer de vie

LA PAGE BLANCHE  de  Pénélope BAGIEU et BOULET
Editions Delcourt Mirages    /  200   pages

 

Résumé de l’histoire

Eloïse Pinson se réveille sur un banc à Paris. Elle ne se souvient plus de rien, ni son nom, ni son adresse, c’est comme si sa vie avait été effacée. En fouillant dans son sac à main, elle retrouve ses clés et son adresse et décide de s’y rendre pour se reposer et voir si un endroit familier va lui faire un déclic.

Elle se rend compte qu’elle vit dans un studio coquet, bien rangé, seule avec un chat. Le lendemain rien ne lui est revenu. Alors elle commence une fouille méthodique. Les contacts de son téléphone, ses factures, son frigo, son armoire à fringue.

Elle fouille aussi sa bibliothèque (très bien achalandée entre les livres et les dvd). Son téléphone sonne et son chef au travail (lequel ? où ?) lui demande si elle compte venir bosser ! Elle invente un malaise et promet d’être là le lendemain. Elle se rend compte qu’elle travaille dans une grande surface, regroupant : livres, dvd, jeux vidéo, etc. Elle ne reconnaît aucun de ses collègues et ne se souvient même pas de ce qu’elle fait comme job !

Elle va passer au crible toute sa vie, sa famille, son travail et finalement comme aucun souvenir ne remonte à la surface, elle décide de démarrer une nouvelle vie, avec de nouveaux centres d’intérêt, de nouveaux amis.

 

Mon avis

Là encore, j’ai passé un très bon moment. J’ai adoré l’imagination fertile et débordante d’Eloïse, avec des scénarios tordus et improbables devant chaque situation stressante.

Par exemple, avant d’entrer chez elle pour la première fois, elle imagine : avoir un mari et des gosses, avoir laissé un cadavre, que des agents secrets sont en planque pour l’enlever, que son mari la trompe avec une autre, qu’elle vit dans un taudis.

Une bd toute en tendresse et humour, une imagination débordante, avec un dessin agréable et en couleur.

 

Mais qui est-il ? Portrait

Pour cette bd, Pénélope Bagieu a collaboré avec Boulet, dont je vais retracer le portrait.

Il est né en 1975 et il fait ses premières armes dans le journal Tchô de Glénat où il lance ses 4 séries principales : Raghnarok, la rubrique scientifique, Womoks et Le Miya. Il anime aussi un blog qui devient vite l’une des références de la bd en ligne.

En 2005, il est contacté par Hoann Sfar et devient le dessinateur de la série Donjon Zénith.

 

Note :   4  / 5  bd  

 

La vie d’une trentenaire

J’AURAI ADORE ETRE ETHNOLOGUE  de  Margaux MOTIN
Editions Marabulles   /   168 pages

 

Résumé de l’histoire (4ème de couverture)

Ce livre décrit de façon humoristique les aventures parentales, professionnelles et ‘modesques’ de Margaux Motin. 

Cette trentenaire doit menée de front sa vie de femme mariée à un fan de jeux vidéo qui ne comprend décidément rien à la mode, son rôle de jeune maman d’une petite fille adorable mais envahissante, et sa carrière d’illustratrice freelance décontractée mais désespérément solitaire. La chronique tendre et drôle d’une femme moderne.

 

Mon avis

J’ai passé un excellent moment à découvrir Margaux. Un joli coup de crayon, une galerie impressionnante de chaussures, un mec adorable qui parfois peine à comprendre sa chérie, mais s’accroche.

Des gags courts et percutants où elle raconte sa vie de maman, d’amoureuse, elle parle aussi de sa carrière d’illustratrice freelance, des ses copines (celles qui ont des gosses comme elle, et les autres, celles qui s’amusent et prennent des apéros !).

 

Mais qui est-elle ? Portrait

Margaux Motin est illustratrice free lance et travaille pour la presse, l’édition et la publicité.

Après avoir fait ses débuts chez Muteen dans la rubrique J’ai testé, elle signe ensuite ses illustrations pour la presse, l’édition ou encore la pub.

J’aurai adoré être ethnologue est sa première BD, recueil de dessins de son blog et d’inédits. 

 

Note :   4  / 5 

Le mystère de la naissance

 

 

LA FIN DU MONDE  de  TIRABOSCO et WAZEM
Editions  Futoropolis   /   116  pages

 

Résumé de l’histoire

L’histoire d’une jeune fille mal dans sa peau, qui a perdu sa mère au moment de sa naissance, dans des circonstances troubles. Son père ne veut rien lui raconter, donc elle s’interroge et tombe dans la dépression.

Son père est mourant à l’hôpital et elle décide de retourner dans la maison de son enfance, afin de s’occuper du chat de son père. En plus, c’est le déluge et certains crient déjà à la fin du monde.

Elle fera un voyage initiatique et reviendra réconciliée avec elle-même et avec les réponses à ses questions.

