Publié dans Cinéma, séries en vrac

Meurtres au paradis – saison 11

Une série policière anglaise, tournée dans les Caraïbes, sur l’ìle de Sainte-Marie. Il y a 8 épisodes de 1 heure.

Saison 1 à 4
Saison 5
Saison 6
Saison 7
Saison 8
Saison 9
Saison 10

C’est avec plaisir que j’ai retrouvé l’équipe de policiers des Caraïbes. Il y a aussi un nouveau générique, car il y a beaucoup de changement au niveau des personnages, par rapport à la saison précédente.

On retrouve l’inspecteur Neville Parker, fidèle au poste, plus détendu, plus cool (on peut enfin le voir en bermuda) et on ne parle plus de ses innombrables problèmes d’allergies. Il a toujours le béguin pour Florence et il décide d’en parler avec elle, et elle lui dit qu’elle préfère le garder comme ami et que rien n’est envisageable entre eux. Il finira par se faire une raison et en fin de saison s’inscrira même sur un site de rencontre. Sa sœur venue d’Angleterre fera un bref passage dans sa maison, car elle doit réfléchir à la proposition de son petit copain qui l’a demandée en mariage, de plus, elle est enceinte.

Florence Cassel n’est visible que pendant les premiers épisodes, ensuite elle fera un travail sous couverture et décidera de quitter définitivement l’île (et la série, encore) pour travailler dans un endroit moins chargé en mauvais souvenirs.

Le sergent Naomi Thomas rejoint l’équipe en place. Elle est policière depuis plusieurs années, mais se trouvait sur une île tellement petite qu’elle n’a jamais travaillé sur un meurtre. Elle est donc un peu anxieuse, mais au final se révèle très organisée, méticuleuse, avec beaucoup de bon sens et l’on se confie facilement à elle. Après le départ de Florence, elle prendra son poste.

Neville Parker et Naomi Thomas

Marlon Price, l’ancien délinquant, travaille avec l’équipe depuis un an et se plaît bien à ce poste. Il continue sa formation pour devenir policier.

Darlène Curtis rejoint l’équipe en cours de saison. Elle est d’abord mise en cause dans un meurtre et demande l’aide du commandant Patterson, car on veut lui faire porter le chapeau. Elle est finalement innocentée mais elle n’a plus de travail, alors Patterson lui propose de faire de l’administratif et d’apporter ses lumières sur les enquêtes. Elle s’intègre avec facilité à l’équipe.

Darlène Curtis qui a eu une aventure avec Dwaine

Le commandant Patterson est toujours omniprésent dans les enquêtes et pendant un épisode on découvre qu’il a été marié à une journaliste anglaise et après une soirée arrosée, elle lui avoue que sa fille adulte est en fait de lui … ce qui lui cause un gros choc.

Les enquêtes sont plus complexes que d’habitude mais toujours très bien expliquées et réalistes. Je regarde cette série depuis 8 ans et j’avais peur de m’ennuyer, mais ce ne fut pas le cas et je me réjouis de les retrouver la saison prochaine.

Donc un réel plaisir de suivre cette série qui est déjà renouvelée pour une saison 12 l’an prochain.

Publié dans Cinéma, séries en vrac

Et si c’était mon fils ?

Mini série anglaise / 4 épisodes de 55 minutes / série dramatique

En se rendant chez un client, Jodie Walsh est sous le choc en aperçevant un garçon qui monte dans un bus et qui est le portrait craché de son fils Daniel, disparut 8 ans plus tôt.

A partir de là tout déraille. Elle suit le garçon jusqu’à son école, se fait passer pour une prof de musique et se fait engager en un clin d’oeil. Elle délaisse son entreprise de jardinage, ment à sa partenaire, mettant en péril leur entreprise. Elle harcèle le père du garçon, étant persuadée que c’est son kidnappeur, elle alerte la police qui la prend pour une folle, tout comme sa famille.

Car son fils a disparu lors d’un pique-nique en famille au bord d’un lac. La police pense qu’il s’est noyé, mais le corps n’a jamais été retrouvé. A ce stade, on sent que sa famille (ses parents et son frère) lui cachent des choses mais on ne sait pas quoi, et la vérité sera bien plus horrible que tout ce qu’elle aurait pu imaginer.

