Publié dans Livres, nouvelles, roman contemporain

De l’amour à la haine

Résultat de recherche d'images pour "oates cher époux philippe rey"

CHER EPOUX de Joyce Carol OATES
Editions Philippe Rey – 376 pages

Résumé de l’histoire

Ce livre est un recueil de 14 nouvelles, assez inégales selon les sujets. On explore surtout les sentiments comme la haine, la jalousie, l’amour parents-enfants, l’amour entre les conjoints et parfois la haine entre frère et sœur.

Certaines nouvelles sont glaçantes, tant certains sentiments sont forts.

Panique : un couple en voiture, avec leur enfant à l’arrière, des ados dans un bus scolaire avec un pistolet, qui font mine de tirer sur les voitures qui les suivent. Qui la mère va-t-elle sauver ? Et comment le prendra l’autre personne.

L’aveugle et ses filles : Un homme très âgé, aveugle, qui ne veut pas quitter sa maison, une fille obligée de vivre avec son père au dépend de sa vie personnelle, et la découverte d’un vieux secret pourrait changer la donne.

Idylle à Princeton : Une correspondance entre Sophie Niemarck et l’ancienne employée de maison de ses grands-parents, Muriel Kubelik, qui veut des renseignements sur son grand-père et son travail à l’université. Dialogue qui démarre de façon joviale, mais un secret ressurgi qui va gâcher la correspondance.

Décharge : Ou la difficulté pour Hector Campos Junior de s’intégrer dans une université et de s’entendre avec ses camarades de classe. Nouvelle qui évoque aussi les beuveries universitaires et les bizutages pour pouvoir entrer dans une confrérie.

Le sutra du coeur : André Gatteau, poète renommé, s’est retiré dans une retraite zen afin de méditer. Serena, sa maîtresse, qui a 20 ans de moins que lui et qui a réussit à avoir un enfant, alors qu’André ne le désirait pas, lui fait du chantage, menaçant de tuer leur enfant s’il ne revient pas très rapidement.

Mon avis

Une lecture agréable mais inégale selon les nouvelles et le sujet traité, mais ça se laisse lire surtout entre deux grands romans. Je suis fan de cette romancière et je peux tout à fait admettre que certains de ses romans soit moins à mon goût.

Note : 3 / 5 

Publié dans Livres, roman policier, thriller

L’année de mes 13 ans

L’HOMME DE LA MONTAGNE   de   Joyce MAYNARD
Editions Philippe Rey   –  314  pages

 

Résumé de l’histoire

Eté 1979 en Californie du nord. Rachel 13 ans, la narratrice, et sa sœur Patty 11 ans, se préparent à passer leur deux mois de vacances à vagabonder, seules, dans la montagne.

Depuis le divorce de leur parents, quelques années plus tôt, leur mère est dépressive, ne s’occupe plus de rien (lessive, courses ou repas) et laissent donc ses filles faire leur vie à leur guise, passant son temps enfermée dans sa chambre à lire.

Le père Anthony Torricelli, tombeur de ses dames avec son alpha rouge, est inspecteur de police, a un charme fou et depuis son divorce papillonne d’une femme à une autre. Son seul point faible, ses filles qu’il adore, et il essaie de les voir le plus souvent possible.

Mais c’est été 1979, tout va changer, car un tueur en série assassine et viole des jeunes femmes dans la montagne qui se trouve juste derrière le domicile de ses filles. Il est chargé de l’enquête et il n’a plus une minute à lui. Plus les cadavres s’empilent, plus sa hiérarchie lui met la pression, à tel point qu’il n’en dort plus.

Ses filles ne rêvent que du moment où leur père passera à la télé après avoir arrêté le tueur. Jusqu’au jour, où il décide de s’en prendre à sa fille aînée, qui en réchappera de peu. Malheureusement, après une dizaine de cadavre et suite à la bévue de ses filles, il est viré de l’enquête et ce sera l’échec le plus cuisant de sa carrière, il ne s’en remettra pas.

Soudain un homme se dénonce spontanément comme étant le tueur. La police se dépêche de le mettre en prison et de boucler l’affaire. Mais les filles Torricelli savent que ce n’est pas lui.