 

Mon avis

Une bd magnifique, tant par le dessin que l’histoire. J’en avais entendu parler sur de nombreux blogs et c’est ce qui m’a décidé à l’emprunter.

Il y a peu de textes, le dessin est uniquement en noir et blanc, ce qui fait une ambiance pesante qui va bien avec l’histoire. Les animaux (chat et carpe entre autre) sont très bien faits.

Quelques images pour vous donner envie

 

Note :   5  / 5  première publication en 2013

 

Légendes africaines

 

 

DJINN  de DUFAUX et MIERALLES
Editions   Dargaud  /  144   pages

T 5 : Africa
T 6 : la perle noire
T 7 : Pipiktu

 

Résumé de l’histoire

Les 3 tomes suivant se passent en Afrique, car le bateau de croisière a une avarie au large de ce continent, encore sauvage au début des années 20, avec des tribus hostiles aux blancs, qu’ils torturent et massacrent. Les femmes quand à elle sont violées jusqu’à épuisement.

Sauf évidemment l’ancêtre de Kim Nelson, qui arrive à envoûter le sorcier de la tribu et devient une déesse, à qui obéisse plusieurs tribus. Elle va essayer de rafler leurs trésors.

 

Mon avis

Ici, les trois volumes se passent en Afrique, au début du siècle, et les blancs sont des denrées rares. On explore surtout les légendes africaines, la recherche de leur trésor (des mines de diamants ou de pierres précieuses) que l’ancêtre de Kim Nelson va essayer de voler.

Les images sont toujours magnifiques et l’on continue de jouer sur ce qui excite les hommes (soit des femmes attachées que l’on va soumettre, ou la déesses assoiffée de sexe qui passe sur toute la tribu).

Bref rien de nouveau sous la lune.

 

Note :   2  / 5   première publication en 2013

ici les premiers tomes

Les secrets du harem

 

DJINN  de DUFAUX et MIERALLES  /  Cycle ottoman
T 1 : la favorite
T 2 : les 30 clochettes
T 3 : le tatouage
T 4 : le trésor
Editions   Dargaud  /  192   pages

 

Résumé de l’histoire

Sous un prétexte historique (en 1912 la Turquie doit décider si elle va s’allier avec l’Allemagne ou l’Angleterre dans la guerre qui s’annonce et elle va donner un trésor en échange de cette alliance) on lit finalement une bd érotique, avec un fantasme, celui des harems du début du siècle.

Car à cette époque, en 1912, une jeune anglaise, mariée à un diplomate, décide de rentrer au harem et d’en apprendre les codes.

Mais le principal de l’histoire se passe avec Kim Nelson, la petite-fille, qui revient en Turquie pour récupérer le trésor de sa grand-mère qui a mystérieusement disparu.

Elle accepte donc de suivre les règles du harem, à savoir, des femmes vont lui apprendre à découvrir son corps et à donner du plaisir aux hommes à chaque fois qu’ils le lui demanderont. C’est le thème du 1er volume.

 

Dans le 2ème : les 30 clochettes, une fois sa formation achevée, on lui fait porter une ceinture avec 30 clochettes et elle doit se donner à tous les hommes qui en font la demande et si sa « prestation » est acceptable, l’homme lui enlève une clochette si il n’est pas satisfait, il n’enlève rien, et ainsi de suite. Une fois toutes les clochettes enlevées, elle devient une vraie courtisane au service du sultan et peut même espérer devenir sa préférée afin de connaître toutes sortes de secret.

 

Dans le 3ème tome elle devient la favorite du sultan qui lui indique l’endroit où est caché le trésor de sa grand-mère.

 

Dans le tome 4, ses grands-parents et la favorite du sultan s’envolent vers l’Europe avec le trésor et Kim comprend que son grand-père couche avec sa femme mais aussi la favorite qu’il mettra enceinte, faisant d’elle une sang mêlé.

 

Mon avis

Kim Nelson est à la recherche de ses origines et du trésor de sa grand-mère. Elle en profite pour apprendre les règles du harem.

Une très belle bd érotique, tant au niveau du dessin que des situations. Le harem et toutes ses femmes à la disposition de l’homme est un des premiers fantasmes masculins, et pour les satisfaire le scénariste s’est régalé.

L’héroïne est magnifique, avec des proportions parfaites, des gros seins, une taille super fine, pas de ventre, musclée, élancée, avec son petit caractère ! Elle teste toutes les positions, se fait soumise, attachée, fessée, fouettée et elle suce un nombre de queues admirables, dont on ne voit pas la couleur. Tout est fait pour le plaisir de l’homme mais pas celui de la femme.

Et tout ça sur en tout cas 10 tomes. Je n’ai pas eu le courage d’aller jusque là, au tome 7 je me suis arrêtée, sans avoir envie de connaître la fin.

 

Note :   2  / 5   première publication en 2013