Une série sous tension, dont j’ai aimé le pitch et les grandes lignes. Ce qui m’a le plus dérangé, ce sont les incohérences suivantes : se faire engager comme prof, alors qu’elle n’a aucun diplôme allant dans ce sens, se faire faire des faux papiers les doigts dans le nez, etc. Cela m’a gâché la série, car ses actes sont peu cohérents avec la véritable vie, mais ça se laisse regarder.

Publié dans Cinéma, séries en vrac

Meurtres au paradis – saison 10

Série policière / 8 épisodes de 60 minutes / saison 10

Une série policière anglaise, tournée dans les Caraïbes, sur l’ìle de Sainte-Marie. Il y a 8 épisodes de 1 heure.

Saison 1 à 4
Saison 5
Saison 6
Saison 7
Saison 8
Saison 9

C’est avec plaisir que j’ai retrouvé l’équipe de policiers des Caraïbes, comme si je partais en vacances chaque année au même endroit pour retrouver des potes, années après années. Pourtant il y a eu de nombreux départs. Il y a aussi un nouveau générique, car il y a beaucoup de changement au niveau des personnages.

Ruby Patterson est partie en Métropole avec Madeleine Dumas, qui elle travaille à Paris depuis plusieurs années.

Il ne reste donc plus que Neville Parker, l’inspecteur en chef, avec son fidèle J.P Hooper et le commandant Patterson qui travaille avec eux sur quelques enquêtes. Mais Florence Cassel revient sur l’île, et c’est naturellement qu’elle rejoint l’équipe qui manque cruellement d’effectif.

C’est dans ce cadre que le commandant décide de recruter un policier stagiaire, en la personne de Marlon Price, petit délinquant, que JP Hooper prendra rapidement sous son aile. Le but du programme est de donner une 2ème chance et un nouveau départ dans la vie à un petit criminel et il s’engage pour un an.

Marlon Price et JP Hooper

De son côté, Neville Parker, décide de sortir de sa routine anglaise et de vraiment faire des activités en rapport avec les habitants de l’île. Il décidera de participer à un concours de cuisine caribéenne et goûter la nourriture locale, de jouer au volley, de nager dans la mer, de s’intéresser à la vie locale et Florence l’aidera en faisant beaucoup d’activités avec lui et forcément il tombera secrètement amoureux d’elle, sans le lui avouer, évidemment ! Scénario qui a déjà été exploré quand l’inspecteur était Humphrey et je crois me souvenir qu’il était déjà amoureux de Florence.

Pour J.P Hooper, la grossesse de sa femme arrive à son terme et elle accouche de jumelles pour leur plus grand bonheur. En fin de saison, le commandant Patterson proposera une promotion à J.P, mais sur une autre île et il acceptera pour pouvoir passer plus de temps avec ses filles et sa femme. Ce qui fait encore un départ !

En ce qui concerne Florence Cassel, elle reprend sa place de bras droit de l’inspecteur Parker, même si elle est encore hantée par le décès 2 ans plus tôt de son fiancé. Elle décide de reprendre le cours de sa vie de femme.

La très forte audience pour cette série fait qu’elle a déjà été renouvelée pour les saisons 11 et 12.

Publié dans Cinéma, séries en vrac

Meurtres à White House Farm

Série policière anglaise / saison 1 / 6 épisodes de 50 minutes /
tiré d’une histoire vraie

Sur l’affiche se trouve les 3 protagonistes de ce fait divers. Le jeune homme au centre, bien propre sur lui, c’est Jeremy Bamber le seul survivant du massacre de sa famille. L’homme à gauche, c’est le lieutenant Stan Jones, celui qui fera une véritable enquête et tentera de trouver la vérité. A droite, se trouve l’inspecteur Taff, celui qui a bâclé l’enquête en moins d’une semaine, qui a déplacé les corps et a conclu à un meurtre-suicide !

Le 7 août 1985, vers 3h du matin, la police de Chelsmford, près de Londres, reçoit un coup de téléphone alarmant de Jeremy Bamber, qui explique que son père vient de lui téléphoner, en panique et qu’il est en danger de mort et qu’il faut envoyer des policiers tout de suite, lui même se prépare à se rendre chez ses parents.

La police se rend sur place, mais n’entre pas tout de suite dans la maison, craignant que le tueur soit encore sur les lieux. Au petit matin, ils entrent dans la maison et découvre que les parents de Jérémy sont morts, abattus à coup de fusil, ainsi que sa soeur Sheila et ses deux petits garçons. D’après l’emplacement des corps, se serait Sheila qui aurait tué sa famille et se serait suicidée après.

