Saga policière anglaise – tome 4

Résultat de recherche d'images pour "terrible jeudi fleuve noir"

TERRIBLE JEUDI de NICCI FRENCH
Editions Fleuve Noir – 425 pages

Résumé de l’histoire (4ème de couverture)

Il y a 23 ans, Frieda quittait Braxton sans un regard en arrière. Devenue psychothérapeute elle pensait avoir tiré un trait définitif sur le traumatisme de sa jeunesse. Les révélations de Becky, sa nouvelle patiente, vont pourtant rouvrir en grand les portes de son passé.

Des similitudes apparaissent immédiatement, Becky est une ado de Braxton fragile et incomprise, toutes deux ont perdu leur innocence trop tôt, trop vite dans des circonstances semblables. Et si elles étaient victimes du même agresseur ? Et si d’autres jeunes filles avaient subi le même sort ?

Frieda est prête à affronter la vérité que personne ne veut entendre. De retour sur les lieux du crime, elle va enfin faire la lumière sur cette terrible nuit du 11 février 1989.

Mon avis

A ce stade de la lecture, le plus mauvais et le plus incohérent de la série !

Frieda décide de retourner à Braxton, la ville de son enfance et de son passé, lieu qu’elle a déserté il y a 23 ans, abandonnant famille, amis, école sans aucune explication, suite à un viol qu’elle a subi, mais personne n’a voulu la croire, ni sa mère ni la police.

Becky, une ado de Braxton vient la voir en consultation pour lui avouer qu’elle a été violée dans sa chambre et que sa mère ne veut pas la croire. Frieda revit, à travers Becky, le traumatisme qu’elle a eu il y a 23 ans. Elle décide de retourner à Braxton pour trouver qui est le violeur.

Elle entraîne avec elle Sandy son petit ami et l’inspecteur Karlsson en lui demandant de faire jouer ses contacts avec la police locale et surtout de pouvoir avoir accès à son dossier de l’époque. Elle va harceler de questions ses anciens camarades de classe, exigeant de savoir où ils se trouvaient le soir de son viol !!! Comme si on pouvait se souvenir de ce que l’on faisait 23 ans plus tôt !!

Ce que j’ai trouvé assez incohérent, c’est que Frieda cache ce viol à tous le monde entre autre à son petit ami Sandy avec qui elle est depuis 3 ans, et un matin, de but en blanc elle lui avoue avoir été violée … ainsi qu’à son ancien psy, à qui elle n’a pas parlé de cet événement majeur dans sa vie d’ado, ni pendant les 10 ans de sa thérapie, ni après alors qu’ils sont devenus les meilleures amis du monde et qu’ils travaillent ensemble !!

Et comme par hasard, le violeur est retrouvé et alors qu’il est sur le point de se faire arrêter par la police, il est sauvagement assassiné par « l’ange gardien » de Frieda.

En ce qui concerne sa relation avec Sandi, il est revenu vivre à Londres pour être auprès d’elle, il cherche un appartement où ils pourraient éventuellement vivre en couple, et en plein milieu de l’enquête, elle le largue en lui disant simplement qu’il n’est pas l’homme qu’elle recherche !!

Quand au pauvre Karlsson, sa carrière est mise à mal, il se fait taper sur les doigts pour avoir enquêter dans une ville qui n’est pas dans sa juridiction et pour avoir enfreint tout un tas de lois.

Note : 2 / 5 

 

Publicités

Saga policière anglaise – tome 3

Résultat de recherche d'images pour "maudit mercredi  fleuve noir"

MAUDIT MERCREDI de NICCI FRENCH
Editions Fleuve Noir – thriller – 555 pages

Résumé de l’histoire (4ème de couverture)

Ce mercredi là, Ruth Lennox, épouse et mère aimée, est sauvagement assassinée. Aide-soignante charitable et voisine exemplaire, voilà une femme sans histoires, pensait l’inspecteur Karlsson. Jusqu’à ce que les langues se délient.

