Publié dans Livres, roman contemporain

Le meilleur pâtissier

La Meilleure d'entre nous

LA MEILLEURE D’ENTRE NOUS de Sarah VAUGHAN
Editions Le livre de poche – 530 pages

Résumé de l’histoire

Une histoire qui se situe dans deux époques. D’un côté on suit Kathleen Eaden dans les année 1960, heureuse en ménage, et qui écrit un livre de cuisine à l’usage des ménagères anglaises et qui fait aussi la promotion des magasins de son mari, qui vend les denrées nécessaires à la confection de gâteaux en tout genre : brioche, scone, madeleine, cake, pain, etc. La seule douleur de Kathleen, ce sont ses fausses couches à répétition, alors qu’elle et son mari rêvent d’avoir une multitude d’enfants.

De nos jours, on suit 5 candidats qui sont en lice dans un concours de pâtisserie, basé sur le livre de Kathleen Eaden.

Il y a Jenny, la cinquantaine tout en rondeurs, délaissée par son mari.

Vicki qui aspire à plus qu’à élever son fils Alfie, elle cherche encore la reconnaissance de la part de sa mère !

Claire, la caissière mère célibataire ; Karen, dont l’apparente perfection dissimule bien des secrets et Mike, veuf en pleine thérapie culinaire.

J’ai trouvé vraiment dommage que le personnage de Mike ne soit pas plus développé, car on ne lui consacre pas plus de 2 pages sur la totalité du roman.

Mon avis

Vite lu, vite oublié !

J’ai failli arrêter ma lecture vers la page 100, mais certains personnages étaient attachants et finalement j’ai été au bout. Une lecture agréable dans le monde de la pâtisserie et une galerie de personnages assez caricaturaux et c’est ce qui m’a gêné. Un dernier bémol, en lisant ce roman on a tout le temps faim !;-)

On évoque beaucoup de sujets en plus de la pâtisserie, la façon d’élever les enfants, le mariage longue durée, l’anorexie, le sport, la reconnaissance maternelle, les fausses couches.

Mon personnage préféré est sans conteste, Kathleen Eaden, j’ai aimé suivre son parcours, original pour l’époque, sa persévérance à vouloir mener de front l’écriture de son livre de cuisine et avoir aussi des enfants, à une époque où cela n’allait pas de soi.

Note : 3 / 5

La romancière a écrit un autre roman : la ferme du bout du monde, mais je ne connais pas le thème du roman.

 

Publié dans Livres, roman policier, thriller

Le tambour ancestral

Résultat de recherche d'images pour "olivier truc le dernier lapon éditions point"

LE DERNIER LAPON de Olivier TRUC
Editions Points – policier – 570 pages

Résumé de l’histoire (4ème de couverture)

Depuis 40 jours, la Laponie est plongée dans la nuit. Dans l’obscurité, les éleveurs de rennes ont perdu un des leurs. Mattis a été tué, ses oreilles tranchées, le marquage traditionnel des bêtes de la région.

Non loin de là, un tambour chaman a été dérobé. Seul Mattis connaissait son histoire. Les Lapons se déchirent : malédiction ancestrale ou meurtrier dans la communauté ?

J’ai préféré recopier le 4ème de couverture, car l’intrigue est complexe et ne peut pas se résumer en quelques lignes, par peur aussi de trop en dire.

Mon avis

Je suis bluffée et conquise par ce premier roman. A la fois enquête policière mais aussi découverte des traditions des Samis, qui ont ensuite été renommé Lapon par les Danois et les Suédois qui leur ont volés leurs terres, notamment pour le minerai qui se trouve dans leur sous-sol, ensuite ils les ont obligés à se convertir au christianisme.

On découvre un peuple vivant au plus près de la nature, avec leurs rennes, suivant le rythme des saisons. Il y a de fortes tensions entre les Samis et les Suédois, car ils n’ont pas la même façon de vivre.

La police des rennes dont Klemet fait partie, doit démêler les disputes entre éleveurs et il n’a jamais travaillé sur un meurtre aussi sordide. Klemet est un Sami, mais qui connaît mal son peuple et son histoire.

Note : 4 / 5

Qui est-il ?

Résultat de recherche d'images pour "olivier truc"

Olivier Truc est né à Montpellier. Il est journaliste depuis 1986. Il vit à Stockholm depuis 1994 où il est le correspondant du Monde et du Point. Spécialiste des pays nordiques et baltes, il est aussi documentariste.

 

 

Publié dans Livres, roman contemporain

Quand les secrets sortent

Résultat de recherche d'images pour "céleste ng"

 

TOUT CE QU’ON NE S’EST JAMAIS DIT de Céleste NG
Editions Sonatine – 271 pages

 

Résumé de l’histoire

3 mai 1977,Lydia Lee, seize ans est morte. Mais sa famille l’ignore encore. Commence alors une introspection minutieuse de tous les membres de sa famille, car s’agit-il d’un meurtre, un accident ou d’un suicide ?

