Publié dans Cinéma, séries en vrac

Et si c’était mon fils ?

Mini série anglaise / 4 épisodes de 55 minutes / série dramatique

En se rendant chez un client, Jodie Walsh est sous le choc en aperçevant un garçon qui monte dans un bus et qui est le portrait craché de son fils Daniel, disparut 8 ans plus tôt.

A partir de là tout déraille. Elle suit le garçon jusqu’à son école, se fait passer pour une prof de musique et se fait engager en un clin d’oeil. Elle délaisse son entreprise de jardinage, ment à sa partenaire, mettant en péril leur entreprise. Elle harcèle le père du garçon, étant persuadée que c’est son kidnappeur, elle alerte la police qui la prend pour une folle, tout comme sa famille.

Car son fils a disparu lors d’un pique-nique en famille au bord d’un lac. La police pense qu’il s’est noyé, mais le corps n’a jamais été retrouvé. A ce stade, on sent que sa famille (ses parents et son frère) lui cachent des choses mais on ne sait pas quoi, et la vérité sera bien plus horrible que tout ce qu’elle aurait pu imaginer.

Une série sous tension, dont j’ai aimé le pitch et les grandes lignes. Ce qui m’a le plus dérangé, ce sont les incohérences suivantes : se faire engager comme prof, alors qu’elle n’a aucun diplôme allant dans ce sens, se faire faire des faux papiers les doigts dans le nez, etc. Cela m’a gâché la série, car ses actes sont peu cohérents avec la véritable vie, mais ça se laisse regarder.

Publié dans Livres, roman contemporain

Vengeance par procuration

Résultat de recherche d'images pour "paul couturiau ce feu qui me devore"

CE FEU QUI ME DEVORE de Paul COUTURIAU
Editions Presses de la Cité – 380 pages

Résumé de l’histoire (4ème de couverture)

A tout juste 18 ans, Bernard Bertin est désigné coupable de l’incendie criminel qui a tué sa mère et laissé pour mort son père. Depuis toujours, un feu brûle en lui : une sensibilité à fleur de peau, une posture solitaire et secrète ont fait de lui un enfant incompris.

Après sa peine de prison, il revient vivre sur les lieux du drame, à Metz. Il est devenu écrivain et n’a jamais levé le voile sur son histoire. La vraie et insoupçonnée. Celle qui se tramait derrière la façade bourgeoise de la maison familiale.

A la faveur de ses retrouvailles avec Alexandra, son amour de jeunesse, Bernard est poussé dans ses derniers retranchements. Parviendra-t-il, enfin à panser les plaies du passé, à révéler les souvenirs douloureux d’une enfance qui n’en fut jamais une ?

Mon avis

Découverte de l’auteur avec ce roman et un avis mitigé. La trame de l’histoire est intéressante, mais au bout de 50 pages je savais qui était le criminel, et j’ai trouvé qu’il y avait beaucoup de longueurs et de répétitions qui auraient pu être évitées.

Pourtant j’ai eu de la peine pour Bertrand, cet enfant qui ne semble pas désiré, que sa mère harcèle psychologiquement et que son père maltraite physiquement.

Pour ne pas devenir fou, il se plonge dans les livres, écrit des poèmes et des histoires. C’est un enfant secret, solitaire et qui a très peu d’amis. Ce qui le sauve, c’est l’amour de son grand-père, chez qui il est placé pendant les vacances, un moment de répit dans sa maltraitance quotidienne. J’ai tout de même trouvé étrange qu’au vu de ce que ses parents lui font subir, que son grand-père n’aie pas fait les démarches pour en avoir la garde, alors qu’il était au courant.

On l’accuse donc d’avoir mis le feu à la maison parentale, il dit que ce n’est pas lui, mais il fera 15 ans de prison, même si la justice se doute qu’il protège quelqu’un.

Mais qui et pourquoi ?

