Publié dans Cinéma, séries en vrac

Dix pour cent – saisons 2+3+4

 

La saison 4 de la série "Dix pour cent" se jouera avec Franck Dubosc et Mimie Mathy

 

Saison 1 – ici

Saison 2 – 6 épisodes de 60 minutes – série de comédie 

Je retrouve avec bonheur, les agents de ASK, chacun avec son style bien personnel. Il s’agit d’une agence qui trouve des contrats pour les acteurs et qui gère leur carrière et qui au passage prend 10 % sur chaque contrat signé, d’où le nom de la série. On se rend très vite compte que la concurrence est rude, que ce soit entre les agents de ASK ou avec les agences concurrentes, et que les coups bas sont de mises.

Au début de ses nouveaux épisodes, l’agence a repris du poil de la bête et c’est Mathias qui est devenu patron, il en profite pour engager Camille, son assistante et qui est aussi sa fille illégitime et lui donne plus de responsabilité. Dans le même temps, il s’affiche avec sa secrétaire qui est aussi sa maîtresse depuis des années. Il en profite pour clarifier la situation avec sa femme et ils décident de divorcer.

Gabriel, le gentil, tombe amoureux de la réceptionniste, Sophia, qui veut aussi devenir artiste et il décide de s’occuper de sa carrière, mais quand Julien Doré veut en faire son égérie et qu’il la drague, Gabriel, jaloux, fait tout son possible pour que le projet ne marche pas.

L’agence doit faire face à un contrôle fiscal, dirigé par Colette, femme froide et obstinée, qui veut prouver que ASK ne sait pas tenir ses comptes. Andréa la drague en lui faisant voir l’envers du décor, les comédiens, son travail, la mets dans son lit et commence une relation avec cette femme.

Afin de palier aux problèmes d’argent, l’agence a été rachetée par Hicham Janowski, jeune patron millionnaire, qui veut s’investir dans l’agence et qui est toujours dans les pattes de l’équipe en place. Lors d’un tournage, il drague Andréa, car ils ont été à l’école ensemble, ils boivent plus que de raison et ils couchent ensemble.

Saison 3 – 6 épisodes de 60 minutes – série de comédie

Suite à la beuverie pour fêter le rachat de la boîte par Hicham, Andréa a une gueule de bois qui se prolonge, jusqu’à ce qu’elle accepte qu’elle est finalement enceinte. Il faut l’annoncer à Colette, qui prend plutôt la nouvelle du bon côté, vu qu’elle a toujours désiré être mère. Il faut aussi négocier avec Hicham qui veut absolument reconnaître l’enfant et faire partie de sa vie. Mais au final, il va céder sa paternité aux deux femmes, avec une lettre magnifique pour les services sociaux.

Gabriel de son côté ne va pas fort depuis sa séparation avec Sophia.

Icham est toujours à l’agence, il veille sur son investissement, remet tout en question, veut aussi devenir agent et il surveille étroitement ses collaborateurs, installant une très mauvaise ambiance au sein de l’agence.

Matthias travaille à racheter les parts d’Icham, pour avoir le pouvoir de décision. Mais cette décision va le mettre à sec. Il songe aussi à passer à la concurrence. Sa vie privée part dans tous les sens.

Saison 4 – 6 épisodes de 65 minutes – série de comédie 

Pour cette dernière saison, il y a tout un tas de bouleversements et de décisions inattendues. Mais une chose est sûre, elle est forte en émotion. Mon épisode préféré est celui avec Sigourney Weaver, 70 ans tout de même, et son sourire, son punch et son pas de danse.

Finalement, Matthias confirme qu’il quitte l’agence, avec son assistante, pour aller à la concurrence, mais il part aussi avec tous ses talents !! Ce qui mets en péril l’agence ASK. Il quitte définitivement sa femme, va habiter avec sa maîtresse et décide d’officialiser, car il en a marre de toujours devoir se cacher.

