Mi-figue, mi-raisin …

PLUS FORT QUE LE DOUTE  de  NICCI FRENCH
Editions Fleuve Noir   –  368  pages

 

Résumé de l’histoire (4ème de couverture)

Un tragique accident de la route vient de faire deux victimes. Au volant, un dénommé Greg Manning laisse derrière lui une épouse effondrée. L’autre mauvaise nouvelle, c’est qu’il  n’était pas seul dans le véhicule, une mystérieuse femme est morte à ses côtés.

Pour son entourage, cela ne fait aucun doute, Greg avait une liaison. Pour Ellie, sa veuve, il y a forcément une autre explication. Son mari ne l’a pas trompée, elle en est persuadée.

Résolue à le prouver, elle se lance dans la reconstitution minutieuse de l’emploi du temps de Greg, les semaines qui ont précédé le drame. Elle change d’identité, s’immisce dans la vie privée de la défunte, ment à ses amis, se renferme sur elle-même et ne vit que pour découvrir la vérité.

 

Mon avis

Je ne me suis jamais autant embêtée en lisant un roman ! Le style est quelconque et très lent. Pendant les 100 premières pages, on décortique le processus de deuil ainsi que la façon dont est traitée par la justice une mort accidentelle.

La suite de l’histoire n’a aucun sens. La veuve se fait passer pour une copine de la défunte, elle va à son travail pour soi-disant faire du classement et en profite pour fouiller dans ses papiers, ses mails et son bureau afin de trouver des indices prouvant qu’elle n’était pas la maîtresse de son mari ! Tout le monde l’a laisse faire sans se poser de question ! J’ai trouvé ça invraisemblable.

Au bout de 200 pages, le livre m’est tombé des mains et je n’ai même pas cherché à savoir le fin mot de l’histoire.

 

Note :   abandonné

 

Publicités

Passage à l’heure d’été 2018

 

Résultat de recherche d'images pour "gif heure d'été 2018"

 

Comme chaque année, en cette fin de mois de mars on change d’heure. En règle général, le dimanche c’est assez facile, mais le lundi un peu plus compliqué !

Bref … comme chaque année on râle, mais cet apport de lumière en plus en fin de journée est tout de même bien agréable … en tout cas pour moi.

J’espère que vous le vivrez bien 😉

 

 

 

Récapitulatif sportif 2017

Petit retour sur 2017 au niveau sportif.

Depuis juillet 2016, je possède un trackeur de la marque Fitbit, qui se clippe au pantalon. Au bout d’un an le clip s’est cassé et j’ai éprouvé le besoin d’acheter un produit un peu plus complet … l’article va suivre.

J’ai donc reçu une montre connectée au moment de mon anniversaire, pendant l’été 2017, et depuis j’ai beaucoup amélioré mes résultats. D’abord parce que je la porte 22 heures sur 24, je dors avec et je me suis rendue compte que je fais beaucoup d’aller retour dans mon appartement, même si il est minuscule, et tous ses pas mon ancien trackeur ne les comptaient pas.

Mon objectif pour 2017 était de marcher 100 km pas mois, soit un peu plus de 3 km par jour. Au final, comme le montre le graphique ci-dessous, j’ai effectué 1’403 km sur l’année, soit en moyenne 116 km par mois, et 203 km de plus que prévu.

Il y a des mois où je ne suis pas arrivée à l’objectif (rarement), ce qui me forçait à marcher plus le mois suivant afin de compenser. Entre août et octobre j’ai pulvérisé mon record personnel en marchant 170 km dans le mois. Il faut dire que les conditions météo étaient très bonne pour moi. Un temps ensoleillé mais pas trop chaud et des journées encore longues.

Dans la foulée et pour être cohérente, j’ai acheté le pèse personne connecté dans la même marque, là aussi un article suivra, et cela me permets de mieux suivre mon poids et surtout d’en perdre.

Entre juillet et début décembre j’ai perdu 7 kilos en marchant, faisant du sport à côté et en changeant ma façon de me nourrir. Étonnamment ce fut plus facile que ce que je pensais. Mais, car il y a un mais, pendant les 15 derniers jours de décembre j’ai fais quelques écarts alimentaires, notamment avec la bûche, et surtout je n’ai pas fait de sport du tout, et ça se paie cash sur la balance avec la reprise de 4 kg ;-(

Mais ce n’est pas une catastrophe pour autant puisque je sais comment faire et surtout que je peux le faire assez facilement.