Face aux mensonges d’une famille meurtrie, Karlsson a besoin de la psychothérapeute Frieda Klein, qui n’a pas son pareil pour percer les noirs secrets de l’âme. Mais sera-t-elle en mesure de l’aider ?

Traumatisée par une récente agression, elle est mêlée de manière personnelle à l’affaire. Et ses méthodes de travail suscitent plus que jamais la critique, quand d’étranges intuitions la mènent sur la piste de jeunes filles disparues auxquelles personne ne s’intéresse. A corps perdu, Frieda se lance à la poursuite d’un tueur en série ignoré de tous. A moins qu’il ne soit que la projection de ses propres angoisses ?

Mon avis

Encore un roman pas terrible ! Autant la première enquête, celle qui concerne l’assassinat de Ruth Lennox, quoi que très classique est agréable à lire, autant la deuxième enquête sur des filles disparues, n’a ni queue ni tête !

Al Bradshaw, le psy choisit par la police et le préfet, décide de tendre un piège à Frieda Klein, en lui envoyant un jeune homme qui prétend vouloir faire du mal à des inconnus de façon très violente. Le but de la manœuvre c’est qu’elle aie à la police dénoncer ce jeune, susceptible de commettre des meurtres. Bien entendu Frieda ne le fait pas et elle est mise en examen par un groupe de psy qui va décider si Frieda a le droit de continuer à exercer.

Loin de l’arrêter, elle va voir le jeune homme qui l’a piégé et lui demande des explications sur un point de détail de son histoire. Il lui répond que ce détail est une confidence d’une de ses ex petite amie. Elle va donc lui demander l’adresse de cette fille afin de l’interroger et ainsi de suite elle remonte la piste de filles disparues depuis plus de dix ans !! Franchement ça n’a aucun sens, qui irait répondre à des questions posées par une psy qu’ils ne connaissent même pas sur des détails de leur vie privée !

Du côté de sa vie privée, Frieda renoue avec son ex Sandy qui revient vivre à Londres afin d’être prêt d’elle. De plus, elle est accusée d’avoir mis le feu à la maison de Al Bradshaw, pour se venger de leurs différents.

Note : 2 / 5 

 

Saga policière anglaise – tome 2

Résultat de recherche d'images pour "sombre mardi nicci french"

SOMBRE MARDI de NICCI FRENCH
Editions Fleuve Noir – Thriller – 522 pages

Résumé de l’histoire (4ème de couverture)

Ün homme nu, assis dans un fauteuil, une pâtisserie à la main, et pourtant bien mort. Voilà la découverte que fait l’assistante sociale chez une de ses patientes, Michelle Doyce. Celle-ci, pourtant, ne peut dire aux policiers d’où vient cet homme, ni qui il est.

Face à ce mystère, l’inspecteur Karlsson fait appel à la psychothérapeute Frieda Klein et à son incomparable capacité à sonder l’âme humaine. Car pour découvrir le meurtrier, il faut d’abord connaître la victime.

Mon avis

L’enquête : L’histoire se passe un an après le premier roman, et en ce qui concerne l’enquête elle n’est pas très intéressante. On découvre un homme mort et nu chez une femme très âgée, Michelle Doyce et on l’accuse du meurtre d’un homme qui pèse deux fois son poids !

On passe ensuite une partie du roman à découvrir l’identité de cet homme et on découvrira qu’il était un charmeur et un escroc, qu’il couchait avec des femmes seules ou mariées avant de les délester de leur argent.

D’un autre côté, Frieda Klein aidée d’un confrère, fait une expertise complète de l’état mental de Michelle Doyce, ce qui n’apporte pas grand-chose à l’histoire. Pourtant j’adore les romans psychologiques ! Mais là les explications sont longues et peu claires.