Andréa se fait larguer par sa copine, Colette, car elle n’est jamais là. Elle se retrouve donc seule avec leur fille et elle a bien du mal à gérer travail, maison et garde de sa fille. Au fil des semaines elle se demande si ce travail en vaut la peine.

Camille, la fille de Matthias, est propulsée agent junior et tente de faire signer son premier contrat. Mais la boîte coule et elle décide de tirer son épingle du jeu en créant sa propre agence de jeunes talents. Elle se fera aider de son père, qui souhaite ralentir la cadence suite à un problème de santé et cela lui permets de se rapprocher de sa fille et de la découvrir vraiment.

L’agence coule, lentement mais sûrement. Chacun part vers un nouveau destin, avec de nouvelles idées.

Je trouve que cette dernière saison est très bien faites, elle est cohérente, et mieux vaut finir en beauté, que de vouloir à tout prix faire une saison de plus qui sera peut être ratée. J’ai aimé ses personnages atypiques, voir l’envers du décor, et j’ai trouvé cette série intéressante et innovante, car personne n’avait jamais traité ce sujet. Donc pour moi, une belle découverte, même si à la fin de la première saison, je n’étais pas totalement emballée.

 

Publié dans fitbit, Juste moi

Fitbit en galère

 

Parlons peu, mais parlons bien !

Depuis 2 semaines ma montre fitbit est encore en panne !! Pour la 4ème fois cette année. Alors bien sûr elle est encore sous garantie jusqu’en juillet 2021, mais je pense que je vais arrêter là les frais. J’en ai tellement marre, que je ne vais même pas essayer de prendre un autre modèle, car je n’ai plus confiance tout bêtement.

De plus, la politique de Fitbit commence vraiment à me gonfler. Ils proposent de nouveaux exercices et des programmes guidés, mais uniquement en anglais et surtout premium et très payant !! On a accès à ces nouveautés directement depuis l’application sur le téléphone, pour le prix prohibitif de 10.– francs suisse par mois, donc 120.– pour une année, sachant que les montres coûtent entre 200 et 400 francs, je trouve que ça commence à faire très cher !!

La seule chose que je ne regrette pas, car le rapport qualité – prix est excellent (39.- fr pour une année !!), c’est l’application FitStar, avec des centaines de cessions de sport, souvent au poids du corps, du fitness, du pilates, du streching, etc, avec des vidéos très bien expliquées pour chaque exercice et le professeur qui fait l’entraînement en même temps que moi et qui te donne des conseils verbaux pour modifier ta posture. Je peux aussi mettre mes exercices préférés en favoris et je vois dans un listing à quelle date je me suis entraînée et quel exercice j’ai fait. Et ils ont eu l’amabilité de m’offrir 3 mois d’essai gratuit avant de me décider.

 

Publié dans COVID-19, Juste moi

Covid-19 – saison 2 – épisode 1

Coronavirus : évolution de la situation | État de Fribourg

 

Le début novembre n’aura pas été très facile pour la population, que ce soit en Suisse ou dans le monde.

Donc en résumé, depuis le 3 novembre 2020, tous les commerces non essentiels sont à nouveau fermés, jusqu’à la fin du mois de novembre. Par non essentiel, en gros, on entend : bar, disco, restaurants, bibliothèques, coiffeurs, magasins de vêtements.

Par contre, reste ouvert : les librairies, les fleuristes, les magasins de bricolage, les quincailleries, les cordonneries, ateliers de couture, garages que ce soit pour les voitures ou les vélos et les blanchisseries.

Et puis, pendant le week-end, une nouvelle mise en garde tombe, à savoir rencontrer le moins de personnes possibles ! Car évidemment, on demande aux gens de rester chez eux, et certaines personnes ne trouvent rien de mieux à faire que d’inviter une vingtaines de potes, histoire de faire une méga fiesta, où évidemment, personne ne porte le masque et les distances ne peuvent pas être respectées ! Et c’est bien connu, le Corona virus reste sagement derrière la porte ! Et ce sont ces mêmes personnes qui vont travailler le lundi en infectant gentiment leurs collègues !