Il y a son père, James, d’origine chinoise, professeur d’université, qui veut tellement s’intégrer que parfois il est invisible aux yeux des autres.

Sa femme, Marylin, pur produit américain, blonde aux yeux bleus, mère au foyer par obligation, car son ambition était de devenir médecin, et qui rêve que sa fille accomplisse ce qu’elle n’a pas pu faire.

Son frère aîné, Nathan, 19 ans, qui se prépare à partir dans une université prestigieuse, sous le regard indifférent de ses parents.

Et la petite dernière, Hannah, 10 ans, arrivée là par accident, rejetée par ses parents, qui passe son temps à être invisible, cachée sous les tables ou dans les coins de pièce. Elle habite au grenier « l’endroit ou l’on dépose les objets dont on ne veut plus » … ça en dit long sur sa place dans la fratrie !

Car l’enfant préférée des parents, c’est Lydia, une adorable chinoise aux yeux bleus, obéissante, docile, faisant exactement tous ce que sa mère lui ordonne (suite à un pacte secret), bonne élève mais n’ayant aucun ami, car elle passe son temps à étudier.

Et au fil de l’histoire, on va découvrir les secrets, les chagrins, les rancœurs et les interrogations de chacun des membres de la famille et l’on va comprendre ce qui est arrivé à Lydia et qui elle était réellement.

 

Mon avis

Un coup de coeur et une claque phénoménale. Je crois que je ne suis pas prête d’oublier cette histoire et cette famille si attachante et atypique.

Avec finesse, l’auteure évoque une multitude de thèmes : le mariage multi-culturel, l’accession à l’université pour les femmes, le droit à un travail valorisant pour les femmes, l’intégration des enfants métissés dans les écoles. Mais aussi la fratrie, quand une enfant est préférée à ses frères et sœurs, comment chacun trouve sa place dans cet environnement.

Note : 5 / 5

 

 

Publié dans Livres, roman policier, thriller

Déception à Milan

Meurtres à la pause-déjeuner par Veloce

MEURTRES A LA PAUSE DEJEUNER de Viola VELOCE
Editions Liana Levi – 248 pages

 

Résumé de l’histoire

Cette histoire se passe en Italie, à Milan, et raconte la vie pathétique de Francesca, comptable dans une entreprise. Ce jour là, juste après sa pause déjeuner, dans les toilettes, elle découvre sa collègue morte une corde autour du cou.

La police fait son enquête et révèle qu’il s’agit d’un meurtre. Reste à savoir si le coupable est un employé de l’entreprise où si il s’agit d’une personne venue de l’extérieur. Les employés n’en mènent pas large … et d’autres meurtres surviennent, tous des collègues de Francesca.

 

Mon avis

Autant le dire tout de suite, j’ai détesté ce roman et j’ai bien cru ne jamais en venir à bout ! Les personnages, et en particulier Francesca, ne sont pas sympathiques pour deux sous, et le roman est bourré de clichés, et le style est vraiment passable.

Francesca a 32 ans, elle vit dans un petit studio à 500 mètres de chez ses parents, suite à la rupture avec son fiancé deux ans plus tôt, et elle n’a toujours pas digéré la situation.

Elle se lève, va au travail, va souper chez ses parents tous les jours et passe son temps à pleurnicher sur le salaud qui l’a largué. Une fois chez elle, elle se bourre de cochonneries devant la télé. J’ai rarement vu vie plus pathétique ! On peut être célibataire et pas dépressive pour autant !

Je ne parlerai même pas des parents, toujours sur le dos de leur fille, complètement hystérique si elle ne téléphone pas tous les matins à 9h, pour dire qu’elle est bien arrivée au travail !!

Pour terminer, la 4ème de couverture parle d’un roman « drôle, enlevé et mordant, devenu un best-seller sur internet » !!! Je n’ai vraiment pas ressenti ça et pas une seule fois je n’ai ri.

A lire à vos risques et périls.

 

Note : 2 / 5 

 

Publié dans Livres, roman d'horreur

Sur les pas de papa

LE COSTUME DU  MORT  de  Joe HILL
Editions  JC Lattès   /  422   pages

 

Résumé de l’histoire

Jude est le leader d’un groupe de rock, il aime ce qui est macabre. Malgré ses 50 ans, il est charismatique, il attire les filles qui feraient n’importe quoi pour entrer dans son lit et vivre quelques mois avec lui. Et il faut dire qu’il ne se prive pas !