Dans un troisième temps, dans les 100 dernières pages, intervient une femme, enfermée dans une péniche, qui aurait été enlevé par l’homme mort, il y a de ça des années et qui elle aussi a de gros problèmes psy. Elle arrive à sortir du bateau, tombe comme par hasard sur Frieda et l’agresse on ne sait pas trop pourquoi ! Et Frieda, en légitime défense lui tranche la gorge !!

J’ai trouvé le scénario farfelu, voir incohérent, et plus je tournai les pages moins je voyais ou les auteurs voulaient en venir. J’ai rarement lu un roman aussi mauvais et aussi long, mais j’ai persévéré car je voulais savoir ce qui arrive aux personnages.

De plus, au début du roman, on fait référence à la première enquête, et des indices laisse suggérer que cette enquête n’est pas finie.

Les personnages :

Frieda Klein continue son travail de thérapeuthe, mais elle est sollicitée par Karlsson pour l’aider, alors que la police a déjà un consultant, en la personne de Al Bradshaw qui déteste cordialement Frieda.

Dans sa vie privée elle est toujours seule et Sandy son ancien copain lui envoie régulièrement des mails depuis New-York, car il aimerait qu’elle vienne aux USA pour vivre avec lui. En apprenant son agression il revient à Londres afin d’être prêt de Frieda.

De son côté, Karlsson doit accuser le coup, sa femme veut divorcer, elle a rencontré un nouveau compagnon que ses enfants adorent, et elle va partir vivre en Espagne avec eux.

Note : 2 / 5 

Saga policière anglaise – tome 1

Résultat de recherche d'images pour "nicci french lundi mélancolie"

NICCI FRENCH – LUNDI MELANCOLIE
Editions Fleuve Noir – thriller – 427 pages

Résumé de l’histoire (4ème de couverture)

En ce lundi brumeux à Londres, la photo de Matthew, 5 ans, fait la une de toutes les télévisions : l’enfant a disparu à la sortie de l’école quelques jours auparavant sans laisser de traces.

Dans son cabinet, la psychanalyste Frieda Klein est témoin d’autres drames, ceux qui se jouent dans l’esprit de ses patients. Comme Alan, cet homme très perturbé qui lui confie son rêve : il ne cesse de songer à un enfant roux comme lui, qui serait son fils. Curieusement cette description correspond trait pour trait au petit Matthew. Frieda aurait-elle reçu sur son divan les confidences d’un kidnappeur d’enfant ?

Elle avertit le commissaire Karlsson en charge de l’affaire, mais il refuse de la prendre au sérieux. Persuadée qu’elle doit découvrir la vérité et retrouver Matthew, Frieda va essayer de percer les pensées les plus intimes d’un psychopathe.

Mon avis

Ce roman est le premier d’une série de sept, comme les jours de la semaine, et presque tous les personnages sont récurrent tout au long de la saga.

Je dois avouer que la mise en place des personnages est très longue, près de la moitié du livre et surtout concentré sur Frieda Klein la thérapeute et que le commissaire Karlsson intervient seulement dans les 100 dernières pages, ce qui m’a semblé assez aberrant.

L’intrigue policière est pas mal, quoi que parfois certains indices semblent sortis de nulle part, mais la fin est assez percutante et bien trouvée, car même moi je n’ai pas eu l’esprit assez tordu pour penser à ça.

L’enquête policière en quelques mots : On suit le quotidien de Frieda Klein, une psychanalyste, et de son patient Alan Dekker qui rêve d’un enfant roux, identique à celui qui vient de se faire kidnapper.

Au fil des séances on comprend que Alan a un frère jumeau « maléfique » et qu’ils partagent parfois leurs rêves. Frieda en analysant ces rêves parvient à savoir où se trouve ce jumeau et espère que la police va l’appréhender, mais au final il mettra fin à ses jours, ce qui arrange tout le monde.