Effectivement, c’est intrusif comme mesure, nous dire ce que l’on a le droit de faire ou non dans notre sphère privée et familiale, mais la maladie se propage tellement vite et est tellement virulente, que je  me demande comment on va s’en débarrasser ? C’est aussi dans ses moments là, que je suis bien contente de vivre seule, puis qu’il semble qu’à l’intérieur d’un couple, les distances sont de mises et parfois il est même déconseillé de manger à la même table !

En conclusion, je pense que l’on va pouvoir supporter ça, ses restrictions, encore quelques semaines, mais plus, ça me semble vraiment compliqué.

En attendant, prenez soin de vous, faites au mieux pour rester en bonne santé, et essayons de garder le sourire et le moral, même si souvent c’est loin d’être simple.

 

 

Publié dans Bla-bla-bla, Juste moi

Questionnement sur la liseuse …

Synchroniser votre application Kobo Books pour iOS – Rakuten Kobo

Depuis toujours, je suis une lectrice qui aime les livres. L’objet. Sentir son odeur, voir comment sont agencés les chapitres, le soupeser, compter le nombre de pages, piquer des mots ou des phrases au hasard. Lire le 4ème de couverture pour piquer ma curiosité.

Mais depuis le temps que j’achète des livres, deux problèmes se posent : le prix des livres, qui est très cher en Suisse (prendre le prix en euros et le doubler !) et la place, maintenant que je vis dans un appartement minuscule.

Et le dernier problème, en 2020, le Covid-19, qui peut être reste sur les surfaces comme le papier, mais on ne sait pas combien de temps (en heure, en jours) et on a presque peur de lire. Me concernant, je n’ai plus été à la bibliothèque emprunter des livres depuis février 2020 !

Mais pas de panique 😉 Dans ma bibliothèque personnelle je dois avoir 200 bouquins encore non lu, et régulièrement ma belle-mère me donne ses livres de poche, et comme nous avons plus au moins les mêmes goûts, je trouve souvent mon bonheur.

Mais j’ai tout de même décidé de moderniser ma façon de lire, en tentant de passer à la lecture électronique. Et là se pose une autre question. J’achète une Kobo ou une Kindle ? Comment je me débrouille pour acheter les romans ? Quelle plateforme est la plus simple depuis la Suisse ? Evidemment, le prix d’une Kobo par exemple est assez élevé. Pour le bas de gamme, soit un modèle vieux de plusieurs années, il faut compter 170.– fr suisse, et pour le dernier modèle, on compte entre 260.– et 300.– fr.

De plus, j’ai déjà un I-pad, mais je trouve que la bibliothèque incluse dans l’appareil ne propose aucun titre ou auteur qui me plaisent et parce que je vis en Suisse, il me propose presque exclusivement des titres en allemand ! Langue que je ne parle pas.

A la lueur de toutes ces informations j’étais plutôt dubitative, quand j’ai eu un éclair de génie !

Depuis mon I-pad, j’ai cherché l’application Kobo, qui est gratuite et que j’ai activé en deux clic. Ensuite je me suis ouvert un compte et j’ai eu accès à toutes les dernières nouveautés. J’ai d’abord pioché dans les romans gratuits, afin de me rendre compte si ce type de lecture me convenait, et ce fût le cas.

L’application est simple, ludique et facile à mettre en pratique. J’ai changé la police de caractère, choisit des lettres un peu plus grosses, changé la couleur du fond d’écran pour que la lecture soit plus agréable. Le fait d’avoir un compte me permets d’avoir une « liste d’envie » c’est à dire des livres que j’envisage d’acheter.