 

Publié dans Livres, roman policier, thriller

Les secrets

GRACE  de  DELPHINE BERTHOLON
Editions JC Lattes   –   339 pages

 

Résumé de l’histoire

Nous sommes en 1981 et Grâce Marie Bataille commence un journal intime à l’intention de son mari qui est toujours sur les routes à cause de son travail de commercial. Elle a 33 ans, elle a deux enfants : Lise l’aînée, gamine très indépendante et Nathan le petit dernier, étrangement calme et effacé qui se laisse martyriser par sa sœur.

Grâce est malheureuse, car son mari est souvent absent et quand il est là, ils n’ont aucune intimité. Ils ne font plus l’amour et un fossé se creuse entre eux. Grâce devient aigrie, méchante et soupçonneuse. Il y a le diable entre ses murs, sous la forme de la jeune fille au pair, polonaise de 18 ans qui a un corps de bombe atomique. Elle est sûre qu’elle à une liaison avec son mari.

2010, Grâce à 62 ans. Elle est divorcée et elle vit toujours dans sa vieille ferme. Ses enfants viennent lui rendre visite pour Noël.

C’est Nathan, âgé de 30 ans qui raconte l’histoire. Cette ambiance étrange qu’il y a à la ferme. Il est là avec ses deux enfants, mais sa femme Cora, morte en couche, lui manque. Sa sœur Lise est toujours aussi étrange, méchante, la langue acérée. Et voilà que son père revient, après 30 ans d’absence !

Dans cette ambiance étrange, le passé va revenir les hantés. La séparation de ses parents, la fille au pair étrangement disparue du jour au lendemain, même sa naissance va revenir sur le tapis.

 

Mon avis

Malgré un sujet difficile, j’ai adoré ce roman, j’ai enfin retrouvé la plume vive et acérée qui m’avais enchanté dans son autre roman : Twist.

Il s’agit d’un roman coral à deux voix. Dans un premier temps c’est Grâce qui parle, par le biais de son journal intime et ensuite c’est son fils qui reprend l’histoire. Même si l’on se doute de ce qui s’est passé, on ne s’ennuie pas un instant et l’on tourne les pages sans relâche.

J’ai vraiment passé un très bon moment et je ne peux que le conseiller.

 

Note :   5  / 5  

Publié dans Cinéma, vu au cinéma

Prodigieux

 

BULLHEAD

 

Réalisateur :  Michael Roskam
Comédiens :  Matthias Schoenaerts / Jergen Perceval

Durée        :  2 h 10
Genre        :  Policier, drame

 

Note :  4  / 5    vu le 09/03/2012

 

Résumé de l’histoire

Jacky est issu d’une importante famille d’agriculteurs et d’engraisseurs du sud du Limbourg. A 33 ans, il apparaît comme un être renfermé et imprévisible, parfois violent…

Grâce à sa collaboration avec un vétérinaire corrompu, Jacky s’est forgé une belle place dans le milieu de la mafia des hormones. Alors qu’il est en passe de conclure un marché exclusif avec le plus puissant des trafiquants d’hormones de Flandre occidentale, un agent fédéral est assassiné. C’est le branle-bas de combat parmi les policiers.

Les choses se compliquent pour Jacky et tandis que l’étau se resserre autour de lui, tout son passé, et ses lourds secrets, resurgissent …

 

Mon avis

Ce film fut un choc dans tous les sens du terme. D’abord par le sujet traité (trafique d’hormones en Belgique) ce n’est pas si courant comme sujet, ensuite le fait de voir ce film en version originale (en flamand) langue que je n’avais encore jamais entendue, mais qui ressemble un peu à l’allemand, et finalement ça passe bien.

Les comédiens principaux qui sont tous des inconnus, mais Matthias Schoenaerts est juste super impressionnant, autant par son rôle, que son jeu d’acteur, il m’a prise aux tripes. De plus, on le retrouve dans le rôle principal du film : de rouilles et d’os où là aussi il est très bon. Sa transformation physique est impressionnante, il a une carrure de bœuf de compétition, mais avec une extrême sensibilité.

Vraiment un très bon film, on ne s’ennuie pas une seconde et le secret familial qui resurgit est vraiment tripant !! A voir en dvd, car il est resté à peine 2 semaines en salle.

