Semaine 21

Encore une semaine light en ce qui concerne la sortie des nouveaux films au cinéma. Seulement deux, mais les deux me plaisent potentiellement.

Le dernier long métrage de Jacques Doillon : Rodin, joué par Vincent Lindon, qui sublime le travail du génial et célèbre sculpteur. Un artiste, donc un être torturé et qui doute. Je suis très tentée.

Pour le deuxième film, il s’agit de la suite des aventures de Jack Sparrow et plus précisément comment il est devenu ce pirate redouté, dans : Pirates des Caraïbes – la vengeance de Salazar.

Avant de voir la bande-annonce, je me disais que c’était peut être celui de trop, mais j’aime bien ces films sur la jeunesse d’un héros qui deviendra charismatique.

L’oubli

LE PUITS DES MEMOIRES  de  Gabriel KATZ
Tome 1 : la traque

Editions Scrineo  / 398  pages

 

Résumé de l’histoire (4ème de couverture)

Trois hommes se réveillent dans les débris d’un chariot pénitentiaire accidenté en pleine montagne. Aucun d’eux n’a le moindre souvenir de son nom, de son passé, de la raison pour laquelle il se trouve là, en haillons, dans un pays inconnu.

Sur leurs traces, une horde de guerriers, venus de l’autre bout du monde, mettra le royaume à feu et à sang pour les retrouver. Fugitifs, mis à prix, impitoyablement traqués pour une raison mystérieuse, ils vont devoir survivre dans un monde où règnent la violence, les complots et la magie noire.

 

Mon avis

Il s’agit là du premier tome d’une trilogie. Donc on découvre les protagonistes, on les regarde tâtonner, essayer de se rappeler qui ils sont, quel est leur métier. Pourquoi étaient-ils prisonniers, pourquoi leurs têtes est mise à prix pour une fortune.

Ils vont donc démarrer une nouvelle vie, se donner de nouveaux noms et au fur et à mesure de leur aventure et de leurs combats, ils vont découvrir leurs points forts.

Il y a Nils le lanceur de couteau et ami des chevaux, Karib et Olen le mage et le joli cœur de la bande, puisqu’il a une amoureuse dans chaque ville qu’ils ont visités.

Ce premier tome démarre lentement, le trio reste uni, se cache dans des grandes villes comme Hélion, sont assez malins pour entrer dans l’armée et se fondre dans la masse des soldats. Petit à petit, ils découvrent pourquoi ils sont recherchés (un régicide) et leurs pouvoirs respectifs se manifestent au fil des mois.

Au final, ils sont attachants, il y a des remarques pleines d’humour et une vraie camaraderie les unit.

Un premier tome agréable, je vais donc lire les suivants.

 

Note :   3  / 5  

 

Semaine 20

Petite semaine avec seulement deux films à l’affiche mais qui me plaisent beaucoup.

Le premier c’est : les fantômes d’Ismaël, avec Mathieu Amalric, Marion Cotillard et Charlotte Gainsbourg. Autant j’aime beaucoup les deux actrices, autant j’ai de la peine avec Amalric, parfois c’est bien et parfois non. En plus, c’est le film d’ouverture du festival de Cannes. Certains critiques sont déçu, surtout par le personnage joué par Amalric, qui en fait des tonnes allant jusqu’à l’hystérie !

Perso, j’ai bien aimé la bande-annonce, ainsi que le pitch : Ismaël, cinéaste, s’est marié à Carlotta, dont il était fou amoureux, mais 3 ans plus tard elle a disparu. C’était il y a 21 ans. Ismaël vit désormais avec Sylvia lorsque Carlotta réapparait.  

Le second film est un film d’aventure revisité : le roi Arthur : la légende d’Excalibur avec Jude Law que j’apprécie particulièrement. Je trouve la bande-annonce très vendeuse d’un grand film d’aventure. Après c’est juste mon avis.

Les critiques qui l’ont vu n’ont pas apprécié, car selon eux, les batailles sont interminables, la bande son assourdissante et les effets spéciaux en 3D vous collent la migraine vite fait. C’est sur que si j’ai le choix je ne le regarderait pas en 3D, que je n’aime pas plus que ça.