30 ans plus tard, Rachel, devenue écrivain, décide d’écrire un roman sur cette affaire, en mettant un fait que seul le vrai tueur peut savoir. Reste à savoir si le piège va fonctionner et surtout Rachel va-t-elle pouvoir le faire arrêter ? Et va-t-elle sortir indemne de cette confrontation ?

 

Mon avis

Ce roman est tiré d’un fait divers réel, autant pour le tueur que pour l’inspecteur et ses deux filles. L’auteur a changé les noms de famille et les lieux, mais pour le reste c’est son travail d’écrivain de broder autour de cette histoire de base.

Certes c’est un roman policier haletant, mais c’est surtout un décryptage de la vie de deux fillettes entrant dans l’adolescence, avec l’école, les garçons qui vous tournent autour, se poser des questions sur la sexualité. C’est aussi s’accommoder du divorce de leur parent, voir leur père séduire tous un tas de femmes et se demander s’il va se remarier, et quelles seront les conséquences pour elles ? C’est voir leur mère dévastée de chagrin quand elle se retrouve seule, et ne pas pouvoir détester leur père pour ce qu’il fait.

L’écriture est très belle, les émotions sont exacerbées et l’ambiance de ces fillettes de 13 ans et leurs préoccupations (avoir ses règles, embrasser un garçon, coucher avec lui ou pas, se projeter dans les études ou un travail) a été un vrai bonheur pour moi.

C’est mon deuxième livre de cette romancière et j’ai passé un excellent moment, je ne peux que le recommander.

 

Note :   5  / 5 

Bibliographie :
Prête à tout  4/5
Baby love   3/5
Les règles d’usage  5/5

 

Publié dans Livres, roman contemporain

La reconstruction

LES REGLES D’USAGE  de  Joyce MAYNARD
Editions Philippe Rey   –   472  pages

 

Résumé de l’histoire

Wendy a 13 ans et vit à New-York avec sa mère Janet, son beau-père Josh, un musicien et son demi-frère Louie qui a 4 ans et qui en septembre va entrer à l’école.

Le 11 septembre 2001, Janet pars au travail et ne reviendra pas. Au fur et à mesure que les jours et ensuite les semaines passent, l’espoir de voir revenir Janet s’amenuise.

C’est ce moment que choisit Garret, son père biologique, pour revenir et décréter qu’elle doit désormais vivre en Californie avec lui. Au départ Wendy est contente de découvrir ce père qu’elle idéalise, même si elle ne l’a pas revu depuis des années. Mais très vite elle est tiraillée entre sa vie à New-York avec Josh et son petit frère et cette nouvelle vie en Californie où son père lui laisse faire tout ce qu’elle veut.

Elle est tellement libre qu’elle part tous les matins, mais ne va pas à l’école. Elle se promène, s’invente une nouvelle vie. Elle rencontre un libraire clairvoyant et son fils autiste, mais aussi Violette fille mère à 15 ans et complètement paumée. Elle aura aussi un coup de cœur pour Todd qui sillonne les USA pour retrouver son grand frère.

Mais au final on va assister à la reconstruction de Wendy, de Josh qui était fou amoureux de sa mère et qui a de le peine à se remettre, son petit frère Louie qui croit que sa mère est absente car il a été méchant.

Dans les larmes il faudra faire son deuil et continuer à s’occuper de ceux et celles qui nous sont chers.

 

Mon avis

Un grand coup de cœur, pour une romancière dont j’entendais parler un peu partout, et que je découvre avec ce roman haut en intensité.

L’écriture est simple et fluide, mais les émotions sont très fortes, à tel point que j’ai pleuré à de nombreuses reprises, notamment les scènes où les proches parlent de Janet et de son absence.

Malgré tout, on ne tombe pas dans le pathos, mais dans une période de deuil et ensuite on s’ouvre à nouveau à la vie. Une fin en demi-teinte pour certains protagonistes, mais cela suit la logique de la vie.

C’est sûr je vais continuer à lire cette romancière et je vous la recommande chaudement.

 

Note :   5  / 5  coup de coeur