La corde au cou !

 

MARIE, MOI, JAMAIS !  de  Mike GAYLE
Editions  Albin Michel   /  359   pages

 

Résumé de l’histoire (4ème de couverture)

Vivre ensemble ou ne pas vivre ensemble, telle est la question. Duffy, jeune célibataire de 28 ans, va hésiter longtemps avant de trouver la bonne réponse. Il faut dire que l’on n’enterre pas sa vie de garçon du jour au lendemain et que la peine à perpétuité, ça demande réflexion.

Entre humour et romantisme, cette chronique caustique et perspicace a connu un immense succès en Angleterre. Mike Gayle serait-il un Bridget Jones au masculin ?

 

Mon avis

Je le dis sans prendre de gant, j’ai dé-tes-té !! Pas tant la façon d’écrire qui est assez quelconque dans ce genre de littérature « dite légère », mais par les clichés véhiculés.

J’ai quand même fait l’effort d’en lire la moitié, mais arrivé à ce stade, je n’en pouvais plus de tant de bêtises (je vais développer) et j’ai survolé les 100 dernières pages.

Rien que dans le 4ème de couverture, la phrase : la peine à perpétuité ça demande réflexion !! Ça me mets en rogne. On parle juste de se mettre en couple et de passer du bon temps ensemble !! On ne parle pas d’une exécution ! Mais Duffy n’a qu’une seule pensée : mince je vais plus pouvoir me pinter au pub avec mes potes et rentrer à 4h du matin à quatre pattes en me vomissant dessus !! C’est clair que ça c’est bien plus agréable que de passer du temps au lit avec son amoureuse !

Comme c’est souvent le cas dans la vraie vie, il y a un vrai problème de communication. Là où la fille pense vivre en couple car on se fréquente depuis 6 ans (quand même) l’homme pense : je vais l’avoir tout le temps sur le dos, je pourrai plus voir mes potes et faire des beuveries 3 jours par semaine, je pourrai plus jouer aux jeux vidéos et rester dans mes vêtements sales pendant 10 jours !!! (Ça sent le vécu !)

Et ensuite il pense : va falloir qu’on se marie, ça va me coûter de l’argent, je vais plus pouvoir voir mes potes, et il faudra faire des gosses et j’ai pas envie de m’enquiquiner avec ça … … Mais pas de soucis mon gars, faut juste que tu restes célibataire et que surtout tu ne grandisses pas !!! Par contre, ça ne le dérange pas trop que sa copine passe régulièrement chez lui pour faire la bouffe et se faire sauter au passage ! (pardon pour le côté cru) mais par contre pas les soirs de match de foot ! quand même !

Je n’ai toujours pas compris la relation entre : se marier et l’obligation de faire des gosses !!! On peut simplement se marier pour être ensemble, vivre au même endroit, faire baisser les impôts, se forger des souvenirs, faire la fête, être beaucoup avec la personne dont on est très amoureux … … et ne jamais faire de gamin, si ce n’est pas le choix du couple ! Il n’y a rien d’avilissant, à mon sens, de vouloir juste se consacrer à son partenaire et passer le plus de bon temps possible ensemble ! Je ne vois pas la nécessité de se reproduire, si l’un des deux partenaires ne veut pas jouer à ce jeu là, car immanquablement les enfants vont pâtir de cette situation et celui ou celle dans le couple qui aura voulu des enfants se retrouvera à s’en occuper seul (e).

Je n’ai pas trouvé ce roman caustique et je n’ai pas vu trace non plus de romantisme ! Certes je ne l’ai pas pris au 2ème degré non plus.

Edit de 2015 : il est fort possible qu’en rédigeant cette critique, certains souvenirs de ma vie privée, soit remontés d’un coup à ma mémoire. Je crois que juste avant de se marier, il faut être honnête sur le sujet des enfants.Si l’on est certain de ne pas en vouloir (que ce soit l’homme ou la femme) il faut en informer son futur partenaire, car immanquablement les deux vont souffrir, une haine tenace va s’installer dans le couple, qui va, à 98%, imploser. Et en sachant cela au départ, inutile de perdre ou de faire perdre son temps à son partenaire.

 

Note :   1/5   première publication en 2013

Cherche un mari désespérément

 

LES TRIBULATIONS DE TIFFANY TROTT  de Isabel WOLFF
Editions JC Lattès   /   425 pages

 

Résumé de l’histoire

Tiffany organise une grande fête pour présenter son amoureux à ses copines, et elle pense qu’à cette occasion le garçon va en profiter pour lui demander sa main. Mais rien ne se passe comme elle l’avait imaginé. Le garçon ne vient pas et en profite pour lui annoncer … que c’est fini !!

On va donc suivre les péripéties de Tiffany, mois après mois, avec un certain humour quand même (certains passages sont savoureux) car elle a quand même 37 ans, toujours célibataire, et elle ne va pas lésiner pour trouver son futur mari. Elle va courir les fêtes pour célibataires, répondre aux petites annonces de grands quotidiens anglais, visitera un club de vacances, va faire son marché sur internet et elle ira même s’inscrire dans les agences matrimoniales.