 

Bilan sportif 2017 : 1403 km pour l'année 👍 donc 116 km par mois .. mon contrat est rempli 🍾🥂😉😉 #fitbitcharge2 #fitbit #marche #jaimelesport #fitness

 

Je me suis donc fixé un nouvel objectif pour 2018, à savoir marcher 120 km par mois, continuer le sport en rallongeant les séances et perdre 12 kilos cette année soit 1 kilo par mois.

Je ferai le point chaque trimestre pour voir si je suis dans l’objectif, et si ce n’est pas le cas, voir ce que je peux faire ou améliorer pour l’atteindre.

 

Retour sur novembre et décembre

Un très beau graffiti dans le quartier des Acacias à Genève #art #graffiti #tag #grenouille

Novembre : le mauvais temps arrive … sortir la doudoune, gants et bonnets … le gris est de mise … la pluie ainsi que la bise, vent glacial en Suisse aussi … c’est un choc après un mois d’octobre très / trop chaud pour la saison … déjà saoulée par les préparatifs de noël … faire des réserves de soupes.

Décembre : bizarrement il fait moins froid que le mois passé … un ou deux jours de neige … et beaucoup de pluie … le stress des derniers trucs à faire avant la fin de l’année … courir dans les administrations … me faire mettre la pression pour des conneries … passer le cap des fêtes sans être trop déprimée … savoir enfin ouvrir une bouteille de champagne comme une grande.

 

Déco de Noël .. Puisqu'il faut en passer par là 😧😓 #decodenoel #decoration #migros #mparc

Novembre : me remettre d’une opération … faire les contrôles d’usage … rencontrer mon nouvel allergologue … partir sur de nouvelles bases … investigations diverses, prise de sang … attendre les résultats … Spoutnik passe en mode hibernation … dormir collé au radiateur 18h par jour … être plus câlin … moins joueur.

Décembre : recevoir les résultats de ma prise de sang … devoir envisager plusieurs désensibilisations … en prendre pour 3 ans minimum … mais à la longue espérer des améliorations au niveau de ma santé … Spoutnik est à cran … avoir des chats du voisinage tous les jours sur mon balcon … surtout en pleine nuit … dormir à peine 5 h par nuit … être épuisée au bout de 5 semaines … faire mon enquêtrice mais ne pas savoir d’où viennent ces chats.

Novembre – Décembre : côté coeur rien de nouveau … des gens toujours absents … veulent bien baiser mais pas trop s’engager … un manque flagrant de communication … pas d’imagination … pas de conversation … pas capable de faire le premier ou même le deuxième pas … on ne parle pas d’être galant ;-//

 

Retour sur novembre 2017 ... le précédent record est amélioré de 10 km 👍😆 #fitbitcharge2 #fitbit #jaimelamarche #jaimelesport

Novembre : contente de mon score … 70 km de plus que prévu … j’ai pensé à faire les escaliers aussi … géré mes kilomètres avec facilité … perdu 800 gr … pas beaucoup mais mieux que rien … des envies de sucreries et de biscuits … de bûche aussi.

Décembre : 131 km au compteur … objectif atteint … 93 étages, pas si mal … côté poids : micro catastrophe … repris 1 kg 200 … moins assidue côté sport … avec 10 jours sans fitness et un peu moins de marche … ça ne pardonne pas.

 

 

Semaines 49 à 51

Parfois, la vie réelle reprend le dessus, mal organisée, pas d’idées, pas d’inspiration et très en retard pour tout un tas de rubrique … donc un package des films de ces dernières semaines et seulement ceux qui me semblent importants.

Je suis depuis très longtemps la carrière de Georges Clooney que ce soit en tant qu’acteur ou réalisateur. Je ne pouvais donc pas passer à côté de ce film : bienvenue à Suburbicon qu’il a réalisé, avec Matt Damon et Julianne Moore.

 

Le film suivant est réalisé par Kenneth Branagh et il s’agit du « dépoussiérage » d’un ancien film (que je n’ai pas vu), lui-même tiré d’un roman d’Agatha Christie, il s’agit de : le crime de l’Orient-Express, avec une très belle distribution, dont : Johnny Depp, Michelle Pfeiffer, Pénélope Cruz, Willem Defoe, Josh Gad ainsi que Kenneth Branagh qui incarne Hercule Poirot.

 

Et pour terminer l’année en beauté, un film d’aventure qui raconte l’histoire fusionnelle entre une mère et son fils, dans : la promesse de l’aube, avec Charlotte Gainsbourg et Pierre Niney, qui raconte la vie de Romain Gary et de son envahissante mère.