Malgré les remontrances de son chef, le lieutenant Jones fait les choses dans les règles de l’art. Il interroge les membres de la famille, l’ex-mari de Sheila, ainsi que la cousine Ann et tous le monde lui dit que Sheila est gentille et non violente, qu’elle n’a jamais manié une arme de sa vie et que oui, elle a eu des problèmes psychiatriques graves, elle venait de sortir de l’asile, mais personne ne la voit faire ça, surtout assassiner ses enfants !

Il y a deux questions qui taraudent le lieutenant : comment peut-on assassiner toute sa famille à coups de fusil mais que personne n’a entendu les coups de feux et si l’assassin n’est pas Sheila, comment a-t-il pu sortir de la maison alors que toutes les portes sont verrouillées de l’intérieur ? Au moment de l’autopsie de Sheila, on se rend compte qu’elle n’a pas pu se tirer une balle sous le menton, car elle n’arrive pas à atteindre la gâchette !!

A partir de ce moment là, les soupçons se portent sur Jeremy, car son alibi est léger et avec la mort de tous ses proches, c’est lui qui hérite de tous les biens. De plus, Julie, sa petite amie, semble très en retrait et mal à l’aise avec la police.

On suit donc l’enquête, les réactions de Jeremy, son arrestation et son procès où il est finalement jugé coupable du meurtre de ses proches.

A ce jour, il est toujours en prison et il est prévu qu’il y reste jusqu’à sa mort. C’est un cas unique en Angleterre.

Série très intéressante, même si elle est parfois éprouvante. D’après mes recherches sur internet, il semble qu’il y aura une saison 2 … mais tout ayant été résolu dans la première saison, je ne sais pas trop de quoi ça va parler. Donc, à suivre.

Publié dans Cinéma, séries en vrac

Le mystère Kendrick – saison 1

Le Mystère Kendrick - Série (2020) - SensCritique

 

Le mystère Kendrick, est une mini série dramatique anglaise,
de 4 épisodes de 50 minutes

Une tragédie frappe un village écossais isolé lorsqu’un incendie se déclenche dans la maison des Kendrick, tuant une mère et ses trois jeunes enfants. Seul le père, Tom, le médecin du village, s’en sort vivant, mais tous les cinq ont été drogués. Les enquêteurs recherchent un mobile lorsqu’ils découvrent que cette famille apparemment idéale était loin d’être heureuse.

On suit donc l’enquête, mais des flash-back nous montrent comment Tom et sa femme Kate se comportent, que ce soit dans l’intimité de leur couple ou en société. Au fur et à mesure des épisodes, on voit la face cachée de Tom qui est colérique, jaloux, manipulateur à la limite du pervers narcissique. Sa femme Kate est dépressive depuis des années, elle prend grand nombre de médicaments et a de nombreuses saute d’humeur.

Le policier en charge de l’enquête Steve Campbell, est un aussi un ami du couple et ne sait pas trop comment se positionner. Sa femme, Jess, était la meilleure amie de Kate et elles travaillaient ensemble à l’école primaire du village. Elle repense aux confidences que son amie lui a faites et se demande si elle a laissé passer quelque chose. Elle est aussi mal à l’aise car elle a couché une fois avec Tom et ne l’a jamais avoué à personne.

Il y a aussi Carole, la mère de Tom, femme effacée et timide. Par moment on a l’impression qu’elle a peur de son fils ou qu’elle sait quelque chose qu’elle ne veut dire à personne.

Au final, une excellente série, addictive, parsemée d’indices, tels des cailloux dans la forêt, qui vous fera vous triturer les méninges sur qui a fait quoi et surtout pourquoi ! Le rôle phare du Dr Kendrick est joué par David Tennant, acteur que j’aime beaucoup et qui a déjà joué dans d’autres séries dont « Broadchurch » dont il faudrait que je vous parle.

A la fin du 4ème épisode, on a répondu à toutes les questions, mais la RTS (télévision suisse) indique : fin de la série, à bientôt … ce qui laisse sous-entendre qu’il y aurait une autre saison … affaire à suivre.