 

 

Publié dans Livres, roman contemporain

Un secret bien gardé

 

LA PHOTOGRAPHIE  de  Pénélope LIVELY
Editions Mercure de France   /   275 pages

 

Résumé de l’histoire (4ème de couverture)

Il ouvre l’enveloppe, y trouve une photographie et une feuille de papier pliée. Il regarde d’abord la photo. Un groupe de cinq personnes debout, avec des arbres à l’arrière-plan. Un homme et une femme tournent le dos au photographe. La femme, c’est Kath, il reconnaîtrait partout cette silhouette, cette attitude. Glyn rapproche la photo de ses yeux pour un examen plus minutieux. C’est alors qu’il voit. Il voit les mains. Il voit que Kath et cet homme, ont leurs mains entrelacées, serrées ensemble derrière leur dos, invisibles pour les autres, dans cet instant d’intimité cachée.

Ce que Glyn ressent … Vient d’abord la rage, après la jalousie, une humiliation incandescente. Où ? Quand ? Qui ?

Connaît on jamais vraiment ceux ou celles avec qui on vit, alors qu’en réalité on ne se donne même pas la peine de les écouter, de les regarder, de les entendre ?

C’est la question que va devoir se poser Glyn, des années après la mort inexplicable, de sa jeune femme, Kath quand il découvre cette photo compromettante. Ainsi, elle avait sans doute un amant … Historien du paysage, archéologue de formation, Glyn va mener son enquête en creusant dans la vie, le cœur, l’âme de tous les membres de son entourage, les bouleversant au passage. La vérité, qui ne sera pas celle qu’il croyait découvrir, surprendra.

J’ai décidé de recopier le 4ème de couv. car il dit juste ce qu’il faut pour avoir envie de dévorer ce roman.

Penelope Lively est née au Caire et vit à Londres. Auteur d’une œuvre traduite en douze langues, de plus de vingt romans, recueils de nouvelles et récits – dont un couronné par le très prestigieux Booker Prize -, elle est l’une des romancières anglaises d’aujourd’hui les plus estimées

 

Mon avis

Le rythme est très lent, surtout dans les 100 premières pages, mais ce roman est comme une boîte de Pandore, une fois qu’on a commencé à gratter, on ne peut pas s’empêcher de connaître le fin mot de l’histoire. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que P.L. sait y mettre les formes pour nous tenir en haleine.

Alors que Glyn ne s’intéressait pas beaucoup à sa femme de son vivant, préférant passer à la télévision, donner ses cours à l’université, faire des conférences aux 4 coins du monde et faire son intéressant, voilà qu’il devient jaloux à la découverte de cette fameuse photo, et qu’il commence à soupçonner tout les amis de Kath. Il va donc commencer une quête, pour savoir qui est l’amant (peut être avait elle un amant différent à chaque fois qu’il partait pour son travail) et qui savait parmi leurs amis. Mais il va surtout découvrir une femme qu’il ne connaissait pas du tout.

On découvre aussi la relation très étrange entre Kath et sa sœur Elaine. Elles sont totalement opposées dans leur caractère et leurs réactions. Elaine est carrée, carriériste, responsable, jalouse de la grande beauté de sa sœur et de sa facilité à se faire des amis.

Il y aura ainsi une succession de courts chapitres, qui évoque la relation de Kath et des différents protagonistes. Sa sœur Elaine, sa nièce Polly, son beau-frère Nick, son mari Glyn. Mais surtout, comment et pourquoi Kat est morte, ce qui va donner un éclairage différent à toute l’histoire.

L’auteure excelle dans les descriptifs et la psychologie des personnages ainsi que dans leurs pensées les plus secrètes.

 

Note : 3 / 5     première publication en 2011

 

Publié dans les pas finis, Livres

Vous avez dit bizarre ?