Dernière étape, mettre de l’argent dans le porte-monnaie de l’application afin d’acheter des romans. Là j’ai deux choix : soit j’achète une carte Kobo, que je trouve chez Payot, à la Fnac ou chez Manor, c’est un format carte de crédit et il suffit de recopier le numéro dans l’application sous : Carte cadeaux / utiliser une carte Kobo.

Sinon je peux acheter un crédit par le biais de Postfinance, de façon électronique, et l’on m’envoie le code quelques secondes après le payement et je le recopie sous : Carte cadeaux / utiliser une carte Kobo.

Je retourne ensuite dans la bibliothèque virtuelle, je choisis mes romans, je les payent avec l’argent qui est dans mon porte-monnaie virtuel et l’application me fait une facture comme si j’était au magasin, et elle me dit combien il me reste de solde. Je retourne dans ma bibliothèque et les livres que je viens d’acheter sont dans ma bibliothèque, prêt à être lu.

En conclusion, ma priorité sera toujours les livres physiques, mais je me sentirais toujours rassurée de savoir que j’ai une dizaine de livres virtuels dans mon i-pad et que si la lubie me prend de découvrir un auteur que la bibliothèque municipal ne possède pas ou que je veux le dernier titre à la mode, je peux me l’offrir de façon électronique et moins cher que la version papier.

 

 

Publié dans COVID-19, Juste moi

2ème vague

Nous y voilà. On s’est longtemps demandé si la 2ème vague existait, et si oui à quel moment elle serait là. Finalement, il semble qu’elle soit déjà là. Comme si l’automne n’était pas déjà assez compliqué à gérer comme ça !

Donc j’ai fais un copié-collé des mesures en vigueur dès aujourd’hui dans le canton de Genève, celui où j’habite, car les décisions sont légèrement différentes d’un canton à l’autre. 

  GENEVE

Le Conseil d’Etat genevois a lui aussi annoncé de nouvelles mesures pour faire face à la situation sanitaire qui se dégrade, des mesures en vigueur depuis lundi 26 octobre et jusqu’au 30 novembre.

Le gouvernement cantonal a ainsi décidé d’interdire les rassemblements de plus de cinq personnes dans l’espace public (places, promenades, parcs, abords des plans d’eau…), une limitation qui ne s’applique cependant pas aux personnes faisant ménage commun.

Les manifestations privées (réunions de famille, mariages, baptêmes, funérailles, anniversaires…) sont également limitées à cinq personnes, mais les enfants de moins de douze ans ne sont pas comptabilisés dans ce nombre.

Les établissement publics (restaurants, cafés, bars etc.) seront fermés à 23h, et les tables y seront limitées à 5 personnes.

Le gouvernement genevois a également interdit la pratique des sports de combat, de contact et collectifs amateurs, et annoncé la fermeture des installations de loisirs tels que bowling, salles de jeux, etc. Les chorales amateurs sont également interdites.

Le port du masque est également étendu aux foires et marchés, et aux déplacements en voiture pour personnes ne vivant pas ensemble.

 

Il va falloir rester positif dans l’adversité, car toutes ses restrictions deviennent lourdes pour le moral, mais en prenant un peu de recul, et en regardant ce qui se fait des les pays voisins : la France, l’Italie, l’Espagne ou l’Allemagne, je me dis que l’on n’est pas si mal loti que ça !

Evidemment, il faut toujours respecter les gestes barrières, se tenir à 1 m 50 les uns des autres et se laver les mains très très souvent, afin de limiter la casse. Et ces mesures sont prises maintenant, afin de « sauver Noël » période très sensible pour grand nombre de personnes qui aimeraient bien pouvoir se réunir presque normalement en fin d’année et passer du temps avec ses proches.

L’avenir nous dira si cela sera encore possible.

D’ici là, portez vous bien, faites attention à vous et à vos proches et gardons le moral. 😉

 

Publié dans Bla-bla-bla, Juste moi

Changement d’heure 2020

Passage à l'heure d'hiver le week-end prochain pour la dernière fois ?

