Projet photo de Ma : 52-16 : dehors

Cette semaine, Ma nous demande d’illustrer le mot : dehors.

J’ai donc repris une photo faite il y a 10 jours, avec mon natel, d’un petit coin de campagne, isolé de tout sauf des animaux (canards, cygnes, poules d’eau), il ne me manquait que mon petit 4 heures et un bon bouquin 😉

20160601_165517

20160601_165510

Publicités

Projet photo du Hibou : 52-16 : sphère

Pour cette 23ème semaine, le Hibou nous demande d’illustrer le mot : sphère.

Dans un premier temps j’ai pioché dans mes anciennes photos, celles de 2008, où il était déjà question de foot ;-// mais d’un ballon géant posé sur le Léman, et comme je les trouve réussies, j’en choisis une pour illustrer le projet et vous pouvez voir la galerie ici.

divers 008

Mais comme je trouvai ça un peu facile, j’ai emprunté les balles de Spoutnik, pleines de couleurs, lisses ou à picots, grosses ou petites et même une avec une clochette qu’il aime particulièrement.

IMG_0299

Projet photo 52-16 du Hibou : obstacle

Me voici de retour, presque guérie, mais surtout inspirée par le sujet : obstacle que nous propose le Hibou en cette 22ème semaine.

J’ai pioché dans les photos prisent il y a quelques mois, des travaux de façade de l’immeuble où j’habite. Et j’ai photographié ce qui devait être un obstacle insurmontable pour le chat Spoutnik, afin de l’empêcher d’aller chez les voisins. Même si il y a plus de 2 mètres, ils les sautent allègrement ;-//

On voit la structure nue, en attente des vitres qui ont été commandées, et de ce fait, je peux voir jusqu’au bout du bâtiment. Une jolie perspective.

IMG_0262

De l’autre côté, l’entreprise a laissé les vitres non cassées, et le style est encore différent.

IMG_0263

Projet photo 52-16 de Ma : fruit

Me voici de retour, en meilleure forme, inspirée par le sujet : Fruit, que Ma nous demande d’illustrer. Facile pour moi, car j’aime les fruits, la seule chose qui me retiens ces dernières années, c’est le prix … mettre 15.– fr pour un kilo de fraises !!

Donc j’ai photographié mes deux fruits préférés (parmi tant d’autres) mais ceux-ci j’aime la couleur et le goût. Il y a un donc un melon de Cavaillon qui embaume ma cuisine et qui était en action et des kiwis.

IMG_0282

L’araignée

Je dois avouer que je ne connais pas grand chose à l’art et à la sculpture en particulier, mais quand l’occasion se présente de voir une expo en plein air, dans ma ville, et bien je ne rate pas ce spectacle.

Il s’agit ici d’une araignée géante construite par la plasticienne Louise Bourgeois. Je suis très fière qu’elle se soit arrêtée dans ma petite ville (Genève), car je sais qu’elle a voyagé sur les 5 continents et surtout dans de grandes villes américaines, ainsi que des musées réputés.

Et quand je dis que c’est un spectacle, c’est qu’il faut plusieurs heures pour monter l’araignée, qui voyage en pièces détachées, et comme elle fait près de 8 m de haut, il faut même une grue pour finaliser le montage. Elle a été installé sur la Place Neuve, avec en fond les bâtiments de la Vieille ville.

De loin

aout 2011 056

aout 2011 058

aout 2011 059

De près et sous plusieurs angles. Avec le Conservatoire de musique et le musée Rath

aout 2011 064

aout 2011 060

Sac à oeufs

aout 2011 061

aout 2011 062

Une rapide bio de cette plasticienne (j’ai pris mes renseignements sur Wikipédia). 

Louise Joséphine Bourgeois, née à Paris le 25 décembre 1911 et morte à New York le 31 mai 2010, est une sculptrice et plasticienne française, naturalisée américaine. Elle est connue surtout pour sa sculpture et ses installations monumentales, mais pratique également la peinture et la gravure.

Elle explore des thèmes tels que l’univers domestique, la famille, le corps notamment les organes sexuels tout en abordant une approche qui se traduit comme une manifestation des subconscients et la réactivation de souvenirs de son enfance. Elle est proche des mouvements expressionnistes abstraits et du surréalisme, ainsi que du mouvement féministe mais reste toute sa vie non affiliée à une mouvance particulière.

En 1937, elle rencontre l’historien d’art américain Robert Goldwater. Elle l’épouse et s’installe avec lui à New York dès l’année suivante. C’est là qu’elle entre en relation avec le milieu des surréalistes, dont la plupart ont quitté la France pour les États-Unis pendant la Seconde Guerre mondiale et présente sa première exposition personnelle en 1945.