Caïn – saison 5

Résultat de recherche d'images pour "sériecaïn 2017"

Les autres saisons de la série : ici  –  Attention spoiler

La saison 4, se terminait sur une arrestation musclée, et le suspect tire sur les deux femmes de la vie de Caïn, à savoir, son équipière Lucie et la femme de sa vie, Sonia, qui en plus attend leur enfant.

La saison 5 démarre 6 mois après cet épisode traumatisant. Elle est composée de 10 épisodes de 50 minutes, et au bout d’une dizaine de minutes on retrouve Lucie – fin du spoiler.

Je ne vais pas trop en dire, mais dans cette saison il y a de nouveau un fil rouge dans le récit, en la personne de David Wilker. Il a été mis en prison par Caïn il y a 7 ans pour avoir tué un flic. Même si le personnage est un méchant, il n’a pas tué ce policier, et Caïn et Moretti, ont « égaré » la preuve et l’on fait condamné pour ce crime qu’il n’a pas commis, car ils n’arrivent pas à le coincer pour les autres méfaits qu’il commet, comme secouer des témoins, ramasser de l’argent en pétant quelques jambes, et en expropriant des gens sous la menace.

David Wilker grâce à Gaelle, l’ex-femme de Caïn, arrive à prouver qu’il est innocent du meurtre du policier et il est libéré sur le champ. Gaelle décide de l’héberger dans sa maison, le temps que David trouve un travail et un endroit pour habiter. On va donc le voir souvent dans les différents épisodes de la saison. Pour se venger, il fait du charme à Gaelle, la manipule, afin d’atteindre Caïn.  

Plusieurs épisodes sont consacrés à Caïn avant qu’il ne soit en chaise roulante, ainsi qu’à l’enquête baclée sur David Wilker. Il cavale à la poursuite des voleurs, applique la loi de façon un peu aléatoire, égarant des preuves quand ça l’arrange. Il fait équipe avec Moretti, qui par la suite deviendra son capitaine et qui lui non plus n’est pas tout blanc, car souvent il couvre Caïn.

Et pour terminer, l’inspecteur Borel va être malmené et accidenté, ce qui laissera la place à une nouvelle enquêtrice, souvent mystérieuse. Dans le dernier épisode, Caïn est fait prisonnier et est menacé de mort, ainsi que son ex-femme et son fils, ce qui évidemment laisse la place à une saison 6 pour 2018.

Semaine 19

Cette semaine aucun film ne me tente, avec une comédie française et un film d’horreur.

La comédie française : Un profil pour deux, est avec Pierre Richard, 82 ans, qui découvre internet et ses possibilités de drague. Je ne suis pas plus tentée que ça par l’histoire, même si le personnage et la situation font sourire.

Pour le film d’horreur, il s’agit de : Alien – Covenant, de Ridley Scott, et je dois avouer que je ne suis plus tentée par ce style de film. Autant j’ai aimé les premiers de la série avec Sigourney Weaver, autant maintenant ça me crispe et je n’y trouve plus aucun plaisir. Maintenant, je pense que ceux qui aiment ce genre devraient se régaler.

 

La reconstruction

LES REGLES D’USAGE  de  Joyce MAYNARD
Editions Philippe Rey   –   472  pages

 

Résumé de l’histoire

Wendy a 13 ans et vit à New-York avec sa mère Janet, son beau-père Josh, un musicien et son demi-frère Louie qui a 4 ans et qui en septembre va entrer à l’école.

Le 11 septembre 2001, Janet pars au travail et ne reviendra pas. Au fur et à mesure que les jours et ensuite les semaines passent, l’espoir de voir revenir Janet s’amenuise.

C’est ce moment que choisit Garret, son père biologique, pour revenir et décréter qu’elle doit désormais vivre en Californie avec lui. Au départ Wendy est contente de découvrir ce père qu’elle idéalise, même si elle ne l’a pas revu depuis des années. Mais très vite elle est tiraillée entre sa vie à New-York avec Josh et son petit frère et cette nouvelle vie en Californie où son père lui laisse faire tout ce qu’elle veut.

