Publié dans à suivre, Cinéma

Pour les fans de Stephen King

Je fais cet article car beaucoup de blogueur / blogueuse ainsi que mes contacts Instragram sont des fans de Stephen King. On sait aussi que la plupart de ses romans ou nouvelles font l’objet de films, téléfilms ou série.

Donc, faites chauffer les magnétos (oui je sais ça n’existe plus) alors votre box, car la chaîne HD1 va diffuser dès demain, lundi 18 septembre et pendant toute la semaine, chaque soir à partir de 21h, un film culte tiré d’un livre du maître.

Lundi 18 : Salem avec Rob Lowe et Donald Sutherland
Mardi 19 : Shining avec Rebecca de Mornay

Mercredi 20 : Détour mortel avec Maria Bello
Jeudi 21 : Ça la version de 1990, car la nouvelle version sort au cinéma
Vendredi 22 : la maison sur le lac avec Pierce Brosnan

J’en ferai sûrement un compte rendu sur le blog, même si je ne suis pas intéressée par tous les films, je pense regarder : Salem, Détour mortel et la maison du lac. Si vous regardez certains de ses films, n’hésitez pas à partager.

 

Publié dans Livres, roman policier, thriller

Vague de suicides

FIN DE RONDE  de  Stephen KING
Editions Albin Michel  –  422  pages

 

Résumé de l’histoire

On retrouve une dernière fois Brady Hartsfield, toujours dans la chambre 217 au Kiner Memorial, toujours dans un état végétatif depuis 7 ans. Pourtant le docteur Babineau lui porte une attention particulière, le soumettant à des expériences, lui faisant tester de nouveaux médicaments.

Et contre toute attente, Brady arrive à faire bouger des choses, ouvrir l’eau, faire bouger les rideaux. Il fiche la trouille au personnel soignant. A force d’entraînement il devient plus fort, pas dans son corps mais dans son cerveau, il a un pouvoir télékinésique.

Et il compte bien s’en servir pour pourrir la vie d’un maximum de personnes, tuer un plus grand nombre de personnes que la dernière fois et peut être même gagner contre Bill Hodges, son plus féroce adversaire.

Bill Hodges ne se sent pas en bonne forme depuis quelques temps, mais il n’en montre rien à son associée Holly, afin de la tranquilliser et ils continuent de travailler dans leur cabinet de détective. Il prépare aussi la fête de départ de son ancien co-équipier, qui entame la fin de ronde, soit les dernières semaines avant le départ en retraite.

Et justement son co-équipier vient lui parler de suicides étranges, qui touchent surtout des anciennes victimes de Hartsfield et il l’engage en qualité de consultant. Ce qu’ils vont découvrir dépasse l’entendement.

Je n’en dirai pas plus afin de ne pas gâcher le suspens de la découverte.

 

Mon avis

Voici le roman qui clôture la trilogie policière de Stephen King. On fait une dernière ronde avec Bill Hodges et son associé Holly.

Un bon roman qui nous permet de régler les vieux comptes et de clôturer l’histoire, même si l’on est triste à la fin, il ne pouvait pas en être autrement. J’ai encore une fois passé un très bon moment avec l’intrigue, ainsi que les personnages qui sont très attachants.

 

Note :   5  / 5  

 

Ses autres romans policiers :

1 – Mr Mercedes
2 – Carnets noirs

 

Publié dans Livres, roman policier, thriller

Moleskine

CARNETS NOIRS  de  Stephen KING
Editions Albin Michel   –   426 pages

 

Résumé de l’histoire

En 1978, Morris Bellamy tue John Rothstein, un écrivain américain célèbre, et lui vole ses carnets de note avec des idées pour ses prochains romans ainsi que l’argent qui se trouvait dans le coffre. Pour être sûr de ne pas laisser de traces, il va tuer ses deux acolytes et rentre tranquillement chez lui. Il prend la précaution de bien cacher son butin, dans un endroit où personne ne pourrait le trouver, à part lui.

Il se dit qu’il faut fêter ça, se rend dans un bar, se saoule, fait quelque chose dont il ne se souvient pas, se fait arrêter par la police et finit en taule pour … 30 ans ! C’est pas de bol, mais ce qui le fait tenir, c’est de savoir que les carnets de Rothstein sont bien plaqués et quand il sortira il pourra enfin lire la suite des aventures de Jimmy Gold.