Les personnages :

Frieda Klein : une femme entre 30 et 40 ans, peu décrite physiquement, on sait juste qu’elle a les yeux et cheveux noirs. Elle est insomniaque et passe son temps à marcher la nuit à travers Londres. Elle est torturée par un secret dont on ne sait rien.

Elle est depuis peu en couple avec Sandy, elle peine à lui faire confiance, on ne sait rien de lui sauf qu’il a de l’argent et est son propre patron. A la fin du roman, ils se sépareront car Sandy part travailler aux USA.

Commissaire Karlsson : on sait très peu de chose sur lui, mais on devine qu’il a des problèmes de couple et ne voit pas souvent ses enfants.

Josef : c’est un ouvrier ukrainien qui travaille dans le bâtiment. Il a une femme et des enfants au pays à qui il envoie de l’argent. Il est coureur de jupons. En quelques jours il devient le meilleur ami de Frieda, après avoir fait un trou dans le plafond de son cabinet et être tombé à quelques centimètres de son bureau !

Reuben : un psy qui supervise Frieda quand elle a un problème avec ses patients, et qui au départ était sa patiente. Il dirige l’Entrepôt, un institut qui regroupe plusieurs thérapeutes. Il est lui-même en pleine dépression et boit plus que de raison, colérique et bagarreur.

Jack Dargan : un psy en formation qui travaille avec Frieda qui le supervise. Il doute et n’est pas sûr de vouloir faire ce travail. Est excentrique au niveau de l’habillement.

Chloë : sa nièce adolescente, à qui elle donne des cours. Ado rebelle et en colère qui se dispute toujours avec sa mère.

Note : 3 / 5

Déception à Milan

Meurtres à la pause-déjeuner par Veloce

MEURTRES A LA PAUSE DEJEUNER de Viola VELOCE
Editions Liana Levi – 248 pages

 

Résumé de l’histoire

Cette histoire se passe en Italie, à Milan, et raconte la vie pathétique de Francesca, comptable dans une entreprise. Ce jour là, juste après sa pause déjeuner, dans les toilettes, elle découvre sa collègue morte une corde autour du cou.

La police fait son enquête et révèle qu’il s’agit d’un meurtre. Reste à savoir si le coupable est un employé de l’entreprise où si il s’agit d’une personne venue de l’extérieur. Les employés n’en mènent pas large … et d’autres meurtres surviennent, tous des collègues de Francesca.

 

Mon avis

Autant le dire tout de suite, j’ai détesté ce roman et j’ai bien cru ne jamais en venir à bout ! Les personnages, et en particulier Francesca, ne sont pas sympathiques pour deux sous, et le roman est bourré de clichés, et le style est vraiment passable.

Francesca a 32 ans, elle vit dans un petit studio à 500 mètres de chez ses parents, suite à la rupture avec son fiancé deux ans plus tôt, et elle n’a toujours pas digéré la situation.

Elle se lève, va au travail, va souper chez ses parents tous les jours et passe son temps à pleurnicher sur le salaud qui l’a largué. Une fois chez elle, elle se bourre de cochonneries devant la télé. J’ai rarement vu vie plus pathétique ! On peut être célibataire et pas dépressive pour autant !

Je ne parlerai même pas des parents, toujours sur le dos de leur fille, complètement hystérique si elle ne téléphone pas tous les matins à 9h, pour dire qu’elle est bien arrivée au travail !!

Pour terminer, la 4ème de couverture parle d’un roman « drôle, enlevé et mordant, devenu un best-seller sur internet » !!! Je n’ai vraiment pas ressenti ça et pas une seule fois je n’ai ri.

A lire à vos risques et périls.

 

Note : 2 / 5 

 

Mi-figue, mi-raisin …

PLUS FORT QUE LE DOUTE  de  NICCI FRENCH
Editions Fleuve Noir   –  368  pages

 

Résumé de l’histoire (4ème de couverture)

Un tragique accident de la route vient de faire deux victimes. Au volant, un dénommé Greg Manning laisse derrière lui une épouse effondrée. L’autre mauvaise nouvelle, c’est qu’il  n’était pas seul dans le véhicule, une mystérieuse femme est morte à ses côtés.