 

 

 

Publié dans Cinéma, séries en vrac

Les navets – 5

 

Voici un petit récapitulatif des séries que j’ai regardées ces derniers mois et qui ne cassent pas trois pattes à un canard. Certaines se laissent voir, mais la plupart sont vites oubliées.

 

REPLAY - H24 (TF1) : la nouvelle série médicale en tête des audiences

Dans un premier temps une série médicale française : H24 avec Anne Parrillaud dans le rôle principal. Il s’agit de 7 épisodes de 60 minutes et la série se termine de façon à laisser la place pour une saison 2, que je ne regarderais pas.

Dans cette série, on suit le quotidien de 4 femmes dans le monde de la médecine.

Il y a Thiphaine, jeune infirmière qui vient de terminer ses études, elle a un fils de 5 ans et pour arrondir ses fins de mois, elle se prostitue, mais un de ses clients décide de la faire chanter car elle a rencontré un ambulancier et a envie d’avoir une relation sérieuse avec lui.

Il y a aussi Florence, infirmière célibataire, rousse, toxico et qui change d’homme comme de pansements !

On suit Sofia qui reprend le travail après plusieurs années à s’occuper de son fils. Son mari n’a pas très envie qu’elle recommence à travailler, surtout que des médecins lui tournent autour et que l’un d’eux la pousse à continuer les études pour devenir médecin.

Et il y a Anne Parillaud qui joue Gabrielle, l’infirmière en cheffe, elle a une fille de 17 ans et son mari est dans le coma depuis plusieurs années dans son service. Elle réfléchit pour savoir si elle va le faire débrancher, alors que sa fille est contre. Ce qui n’arrange pas les choses, c’est qu’elle tombe amoureuse de l’infirmier qui s’occupe de son mari et qui accessoirement a 15 ans de moins qu’elle.

Ça se laisse regarder mais sans plus et le rôle le plus intéressant est celui d’Anne Parillaud, mais ça ne suffit pas à sauver la série. 

 

The White Queen - Série (2013) - SensCritique

 

J’ai aussi regardé une série historique anglaise : The white queen, qui se passe en 1464 et qui raconte la guerre qui oppose les maisons royales de Lancastre et d’York. Mais au final, c’est Elisabeth Woodville qui envoûte le roi Edouard IV et qui sera la reine d’Angleterre. Elle lui donnera beaucoup d’enfants, 4 filles et 2 garçons, au moins.

Une série intéressante mais qui ne m’a pas tenu en haleine comme d’autres. J’ai trouvé les images globalement trop sombre, trop de personnages qui portent le même nom (Richard, Edouard, Henry) et sur la fin je me suis ennuyée. Je ne regarderais pas la suite qui parle de sa fille aînée, qui va à son tour, devenir reine.

 

 

Publié dans Cinéma, séries en vrac

Meurtres au paradis – saison 9

Inédit: La saison 9 de "Meurtres au Paradis" débarque à partir du ...

 

Comme chaque année, et encore plus en cette période de semi-confinement, voici ma petite madeleine de Proust, à savoir, la dernière saison de « meurtres au paradis ».

Une série policière anglaise, tournée dans les Caraïbes, sur l’ìle de Sainte-Marie. Il y a 8 épisodes de 1 heure.

Saison 1 à 4
Saison 5
Saison 6
Saison 7
Saison 8

On retrouve toute l’équipe de Sainte Marie, toujours conduite par l’inspecteur Jack Mooney, qui travaille toujours avec plaisir dans les Caraïbes. Il est un peu plus décontracté qu’à ses débuts mais toujours aussi efficace.

En dehors des enquêtes, Jack décide d’apprendre à danser, rencontre une femme Ana avec qui il s’entend bien, mais qui suite à un récent divorce, a envie de s’amuser et de voyager,mais il n’est pas impossible qu’elle revienne aux Caraïbes. Après réflexion, Jack décide de rentrer à Londres, car sa maison, sa fille et ses amis lui manquent, et il se sent prêt à être à nouveau amoureux. Il quitte donc la série à la fin du 4ème épisode, au grand dam du commandant Patterson qui commençait à s’attacher à lui.

En intérim, c’est le commandant Patterson qui va s’occuper du poste de police, et, suite à un nouveau meurtre, il fait venir un nouvel enquêteur de Londres, l’inspecteur Neville Parker, jeune homme qui ne supporte pas le soleil, le sable, l’humidité, les moustiques et tous les autres insectes, la chaleur, etc …  et qui n’a qu’une seule hâte, boucler l’enquête et repartir à Londres ! Il mène à bien cette tâche, mais au bout de l’enquête il fait un malaise, est conduit à l’hôpital, et suite à une thrombose est obligé de rester sur l’île plusieurs semaines, car il ne peut pas reprendre l’avion !