Elle a eu trois fils : Michel qu’elle adopte en France en 1936 à l’âge de 3 ans, Jean-Louis né en 1940 et Alain né en 19418. À cette époque elle souffre du mal du pays, ce qui a des répercussions dans son œuvre. Elle déménage avec sa famille au 142 East 18th street dans le Stuyvesant’s Folly. Cet immeuble accueille des artistes ainsi que leurs familles et dispose d’ateliers sur son toit. 

En 1951, à la mort de son père, elle entame une psychanalyse qui dure près de 30 ans, tout d’abord avec Leonard Camer, puis avec Henry Lowenfeld. Elle tente de dépasser le traumatisme qu’a causé en elle le fait de découvrir que son père trompait sa mère avec sa gouvernante et enseignante d’anglais. Elle voit son thérapeute 4 fois par semaine.

Louise Bourgeois a travaillé particulièrement sur les thèmes de l’universalité, des relations entre les êtres, de l’amour et de la frustration entre des amants ou les membres d’une même famille, ainsi que l’érotisme.

Projet photo de Ma : fromage

Pour cette nouvelle semaine, Ma nous demande d’illustrer le mot : fromage.  

J’ai eu la grande chance en me promenant cette semaine, de trouver une « vraie » fromagerie dans la commune de Carouge, à Genève, tenue par une jeune fille dynamique, souriante et aimant son métier. Ce fût un vrai bonheur de passer un moment avec elle.

Tout d’abord une vue d’ensemble

IMG_0230

Ensuite, des fromages de toutes les formes, au lait de vache ou de chèvre

IMG_0225

IMG_0227

Le top, des macarons au fromage

IMG_0224

Les objets anciens que le laitier utilisait

IMG_0229

Et le plus important : la carte de visite

IMG_0238IMG_0240

Projet photo du hibou : forme

Par cette semaine neigeuse, le hibou nous demande de mettre en image, le mot : forme. Et je me suis souvenue d’une vieille répartie dans années 80, où quand on avait le malheur de dire : je suis en forme, l’autre disait : oui, mais en forme de quoi ? Je sais, c’est une vieille blague et elle ne fait plus rire personne depuis longtemps.

Donc, pour en revenir au mot forme, j’ai eu un peu de peine, j’ai d’abord penser : être en forme, donc sport, donc fitness … bof.

Au final, j’ai photographié une sculpture, dont je ne sais pas ce qu’elle représente, mais elle a une jolie forme 😉 Je sais, j’aurai pu la prendre de face, mais j’avais peur de mouiller mon appareil photo.

IMG_0231

Projet photo du hibou : Nuage

Cette semaine le hibou nous demande d’illustrer le mot : nuage, ce qui au demeurant est assez simple, sauf que cette semaine il a fait gris très souvent et un jour un ciel bleu magnifique .. et sans nuage ! Donc une fois n’est pas coutume, j’ai été pioché dans ma réserve de photo.

La première est une photo de 2015, donc très récente, et j’adore quand le ciel « moutonne » de cette façon, on dirait qu’ils partent en vacances.

IMG_0022

Et la deuxième est une photo de 2014, j’aime tous ces contrastes de bleu entre le ciel et la montgolfière et ce petit nuage perdu au milieu de tout ce bleu.

20140717_184705

Projet photo de Ma : légume

Pour cette nouvelle semaine du projet photo de Ma, nous devons illustrer le mot : légume et cette fois encore ce ne fût pas trop compliqué. J’ai farfouillé dans mon frigo et j’ai fais avec ce que j’avais en rayon.

Je suis un peu comme une gosse et je n’aime que certaines catégories de couleur ! En hiver c’est le blanc pour le choux-fleur, le vert qui comprend : courgette, épinard et brocolis.

Ce que je voudrais tenter, c’est de cuisiner les anciens légumes comme : le panet, le navet, le topinambour, histoire de varier les goûts et les couleurs.

IMG_0216

Projet 12/2016 du hibou : fromage

Première photo pour le projet 12 du hibou, qui consiste à illustrer un mot par une photo une fois par mois, le dernier jour du mois. J’aime bien ce projet car il est simple à exécuter.

Pour cette première le mot est : fromage.

Et j’ai beau habiter dans un pays où c’est la principale activité, au final je ne mange pas beaucoup de fromage, pour la simple et bonne raison, que cet aliment est vecteur d’allergie pour moi. Donc au final, je supporte très peu de fromage, exit le fromage de brebis et surtout les fromages « au pourri » type Bleu Danois, Gorgonzola et j’en passe et des meilleurs.

Donc je me suis rabattue sur ce que je supporte, en fait pas grand chose, et surtout des fromages à pâte dur, donc voici mes préférés : le Caprice des dieux et le Gruyère que cette fois j’ai pris doux alors que je préfère nettement le salé, mais comme j’ai des aphtes !

IMG_0210