Pour son entourage, cela ne fait aucun doute, Greg avait une liaison. Pour Ellie, sa veuve, il y a forcément une autre explication. Son mari ne l’a pas trompée, elle en est persuadée.

Résolue à le prouver, elle se lance dans la reconstitution minutieuse de l’emploi du temps de Greg, les semaines qui ont précédé le drame. Elle change d’identité, s’immisce dans la vie privée de la défunte, ment à ses amis, se renferme sur elle-même et ne vit que pour découvrir la vérité.

 

Mon avis

Je ne me suis jamais autant embêtée en lisant un roman ! Le style est quelconque et très lent. Pendant les 100 premières pages, on décortique le processus de deuil ainsi que la façon dont est traitée par la justice une mort accidentelle.

La suite de l’histoire n’a aucun sens. La veuve se fait passer pour une copine de la défunte, elle va à son travail pour soi-disant faire du classement et en profite pour fouiller dans ses papiers, ses mails et son bureau afin de trouver des indices prouvant qu’elle n’était pas la maîtresse de son mari ! Tout le monde l’a laisse faire sans se poser de question ! J’ai trouvé ça invraisemblable.

Au bout de 200 pages, le livre m’est tombé des mains et je n’ai même pas cherché à savoir le fin mot de l’histoire.

 

Note :   abandonné

 

Le justicier

LE PIC DU DIABLE  de  Déon MEYER
Editions Seuil Policier   /   478 pages

 

Résumé de l’histoire

Tobela a perdu sa femme et vit seul avec son fils depuis 2 ans. Mais son fils meurt injustement dans une fusillade. Il devient amer et recherche les deux jeunes qui ont tué son fils en braquant une station-service. Il finit par devenir un justicier qui tue des personnes qui se sont attaquées à des enfants. Au départ, la police ferme les yeux, car sa cause est juste, mais si suite à de mauvaises informations, il tuait des innocents ? Alors à son tour il deviendrait un meurtrier.

On retrouve l’inspecteur Griessel qui doit enquêter et attraper ce justicier, mais lui aussi se débat avec ses propres peurs, il est souvent saoul, commence à battre sa femme, fait peur à ses enfants, sa femme se fâche et le jette à la rue en lui laissant 6 mois pour arrêter de boire et se ressaisir !!

Christine est devenue prostituée, après une vie familiale difficile. La journée elle s’occupe de sa fille de 3 ans et le soir de ses clients. Ses revenus sont confortable et lui permettent de bien vivre. Elle met de l’argent de côté, car dès que sa fille ira à l’école, elle arrêtera les passes et trouvera un travail « normal » mais aura tout de même un joli pécule de côté.

Mais voila que ses 3 là se croisent, dans la ville du Cap et tout devient plus compliqué, car certains ont menti, Griessel n’a plus de repère et trouve Christine très à son goût, au point de commettre l’irréparable …

Comment et pourquoi vont-ils s’en sortir ? La morale sera-t-elle sauve ? Je vous invite à lire ce thriller passionnant et à partager les états d’âmes de ces 3 protagonistes.

 

Mon avis

Mon deuxième roman de cet auteur et j’aime toujours autant. Les chapitres sont courts et vifs, la psychologie des personnages est très détaillée et l’on se pose autant de questions que les protagonistes.

Il est important de les lire dans l’ordre chronologique, car on peut suivre l’évolution privée et professionnelle de Griessel. Par contre, dans ce roman l’histoire est plus centrée sur l’enquête du justicier et sur Griessel et non sur les problèmes inter-ethniques au sein de son commissariat.

 

Note : 5 / 5

Edit de novembre 2017 : Ce roman se place juste après « 13 heures » si on veut les lire dans l’ordre, ce que je recommande, si l’on veut suivre l’évolution personnelle de Benny Griessel.

