La survie en prison

 


UN PROPHETE

Réalisateur : Jacques Audiard
Comédiens : Pierre Leccia / Reda Kateb / Niels Arestrup / Tahar Rahim
Durée        : 2 H 30
Genre        : Drame

Note :  4 / 5    vu en novembre 2009

Résumé de l’histoire (selon journal local)

Condamné à six ans de prison, Malik El Djebena, ne sait ni lire, ni écrire. À son arrivée en Centrale, seul au monde, il paraît plus jeune, plus fragile que les autres détenus. Il a 19 ans. D’emblée, il tombe sous la coupe d’un groupe de prisonniers corses qui fait régner sa loi dans la prison. Le jeune homme apprend vite. Au fil des  » missions « , il s’endurcit et gagne la confiance des Corses. Mais, très vite, Malik utilise toute son intelligence pour développer discrètement son propre réseau…

 

Mon avis

Dans ce film, on voit tout ce qu’apporte la prison, en bien comme en mal. Malik va en prison pour 6 ans pour un délit mineur (on ne saura jamais vraiment lequel, mis à part qu’il a tabassé des flics).

A son arrivée, il se fait corriger et voler par les autres groupes de prisonniers, jusqu’à ce qu’il soit recruté par le clan corse. Pour être accepté, il doit tuer un autre prisonnier qui va témoigner contre Victor le chef du clan corse. Après avoir accompli « ce travail » il sera protégé par le clan. Il devient le larbin de Victor, faisant les courses et le ménage dans sa cellule. Grâce à Victor et à l’appui des gardiens, il pourra circuler dans toute la prison sans problème. Arrivé au milieu de sa peine il a le droit de sortir une journée complète, et Victor lui fera faire un certains nombres de missions pour lui, afin de régler ses affaires.

Mais Malik est très malin et profite de tous ce que la prison peut lui offrir. Il va à l’école, il apprend à lire et à écrire, le droit, l’économie, les maths. En cachette, il apprend le corse de façon à comprendre ce qui se dit dans le clan … et il développe son propre trafic de drogue que ce soit à l’intérieur de la prison ou à l’extérieur où il commande un groupe qui rayonne sur toute la France en utilisant la renommée de Victor pour régler ses propres affaires.

A sa sortie de prison, il est lettré, il a un travail de façade chez un mécanicien, il dirige la plus grande bande de dealer de France et il peut tuer n’importe qui sans problème … et il a seulement 25 ans.

Un film très intéressant, presque un documentaire et ce qui fait le plus froid dans le dos, c’est que très certainement ça se passe comme ça. Des jeunes ayant commis de petits délits, se retrouve à assassiner des gens pour pouvoir survivre en prison … et une fois pris l’habitude, ils vont continuer quand ils seront libres.

En conclusion, un film sûrement réaliste, il y a peu de temps mort malgré le fait qu’il dure 2 h 30 et l’on a l’occasion de voir toutes les magouilles avec les avocats, les gardiens à la solde de l’un ou l’autre groupe de prisonniers. Un film dur tant dans les images que dans la psychologie des personnages.

 

 

Publicités

La mort au bout de la rue

 

Donald WESTLAKE  –  Le couperet
éditions Rivages thrillers  /  246 pages

Résumé de l’histoire

Burke Devore était cadre supérieur dans une usine de papier depuis 25 ans. Son entreprise a été déplacée au Canada et il est licencié. Sans travail depuis 2 ans, il réfléchit à la meilleure façon de « rebondir ».

Finalement, il a une idée originale. Il décide d’éliminer la concurrence ainsi que la personne qui a le poste dont il rêve. Mais pourra-t-il « éliminer » des inconnus, qui lui ressemblent beaucoup et qui finalement ne lui ont rien fait ? Et comment va-t-il les supprimer ? Là est tout le suspense du livre. Burke osera-t-il le faire ? De quelle façon ? Et la morale dans tout cela ? Peut-on tuer des gens au nom du chômage et du désespoir ?

 

Mon avis

Très belle découverte pour moi avec cet auteur. Il a un humour noir et grinçant. Le rythme est enlevé et il y a peu de temps mort.

Je ne pensais pas qu’un livre traitant du problème du chômage, vu toutefois sous un angle inattendu, pourrait soulever un tel enthousiasme chez moi. J’ai trouvé le sujet très bien traité et passionnant. J’ai eu bien de la peine à laisser ce livre en suspens pour aller travailler !

Je le conseille fortement aux amateurs de thriller. Un coup de cœur.

 

Note : 5/5   première lecture en mars 2009

En 2007, un film avec José Garcia et Karin Viard a été tiré de ce livre, je l’ai vu récemment (en 2011) et j’ai trouvé le film excellent, à la hauteur du roman. José Garcia est parfait dans le rôle du héros torturé et pour une fois il n’en fait pas des tonnes. La seule chose qui m’a déçue, c’est que l’action se passe entre la France et la Belgique, alors que dans le roman cela se passe aux Etats-Unis.