Ralf Little on Death in Paradise, turning 40 and his mum voting ...

Pour prendre son mal en patience, il continuera de travailler avec l’équipe en place, y trouvera quand même du plaisir, et quand il aura enfin la possibilité de repartir, il décidera de rester afin d’exorciser ses démons et pour ne pas passer à côté de sa vie.

Madeleine Dumas, l’inspectrice française venue juste pour une semaine, a décidé de rester avec l’équipe, afin de s’éloigner de son ex petit ami, resté à Paris.

Ruby Patterson, la dernière arrivée et pistonnée par son oncle, commence à être plus sérieuse et trouve finalement du plaisir dans son métier de policier. Lors d’un épisode, on en apprendra plus sur sa vie privée.

Quand à JP Hooper, il est toujours marié, il va même devenir papa de jumelles et il travaille dur pour le concours d’inspecteur, qu’il réussit haut la main.

Une petite nouveauté au niveau des enquêtes, car le meurtre se fait en deux partie. J’explique : la personne est retrouvée morte, du moins c’est ce que l’on croit, et pendant l’agitation pour appeler la police et l’ambulance, la personne se fait réellement tuer à ce moment là, et sans être révolutionnaire comme procédé, j’ai trouvé cela intéressant.

Il semble qu’il y aura une saison 10 l’an prochain.

 

Publié dans Cinéma, séries en vrac

En vrac – les navets 3

Comme je regarde énormément de séries chaque année, et que certaines ne me plaisent pas plus que ça, je vais faire assez régulièrement un article de ce type « fouz-y-tout » où je ferais un descriptif de quelques lignes de ce qui ne m’a pas convaincu.

Je vais démarrer cet article avec des séries policières, dont en règle général je suis assez friande.

Je vais commencer avec Mystery Road, une série australienne de 6 épisodes de 55 minutes où un policier aborigène doit travailler avec une policière blanche sur la disparition de 2 jeunes hommes, l’un blanc et l’autre aborigène. Pourquoi ont-ils disparus ? Est-ce volontaire ? Sont-ils encore vivants ?

Résultat de recherche d'images pour "série mystery road"

Le rythme de l’histoire se déroule tellement lentement qu’on a l’impression de faire du sur place, de plus il me manque les 2 derniers épisodes, suite à un problème avec ma box.

Ensuite il y a Prey, une mini série anglaise de 3 épisodes de 45 minutes, je parle de la saison 2 (j’ai vu la saison 1 mais ce n’était déjà pas transcendant ! et je ne me souviens plus de l’histoire).

Résultat de recherche d'images pour "série prey saison 2"

Ici David Murdoch, gardien de prison, voit sa vie bouleversée quand sa fille adulte, Lucy, se fait enlever par un inconnu, afin qu’il fasse s’évader Julie Hope, détenue dans le centre où il travaille. Sans plus, à peine plus intéressant qu’un téléfilm sur M6 l’après-midi.

J’ai aussi regardé la série Américan Crime, la saison 2 et 3, car il y avait Felicity Huffman (une des Desperates Housewives) et je voulais la voir dans un autre rôle.

Résultat de recherche d'images pour "série american crime saison 2 + 3"

Dans la saison 2, elle est directrice d’un lycée et elle doit prendre position, car un gay s’est fait violer par des gars de l’équipe de basket.

Pour la saison 3, je me suis carrément arrêtée à la fin du premier épisode, qui ne m’avait pas plus convaincu que ça, à tel point que je n’ai plus aucune idée de quoi ça parle.

Publié dans Cinéma, Livres, séries en vrac

Meurtres au paradis – saison 8

Comme chaque été, voici ma petite madeleine de Proust, à savoir, la dernière saison de « meurtres au paradis ».

Une série policière anglaise, tournée dans les Caraïbes, sur l’ìle de Sainte-Marie. Il y a 8 épisodes de 1 heure.