En 2009, dans l’ancienne maison de Bellamy, c’est maintenant la famille Saubers qui y habite. Il y a Linda, enseignante, avec son mari Tom chômeur depuis plusieurs années, qui a été gravement blessé dans la tuerie du City Hall quelques années plus tôt. L’argent peine à rentrer, et il y a de constantes disputes entre lui et Linda.

Ils ont deux enfants, Tina 8 ans et Pete 12 ans qui sent bien que ses parents sont au bout du rouleau et proche du divorce. Mais un jour il tombe sur un coffre rempli d’argent et de cahiers en moleskine avec des débuts d’histoires. Après quelques recherches, il découvre un grand écrivain : John Rothstein et il devient fan de Jimmy Gold.

Comme c’est un brave garçon, il envoie l’argent, de façon anonyme à ses parents, toujours la même somme, ce qui leur donne un petit coup de pouce et les aident à remonter la pente. Tout semble idyllique, mais voilà que Morris Bellamy est sur le point de sortir de prison et veut récupérer son bien.

C’est là que l’on retrouve Hodges, 4 ans se sont écoulés depuis la tuerie du City Hall. Il s’est repris en main, a perdu 15 kilos, fait du sport régulièrement, a ouvert une agence de détective privé avec Holly et finalement sa vie est très agréable.

Quand Pete va sentir le souffle de Bellamy dans son dos, il va paniquer et demander de l’aide à Hodges par l’intermédiaire de sa petite sœur.

 

Mon avis

Un très bon roman, des personnages toujours aussi attachants, des situations rocambolesques, un vrai page-turner dans une ambiance où la pression monte lentement mais sûrement. Un très bon moment de lecture.

Ce roman est le deuxième policier écrit par Stephen King. On y retrouve son policier retraité, Bill Hodges, même si il arrive tardivement à la page 150, ainsi que Holly et Jérôme Robinson son voisin féru d’informatique.

On peut dire que l’on a deux histoires pour le prix d’une. Et comme Stephen King est très minutieux, à des dizaines de reprises, il fait des allusions à son premier roman « Mr Mercedes », mais on peut tout à fait lire celui-ci sans avoir lu le premier, même si pour moi ça gâche un peu le plaisir.  

Il reprend ici les thèmes qui lui sont chers : un écrivain qui tue son héros, un fan très en colère, le vol de ses cahiers qui contiennent des départs d’histoires nouvelles.

Et cerise sur le gâteau, le méchant du premier volume, qui n’est pas mort mais réduit à l’état de légume, a une petite place encore ici, et comme Stephen King est prévoyant, il pourrait bien ré-apparaître dans un prochain volume.

 

Note :   5  / 5  

 

Publié dans Livres, roman policier, thriller

Tueur de masse

MR MERCEDES  de  Stephen KING
Editions Albin Michel   –   474 pages

Résumé de l’histoire

Toute cette histoire commence par un carnage. Un individu à bord d’une Mercedes SL 500 volée, fonce sur une foule de chômeurs devant le City Hall et fait une dizaine de morts.

L’inspecteur Bill Hodges, a suivi ce dossier juste avant son départ à la retraite, et il n’a pas eu le temps de découvrir le coupable. Cette affaire le travail et depuis qu’il est à la retraite, il se morfond devant la télé, seul, avec sa bière d’un côté et le revolver de son père de l’autre, le mettant régulièrement dans sa bouche en se demandant à quel moment il va tirer.

Mais un matin, une lettre va le sortir de sa dépression. Le tueur à la Mercedes vient de lui envoyer un courrier ! Et au bout de 3 ou 4 relectures, Bill est sûr que le tueur va remettre ça. Mais où et quand ?

Il reprend donc l’affaire depuis le début, va interroger à nouveau les témoins, rassemble des preuves et des idées, aidé pour le côté informatique par Jérôme, son voisin, étudiant de 17 ans. Il entretient aussi une correspondance assidue avec le tueur !

Il fait la connaissance de Janey, la sœur de Mme Trelawney, la dame qui s’est fait volé sa voiture qui a servi au carnage du City Hall, et ils tombent éperdument amoureux. Bill sent qu’une nouvelle vie lui tend les bras. Fini de déprimer devant la télé.

Mais le tueur, Brady Hartsfield, le surveille étroitement dans tous ses faits et gestes, émoustillé par ce vieil inspecteur qui lui tient tête, et bien décidé à gagner la partie.