 

Voici venu le moment de changer d’heure, rituel incontournable depuis plusieurs décennies.

L’hiver approche à grand pas, ainsi que le froid et la grisaille.

Malgré le Covid-19, le temps continue de s’écouler et nos rituels humains continuent de s’exprimer, envers et contre tout.

Seul avantage, demain nous profiterons d’une heure de plus dans notre journée.

A nous de choisir d’en faire quelque chose … ou pas.

 

 

Publié dans fitbit, Juste moi

Bilan premier semestre 2020

Ce début d’année 2020 côté sport, a été extrêmement compliqué !

Bien sûr il y a eu le Covid-19 qui a fortement restreint mes sorties pendant au moins 2 mois, mais j’ai aussi eu ma montre Fitbit en panne à 2 reprises !! Bien sûr je l’ai rapportée au magasin et on me l’a changée sans discuter, mais à chaque fois je me retrouve sans montre pendant 2 à 3 semaines et à chaque fois ça me casse mon rythme.

Au final parlons chiffre, je devais marcher 150 km par mois, ce qui fait 900 km pour 6 mois et je n’en ai marché « que » 665. Donc il me manque 235 km. Ce n’est pas si dramatique, puisque je pensais avoir marché bien moins 😉

Je dois quand même avouer que depuis que j’ai la Fitbit charge 3, elle est déjà tombée en panne 4 x en un an !!! Ce qui veut dire que tout les 3 mois je dois la rapporter au magasin afin qu’elle soit changée. La garantie étant de 2 ans, j’angoisse déjà pour quand elle ne sera plus sous garantie !

 

Publié dans Cinéma, séries en vrac

Good doctor – saison 1 + 2

 

Good Doctor : saison 1 épisode 6, Initiatives - TéléObs

 

Good Doctor, série américaine, série médicale ou dramatique qui met en scène le Dr Shaun Murphy, interne de chirurgie de 20 ans, qui est autiste avec le gène du savant. Comprendre qu’il a une mémoire phénoménale, qu’il retient tout ce qu’il lit et arrive à visualiser le corps humain avec une grande facilité.

Par contre, il ne ressent aucune émotion, ne comprend pas les blagues ni le sarcasme, ce qui fait qu’il ne peut pas éprouver d’empathie à l’égard de ses patients et de leur famille et quand il doit annoncer une mauvaise nouvelle, sa façon de faire, assez brutale et directe ne convient pas à tout le monde !

J’ai donc décidé de regarder la saison 1, sans savoir si cette série pouvait un tant soi peu me plaire. Il m’a fallut un peu de temps pour m’habituer à Shaun et à sa façon d’être, son visage qui ne montre aucune émotion, cette froideur dans l’annonce des diagnostics, ce ne fût pas facile au début, puis au fur et à mesure j’ai appris à l’apprécier.

 

Saison 1 / 18 épisodes de 50 minutes

Dans cette première saison, on découvre le personnage de Shaun, qui vient travailler à San José, dans l’hôpital que dirige le Dr Glassman, son mentor, en tant qu’interne de chirurgie. Il ne fait pas l’unanimité et son supérieur, le Dr Melendez essaie de s’en débarrasser même si il reconnaît que Shaun a une vision à part, et propose des idées innovantes pour régler des problèmes.

Il travaille avec deux autres internes en chirurgie, Jared qui est plutôt un arriviste, et Claire qui a beaucoup d’empathie et d’écoute à son égard et qui lui apprend comment se comporter avec la famille des malades et comment annoncer une mauvaise nouvelle sans trop de brusquerie.

Côté privé, il vit seul dans un petit appartement, sans amis, sans hobby ou intérêt autre que la médecine. Il fera tout de même la rencontre de sa voisine, Léa, qui régulièrement aura des interactions avec lui et une amitié s’installera entre eux. A la fin de la première saison, Léa repartira dans sa ville d’origine afin de régler certains problèmes, ce qui déstabilisera Shaun.

