Dérapage alcoolisé

EN VRILLE  de  Deon MEYER
Editions Seuil policier   –   450 pages

 

Résumé de l’histoire

Voici une nouvelle aventure de l’inspecteur Benny Griessel. Il doit enquêter sur le meurtre d’Ernst Richter, créateur d’un site qui fournit de faux alibis aux conjoints adultères.

Mais dans la même journée, Benny apprend le suicide d’un collègue, ce qui le fait replonger dans l’alcool, alors qu’il était sobre depuis plus d’un an ! Réaction immédiate de sa compagne, Alexa, elle le quitte. Benny est dans la tourmente et n’arrive pas à assurer. C’est donc Cupido, son collègue qui va diriger sa première enquête.

En parallèle, on assiste à l’interrogatoire de François Dutoit, un viticulteur en faillite qui vient de se marier. Il explique par le menu, la création d’un domaine viticole par son grand-père, ainsi que les embûches que sa famille a vécu. Est-il l’assassin ? Ou un de ses proches ?

 

Mon avis

Encore un très bon roman de Deon Meyer. Dans celui-ci peu d’action mais beaucoup de réflexion, avec la mise en avant de son collègue Cupido.

C’est aussi le roman le plus récent, puisqu’il a été écrit en 2016.

Benny, toujours aussi attachant, est envahi par ses démons alcoolisés, la perte de sa chérie, le retour des séances aux alcooliques anonymes. Mais Alexa lui laisse une porte de sortie, s’il arrive à se reprendre, elle reviendra.

En alternance, il y a l’enquête sur l’entreprise qui fournit de faux alibis aux conjoints adultères, on voit comment ça fonctionne, on interroge le personnel, on découvre des jalousies, et cerise sur le gâteau, le patron faisait chanter des clients importants. Mais ça n’explique pas encore son meurtre.

De l’autre côté, il y a l’interrogatoire de François Dutoit, qui raconte comment on crée un domaine viticole, comment on travaille pour copier un vin qui ressemble à de grands crus français, en autre le Bordeaux. Essayer de sortir du lot, par rapport aux autres vignobles du Cap. Et son histoire familiale est très intéressante.

Je ne peux que le conseiller, on passe un très bon moment et on s’instruit.

Note :   5  / 5

Les autres romans avec Benny Griessel :

Kobra
13 heures

 

Publicités

La vengeance est un plat qui se mange froid

LES OREILLES DE BUSTER  de  Maria ERNESTAM
Editions Gaïa   /   410 pages

Résumé de l’histoire

Eva a 56 ans, vit à Frillesas dans la campagne suédoise avec Sven, et sa passion c’est de s’occuper de ses rosiers. Pour son anniversaire, sa petite-fille lui a offert un journal, et nuit après nuit, avec un verre de vin, elle raconte son passé.

D’abord son enfance de petite fille unique, qui vit entre un père aimant et une mère méchante et tyrannique qui la déteste. Au fil des pages, elle se souvient de la façon dont sa mère la méprise, la rabaisse, l’insulte. A la maison, il y a toujours des disputes, provoquées par sa mère, qui se plaint de son mari, pas assez ambitieux, et pour se venger elle aura de multiples amants. Eva a 8 ans et elle décide de tuer sa mère.

Eva a 17 ans, elle rencontre John un marin anglais et elle tombe amoureuse. Ils vont échanger beaucoup de correspondance et elle passera un été en Angleterre dans sa famille. Le retour chez sa mère est d’autant plus difficile.

Eva apprend que le père qui l’a élevé n’est pas son père biologique, comme promis, elle s’occupera de sa mère, découvrira qu’elle est enceinte, aura une vie professionnelle agréable et intéressante et elle vivra à Frillesas toute sa vie … avec son terrible secret.

 

Mon avis

Pour moi un bon roman, car j’ai eu beaucoup d’empathie avec Eva qui doit se battre jour après jour contre son horrible mère. Même si ce qu’elle fait est punissable par la loi, je peux aisément la comprendre, en plus, elle commet le meurtre parfait. C’est presque un page-turner, car j’ai eu de la peine à le mettre sur la table de nuit et à dormir.

Il y a aussi un petit suspens par rapport au personnage de Sven, qui sera dévoilé dans les toutes dernières pages.

 

Note :   4  / 5 

 

Mais qui est-elle ? Portrait

Maria Ernestam est suédoise, née en 1959 et vit à Stockholm, elle a été : chanteuse, danseuse, mannequin, journaliste et écrivain.

Elle a écrit 5 romans, mais il semble que seul 3 romans ont été traduit. Le premier : toujours avec toi, le second : les oreilles de Buster et le 3ème : le peigne de Cléopâtre.