 

Et je termine avec le dernier film de Julia Roberts : Wonder, où elle incarne la maman d’un enfant différent.

 

Semaine 48

Cette semaine seulement trois films qui pourraient me tenter, et ils tirent tous vers l’émotionnel.

Le premier est un biopic, avec : M, de et avec Sara Forestier. Lila est une ado bègue et timide et elle rencontre Mo, beau, charismatique et qui a le goût de l’adrénaline. Leur rencontre est un coup de foudre, entre celle qui n’ose pas parler et celui qui est illettré et qui aimerait tellement écrire de chose.

Biopic, car le premier petit ami de Sara Forestier était illettré et c’est une part de son histoire personnelle qu’elle raconte, et c’est aussi le premier film qu’elle réalise.

 

Le second est aussi un film tout en émotion, avec Jean-Pierre Darroussin dans : la villa, une histoire de famille et de fraternité, à Marseille autour d’un restaurant ouvrier, qui avait été bâti par le père.

 

Le dernier est un film d’animation de Pixar : Coco, qui raconte l’histoire de Miguel et de sa famille, la musique bannie de cette famille et le passage vers le monde des morts. Un seul bémol pour moi « le côté chanté » ! Si c’est juste une ou deux chansons ça va, si c’est plus ça peut vite me taper sur le système 😉

 

Un autre point de vue

Résultat de recherche d'images

LES CHOSES COMME JE LES VOIS  de  Roopa FAROOKI
Editions Gaïa  –  315  pages

 

Résumé de l’histoire (4ème de couverture)

Yasmine ne voit pas le monde de la même façon que son frère Asif et sa sœur Lila. Depuis toute petite, elle est « spéciale », elle est atteinte du syndrome d’Asperger.

Alors qu’ils sont devenus adultes, Asif développe un sentiment protecteur. Coincé dans son rôle de gentil garçon, il s’occupe de Yasmine depuis que leurs parents sont morts.

Pour Lila, la jalousie a pris la forme de la colère. Comme une enfant qui ne s’est jamais remise d’avoir hurlé à sa mère : je te hais et je voudrais que tu meures. Elle traîne une culpabilité sans bornes.

 

Mon avis

C’est le deuxième roman que je lis de cette romancière et ce ne fut pas une bonne pioche ! J’avais adoré : la petite boutique des rêves avec des personnages haut en couleur, ici le thème est beaucoup plus plombant.

Je n’ai pas réussi à avoir d’empathie avec ses jeunes adultes privés de l’amour de leur mère, et pourtant c’est un sujet que je connais !

Chacun à leur tour, les protagonistes parlent pendant un chapitre.

Yasmine explique qui elle est, sa maladie, son besoin de rituel, ses crises quand les choses ne se passent pas comme elle le souhaite.

Asif est un jeune homme peut sûr de lui. Il a dû interrompre ses études vers 20 ans pour s’occuper de sa sœur. Fini pour lui les études et l’université. Il s’est senti rejeté par sa mère à la naissance de Yasmine et ça mère lui a fait rapidement comprendre qu’il doit se comporter comme un grand et être responsable.

Lila est caractérielle, désagréable, perpétuellement en colère, couverte d’eczéma, méchante avec tout le monde et elle déteste sa sœur qui lui a pris ma mère, sa tendresse, son attention. Même à l’âge adulte elle ne s’entend pas avec Yasmine avec qui elle n’a aucun point commun.

Ce roman est une espèce d’introspection, qui nous exhorte à accepter les gens différents quoi qu’il en coûte.

 

Note :   3  / 5 

 

Semaine 47

Pas forcément convaincue par les sorties de cette semaine, il y a quand même trois films qui me titille.

Le premier est un polar plutôt violent, avec Joaquin Phoenix dans : a beautiful day, où Joaquin Phoenix joue un tueur à gage, qui aime bien jouer du marteau et qui est chargé de retrouver la fille d’un sénateur. La bande annonce donne bien le ton du film.

 

Le deuxième film est apparemment la suite ou le remake d’un très bon film de 1991 de Joel Schumacher, à savoir : l’expérience interdite, où des étudiants en médecine veulent savoir ce qui se passe après la mort et se provoque des arrêts cardiaques et tentent d’aller de plus en plus loin. Je garde un très bon souvenir du film de 1991,même si je ne l’ai pas revu depuis des décennies et je suis donc obligée de voir celui-ci pour comparer.