Il découvre aussi que le Dr Glassman est atteint d’un cancer agressif et qu’il doit être opéré d’urgence, ce qui chamboule ses habitudes, et il est très désorienté de ne plus avoir aucun point de repère, que ce soit Léa ou le Dr Glassman. 

 

 

Good Doctor : Antonia Thomas réagit à la mort de Breeze dans la saison 3

Saison 2 / 18 épisodes de 50 minutes

Voici les grandes lignes de cette deuxième saison, qui est intense en émotion, qui a un bon scénario et l’on prend le temps de découvrir chaque personnage, même dans sa vie privée qui souvent se mêle à la vie professionnelle.

Le Dr Glassman se fait opérer avec succès de son cancer, mais la chimio est pénible et Shaun s’est mis en tête d’être très, voir trop présent, ce qui agace le Dr Glassman qui aspire juste à se reposer. La tension monte d’un cran quand il pense avoir fait une rechute et se demande si il doit en parler à Shaun et quel sera sa réaction.

Léa revient vivre à San José et squatte l’appartement de Shaun qui est très en colère contre elle. Après moults explications, ils décident de prendre un appartement plus grand ensemble en tant que co-locataire, et la co-habitation ne sera pas toujours simple.

Pour Shaun, côté travail, son manque d’empathie envers les familles choque et une famille se plaint à la direction et il est transféré au laboratoire de pathologie, travail qui ne lui plaît pas. Il s’en plaint à Glassman, qui n’est plus directeur de l’hôpital, et qui lui fait comprendre qu’il doit se battre pour son statut de chirurgien et qu’il ne peut pas toujours lui sauver la mise ! Dans le même temps, il apprend à conduire, il pense être amoureux mais ne sait pas comment faire avec cette émotion.

Un nouveau chef de chirurgie, le Dr Hahn, fait son apparition pour quelques épisodes, c’est notamment lui qui déplace Shaun dans un autre service, et entre eux les tensions sont vives. La direction de l’hôpital devra choisir qui garder.

Pour les chirurgiens confirmés, il y a une bataille entre le Dr Melendez et le Dr Lim, spécialiste en orthopédie, bataille qui a commencé quand ils étaient étudiants. On comprend que Melendez est secrètement amoureux de Lim, ils vont finir par sortir ensemble et décider de vivre leur amour au grand jour.

Au final, j’ai beaucoup aimé cette série, basée sur la chirurgie et sur le fait que Shaun soit autiste et pas toujours facile à vivre, que ce soit dans sa vie privée ou professionnelle, mais qu’avec de la patience il est tout à fait apte à travailler et qu’il a beaucoup plus d’imagination que ses collègues et qu’il calcule les risques de réussite un peu comme un ordinateur.

La saison 3 passe actuellement sur une chaîne suisse et une française.

 

 

Publié dans Juste moi, mon moral vu de ma fenêtre

Retour sur septembre 2020

Un mois de septembre qui débute avec des congés … de longs congés … profiter un peu de la vie … prendre son temps … ne plus mettre de réveil … enfin aller se balader au parc et en profiter pour lire … manger des glaces … les premières de l’année … du soleil, de la chaleur … plus de 30 degrés, c’est presque indécent … faire des tartes aux fruits … principalement aux pruneaux, que j’adore … passer un bon moment chez la coiffeuse … régler des problèmes administratifs vite et bien … s’acheter des éventails fait en papier cartonné 

 