A chaque fois qu’on lui propose un rencard, elle ira (avec plus au moins de bonheur) et finalement, après une année de recherches intensives … elle trouvera ! pour sa plus grande joie. Elle fait des portraits au vitriol de toutes ses rencontres, et nous on rira.

 

Mon avis

Pas le chef d’œuvre de l’année, mais un bon moment détente, on rit, on s’amuse, on compatit, mais dans la joie et la bonne humeur. Le portrait fait de chacune de ses conquêtes est à mourir de rire, caricatural, mais parfois très proche de la réalité.

A cette occasion, on s’aperçoit que trouver un homme « normal » et ensuite le garder, ce n’est pas si évident que ça, et que c’est quasiment un travail à plein temps ! En plus, pendant que Tiffany piétine, toutes ses copines qui étaient célibataires ont trouvés chaussures à leurs pieds, et elles regardent cette pauvre Tiffany avec condescendance.

Bref, un moment sympa, pour se délasser, mais rien de plus. Un détail, la couverture est hideuse à souhait !! 

 

Note : 3 / 5    première publication en 2012

La sagesse se fait attendre

UN CADEAU DU CIEL  par  Cecelia AHERN
Editions Flammarion   /   350 pages

 

Résumé de l’histoire

Ceci est l’histoire de Lou Suffern. Un beau trentenaire, toujours bien habillé, avec un poste à responsabilité, ce qui implique qu’il arrive le premier au bureau et en repart le dernier, au mépris de toute vie privée … et au grand dam de sa femme Ruth et de ses deux enfants.

Bien sûr quand on est quelqu’un « d’important » on a une magnifique Porsche (pas encore le dernier modèle, mais il est déjà commandé), on se permet aussi de draguer tout ce qui bouge et si la secrétaire écarte les jambes … on est présent. Bien sûr, il est très important de faire la fête avec les clients et les subalternes, souvent, au point de ne plus se voir les mains et d’oublier tout ce qu’on a promis à sa femme le matin même (s’occuper de l’anniversaire de son père, passer du temps avec les enfants, prendre encore le temps de regarder sa femme …)

Quelques jours avant Noël, Lou rencontre Gabe, un sdf, mais une fois lavé et bien habillé il a une sacré prestance. Gabe lui donne de bons conseils (qu’il ne suivra pas) et Lou va découvrir le secret de sa rapidité.

Mais Lou saura-t-il en faire bon usage ? Fera-t-il la différence entre le travail et sa vie de famille qui périclite ? Apprendra-t-il quelque chose de cette expérience ?

 

Mon avis

Un roman qui oscille entre fantastique et eau de rose, mais un excellent rythme, même si rapidement on voit où l’auteur veut en venir. L’histoire est soutenue, on n’a qu’une envie continuer à tourner les pages et savoir si Lou va enfin comprendre le sens de la vie !!

On s’attache aux différents héros du livre, on adore les détester, et j’avoue, à la fin j’ai pleuré … ça ferait un très bon film. Au passage, j’ai adoré la couverture avec ses couleurs pastels.

J’ai passé un excellent moment avec ce roman et j’ai eu un grand plaisir à découvrir cette romancière. Pas de doute je lirais ses autres livres.

 

Note :  4 / 5     première publication en 2012

 

 

 

Cilla la guerrière

 

 

 

LA MAISON AUX SOUVENIRS  de  Nora ROBERTS
Editions Michel Lafon   /   329 pages

 

Résumé de l’histoire

D’habitude, Cilla McGowan revend toujours les propriétés qu’elle rénove. Mais cette fois-ci, il s’agit de la maison de sa grand-mère, une célèbre actrice hollywoodienne, qui s’est donné la mort il y a près de trente ans.

Cilla commence la restauration avec nostalgie, elle a d’ailleurs l’intention de s’installer dans la magnifique villa que son aïeule aimait tant … Mais lorsqu’elle découvre un paquet de lettres jaunies au fond du grenier, lorsque sa voiture, puis sa maison sont saccagées et ses proches agressés brutalement, elle comprend que dans cette petite ville paisible, certains sont prêts à tout pour protéger les secrets du passé.

 

Mon avis

Première fois que je lis cette romancière (je me suis laissé attrapée par la jolie couverture un peu kitch) et l’éditeur qui me dit : Nora Roberts est la plus populaire des romancières américaines, avec plus de 400 millions de lecteurs !! ou plutôt de lectrices 😉 

Je l’ai aussi choisie, car elle écrit la saga du lieutenant Eve Dallas (28 volumes au dernier recensement !!) et que j’avais juste envie d’une lecture unique.