 

Pour le dernier film, il s’agit encore d’un film sur le sport en général et le tennis en particulier, avec : battle of the sexes avec Emma Stone et Steve Carell dans les rôles phares.

Ce film est tiré d’une histoire vraie, qui débute en 1972, où le macho Bobby Riggs lance un défi à Billie Jean King, joueuse classée numéro un depuis 5 ans, de la battre sans aucun problème. Elle est intelligente, visionnaire et féministe et pense que cette rencontre peux avoir un impact considérable sur l’égalité et la parité homme-femmes dans le milieu du tennis et bien au-delà.

 

Le justicier

LE PIC DU DIABLE  de  Déon MEYER
Editions Seuil Policier   /   478 pages

 

Résumé de l’histoire

Tobela a perdu sa femme et vit seul avec son fils depuis 2 ans. Mais son fils meurt injustement dans une fusillade. Il devient amer et recherche les deux jeunes qui ont tué son fils en braquant une station-service. Il finit par devenir un justicier qui tue des personnes qui se sont attaquées à des enfants. Au départ, la police ferme les yeux, car sa cause est juste, mais si suite à de mauvaises informations, il tuait des innocents ? Alors à son tour il deviendrait un meurtrier.

On retrouve l’inspecteur Griessel qui doit enquêter et attraper ce justicier, mais lui aussi se débat avec ses propres peurs, il est souvent saoul, commence à battre sa femme, fait peur à ses enfants, sa femme se fâche et le jette à la rue en lui laissant 6 mois pour arrêter de boire et se ressaisir !!

Christine est devenue prostituée, après une vie familiale difficile. La journée elle s’occupe de sa fille de 3 ans et le soir de ses clients. Ses revenus sont confortable et lui permettent de bien vivre. Elle met de l’argent de côté, car dès que sa fille ira à l’école, elle arrêtera les passes et trouvera un travail « normal » mais aura tout de même un joli pécule de côté.

Mais voila que ses 3 là se croisent, dans la ville du Cap et tout devient plus compliqué, car certains ont menti, Griessel n’a plus de repère et trouve Christine très à son goût, au point de commettre l’irréparable …

Comment et pourquoi vont-ils s’en sortir ? La morale sera-t-elle sauve ? Je vous invite à lire ce thriller passionnant et à partager les états d’âmes de ces 3 protagonistes.

 

Mon avis

Mon deuxième roman de cet auteur et j’aime toujours autant. Les chapitres sont courts et vifs, la psychologie des personnages est très détaillée et l’on se pose autant de questions que les protagonistes.

Il est important de les lire dans l’ordre chronologique, car on peut suivre l’évolution privée et professionnelle de Griessel. Par contre, dans ce roman l’histoire est plus centrée sur l’enquête du justicier et sur Griessel et non sur les problèmes inter-ethniques au sein de son commissariat.

 

Note : 5 / 5

Edit de novembre 2017 : Ce roman se place juste après « 13 heures » si on veut les lire dans l’ordre, ce que je recommande, si l’on veut suivre l’évolution personnelle de Benny Griessel.

Je l’ai lu en 2011 et j’avais oublié de mettre la critique ;-//

Vous retrouverez tous les liens aux autres romans dans cet article.

 

Semaine 46

Pour les sorties de films de cette semaine, j’en retiendrai seulement trois, qui ne sont pas forcément au top niveau, mais qui peuvent être intéressants.

Il y a d’abord un mélodrame : Maryline qui raconte l’histoire de cette jeune femme qui vit dans un petit village, coupé des autres, et qui monte à Paris pour devenir comédienne. Elle est confrontée à tout ce que ce métier et le monde peuvent avoir d’humiliant mais aussi de bienveillant. Avec Vanessa Paradis et Adeline d’Hermy.

 

Le deuxième est un film qui n’a pas de très bonnes critiques, il s’agit de : Jalouse avec Karin Viard, actrice que j’adore et réalisé par les frères Foenkinos. Il parle de Nathalie, prof de lettres divorcée, qui du jour au lendemain devient d’une jalousie maladive, avec pour cible sa fille adolescente.

 

Pour le dernier, il s’agit d’un film de super héros avec : Justice league. Comme d’habitude la Terre va mal et l’apocalypse est proche, alors Batman et Wonder Woman monte une équipe, avec de nouveaux venus comme : Aquaman et Cyborg. Un film d’action avec de grosses cascades, mais en règle générale ça se laisse regarder. Pour moi à son prochain passage télé. J’avoue que je les aime bien ces supers-héros et j’en ai toujours un film en réserve dans ma box.