Une autre vision de la mort

 

THE LOVELY BONES

 

Réalisateur :   Peter Jackson
Comédiens :   Mark Wahlberg / Rachel Weisz / Susan Sarandon
Durée        :   2 h 15
Genre        :   Drame

 

Note :  5 / 5    vu en mars 2010

 

Résumé de l’histoire (résumé Pathé)

L’histoire d’une jeune fille assassinée qui, depuis l’au-delà, observe sa famille sous le choc de sa disparition et surveille son meurtrier, ainsi que la progression de l’enquête… D’après le roman d’Alice Sebold « la nostalgie de l’ange ».

 

Mon avis

Contre toute attente, j’ai trouvé le film très réussi. J’ai été voir ce film pour beaucoup de raison. D’abord, j’apprécie Peter Jackson en tant que réalisateur et j’essaie d’aller voir tous ces films et passer du « seigneur des anneaux » à celui-ci, c’est carrément un grand écart. Ensuite, j’ai de l’empathie pour certains acteurs : Mark Wahlberg et Susan Sarandon ainsi que l’ado qui joue Suzy Salmon, que je ne connaissais pas mais que je trouve adaptée au rôle.

Ensuite, dans la mesure du possible, quand un livre m’a plu (ce qui était le cas avec ce roman, même si je l’ai lu il y a 6 ou 7 ans) j’essaie de voir l’adaptation cinéma et de voir si cela ressemble un tant soit peu au livre … et de ce côté je trouve que c’est plutôt réussi. Un seul détail m’a tracassée, je me souvenais que le tueur s’échappait, mais je n’avais pas souvenir qu’il mourrait et surtout de cette façon là … Si quelqu’un peut éclairer ma lanterne sur ce détail, c’est bien volontiers.

Toutes les scènes montrant Suzy dans « son paradis » sont visuellement très belles, tant au niveau des couleurs, que des effets spéciaux (par exemple l’arbre vu de loin devient des oiseaux s’envolant en même temps et laisse l’arbre nu comme en hiver). Les assemblages de planète, les bouteilles de verre de son père avec les bateaux se fracassant dans son paradis est très bien fait. (voir la vidéo en fin d’article).

La musique a un petit côté céleste pas trop désagréable et j’ai trouvé l’affiche très belle.

De plus, il me semble que Peter Jackson a enlevé certains détails macabres, sur lesquels l’auteur insistait dans le livre, qui sont très édulcorés dans le film mais qui n’empêche pas la compréhension de l’histoire.

Donc au final un moment fort, intense, pas désagréable. Je fais partie de ceux qui ont aimé.

 

 

 

Mystérieuse disparition

 
Disparu à jamais

DISPARU A JAMAIS  de  Harlan COBEN
Editions Pocket   /   467 pages

 

Résumé de l’histoire (4ème de couverture)

Livingston, banlieue de New-York. Il y a onze ans, Ken Klein, accusé d’avoir violé et étranglé sa petite amie, disparaissait à jamais, emportant avec lui la vérité sur  ce meurtre aussi atroce qu’inexplicable.

Convaincu de l’innocence de son frère, Will s’est résigné à cette fuite sans retour. Jusqu’au jour où il apprend que, revenu sur les lieux du crime, Ken a été aperçu dans le cimetière de la ville. Bientôt, Will voit sa fiancée le quitter sans explication. Il est temps que Will comprenne que les deux êtres qui lui sont le plus chers sont peut être ceux qu’il connaît le moins.

 

Mon avis

Premier contact avec cet auteur à succès dont j’ai beaucoup entendu parler. Mon avis est mitigé. Le roman est bien mais sans plus. C’est vrai qu’il y a un certain suspens, mais par moment ça part dans tous les sens, sans que l’on sache très bien pourquoi. Je trouve la description et la psychologie des personnages un peu simplette.

De plus, le fait que le FBI soit toujours mêlé à un roman policier américain me fatigue beaucoup. A croire qu’un bon roman policier, ne peut pas être écrit, sans que le FBI, CIA ou autre entité américaine ne fasse irruption. Du coup, il est parfois difficile de faire la différence entre le vrai et le faux, parfois ça me semble compliqué pour pas grand-chose.

Enfin, ceci n’engage que moi. Je ne l’ai pas lu dans une très bonne période, il m’a fallu plus d’une semaine pour le lire, et toutes ces interruptions n’étaient peut être pas bonnes pour la fluidité de la lecture.

Bien entendu, je vais lire un autre de ces romans afin de faire un comparatif, savoir si c’est l’auteur ou le genre qui ne me convient pas. J’avais pris celui-ci à la bibliothèque, car j’avais entendu parler de son dernier roman, sorti il y a peu, et qui n’étais pas encore disponible dans ma bibliothèque. Mais de toute façon, une bonne lecture d’été.

 

Note : 2 / 5   première publication en août 2009