Semaine 44

Cette semaine il y a trois films qui me parle, avec des acteurs et actrices que j’apprécie particulièrement.

Le premier est un polar réalisée par Olivier Marchal, qui se trouve être un ancien flic de la brigade criminelle, devenu ensuite acteur et surtout réalisateur. Son dernier film : Carbone, avec Benoît Magimel et Gérard Depardieu, parle de petits malins qui montent une arnaque à la TVA … mais quand l’argent coule à flot, il faut savoir garder le profil bas afin de ne pas se faire repérer.

 

Le deuxième : mise à mort du cerf sacré est un thriller psychologique du cinéaste grec Yorgos Lanthimos, primé au festival de Cannes, avec Nicole Kidman et Colin Farrell. La bande annonce est flippante à souhait et me donne très envie de le voir.

 

Et je termine avec un film catastrophe, que je me contenterai de voir lors de son passage télé : geostorm avec Gerard Butler que je n’aime pas plus que ça. Le pitch : un réseau de satellites contrôle le climat, mais le dispositif se dérègle créant des catastrophes en série : tsunamis, tornades et autres.

 

Publicités

Big little lies

Résultat de recherche d'images pour "big little lies"

Big Little Lies, ou Petits secrets, grands mensonges au Québec, est une mini-série américaine en sept épisodes de 60 minutes, basé sur le roman Petits secrets, grands mensonges de Liane Moriarty.

Le pitch : Madeline Martha Mackenzie est une mère de famille à la vie apparemment parfaite. Elle rencontre le jour de la rentrée Jane Chapman, la mère célibataire d’un petit garçon. Elle lui fait rencontrer sa meilleure amie, Celeste Wright, une femme d’apparence fragile, et les trois femmes se lient d’amitié.

Mais à la fin de la rentrée, un accident se produit. Ziggy, le fils de Jane, aurait étranglé la fille de l’une des mères les plus influentes de l’école. Cet accident qui semble pourtant sans conséquence va bousculer le quotidien de la petite ville de Monterey jusqu’au jour où un meurtre se produit lors d’une soirée pour l’école.

Autant vous le dire tout de suite, j’ai a-do-ré cette série ! D’abord le casting envoie du lourd avec Reese Witherspoon, Nicole Kidman, Zoé Kravitz et Shailene Woodley. La play liste qui passe tout au long des épisodes est superbe ainsi que le générique qui est tiré d’une chanson de Michael Kiwanuka, que je vous mets en fin d’article.

Je trouve que la façon dont l’histoire est racontée très originale. On démarre par la fin. La police est là, il vient d’avoir un meurtre ou un accident. Ensuite, la police interroge les habitants de Monterey qui participaient à cette fête. Et tout en flash back, on découvre les trois femmes fortes de l’histoire.

Il y a Reese Witherspoon qui joue Madeline Mackenzie, une femme dans la trentaine, qui ne travaille plus, à part bénévolement pour le théâtre de la ville. Elle a une fille adolescente d’un premier mariage avec qui elle se dispute constamment. Elle a beau être séparée de son premier mari depuis 15 ans, elle n’arrive pas à passer à autre chose, car elle le croise tout le temps et elle déteste sa nouvelle femme, jouée par Zoé Kravitz, jolie et bien plus jeune qu’elle.

Ensuite, il y a Nicole Kidman qui joue Céleste Wright, la quarantaine, mère au foyer de jumeaux turbulents, ancienne avocate, qui semble très éprise de son mari. Mais au fil de l’histoire, on se rend compte que son époux est un pervers narcissique, il lui interdit de travailler, de voir des amis, l’a séparée de sa famille en l’emmenant vivre à Monterey. Il la frappe régulièrement et ils décident de suivre une thérapie de couple. Cela va beaucoup aider Céleste à accepter ce qui lui arrive.

Et pour terminer le trio, il y a Shailene Woodley qui joue Jane Chapman, la vingtaine, mère célibataire d’un petit garçon timide. Jane est étrange et il est évident qu’elle a un secret, que l’on devine assez vite. Elle vit à Monterey depuis peu, venue pour échapper à ses démons, elle habite un petit appartement en bord de mer.

Sur un incident, ces trois là vont devenir les meilleures amies du monde, se serrer les coudes, se protéger mutuellement.

Cette série évoque très bien ce que vivent les femmes du XXI siècle. Il y a une guerre des nerfs entre les femmes au foyer et les wonder womans qui ont souvent des postes à responsabilité. On évoque des clichés, les femmes au foyer font du yoga, se baladent et boivent des cafés en terrasse et les wonder womans sont de mauvaises mères car elles aiment leur travail et ont des bonnes à domicile pour gérer la maison, les courses et les enfants. Tout est dans le paraître. Une fête d’anniversaire ne peut pas être réussie si toute l’école ne vient pas, et il faut un clown, un chapiteau, des chevaux, etc alors que la gamine a juste 6 ans !

Il n’y aura pas de saison 2, puisque l’affaire est résolue à la fin de la saison 1.

Mais j’ai aimé voir ces actrices dans une mini-série de qualité.

Semaine 8

Cette semaine, il y a trois films qui me plaisent dans des genres totalement différents.

Le premier et sûrement le plus flippant, c’est : split qui raconte l’histoire de Kevin (joué par James McAvoy) et de ses 23 personnalités ! J’avoue que j’ai toujours été fascinée par la psychiatrie et la diversité de la folie, ainsi que les psychopathes, les sérial killer, etc.

Ensuite dans un autre style, il y a : harmonium, un film japonais qui raconte l’histoire de Toshio, sa femme Akié et leur fille. Un jour, un ancien ami de Toshio se présente à son atelier après avoir passé 10 ans en prison. Toshio lui offre un travail et le fait vivre dans sa maison, mais peu à peu il s’immisce dans la vie de famille.

Le dernier film, qui est tiré d’une histoire vraie, n’est pas forcément aimé par la critique, c’est : Lion. Il me tient à coeur, car il y a Dev Patel, comédien indien que j’adore, Rooney Mara et Nicole Kidman. Il raconte l’histoire de Saroo, qui a 5 ans se retrouve seul dans un train qui traverse l’Inde. Après des mois d’errances, il est reccueilli dans un orphelinat et adopté par un couple d’australien. 25 ans plus tard, il essaie de retrouver sa famille.