Elle est tellement libre qu’elle part tous les matins, mais ne va pas à l’école. Elle se promène, s’invente une nouvelle vie. Elle rencontre un libraire clairvoyant et son fils autiste, mais aussi Violette fille mère à 15 ans et complètement paumée. Elle aura aussi un coup de cœur pour Todd qui sillonne les USA pour retrouver son grand frère.

Mais au final on va assister à la reconstruction de Wendy, de Josh qui était fou amoureux de sa mère et qui a de le peine à se remettre, son petit frère Louie qui croit que sa mère est absente car il a été méchant.

Dans les larmes il faudra faire son deuil et continuer à s’occuper de ceux et celles qui nous sont chers.

 

Mon avis

Un grand coup de cœur, pour une romancière dont j’entendais parler un peu partout, et que je découvre avec ce roman haut en intensité.

L’écriture est simple et fluide, mais les émotions sont très fortes, à tel point que j’ai pleuré à de nombreuses reprises, notamment les scènes où les proches parlent de Janet et de son absence.

Malgré tout, on ne tombe pas dans le pathos, mais dans une période de deuil et ensuite on s’ouvre à nouveau à la vie. Une fin en demi-teinte pour certains protagonistes, mais cela suit la logique de la vie.

C’est sûr je vais continuer à lire cette romancière et je vous la recommande chaudement.

 

Note :   5  / 5  coup de coeur

 

Insipide – 2

Résultat de recherche d'images pour "main basse sur pepys road"

Pour ceux qui me suivent depuis un moment, ils savent que je suis férue de séries et que j’apprécie particulièrement les séries anglaises. Mais là, malheureusement ce fut un flop.

La série intitulée : Main basse sur Pepys Road est passée sur Arte et est tirée du roman que j’ai chroniqué ici. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que la série est aussi fouillis que le roman, et j’ai seulement compris l’intrigue parce que j’avais lu le roman.

Le plus énervant, ce sont ces personnages qui apparaissent pour quelques répliques et qui disparaissent tout aussi vite, sans que l’on comprenne vraiment ce qu’ils venaient faire là dedans ! C’est le cas du petit fils de Pétunia que l’on voit dans son atelier dans le dernier épisode et on comprend qu’il est peintre et qu’il y est pour quelque chose dans cette affaire.

En conclusion, la série (3 épisodes de 1h) est très proche du roman et fidèle au niveau des incompréhension. J’ai été aussi déçue par la série que par le livre.

Insipide

CHERS VOISINS  de  John LANCHESTER
Editions Points   –   667 pages

 

Résumé de l’histoire (4ème de couverture)

Nous voulons ce que vous avez. Tel est le message que reçoivent les habitants de Pepys Road sur une carte postale.

Au no 42, Petunia, doyenne de la rue et mourante, préfère en rire. Au no 51, Roger, un poil inquiet, s’exaspère. Qui en veut à ce paisible quartier londonien dont les habitants s’ignorent gentiment ? Derrière chaque porte, dans chaque boîte aux lettres des destins se jouent.

 

Mon avis

Ce roman est à mi-chemin entre un roman policier et une comédie dramatique. Il y a énormément de personnages, qui sont tous très détaillés, au point de perdre le fil parfois.

Au final, je suis très déçue par l’issue de l’histoire, mais aussi par le fait que ce roman est un joyeux foutoir. John Lanchester se focalise sur certains personnages, au point qu’on les suit au quotidien et ensuite il n’en parle plus pendant des centaines de pages pour bâcler le portrait en quelques lignes à la fin du roman.

On parle aussi beaucoup de Roger, de ses problèmes de couple, de ses soucis professionnels, car il est dans la finance, avec des dizaines de pages sur la façon de faire de l’argent, du fait que ce sont des algorithmes qui gère les ventes, etc, et tout à coup un de ses subalternes vole l’entreprise, personnage dont on n’avait presque jamais entendu parler.

