Deux mondes opposés

LA FILLE TATOUEE  de  Joyce Carol OATES
Editions Stock – la cosmopolite   /   374 pages

 

Résumé de l’histoire (4ème de couverture)

Joshuas Seigl, la quarantaine, écrivain estimé, riche et séduisant, est maître de son destin. Jusqu’au jour où une mystérieuse maladie l’oblige à engager une personne pour l’assister au quotidien.

Lorsqu’il rencontre par hasard Alma Busch, une jeune femme pauvre et illettrée, recouverte d’intrigants tatouages, Seigl ne peut résister à l’envie de jouer les Pygmalion.

Convaincu de lui offrir la chance de sa vie, il lui propose le poste et lui ouvre les portes de son intimité. Malheureusement pour lui, Alma n’est pas la créature vulnérable qu’il croit, et lui fait payer très cher son paternalisme.

Ce roman est un huis clos érotique qui réunit deux visages de l’Amérique : l’élite cultivée, européenne, urbaine, et les exclus du système, analphabètes, sans ressources ni perspective. Deux mondes qui se croisent mais ne se connaissent pas, et qui surtout ne parviennent pas à se comprendre. Variation magistrale sur le thème du maître et du serviteur, ce roman est sans doute le plus controversé de Joyce Carol Oates.

 

Mon avis

Je me réjouissais beaucoup à l’idée de découvrir ce roman, dont j’ai adoré le 4ème de couverture. Malheureusement, je n’ai jamais réussi à entrer dans l’histoire, faite de longueurs insoutenables pour moi.

J’ai réussi à aller jusqu’à la page 120, on en était seulement à la présentation des 2 protagonistes, et le roman n’était pas encore commencé. Je crois que les personnages m’ont énervée. Je n’ai jamais réussi à éprouver de l’empathie pour Joshuas ou Alma.

Pourtant je reste persuadée que ce roman est très bon et est toujours susceptible de me plaire. Peut être est-il arrivé au mauvais moment pour moi.

 

Note :   pas fini

Deux romans que j’ai préféré
Daddy love
Confessions d’un gang de filles

 

Retour vers le futur avec Emilia

Ici aussi un coup de cœur phénoménal pour Emilia, j’aime la voix, la musique entraînante, même si le deux morceaux dont je vais parler datent … je ne sais plus de quelle année exactement, mais peut être le début des années 2000.

Le nom ne vous dit rien, pourtant, dès les premières notes, vous allez vous dire que vous connaissez la chanson, il s’agit de : Big big world.

Son deuxième succès le plus connu, c’est : maybe baby, très agréable et dansant lui aussi. Par contre, à part ces deux titres, je n’ai pas l’impression qu’elle aie persévéré dans la chanson ou fait d’autres albums.

Semaine 8

Cette semaine, il y a trois films qui me plaisent dans des genres totalement différents.

Le premier et sûrement le plus flippant, c’est : split qui raconte l’histoire de Kevin (joué par James McAvoy) et de ses 23 personnalités ! J’avoue que j’ai toujours été fascinée par la psychiatrie et la diversité de la folie, ainsi que les psychopathes, les sérial killer, etc.

Ensuite dans un autre style, il y a : harmonium, un film japonais qui raconte l’histoire de Toshio, sa femme Akié et leur fille. Un jour, un ancien ami de Toshio se présente à son atelier après avoir passé 10 ans en prison. Toshio lui offre un travail et le fait vivre dans sa maison, mais peu à peu il s’immisce dans la vie de famille.

Le dernier film, qui est tiré d’une histoire vraie, n’est pas forcément aimé par la critique, c’est : Lion. Il me tient à coeur, car il y a Dev Patel, comédien indien que j’adore, Rooney Mara et Nicole Kidman. Il raconte l’histoire de Saroo, qui a 5 ans se retrouve seul dans un train qui traverse l’Inde. Après des mois d’errances, il est reccueilli dans un orphelinat et adopté par un couple d’australien. 25 ans plus tard, il essaie de retrouver sa famille.

Retour vers le futur avec Tina Charles

Je suis toujours étonnée de voir avec quelle facilité notre mémoire associe des morceaux de notre vie, à des chansons qui passaient à ce  moment là … et le fait de l’entendre à la radio l’autre jour a fait remonter un tas de souvenirs …

Donc je parle de Tina Charles, avec un morceau super connu : I love to love qui date de 1976, mais que j’ai découvert une dizaine d’années plus tard, au moment de mon adolescence et elle avait le don de me donner la pêche. J’aimais tellement cette chanson que j’ai acheté le 33 tours, alors qu’aucune autre chanson ne me plaisait !

Il me semble que celle ci passait aussi à la radio, mais j’en suis moins sûre … il s’agit de : dance little lady dance.

Semaine 7

Pour cette nouvelle semaine, deux films me plaisent et un me laisse perplexe.

Commençons par celui qui me plait le plus, il s’agit de : Loving, l’histoire de Mildred et Richard qui sont amoureux au point de se marier. On pourrait se dire que c’est commun, sauf que ça passe aux USA en 1958, que Mildred est noire et Richard est blanc. Je trouve la bande-annonce très belle.