Son compte en banque est bien rempli et il peut avoir tout ce qu’il veut. Pourtant le groupe n’existe plus, car les autres musiciens sont tous décédés. Il achète donc des reliques étranges et morbides. Il vient de décider d’acheter le costume d’un mort avec son fantôme. Et quand le paquet arrive, on peut dire qu’il en a pour son argent !

Mais rapidement, il se rend compte que c’est une histoire personnelle, qu’il a connu une fille en rapport avec ce fantôme. Une de ses anciennes maîtresse, Anna, avec qui il a vécu presque un an, et qui régulièrement avait des crises de paranoïas. Ne pouvant plus la supporter, il l’a renvoyée dans sa famille, comme un chien, et peu de temps après, elle s’est suicidée. Le fantôme, qui se trouve être son beau-père, est revenu d’entre les morts pour se venger, avec le concours de sa deuxième fille. Pourtant Jude se souvient que Anna ne parlait plus à sa famille depuis des années.

Il vit actuellement avec Georgia et leur histoire est un peu dans le creux de la vague. Jude est très attaché à ses deux chiens, et au cours de ses promenades, il se demande si il ne vas pas se séparer de Georgia, car ils ne s’entendent plus. Mais la venue du fantôme va changer la donne, car il veut aussi tuer Georgia.

Commence une cavale en voiture, avec Georgia et les deux chiens à travers l’Amérique. Par petites touches, on découvre l’enfance de Jude, très sombre, avec un père qui le dénigre, le frappe, et sa mère qui détourne la tête comme si elle n’avait rien vu.

 

Mon avis

Une lecture intéressante et flippante à la fois. A certains moments, j’ai senti une sueur froide me couler le long du dos et mes poils se dresser sur mes bras !

Toute la première partie est très intéressante, par contre, dès que Jude prend la route et jusqu’au final, c’est nettement moins bon. Mais bon, il s’agit d’un premier roman, il faudra voir par la suite ce qu’il produit.

Note :   3   / 5 

Mais qui est-il ? Portrait

Résultat de recherche d'images pour "joe hill écrivain"

Joe Hill est né en juin 1972 et il est le fils de Stephen King.  Ce roman « le costume du mort » est sorti en 2008 et il a été encensé par la presse, car tout le monde savait qu’il était le fils de Stephen King.

Il a ensuite écrit un 2ème roman « cornes » en 2010. Ensuite, il a participé à l’élaboration d’une bd « Locke et Key » et il a aussi écrit un roman avec son père.

Mais à ma connaissance pas d’autres romans qu’il aurait écrit seul. Il n’a donc rien écrit depuis 6 ans et l’on voit tout de suite qu’il n’est pas aussi prolixe que son père, avec un roman tous les ans depuis 30 ans ! Mais j’admets volontiers qu’il est difficile de passer derrière un père aussi talentueux.

 

Publié dans Livres, roman d'horreur

Folie douce

UNE CARTE POSTALE DE LA LUNE  de  Stewart FOSTER
Editions Grasset   –   348 pages

 

Résumé de l’histoire

Angleterre, été 1971. Tom et Jack ont 10 ans et ils sont inséparables. Leur père est parti sur la lune, en mission secrète pour le compte des soviétiques, à bord d’une fusée Soyouz.

Galvanisés par cette affaire, Tom et Jack décident de récupérer le prototype de fusée que leur père à construit sur une colline près de chez eux. En une nuit, ils récupèrent les pièces et le plan, et reconstruisent la fusée dans leur jardin. Mais au moment du démarrage, les choses se passent mal, un incendie se déclare qui changera leur vie à tout jamais.

Après le choc, Tom se retrouve seul. Enfin pas tout à fait. Comme plus personne ne peut s’occuper de lui, il finit dans un foyer. Mais il a son livre, qui raconte toute l’histoire et les lettres de son père.

Mon résumé est délibérément flou, afin que vous puissiez découvrir le secret par vous-même et vous faire votre propre opinion.

 

Mon avis

J’ai été conquise par ce premier roman.

Une plume délicate qui oscille entre mystère et folie. Par contre il faut être bien concentré pendant les 20 à 30 premières pages, le temps de comprendre pourquoi il y a 3 polices de caractères différentes, ainsi que ces lignes vides. Il y a une écriture pour Tom, le narrateur, une autre pour son frère et enfin encore une autre pour l’histoire écrite dans le livre, qui correspond à son passé.

Un personnage principal, Tom, très attachant, avec un parcours de vie difficile et compliqué. Car comment grandir et peut être se faire des amis quand on entend en permanence la voix de son frère dans sa tête, qui ressasse sans cesse le passé.

Des thèmes : la folie, la perte de ses proches, le fait de vivre dans un asile et de suivre une thérapie, sont tous traités avec finesse, des passages sont tristes mais sans tomber dans le pathos. A mon sens, la fin ainsi que certains passages peuvent être interprétés de plusieurs façons.