Continuer à lire au parc … buller et prendre du temps pour moi … réfléchir aux repas du soir … avoir envie d’innover avec de nouvelles recettes … jeter mon dévolu sur les quiches … trouver une recette facile, car je n’en avais jamais fait … courgettes, jambon … courgettes, champignons … courgettes, saumon … bref, que tu bonheur …

voir arriver l’automne et perdre 20 degrés en une journée ! … sortir les chaussettes et une jaquette … laver en urgence les affaires d’hiver … devoir mettre un collant sous le pantalon …  apprécier les quiches … aller voter … devoir jouer au plombier avec le pommeau de douche …

côté cœur rien de nouveau … le Covid-19 ne facilite pas les rapprochements … parfois j’hésite même à aller boire un verre … certaines personnes sont totalement à l’ouest … beaucoup ne se lave même pas les mains et les incivilités ont repris leurs droits … il semblerait que la 2ème vague soit finalement à nos portes … et septembre est déjà terminé

 

mon bilan de septembre est meilleur que le précédent … 130 km … enfin arriver à caser mes séances de sport … sentir le corps travailler … être légèrement plus souple … avoir quelques courbatures … mais rien de grave … j’aime sentir le corps qui réagit aux exercices … avoir moins de douleurs dans le dos … se sentir plus tonique

 

Publié dans COVID-19, Juste moi

6 mois plus tard …

Voici 6 mois que le Covid-19 est entré dans nos vies.

Le début fut très agressif : file d’attente sans fin devant les magasins, la poste, la banque et tout ce qui avait une porte ! Etre obligé de porter un masque dans les espaces clos. Se désinfecter les mains 50 x par jour minimum. Devoir presque tout payer par carte. Faire 80 % de ses achats par internet.

Nous avons appris à tenir nos distances; d’abord 2 mètres puis 1 mètre 50. Tout cela est assorti des « gestes barrières » à savoir : ne plus se toucher, ni s’embrasser. Peu de contact physique avec ses proches et pas du tout avec les inconnus. Alors au début, on a joué le jeu, car pour presque tout le monde c’était impératif.

Puis l’été, le beau temps, la chaleur, les activités en plein air, sont enfin arrivés. On pensait pouvoir partir en vacances, et très vite c’est devenu compliqué, voir très compliqué. Etre masqué aussi en extérieur, quand il y a un attroupement de personnes, c’est pénible. Ensuite est venue la quarantaine pour ceux qui sont partis dans un pays ou une région à risque.

Très vite on était déjà en septembre ! Reprise du travail de façon massive, retour des enfants à l’école, avec des règles pas toujours claires, les étudiants sont retournés sur les bancs de l’uni, masqués, franchement ça devient compliqué. Presque toutes les professions à contact travaillent avec le masque collé sur la figure 8h par jour minimum, et ça commence à saouler.

Mais pas de répit pour les braves ! L’automne est là et on nous parle déjà de la 2ème vague ! Mais à ce stade là, plus de 80 % des gens qui entrent dans un magasin ne se lave plus les mains, plus de 20 % des gens ont un masque attaché autour du cou ou éventuellement sur le menton et 90 % de ces imbéciles ne savent toujours pas que le masque doit couvrir la bouche ET LE NEZ !!

Je suis étonnée qu’il n’y aie pas plus de morts !! Je commence à me demander jusqu’à quand cette mascarade va continuer, même si je commence à craindre que cela dure encore plus d’un an voir 2 … donc avant 2022, pas de spontanéité à l’horizon. Je ne sais pas si je tiendrai jusque là.

Et ce qui me fait encore plus peur, c’est le vaccin. Les scientifiques et les pharma font la course au vaccin, ils n’auront pas le temps de le tester, alors nous deviendront des cobayes sur pattes. Il y a ceux pour qui ça passera et puis il y aura tout les effets secondaires auxquels on avait pas pensé !

Pour faire dans un domaine plus léger, la période de la fondue vient de commencer, mais comme on n’est pas censé cracher tous dans le même caquelon … la convivialité va en prendre en coup, c’est sûr.

Et pour terminer en beauté, j’ai vu sur Instagram la vidéo de Karim Duval, humoriste que je ne connaissais pas, qui fait un sketch sur le covid qui est à mourir de rire. Je vous en fais profiter, et comme quoi on peut rire tout et même du Covid !