Le film qui m’intrigue c’est : dans la forêt, qui parlent de deux garçons qui vont rejoindre leur père en Suède pour les vacances … mais vont-ils en revenir ? Je suis tentée même si l’ambiance est lourde, virant pour moi dans le flippant.

Je termine avec le film qui me laisse perplexe : rock’n’roll de et avec Guillaume Canet et Marion Cotillard. J’avoue que je ne suis pas plus convaincue que ça par la bande-annonce.

Des nouvelles de Russell

SURVIVANTS  de  Russell BANKS
Editions Actes Sud   –   253 pages

 

Résumé de l’histoire (4ème de couverture)

Situées pour la plupart dans le New Hampshire, au sein d’un décor de neige et de glace, ces nouvelles explorent les formes contemporaines de certaines obsessions profondément enracinées dans la psyché et l’histoire américaines.

Problèmes familiaux, questions raciales, relations entre père et fils, autant de thèmes qui ne cesseront de s’affirmer dans l’œuvre ultérieurs de Russel Banks dont on peut identifier, issu d’une conscience politique aiguë, le regard déjà très social et pénétrant que l’écrivain ne cessera de porter sur les aspects concrets de la vie des américains ordinaires.

 

Mon avis

Il s’agit d’un recueil de nouvelles écrites entre 1970 et 1974, elles sont d’abord parues dans diverses revues, alors que Russell Banks avait 35 ans.

J’écris cette chronique un mois après avoir fini le recueil, et je dois avouer à ma grande honte, que je ne me souviens de pratiquement rien. Pourtant, sur ces 14 nouvelles, il y en a 4 ou 5 qui sont vraiment très bien, pour le reste, lecture agréable mais pas marquante du tout, peut être à cause d’un goût d’inachevé.

En conclusion, j’ai lu presque tous les recueils de nouvelles de l’auteur, et je crois que je devrais me concentrer sur les romans qui me convienne mieux avec cet auteur, afin d’éviter d’être déçue.

 

Note :   3 / 5 

Un membre permanent de la famille
Histoires de réussir
L’ange sur le toit

Semaine 6

Encore une semaine bien triste côté sortie de films. Aucune bande-annonce ne m’a vraiment fait tomber de ma chaise !

Il y a la suite du film cul-cul de la décennie, j’ai nommé : 50 nuances plus sombres et je vais vous mettre la bande-annonce, car je n’ai jamais entendu des dialogues aussi nuls !! Je ne voudrais pas être  méchante, mais la Dakota Johnson a autant de sexitude que mon fer à repasser !! Et le mec ce n’est pas mieux.

Ensuite il y a le dernier film de Scorsese : Silence qui parle de deux prêtres jésuites qui vont au Japon pour retrouver leur mentor, mais le christianisme est décrété illégal et ses fidèles persécutés. Je n’ai entendu que des avis assez négatifs en plus d’être long comme un chemin de croix car il fait 2h41 ! J’attendrai qu’il passe à la télé pour le regarder, surtout un film sur la religion.

Il y a aussi un film pour ado : seuls, qui est tiré d’une bd mais le résumé me fais plus penser à la saga de Chattam Entre-monde. L’histoire de Leïla 16 ans, qui se réveille et qui découvre que sa ville s’est vidée de ses habitants. Elle finit par croiser 4 autres jeunes.

Voir le verre à moitié plein

L’AMOUR EN MINUSCULES
(Donnez un petit coup de patte au destin !)
Editions Fleuve Noir    /    341 pages

 

Résumé de l’histoire

Samuel, 30 ans, est professeur d’allemand et vit seul à Barcelone. Il se lève, va travailler le matin et presque toutes ses après-midi étant libre, il se plonge dans la littérature et la musique classique. Il est casanier, solitaire, n’a pas d’amis, pas de hobby mis à part ses lectures de philosophie. Il est triste à l’approche des fêtes de fin d’année, car il va encore les passer seul, sa seule obligation, étant un dîner chez sa sœur et son mari qu’il n’apprécie pas beaucoup.

Mais le premier jour de la nouvelle année, un incident va modifier le cours de sa vie ainsi que sa façon de penser. Au moment de rentrer chez lui, il trouve un chat sur son paillasson et dès qu’il a ouvert la porte, le chat s’engouffre chez lui et s’installe. Il décide de le garder seulement le temps des fêtes et ensuite de le donner, mais au bout de quelques jours, il ne peut plus se résoudre à l’offrir à un inconnu. Il contacte donc un vétérinaire pour le faire vacciner et se faire apporter tout le nécessaire (caisse, brosse, jouets, nourriture) et demander un peu plus d’information sur la façon de l’élever. Son premier choc, est de voir que la vétérinaire est une femme tout à fait charmante, belle, bien dans sa peau, et comme le chat s’est caché, la vaccination n’a pas eu lieu et il faudra qu’il la revoie.