Je l’ai lu en 2011 et j’avais oublié de mettre la critique ;-//

Vous retrouverez tous les liens aux autres romans dans cet article.

 

Blanchiment d’argent sale

7 JOURS  de  Deon MEYER
Editions Seuil – policier   –  475   pages

 

Résumé de l’histoire (4ème de couverture)

Un mystérieux imprécateur menace, dans un e-mail délirant, d’abattre un policier par jour tant que le meurtrier de la belle avocate d’affaire Hanneke Sloet n’aura pas été arrêté. Et s’empresse de joindre le geste à la parole.

La police du Cap, prise de panique, charge Benny Griessel de rouvrir l’enquête, au repos depuis plus d’un mois.

Pas d’indices, pas de mobile, pas de témoins, juste quelques photos où la victime posait nue, une forte pression venue du sommet de la hiérarchie, et un sniper insaisissable manifestement décidé à poursuivre sa mission.

A l’arrière plan se dessine bientôt un paysage urbain d’intérêts politiques et financiers, de compromission et de corruption, qui ouvre bien des perspectives et nous indique plus d’une fausse piste.

 

Mon avis

Pour une fois il est mitigé. Je suis totalement fan de Deon Meyer et de son policier Benny Griessel, mais j’ai eu beaucoup de peine à aller au bout de ce roman.

En fait, j’ai surtout eu de la peine avec tout le côté financier de l’affaire, qui est largement détaillé et qui prend une grande part dans l’histoire. De vraies et de fausses sociétés, le blanchiment d’argent, la façon dont les banques ferment les yeux, pourvu que la commission soit bonne, etc.

Je dois dire que tous ses passages m’ont beaucoup ennuyée et à chaque fois j’avais un peu plus de peine à revenir à l’enquête.

En ce qui concerne Benny, il lutte toujours contre l’alcool et cette fois il tient bon mais c’est sa chérie, Alexa, qui replonge. Donc il s’emploie à faire en sorte qu’elle ne replonge pas et son enquête en pâtit.

J’ai trouvé cette lutte contre l’alcool, pénible, car cela revient à chaque roman. Si ce n’est pas lui c’est une personne de son entourage.

Peut être aussi le fait d’avoir lu plusieurs romans à la suite, mais j’avais tellement envie de finir cette série. Car c’est le côté positif, je les ai presque tous lu dans l’ordre, que voici :

Le pic du diable
13 heures
7 jours
Kobra
En vrille

 

Note :   3  / 5  

 

L’année de mes 13 ans

L’HOMME DE LA MONTAGNE   de   Joyce MAYNARD
Editions Philippe Rey   –  314  pages

 

Résumé de l’histoire

Eté 1979 en Californie du nord. Rachel 13 ans, la narratrice, et sa sœur Patty 11 ans, se préparent à passer leur deux mois de vacances à vagabonder, seules, dans la montagne.

Depuis le divorce de leur parents, quelques années plus tôt, leur mère est dépressive, ne s’occupe plus de rien (lessive, courses ou repas) et laissent donc ses filles faire leur vie à leur guise, passant son temps enfermée dans sa chambre à lire.

Le père Anthony Torricelli, tombeur de ses dames avec son alpha rouge, est inspecteur de police, a un charme fou et depuis son divorce papillonne d’une femme à une autre. Son seul point faible, ses filles qu’il adore, et il essaie de les voir le plus souvent possible.

Mais c’est été 1979, tout va changer, car un tueur en série assassine et viole des jeunes femmes dans la montagne qui se trouve juste derrière le domicile de ses filles. Il est chargé de l’enquête et il n’a plus une minute à lui. Plus les cadavres s’empilent, plus sa hiérarchie lui met la pression, à tel point qu’il n’en dort plus.