A découvrir absolument.

 

Note :   5  / 5  

 

Mais qui est-il ? Portrait

Stewart Foster

Stewart Foster vit dans la région du Wiltshire, au sud-ouest de l’Angleterre, avec sa femme et ses deux enfants.

Ancien cadre de la finance, il a tout lâché pour devenir chauffeur de taxi et se consacrer à l’écriture.

 

Publié dans Livres, roman contemporain

Un goût d’inachevé

LE CRI DE L’OISEAU DE PLUIE  de  Nadeem ASLAM
Editions Seuil   /   280 pages

Résumé de l’histoire (4ème de couverture)

Une bourgade anonyme du Pakistan est secouée par deux événements simultanés : le meurtre du puissant juge Anwar et la réapparition mystérieuse d’un sac postal égaré 19 ans plus tôt dans un accident de chemin de fer. Quels secrets enfouis depuis longtemps ces lettres vont-elles révéler ?

Alors que la mousson approche et que la touffeur moite devient de plus en plus écrasante, les passions se déchaînent au sein de la petite communauté, menaçant de la faire éclater, laissant ses différents acteurs troublés et désemparés.

 

Mon avis

J’avoue que je suis très déçue. Le 4ème de couverture que j’ai recopié me semblait alléchant et prometteur. On parle d’une chronique sociale, d’un portrait du paysage politique et religieux du Pakistan au début des années 1980.

Au final, on suit l’emploi du temps de l’imam Hafeez dans cette bourgade pakistanaise, où il passe son temps à faire ses prières, à se rendre chez les différents habitants, leur rappelant selon le Coran, ce qu’ils ont le droit de faire, ou de ne pas faire (par exemple regarder la télévision et même écouter la radio).

On vit les injustices que fait subir Mujeeb Ali, propriétaire terrien, aux gens de cette bourgade, décidant que l’office de poste doit fermer, car il ne veut pas que les gens reçoivent leur courrier vieux de 19 ans, il fera donc tabasser le préposé et sa femme. Et il abat les gens qui ne veulent pas les mêmes choses que lui, mais à chaque fois on dira que c’est un accident.

En ce qui concerne l’accident de train, le sac de courrier perdu depuis 19 ans, et qui, et pourquoi a-t-on assassiné le juge Anwar, on en saura jamais rien ! Et je trouve que c’est dommage, car l’auteur aurait sûrement pu en faire une belle histoire nous tenant en haleine.

La seule chose sur laquelle il insiste, c’est la relation entre Azhar, le commissaire de police, qui est musulman et sa maîtresse Elizabeth Massih qui elle est chrétienne. Comme ils ne sont pas mariés, tout le monde jase dans leur dos, et on charge l’imam Hafeez de mettre bon ordre à tous ça.

Donc de bons éléments de départ, qui aurait pu faire une très belle histoire, mais j’ai l’impression qu’il est passé à côté. C’est dommage, car il a une belle écriture, c’est limpide, poétique.

Note :   2  / 5

 

Mais qui est-il ? Portrait

Nadeem Aslam est né au Pakistan en 1966. A 14 ans lorsque sa famille fuit le régime du général Zia, ils s’installent en Angleterre.

 

Publié dans Livres, roman policier, thriller

Premier roman

 

 

RECHERCHEE  de  Karin ALVTEGEN
Editions Points   /  275   pages

 

Résumé de l’histoire (4ème de couverture)

Ce n’était qu’un malheureux concours de circonstances ! Pourtant Sibylla se retrouve impliquée malgré elle dans un sauvage assassinat, et tout la désigne comme la parfaite coupable (elle était en compagnie de la victime durant ses dernières heures).

Bientôt d’autres meurtres sont perpétrés, signés de son propre nom. Recherchée dans toute la Suède, Sibylla peut heureusement compter sur l’aide de son ami Patrick pour démasquer le véritable assassin.

 

Mon avis

Je suis déçue de ma lecture. L’histoire est brouillon, part dans tous les sens, je n’ai pas été convaincue par les preuves amenées par l’auteur pour impliquer Sibylla comme tueuse.

J’ai mis des semaines pour le terminer, je n’en voyais pas le bout, je n’ai eu aucune empathie avec les protagonistes, que ce soit Sibylla, ses parents ou les malheurs qui lui arrivent pendant 15 ans.

Ce roman date de 2003, c’est le premier de l’auteur et les suivants sont meilleurs, heureusement. La plupart ont été des coups de cœur, donc n’hésitez pas à découvrir cette romancière qui a un vrai potentiel.

 

Note :   3  / 5   première publication en 2013
​ 

voir ces autres romans ici et  et