La fin du roman est juste époustouflante et Stephen King se laisse une porte de sortie très intéressante pour d’autres volumes avec les mêmes personnages.

 

Mon avis

Ce roman de Stephen King est différent des autres, dans le sens que c’est son premier roman policier et je trouve qu’il s’en sort très bien.

Il y a un bon suspens, le policier, Bill Hodges, héros de l’histoire est très attachant, et le tueur est un frapadingue de premier ordre. La psychologie de celui-ci est très poussée, tout y passe : son enfance, son rapport à sa mère (qui est gratiné), ses frustrations, son désir d’être un tueur de masse, de faire la une des journaux et que plus jamais personne ne l’oublie.

Les seconds rôles, que ce soit Janey son nouvel amour, Holly la cousine de Janey qui est complètement perchée, âgée de plus de 40 ans, étouffée par ses parents chez qui elle vit encore et qui n’a pas de boulot, avec un passé psychiatrique très lourd, mais qui va se révéler au fur et à mesure de l’histoire. Ainsi que Jérôme, son voisin, âgé de 17 ans, intelligent, futé, débrouillard en informatique, qui vit avec ses parents et sa sœur juste à côté de chez Hodges, mais qui ne va pas tarder à partir à l’université.

Au final, j’ai passé un excellent moment avec Bill Hodges, qui est attachant et j’aurai du plaisir à le retrouver dans d’autres aventures.

 

Note :   5 / 5 

Nuit noire, étoiles mortes (recueil de nouvelles)

 

Publié dans Livres, roman d'horreur

Encore un bon cru

 

 

NUIT NOIRE, ETOILES MORTES  de  Stephen KING
Editions Albin Michel    /  483   pages

 

Résumé de l’histoire

Ici il s’agit de 4 grandes nouvelles. Elles oscillent entre polar et terreur. Mais de toute façon elles sont addictives. On n’arrive pas à se coucher le soir, sans connaître la fin de l’histoire.

 

1922. Dans celle-ci, on lit la confession de Wilfred Leland James, qui avoue avoir tué sa femme, 8 ans plus tôt avec la complicité de son fils, alors âgé de 14 ans. Il est rongé par le remord et afin de soulager sa conscience nous raconte par le menu, pourquoi et comment il est en arrivé à cette extrémité. Une histoire qui fait froid dans le dos.

 

Grand chauffeur. Tess est romancière. Elle écrit des polars et fait des lectures dans les bibliothèques. La seule condition pour qu’elle se déplace, c’est qu’elle puisse faire le trajet en voiture et revenir dans la journée ou au plus tard le lendemain, afin de ne pas laisser son chat seul trop longtemps.

Lors d’un de ses déplacements, elle prend un raccourci pour rentrer (qui lui a été conseillé par la bibliothécaire qui l’a invitée), elle crève un pneu, un automobiliste la dépanne et en profite pour la violer et la laisser pour morte dans un coin perdu.

Mais Tess n’est pas morte et décide de se venger. Elle utilise donc les méthodes qu’elle préconise dans ses romans. Mais entre la fiction et la réalité … il y a un monde. Tess est-elle prête à franchir ce pas ? Peut elle tuer une personne de sang froid et surtout ne pas se faire prendre par la police ? Là est toute la question.

 

Extension claire. Streeter est au plus mal. Il a une vie plan-plan, avec une femme gentille mais pas celle qui lui était destinée et on vient de lui découvrir un cancer et il n’en a plus pour longtemps.

Mais en s’arrêtant pour vomir, il va faire une rencontre qui va changer sa vie. En échange de 15 % de son revenu annuel, il va retrouver sa bonne santé, la fortune pour lui et ses proches et tous ses ennuis vont tomber sur son meilleur ami, qu’il jalouse depuis des années.

 

Bon ménage. Un soir, en trébuchant sur un carton dans son garage, Darcy va comprendre qu’elle vit depuis 25 ans, avec un sérial killer. Que faut-il faire ? Comment se fait-il qu’elle n’ait rien vu ? Et si finalement elle s’en débarrassait ? Une histoire sous haute tension.

 

Mon avis

Un très très bon moment, le plaisir de retrouve King, d’avoir les poils de la nuque qui se dressent ! Se demander où va mener cette histoire. Un vrai moment de délice pur.

Ce livre de nouvelles je le recommande chaudement. Du très bon King.

 

Note :   5  / 5   première publication en 2013