Et en toute franchise le but est atteint. Une lecture rapide, sympa, agréable mais avec des personnages qui tiennent la route, on s’attache à certain, il y a une intrigue policière tout à fait honnête et qui nous pousse à vouloir découvrir le coupable, et quelques passages un peu coquin et piquant (qui font sourire (elle jouira en criant mon prénom) et font monter un peu le rouge aux joues).

Donc Cilla est décoratrice, elle restaure des maisons et les revend. Bien sûr, elle est musclée mais pas trop, jolie et mutine mais pas trop et elle affole totalement son voisin Ford.

Lui travaille à la maison et il fait de la bd graphique. Bien sûr il est tendre, câlin, sait faire à manger, a une très belle imagination, fait l’amour comme un dieu, il est compréhensif, assez classe, bon psychologue et admire sa voisine.

Pour le reste il faudra lire le roman, on passe un bon moment, idéal pour les vacances ou avant une panne de lecture. Perso si je pouvais recevoir un voisin identique à Ford pour Noël … je dirais pas non … Père Noël, si tu me lis, contacte moi au plus vite.

 

 

Note :  3  / 5    première publication 2010

 

 

Départ pour l’Irlande

 

LES SECRETS DE SUMMER STREET  de  Cathy KELLY
Editions Presses de la Cité   /   402 pages

 

 

Résumé de l’histoire (4ème de couverture)

La vie semble s’écouler paisiblement dans Summer Street, charmante rue dublinoise aux maisons colorées et aux balcons fleuris. Pourtant, derrière ces façades respectables, trois femmes vivent avec de lourds secrets.

Après une douloureuse rupture sentimentale, Maggie Maguire, belle trentenaire un peu timide, se débat contre des souvenirs douloureux de son adolescence.

Faye Reid, mère célibataire que tout le quartier admire pour son courage, comprend les ravages qu’elle a causés en faisant croire à sa fille que son père était mort.

Christie Devlin, professeur de dessins proche de la retraite et incarnation de la sagesse et de la droiture, voit quand à elle toutes ses certitudes s’effondrer lorsque réapparaît son amour de jeunesse, avec qui elle a eu une liaison 25 ans auparavant.

Quel que soit leur âge, ces femmes vont devoir affronter les démons de leur passé et faire l’apprentissage des choses du cœur.

 

Mon avis

Un roman sympa sans plus, qui ne me laissera pas de souvenirs fabuleux, je dirais presque un roman genre chick lit avec un soupçon d’ésotérisme et une larme de « mauvais genre » je bois dans les bars, je me drogue mais je reviens dans le droit chemin.

Tout de même des personnages attachants et des fois très énervant par leur réaction (genre vous et moi discutant avec nos copines) … mais ce livre a fait son office, il m’a détendue, il était agréable et j’avais justement besoin de ça à ce moment là.

Peut être pas forcément choisis le meilleur titre … je referais une tentative avec un autre roman à l’occasion. Pourtant, je me réjouissais de découvrir une auteure irlandaise.

 

Note : 3  / 5   première publication en décembre 2009

 

Rendez moi mon volant !

 

Cinq filles, trois cadavres mais plus de volant  de  Andrea H. JAPP
Editions Marabout – Girls in the city   /   330 pages

 

Résumé de l’histoire (4ème de couverture)

Cinq copines partagent depuis toujours leurs déboires professionnels et sentimentaux : Emma la blonde pulpeuse en mal d’enfant, Nathalie la mère au foyer qui vient de se faire plaquer, Hélène la biochimiste qui a fait de son absence de diplomatie une arme redoutable, Charlotte la psy qui finit toujours par coucher avec le plus gratiné de ses patients, et enfin Juliette l’esthéticienne qui dorlote une clientèle masculine triée sur le volet.

Le jour où Charlotte découvre un cadavre enchaîné au volant de sa voiture, elle panique et appelle immédiatement ses amies à la rescousse. Très vite, elles échafaudent un plan mais se retrouvent prises dans des histoires qui les dépassent largement, d’autant plus que d’autres cadavres s’en mêlent et que le premier a disparu …

 

Mon avis

Mon 1er livre de chick lit … et l’expérience s’est plutôt bien passée. L’écriture est simple, il n’y a pas de foule de détails qui ne servent à rien, on va directement à l’essentiel. L’intrigue policière m’a semblé toute fois un peu tirée par les cheveux.

Le ton est léger et il y a quelques bonnes réparties et j’ai souvent eu l’occasion de sourire. J’ai beaucoup aimé la première moitié, je me suis un peu embêtée pendant la deuxième, mais dans l’ensemble le livre m’a divertie et c’était la seule chose que je lui demandais. J’avoue aussi que c’est la couverture rigolote, qui m’a fait choisir ce livre à la bibliothèque.

 

Note :  3/ 5     première publication en novembre 2009  

Edit de 2014 : ce roman ayant eu un franc succès, il y a deux autres romans avec les mêmes personnages, pour des suites toujours aussi déjantées.