Ses filles ne rêvent que du moment où leur père passera à la télé après avoir arrêté le tueur. Jusqu’au jour, où il décide de s’en prendre à sa fille aînée, qui en réchappera de peu. Malheureusement, après une dizaine de cadavre et suite à la bévue de ses filles, il est viré de l’enquête et ce sera l’échec le plus cuisant de sa carrière, il ne s’en remettra pas.

Soudain un homme se dénonce spontanément comme étant le tueur. La police se dépêche de le mettre en prison et de boucler l’affaire. Mais les filles Torricelli savent que ce n’est pas lui.

30 ans plus tard, Rachel, devenue écrivain, décide d’écrire un roman sur cette affaire, en mettant un fait que seul le vrai tueur peut savoir. Reste à savoir si le piège va fonctionner et surtout Rachel va-t-elle pouvoir le faire arrêter ? Et va-t-elle sortir indemne de cette confrontation ?

 

Mon avis

Ce roman est tiré d’un fait divers réel, autant pour le tueur que pour l’inspecteur et ses deux filles. L’auteur a changé les noms de famille et les lieux, mais pour le reste c’est son travail d’écrivain de broder autour de cette histoire de base.

Certes c’est un roman policier haletant, mais c’est surtout un décryptage de la vie de deux fillettes entrant dans l’adolescence, avec l’école, les garçons qui vous tournent autour, se poser des questions sur la sexualité. C’est aussi s’accommoder du divorce de leur parent, voir leur père séduire tous un tas de femmes et se demander s’il va se remarier, et quelles seront les conséquences pour elles ? C’est voir leur mère dévastée de chagrin quand elle se retrouve seule, et ne pas pouvoir détester leur père pour ce qu’il fait.

L’écriture est très belle, les émotions sont exacerbées et l’ambiance de ces fillettes de 13 ans et leurs préoccupations (avoir ses règles, embrasser un garçon, coucher avec lui ou pas, se projeter dans les études ou un travail) a été un vrai bonheur pour moi.

C’est mon deuxième livre de cette romancière et j’ai passé un excellent moment, je ne peux que le recommander.

 

Note :   5  / 5 

Bibliographie :
Prête à tout  4/5
Baby love   3/5
Les règles d’usage  5/5

 

Retour sur une vie

NYMPHEAS NOIRS  de  Michel BUSSI
Editions Presses de la Cité  –  438  pages

 

Résumé de l’histoire

Cette histoire se passe sur 13 jours. Elle commence et se termine par un meurtre. L’inspecteur Laurent Sénérac et son adjoint Sylvio Bénavides travaille sur cette enquête de manière très différente. Le premier avec son instinct, le deuxième est le roi de la liste et de la comparaison des indices.

Il y a trois personnages très importants. D’abord une fillette de 10 ans prénommée Fanette Morelle qui est très douée en peinture, une institutrice Stéphanie Dupain, qui connaît tous les artistes venu à Giverny et leur histoire, et la dernière c’est une vieille de 80 ans qui épie, voit tout et sait tout.

 

Mon avis

Pour moi un grand coup de cœur. Sûrement le meilleur roman que Michel Bussi ait écrit.

Une écriture fluide, des personnages attachants, des informations très intéressantes sur Claude Monet et sa vie dans le village de Giverny, sa façon de peindre et comment il influença la vie des habitants.

Difficile d’en parler sans révéler une partie du pitch et je trouve que pour une fois la fin tient ses promesses, les explications sont claires une fois que le contexte espace temps est expliqué.

C’est à la fois une histoire d’amour multiple, être amoureuse de deux hommes en même temps, amour de la peinture et une enquête policière avec deux morts tué de la même façon à 30 ans d’intervalles. Même le chien Neptune a son importance.

Mais si vous ne l’avez pas lu, trouvez le en urgence et jetez vous dessus !

Note :   5 / 5  

 

Bibliographie :
Un avion sans elle  4/5
L’écharpe rouge  3/5