Un tueur hors du commun

AVENUE DES GEANTS de Marc DUGAIN
Editions Gallimard – 362 pages

 

Résumé de l’histoire (4ème de couverture)

Al Kenner serait un adolescent ordinaire s’il ne mesurait pas près de 2,20 mètres et si son QI n’était pas supérieur à celui d’Einstein. Sa vie bascule par hasard le jour de l’assassinat de Kennedy.

Plus jamais il ne sera le même. Désormais, il entre en lutte contre ses mauvaises pensées. Observateur intransigeant d’une époque qui lui échappe, il mène seul un combat désespéré contre le mal qui l’habite.

Inspiré d’un personnage réel, Avenue des géants, récit du cheminement intérieur d’un tueur hors du commun, est aussi un hymne à la route, aux grands espaces, aux mouvements hippies, dans cette société américaine des années 60 en plein bouleversement, où le pacifisme s’illusionne dans les décombres de la guerre du Vietman.

 

Mon avis

Un véritable coup de cœur pour l’écriture, pour l’histoire et le personnage. J’ai décidé de recopier le 4ème de couverture, pour ne pas trop en dire, car de toute façon les mots me manquent pour exprimer ce que j’ai ressenti à la lecture de ce roman.

Une relation mère – fils hors norme et malsaine, et au fil des mauvais traitements Al Kenner deviendra un personnage étrange et renfermé pour toutes sortes de raisons. Et comme c’est tiré d’une histoire vraie, ça fait froid dans le dos.

Note : 5 / 5 

 

L’amour à sens unique

DELIRE D’AMOUR  de  Ian MC EWAN
Editions Gallimard   –   308 pages

 

Résumé de l’histoire (4ème de couverture)

La vie tranquille de Joe Rose, faite de bonheur conjugal et de certitudes scientifiques, bascule le jour où il est impliqué dans un accident mortel.

Parce qu’il se sent coupable, mais surtout parce qu’il fait ainsi la connaissance d’un jeune homme, Jed, qui lui voue sur le champ un amour aussi total qu’inexplicable, aussi chaste que dévorant. Car Jed, qui veut guérir Joe de son athéisme, est convaincu que leur rencontre a été voulue par Dieu, et que cet amour est forcément réciproque.

Début alors un harcèlement amoureux terrifiant, qui bouleverse l’existence de Joe et le confronte à ses propres démons.

 

Mon avis

Je dois avouer que j’ai eu beaucoup de peine avec ce roman, et qu’au bout de 100 pages j’ai failli abandonner. Il y a souvent des répétitions, comme par exemple la scène de l’accident qui dure près de 80 pages.

Tout au long du roman, il y a des questionnements qui reviennent en boucle : suis-je un lâche ? pourquoi cet homme me poursuit-il ? pourquoi est-il amoureux de moi ? Et comme Joe est un scientifique, il essaie de poser une approche rationnelle, il y a beaucoup de citations scientifiques tout au long du livre, à tel point que l’on se demande s’il  ne devient pas fou et que toute cette histoire est le fruit de son imagination.

On parle aussi beaucoup et on explique le syndrome de Clérambault, dont Jed Parry est atteint. Sur la longueur j’ai fini par trouver ça ennuyeux.

Peut être aussi le roman a-t-il mal vieilli, puisqu’il a été écrit en 1997 et qu’en 20 ans la plume de Mc Ewan a forcément changé. Les autres romans lus sont beaucoup plus récents et peut être que je préfère ses textes actuels.

Je vais tenter ma chance avec d’autres titres de l’auteur.

 

Note :   3  / 5  

Un autre roman que j’ai adoré : l’intérêt de l’enfant