 

 

 

SOUS L’AILE DU BIZARRE  de  Kate ATKINSON
Editions de Fallois   /   364 pages

 

Résumé de l’histoire (4ème de couverture)

Sur une île désolée de la côte écossaise, Effie Andrews fait à sa mère Nora le récit de sa vie d’étudiante à l’université de Dundee, tout en la pressant de questions sur ses véritables origines.

 

Mon avis

Premier livre de cette romancière et abandon à la page 184 … je n’arrive pas entrer dans l’histoire. Toutes ces théories estudiantines m’ont semblé lourdes et peu intéressantes, il me semblait que l’histoire n’avançait pas.

Au départ, j’ai eu de la peine à comprendre qui parlait … Effie parle avec un caractère normal, sa mère Nora parle en italique et les parties de texte en gras sont le devoir d’Effie (elle doit écrire un roman policier) … enfin ça c’est si j’ai tout bien compris.

Donc sûrement une bonne histoire mais pas pour moi. Je suis déçue de ne pas l’avoir apprécié plus, car je crois me souvenir qu’il avait été très aimé sur la blogosphère. Enfin, j’ai un autre titre qui m’attend et j’espère que ce sera plus convaincant. 

Je ne saurais dire pourquoi, mais à la bibliothèque j’avais été attirée par la couverture … tout ce bleu, le chien avec des yeux bleus, l’oiseau perché sur la fleur … ça a dû parler à une partie de mon cerveau. De plus, je viens de m’apercevoir que l’autre roman a aussi un chien sur la couverture … espérons que ce soit de bonne augure.

 

Note :  abandon    première publication en juillet 2010

 

Publié dans Livres, roman policier, thriller

Rester célèbre à tout prix

 

TENEBREUSES  de  Karin ALVTEGEN
Editions Plon  /  Roman noir  /  315 pages

 

Résumé de l’histoire

Axel Ragnerfeldt, écrivain consacré par le prix Nobel, mène une existence muette dans une maison de soins, seul face à ses souvenirs.

Les témoins de son passé aux nombreuses zones d’ombre ont aujourd’hui disparu : sa femme Alice, sa maîtresse Halina, sa fille Annika et surtout son ancienne domestique Gerda, ont été les actrices ou les victimes de drames jusqu’alors étouffés afin de protéger la réputation d’un grand homme. Mais le jour où un terrible secret remonte à la surface, c’est une famille entière qui subit une véritable descente aux enfers.

 

Mon avis

Encore un coup de cœur avec ce roman psychologique. Ici il y a des meurtres en série et une grande saga familiale sur plusieurs générations. L’écriture est fluide, aisée mais le roman est très noir, machiavélique et l’on ferait n’importe quoi pour qu’un secret ne soit pas découvert.

Ce roman traite essentiellement de l’écriture, de la difficulté de trouver une bonne histoire à raconter, être publié, devenir célèbre et surtout le rester … à tout prix.

Tout est déclenché par la mort de Gerda, la domestique du célèbre écrivain Axel Ragnerfeldt. A sa mort, n’ayant aucune famille, c’est le centre social qui s’occupe d’organiser son enterrement et le débarras de son appartement. Dans le même temps, Kristoffer, un enfant abandonné vers l’âge de 4 ans, reçoit une lettre de la part de Gerda, lui révélant un terrible secret sur sa mère, qui elle est et pourquoi elle l’a abandonné.

Dans le même temps, le centre social contacte Ian-Eric le fils de Axel Ragnerfeld, pour lui demander une photo et des renseignements sur Gerda pour son oraison funèbre. Il retourne donc dans la maison de ses parents et commence à fouiller dans les affaires de son père, afin de trouver une photo de Gerda. Il ne la trouvera jamais, par contre, il va découvrir son père sous un autre jour, découvrir une partie de ses secrets et va enfin comprendre des choses sur le suicide il y a 15 ans de sa sœur Annika, alors que sa famille lui a fait croire à un accident de voiture.

J’ai adoré ce roman et je le recommande vivement. J’aime vraiment beaucoup le style d’écriture des auteurs nordiques.

 

Note :  5 / 5    première publication en décembre 2009