Autre exemple, il parle du petit-fils de Petunia, qui est un artiste méconnu et qui n’a jamais vendu aucune toile, qui veut faire un coup médiatique en taguant des bâtiments la nuit, mais on ne connaît pas l’issue de ce personnage.

Pareil pour la jeune réfugiée rwandaise, qui a un emploi de contractuelle, qui tombe amoureuse d’un habitant du quartier et qui soudain se fait arrêter et renvoyer dans son pays, car elle est en infraction avec la loi britannique. Son personnage qui arrive très tard dans le roman (presque au milieu du livre), on ne comprend pas bien ce qu’il vient faire là, si ce n’est inventer un maximum de personnages pour faire du remplissage.

Idem pour l’ouvrier roumain qui travaille dans cette rue, qui est un coureur de jupon, mais qui finalement semble être amoureux de la nounou d’une des familles de la rue et qui tout à coup disparaît du roman, sans que l’on sache très bien ce qui lui est arrivé ! 

 

Note :   2  / 5  

 

Mais au final pourquoi parler de ce roman, lu l’année passée ? Simplement parce qu’il vient de sortir en mini-série sur Arte et que je voulais savoir si la série était meilleure que le roman … réponse demain.

 

Qui est-il ? Portrait

 Résultat de recherche d'images pour "john lanchester"

John Lanchester, reporter sportif, rédacteur de notices nécrologiques, correcteur, critique gastronomique, rédacteur en chef de la London Review of Books, est l’auteur de quatre romans et d’un essai.

 

Semaine 18

Une toute petite semaine, niveau sortie de films. Je ferai l’impasse sur le film racontant la vie de Marie Curie, qui ne semble pas transcendant. Donc au final, il reste deux films.

Le premier c’est un film d’aventure : the lost city of Z, avec Charlie Hunnam, Sienna Miller et Tom Holland, qui raconte la découverte de l’Amazonie, par un anglais en 1906.

Le second est une comédie policière avec Morgan Freeman et Michael Caine dans : braquage à l’ancienne. Il ne sera pas le film de l’année, mais il rigolo, dans l’air du temps (les banques qui s’enrichissent sur le dos des retraités et des classes moyennes) et c’est toujours un plaisir de revoir Morgan Freeman et Michael Caine.

Retour sur avril

Un brin de muguet pour démarrer ce week-end 🌸🌼🌻🌺👍😁
#fleurs #muguet #soleil

Encore un mois qui passe à toute vitesse … une météo chaotique qui joue sur mon moral … des fêtes de Pâques sans surprise … s’acheter du muguet odorant … un passage à vide au milieu du mois … avoir du mal à supporter les rafales de bise à 30 km/heure … avoir mal de voir les arbres se tordre devant ma fenêtre … avoir été deux ou trois fois au parc pour lire … profiter un peu du soleil.

Mon nouveau sac à main qui se met en mode printemps 😀
#sacamain #bagage #desigual

Se balader dans les magasins … craquer pour un nouveau sac à main … Desigual et ses jolies couleurs … encore tomber sur un relou … être fatiguée de toujours devoir faire le premier pas … s’entendre demander avant le premier rv : tu vas m’inviter où et m’acheter quoi ?? .. c’est quand que les hommes deviennent mature ? … les hommes de 40 ans et plus ont disparu …ou alors ils préfèrent des nénettes de 20 ans … les hommes aussi mentent sur leur âge ! … bref, désillusion en pagaille.

Bilan du mois d'avril - une semaine sans marcher et cela se ressent sur la moyenne 😐😐
#fitbit ##fitbitone #fitness #marche #etreenbonnesante

Côté sport une baisse de régime … il manque 25 km pour atteindre l’objectif ! … par contre, sensiblement augmenté les escaliers … mais j’ai bon espoir de marcher 100 km ce mois ci … bientôt recommencer le vélo … trouver un programme gratuit de sport … avec coach personnel … peut être même faire les exercices dehors.