Saison 1 à 4
Saison 5
Saison 6
Saison 7

La série est divisée en deux parties. D’un côté l’enquête en cours, et de l’autre la vie personnelle des différents protagonistes. En ce qui concerne les enquêtes, elles sont toujours sur le même format, un peu à la Agatha Cristie, un meurtre est commis et les suspects ont un alibi en béton, et c’est à l’équipe de Jack Mooney de démontrer qui triche ou qui a menti et surtout comment. Cette année, j’ai trouvé les enquêtes intéressantes et de très bonnes factures.

Au niveau de l’équipe, Dwane étant parti lors du dernier épisode de la saison précédente, il fallait lui trouver un remplaçant. C’est finalement une jeune enquêtrice, Ruby Patterson, la nièce du commandant qui rafle le poste (la première femme à gauche, sur l’affiche). Au départ elle ne fait pas l’unanimité car elle est tête en l’air, bavarde, agaçante, sans mémoire et elle a déjà fait des dizaines d’autres métiers sans trouver ce qui lui plaît vraiment. Mais au fil des enquêtes, elle va s’intégrer, faisant des remarques intéressantes et elle devient attachante.

Pour les autres personnages la vie suit son cours.

Jack Mooney est veuf depuis 3 ans et sa femme lui manque toujours. Il est nostalgique mais essaie d’aller de l’avant. Il est très paternel avec son équipe.

Florence fait un peu bande à part, car elle a rencontré un homme, Patrice, qui lui plaît au point de se fiancer et de préparer son mariage sur l’île. Lors d’une enquête touchant un ami d’enfance de Patrice, il devient secret et cachottier et Florence se demande se qui se trame. Elle le prend en chasse toute seule, tombe dans un piège et elle est gravement blessée et son amoureux tué. Après quelques jours à l’hôpital elle décide de partir de Sainte Marie, pour prendre du recul et faire le point.

Les deux derniers épisodes se font donc sans Florence. Mais une enquête interne est ouverte par l’IGPN qui envoie Madeleine Dumas pour enquêter sur cette affaire et voir si Jack Mooney est responsable de ce qui s’est passé. De prime abord le courant ne passe pas entre les deux enquêteurs, jusqu’à ce que Madeleine reconnaisse que Jack a un très bon sens de la déduction, et qu’elle change son rapport en sa faveur. Elle lui donne même un coup de main dans la dernière enquête.

Il semblerait que la série a été renouvelée pour la saison 9 et 10.

Publié dans Cinéma, séries en vrac

Les Durrells – saison 1

Voici une série anglaise que j’ai vue il y a quelques semaines sur la RTS, la chaîne suisse romande, et dès ce soir elle passe sur France 3 à 20h55, et il ne faut vraiment pas la rater, tant elle est originale et rafraîchissante et surtout tirée d’une histoire vraie.

Dans les années 30, Louisa Durrell galère. Elle est veuve, anglaise, couverte de dettes et doit s’occuper de 4 enfants allant de 10 à 22 ans. Quand son fils aîné Larry, lui dit que la vie serait plus belle au soleil, elle vend tout et cette joyeuse tribu part pour Corfou, où elle espère un nouveau départ pour sa famille.

Il s’agit d’une mini-série de six épisode, qui raconte l’arrivée et l’installation de la famille Durrell à Corfou. Il y a l’aîné, Larry, 22 ans, qui passe son temps sur sa machine à écrire, car il veut devenir un grand écrivain, ce qu’il deviendra plus tard. Vient ensuite Leslie, 18 ans, qui ne sait que chasser et tomber amoureux des demoiselles de l’île. Il y a aussi Margot, 16 ans, qui ne sait rien faire et dont le projet est de trouver un riche anglais qui l’épousera. Et puis le petit dernier, Gérald, âgé de 10 ans, qui est fasciné par les animaux en tout genre, qui les capturent et les étudient à longueur de journée, et c’est lui qui écrira une trilogie s’intitulant : la trilogie de Corfou, dont est inspiré la série, mais il deviendra surtout un zoologiste réputé.

Mais ce qui est le plus intéressant, c’est que l’unité familiale se resserre, les 4 enfants sont souvent en train de conspirer, car ils aimeraient que leur mère tombe à  nouveau amoureuse et se marie. Et il y a la gentillesse des grecs, qui leur viennent en aide.

C’est une série pleine d’optimisme, l’île de Corfou est magnifique, et il y a tout un tas de situations cocasses. Vraiment à ne pas manquer.

Ci-dessous un extrait, en anglais, mais la série est doublée.