Le lendemain, en sortant faire des courses, le chat s’échappe et grimpe à l’étage au-dessus. Samuel le suit et voit le chat entrer dans un appartement. Il entre aussi et fait la connaissance de Titus, un vieux rédacteur bourru qui lui demande de lui rendre un service. Il faut qu’il aille au magasin de jouets pour acheter un rail pour son train miniature. Samuel n’ose pas dire non, et le voilà en train de traverser la ville pour s’acquitter au plus vite de cette tâche et pouvoir reprendre son train-train quotidien. Mais au détour d’une rue, il rencontre une femme qui lui lance un sourire charmeur, et il est totalement bouleversé, et se rend soudain compte que c’est son premier amour. Il l’a rencontrée vers l’âge de 10 ans, en jouant avec sa sœur et d’autres enfants inconnus et que cette fille lui a fait « un baiser papillon ».

Et voilà que suite à cette série d’incident, sa vie n’est plus aussi calme et monotone qu’avant. Il va tout faire pour retrouver son amour d’enfance et pour ça changer toutes ses habitudes, va se lier d’amitié avec Titus qui le forcera à penser autrement.

 

Mon avis

J’ai passé un excellent moment avec ce roman. Entre les lignes, il m’a fait comprendre qu’il faut savoir changer ses habitudes, afin de rencontrer des personnes différentes et qui sait changer son destin, parfois tout tracé. Que sur la longueur, il n’est pas bon de faire toujours les mêmes choses, à la même heure, de la même façon avec les mêmes personnes. Qu’il faut profiter de la vie et faire des choses inattendues, spontanées, ne pas hésiter à parler à un inconnu dans la rue, rendre service à un voisin et que ce simple geste peut changer notre destin.

Une jolie fable, pleine de tendresse et de rebondissements où Barcelone est presque un personnage à part entière.

La seule chose qui m’a moins plu, c’est la rencontre avec le savant lunatique et ses théories farfelues, j’ai trouvé qu’il n’apportait pas grand-chose à l’histoire et que les passages avec ce personnage étaient brouillons.

Une citation de Robert Brault que je trouve très belle : Profite pleinement des petites choses, car peut être un jour tu regarderas derrière toi et te rendras-tu compte que c’étaient de grandes choses.

 

Note :  3  / 5

Un autre roman dans le même style ici

Semaine 5

Cette semaine encore, il n’y a pas grand chose qui me tente au cinéma.

Le seul film que je trouve intéressant après avoir vu la bande-annonce, c’est : Manchester by the sea, avec Casey Affleck et Kyle Chandler. L’histoire de Lee Chandler, qui après le décès de son frère, doit tout quitter pour s’occuper de son neveu, dont il est devenu le tuteur légal.

Sinon dans ce qui me laisse plus au moins de marbre, il y a un biopic : Jackie, jouée par Nathalie Portman, qui tente de surmonter le traumatisme de l’assassinat de son mari JFK, mais il semblerait que ce soit très mal tourné.

Il y a aussi un film réalisé par Mel Gibson : tu ne tueras point, qui est inspiré de faits réels, celui d’un soldat qui refuse de se servir d’une arme et devient donc infirmier pendant la 2ème guerre mondiale. Il est d’une violence extrême et pour moi c’est un film de guerre de trop !

Et je termine avec la dernière comédie française : raid dingue, de et avec Danny Boon, avec qui j’ai beaucoup de mal, avec des gags bien lourds, bien macho, et j’ai juste plus envie de ça !

Retour sur janvier

Enfin le soleil !
#geneva #geneve #enfindusoleil

Déjà la fin janvier !! … pas fait grand chose, mais pas vu passer le temps … côté météo, un vrai temps d’hiver … un peu de neige … quelques jours à moins 5° … et au final un peu de gel sur la rivière … sinon, tout le temps du gris et 2 jours seulement de franc soleil.

Les glaçons sont prêts 😉🖒
#cestlhiver #ilfaittropfroid

Sinon un moral en dents de scie … passage chez le dentiste et 2 dents arrachées … avoir le « trouillomètre à zéro » comme dirait mon père … bref, un mauvais moment à passer … mais après on se sent tellement mieux 😉

Spoutnik lui se porte comme un charme … il apprécie enfin de faire sa sieste dans le canapé … en alternance avec la chaise de bureau, collée au radiateur 😉 … il fait un peu moins de bêtises … devient plus câlins de jours en jours.

Un ange passe ...🐱🐱🐾🐾😑
#instacats #sieste #spoutnik

Côté sport, la reprise a été difficile … avec le mauvais temps, de la peine à sortir marcher … quasiment pas fais de sport les 10 premiers jours ! donc 81 km ce mois … installer l’application Fitstar sur mon i-pad … pas encore vraiment testée … mais j’aime le visuel … les vidéos explicatives sont bien faites … en tout cas pour moi.

L’objectif 2017 : marcher 100 km par mois … je sais que je peux le faire assez facilement … faire 2 séances par semaine avec mon Fitstar … reprendre le vélo à la belle saison … stabiliser mon poids … et perdre le surplus 😉     

 

img_0531